Un blog mariage avec des conseils et des témoignages sur l'organisation et les préparatifs du jour J

Madame Peach

Chroniqueuse Prenez des fleurs, plein de fleurs, du bois, du kraft, du liberty, une bonne dose d'humour et de bonne humeur, de la douceur, quelques émotions, du fait maison, beaucoup (trop) d'idées, et vous obtiendrez... un mariage en pleine campagne en août 2016 !

Je suis Madame Peach, et je viens tout juste d'épouser Roméo le 27 août dernier en Dordogne, après 8 ans d'amoûuur. Au programme : une journée douce et détendue, une chaleur à mourir, les surprises de nos proches, tous ceux qu'on aime réunis et une fête jusqu'au petit matin !

N'hésite pas à m'écrire à mllepeach@mademoiselle-dentelle.fr si tu as des questions !

Prestataires recommandés

Ses contributions

Préparatifs cérémonie civile

Mon mariage de fin d’été : le réveil du jour J

Je suis la première debout et je me réjouis de profiter du silence qui règne encore dans la maison pour prendre mon petit déjeuner. La pluie qui tombait à l’aube est déjà oubliée, et il n’y a pas un seul nuage à l’horizon. Je m’installe au soleil sur la terrasse et savoure le moment, que je vis un peu en suspension.

Je ne suis pas encore tout à fait certaine de réaliser que nous allons nous dire « oui » aujourd’hui ! La preuve, mon appétit n’est pas du tout diminué par la journée qui s’annonce. Alors, soit mon cerveau embrumé n’a pas encore transmis l’information à mon estomac, soit on m’a glissé une dose de Prozac dans ma tasse de thé, je ne sais pas… mais ce qui est sûr, c’est qu’à cet instant-là, je suis une future mariée d-é-t-e-n-d-u-e.

déco de mariage champêtre

Mon mariage de fin d’été : DIY et petites bricoles, le verdict !

La dernière fois, j’entamais le récit de notre grand jour, en commençant par la mise en place de notre salle, sans te dévoiler le résultat final.

Aujourd’hui, je mets fin à cet insoutenable suspense et je te parle surtout du verdict : alors, DIY et bricolage du dimanche, satisfaisants ou pas ?

Mon mariage de fin d’été : la magie de la mise en place

Il y a tout juste un an, je devenais chroniqueuse et je te soumettais mon premier article… Un an déjà, mais quelle année ! Il serait grand temps d’entrer dans le vif du sujet, non ? Alors viens, je t’embarque avec moi dans les coulisses de l’une des journées les plus folles de ma petite vie !

J’ai testé pour toi : l’ouverture de bal pour les nuls

S’il existe un sujet qui reste trop peu abordé sur les blogs de mariage, c’est bien celui de la première danse. Et par première danse, je n’entends pas « top 10 des meilleures chansons pour ouvrir le bal », mais bien « Roméo, on fait quoi pour lancer la soirée / pour danser sans se ridiculiser sur dix générations ? »
Je m’étais jurée que si je ressortais indemne de cette expérience, je te la raconterais. Et comme il s’avère que je suis toujours là et qu’aucune perte de pieds/jambes ou autres entorses n’est à déplorer, alors je me lance !

DIY : du bois pour la déco

Aujourd’hui, je te propose de retrousser tes manches et de débuter avec moi un premier atelier DIY autour du bois et de la calligraphie ! Vaste programme, non ? Mais ne prends pas peur : je t’assure que tout ce dont je vais te parler peut être réalisé avec deux mains gauches, voire avec les pieds.

Notre coin livre d’or à l’esprit nature

Il y a le livre d’or, ce moyen d’expression qui témoigne du joyeux melting-pot que forment tes convives : entre les petits mots sages de ceux qui te souhaiteront tout le bonheur du monde (non sans oublier de te demander « PS : et le bébé, c’est pour quand ? »), les gribouillis difficilement déchiffrables de ceux qui prendront le stylo après la coupette de trop, et ta petite nièce qui vous fera de véritables déclarations d’amour à coup de « on vous aimmes fors fors fors » et « vous êtes géniauts » (véridique : ocunne fote d’ortograf na étai exagérer !)…

Le jour où j’ai joyeusement enterré ma vie de jeune fille – Partie 1

Je me rends honteusement compte qu’après plusieurs mois en ta compagnie, je ne t’ai jamais vraiment parlé de mes témouines de choc, j’ai nommé Mlle Dorée et Mlle Happiness ! Pourtant, dieu sait si elles ont assuré tout au long de ces 24 mois de préparatifs… et l’organisation de mon enterrement de vie de jeune fille n’a pas dérogé à la règle, parce que j’ai eu droit à une parenthèse enchantée au milieu d’une période où le vague à l’âme me guettait sévèrement.

Le mariage, mon maquillage et moi

Dans la série « mais à quoi vais-je ressembler le jour de mon mariage ? », et après t’avoir dévoilé ma robe et mes chaussures, passons à la mise en beauté !
Je t’ai déjà confié que mon côté garçon manqué m’avait longtemps poursuivie et que, par conséquent, les robes et autres vêtements féminins avaient longtemps été absents de ma garde-robe. En revanche, pour ce qui est du maquillage, je m’y suis mise plus rapidement, même si ma façon de me maquiller reste totalement à l’image de ma personnalité plutôt réservée : il est discret !

Toutes ces choses qui prouvent que je suis devenue une future mariée

Plus particulièrement aujourd’hui, avec un peu de recul sur mes deux loooongues années de préparatifs, j’ai envie de me pencher sur le syndrome qui touche quasiment toute future mariée qui se respecte : sa propension à se transformer en machine à penser mariage, manger mariage, dormir mariage, s’émerveiller mariage (ou maudire le mariage, mais bon, dans tous les cas, elle pense mariage hein !).

Le périple des talons hauts ou comment je me suis transformée en chasseuse de stilettos

Mi-avril 2016, je viens de faire le premier essai de la toile de patron de ma future robe de mariée et je m’apprête à sortir de l’atelier cosy de ma sympathique créatrice quand cette dernière me rappelle que « la prochaine fois, on fait impérativement l’essai avec vos chaussures définitives pour valider la longueur de la robe, pensez à les apporter ! ». « Évidemment, c’est promis j’y pense ! » je réponds joyeusement.
Gloups.

Dans les souliers de la mariée

On a souvent tendance à prendre soin de notre visage, de nos mains, de nos ongles… et à reléguer nos pieds au second plan. Mais le jour J, je veux pouvoir marcher, danser, sauter, bouger, aller d’invités en invités, tout ça sans avoir mal aux pieds ! Sauf que pas de pieds… pas de soirée.

Celle qui redoutait les essayages de robes de mariée – Partie 3

Hiha ! Qui est-ce qui a trouvé sa robe de mariée ? C’est moi, c’est moi ! *Danse autour de sa chaise de bureau*
Il n’y a pas eu de « whaouh » tonitruant et je n’ai même pas versé une petite larme, mais j’y suis arrivée : je sais que j’ai trouvé ma robe, et même si elle n’existe encore que dans mon imaginaire puisqu’elle sera confectionnée par une créatrice, je la visualise déjà parfaitement et je ressens la même excitation qu’une petite fille ébahie devant une vitrine de Noël !

Celle qui redoutait les essayages de robes de mariée – Partie 2

Tu sais maintenant le style de robes que je recherche. Et je suis bien embêtée, parce que je ne connais pas d’autres magasins sur Toulouse susceptibles de proposer ce type de robes fluides ! Après élimination de nombreuses enseignes, je me décide à prendre rendez-vous chez Cymbeline, qui propose une collection plus traditionnelle que ce que j’ai déjà pu essayer, mais dont les modèles ont l’air très variés. Il paraît que je dois me frotter à des robes plus classiques qui me permettront de définir véritablement ce qui me va ou non, alors c’est parti !