Un blog mariage avec des conseils et des témoignages sur l'organisation et les préparatifs du jour J

Le fou weekend de mon EVJF – Partie 1


Publié le 14 novembre 2017 par Madame Kiska

Ah, l’EVJF, le fameux ! Ce bon moment passé avec les copines avant le mariage pour fêter la fin de la vie de célibataire !

J’ai participé à l’organisation de celui de ma témoin, Mme Héden, il y a quelques années de cela. Nous nous étions éclatées, avec son autre témoin, à lui prévoir tout un truc et à lui faire faire des petits gages gentils mais un peu rigolos : déguisement de fée Clochette hyper mignon, obtention de diplômes (avec validation à la fin de la journée) de « capacité » à devenir une bonne épouse, gages dans un bar – elle devait se prendre en photo avec des garçons dont les prénoms contenaient les lettres du prénom de son futur mari… J’avais vraiment a-do-ré son EVJF et on s’était bien amusées !

Du coup, si tu as bien suivi, mes témoins sont Mme Héden et mon frère, M. Punk. Une seule fille, donc ! Je lui ai, d’abord assez implicitement, confié à elle seule l’organisation de l’événement : je n’imaginais pas M. Punk me préparer une soirée tupperware version petites culottes, au cas où ce serait le genre de choses qu’ils choisiraient… !

À l’occasion d’une visite chez eux, Mme Héden m’a posé plein de questions sur mes attentes pour l’EVJF : qu’est-ce que je ne voulais surtout pas, qu’est-ce qui me plairait, qu’est-ce qui serait drôle/ne le serait pas selon moi, toutes sortes de choses ! Une seule chose était sûre et certaine : M. Chat et moi souhaitions faire nos EVG/JF le même jour et, si possible, nous retrouver en soirée. Nous avions vraiment envie de finir en faisant la fête avec tous nos amis réunis avec nous. Ça m’a permis de clarifier (et, même si je n’étais pas inquiète avec Mme Héden, d’être en tout cas sûre de ne pas avoir de mauvaises surprises !) et de commencer à me projeter ! J’avais déjà hâte à partir de ce moment-là.

Quelques mois plus tard, Mme Héden est revenue avec une question qui m’a marquée : « Est-ce que tu as prévu que quelqu’un d’autre participe à l’organisation, ou est-ce que c’est la dictature ? » Elle m’a fait trop rire ! Et nous avons convenu que ce serait effectivement la dictature : Mme Héden a assuré toute seule l’organisation de mon EVJF, et elle a fait un boulot de malade.

Un beau jour de janvier, j’ai reçu ce texto :

Crédits photo : Copie d'écran personnelle

Oups ! Grosse montée d’adrénaline à ce moment-là, qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir me faire faire ?! J’ai eu du mal à rester concentrée au bureau ce jour-là !

Nous avions convenu avec Mme Héden que je ne connaîtrais pas la date exacte de notre EVJF/EVG. Au moment où nous avons commencé à en parler plus en détail, elle m’a fait bloquer les weekends de quasiment deux mois consécutifs, pour finalement réduire à deux dates – ce serait donc soit le weekend du 18 mars, soit le suivant, le 25 mars. Mme Héden m’avait demandé d’avoir un sac prêt dès le jeudi 16 mars à 21h avec un débardeur, un short moulant (que je n’avais pas : je me suis cassé la tête un moment sur cette question-là), des tennis, une trousse de toilette et une tenue de soirée.

Le weekend d’avant, le weekend du 11 mars, mes parents nous rendaient visite à Saint-Cloud, et nous allions réessayer ma robe de mariée avec ma maman. Avant de partir, mon papa m’a sorti au détour d’une conversation : « C’est le weekend prochain que ton frère vient à Paris, je crois. » Tu sais, mon frère et témoin… Du coup, il était assez clair que notre EVJF/G se tiendrait bien le 18 mars, soit le weekend d’après.

Ce que je ne t’ai pas raconté, parce que c’est un peu hors sujet, c’est que nous avions perdu l’un de nos deux chats, Darius, deux semaines avant. Une fenêtre s’était trouvée ouverte pendant que nous étions en weekend (avec M. et Mme Héden), et en rentrant, il nous manquait un chat (et j’ai remercié des milliers de fois le second, Clovis, d’être resté !).

Nous avons passé deux semaines absolument épouvantables, à chercher notre chat partout, à se coucher tard et à se lever à 5h parce que ce sont les heures les plus propices pour trouver un chat, à coller des affiches à tous les coins de rue, à sonner chez les voisins, à sauter des murs et des grillages pour aller regarder derrière, à se faire engueuler par les gens parce qu’on traînait trop près de chez eux, à avoir l’air de voyous avec notre lampe torche…

J’ai perdu quatre kilos pendant ces deux semaines, et M. Chat six, à force de courir la ville dans tous les sens et de ne pas manger par manque d’appétit… Ugh, c’est un très mauvais souvenir, et je suis bien contente qu’il soit derrière nous (spoiler alerte : on l’a retrouvé).

Du coup, ce vendredi soir, nous sommes encore sortis faire le tour de Saint-Cloud en braillant son nom, et nous avons le moral dans les chaussettes. Sur le coup de 21h, ne voyant personne arriver, je décide d’aller me faire couler un bain pour me changer les idées. Mme Héden vit à la frontière suisse, je savais donc que si elle devait effectivement arriver, elle arriverait assez tard, mais en fait, je n’en pouvais juste plus.

Et je te le donne en mille… J’ai à peine le temps de commencer à me laver les cheveux qu’on sonne à la porte ! M. Chat va ouvrir, et j’entends un grand « Surpriiiiiise » depuis ma baignoire. Mon frère-témoin M. Punk, sa femme, et M. et Mme Héden, ma témoin et notre officiant, viennent de débarquer : mon papa avait bien fait une boulette la semaine précédente !

Je me rince fissa, je saute toute mouillée dans mes fringues et je cours les serrer dans mes bras. Je suis si contente de les voir ! Ça nous fait vraiment beaucoup de bien de les avoir avec nous pour nous changer les idées. Nous discutons, puis descendons sur le parking leur montrer la moto de M. Chat. Il fait faire un tour à Mme Héden, qui n’était pas assez à l’aise pour la prendre seule, puis il la confie carrément à M. Héden. Mon M. Chat est si content de la leur montrer, il en est drôlement fier !

Nous rentrons tout contents, on discute encore un long moment, puis il faut quand même aller se coucher, car il faut être opé à 8h le lendemain !

Le lendemain, nous nous réveillons tôt pour finir de nous préparer et prendre le petit-dèj tous ensemble avant l’arrivée des autres. Nos amis arrivent tous un peu d’un coup, ça fait tout bizarre d’avoir autant de monde, autant d’activité, de bruit, de sollicitations, d’un coup sec ! Nous apprenons dans la foulée que la femme de M. Gwada, le témoin de M. Chat, ne pourra pas participer à mon EVJF, et pour une sacrée bonne raison : elle est enceinte ! C’est une super nouvelle qui nous met en joie, M. Chat et moi.

Les garçons sont au complet avant nous, ils équipent M. Chat de son tee-shirt personnalisé et d’un chouette chapeau jaune brillant. En attendant que l’effervescence redescende et que les garçons arrivent tous puis repartent, Mme Héden me donne de chouettes cadeaux : un tee-shirt personnalisé (elle a tout designé elle-même !), ma panoplie de grizzly (oreilles, queue et noeud pap’ en peluche !) et une tasse personnalisée trop belle (qui est avec moi au bureau et que mes collègues me piquent tous…).

Les garçons et les filles ont des tee-shirts assortis aux nôtres, c’est vraiment super chouette ! Juste le temps pour un selfie pas beau et oust, les garçons nous quittent.

Crédits photo : Photo personnelle

Mes oreilles de grizzly et mon nœud pap’ !

Crédits photo : Photo personnelle

Son tee-shirt dit : « Aujourd’hui, c’est mon EVG sans elle… n’en profitez pas pour la draguer. » Je trouve ça trop mignon de la part des garçons d’avoir choisi ce message-là !

Crédits photo : Photo personnelle

Les tee-shirts des garçons 

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Deux de mes collègues, deux jours consécutifs…

Pourquoi un grizzly pour moi ? C’était mon surnom d’enfance. Je n’ai jamais été une petite fille délicate, j’avais tendance à courir en tapant des pieds dans les escaliers, j’étais un peu garçon manqué… Un vrai grizzly, en somme ! Mme Héden m’a connue dès cette époque, ça avait donc du sens pour elle aussi. Ça a ensuite été déformé en Grizz-Lily, mon surnom à la ville (FLASH NEWS : je ne me fais pas surnommer Kiska dans la vraie vie !).

Une fois les garçons partis et en attendant ma belle-sœur qui est en route, Mme Héden me soumet mon premier « gage » : elle me donne plusieurs images et je dois deviner les activités !

Crédits photo : Fichiers personnels

Mme Héden avait imprimé chacune de ces images avec leur verso sur des petits morceaux de papier rigide. Je ne sais plus ce que j’ai fait des cartons, alors je te montre les versions numériques.

La réponse est assez rapide : on va faire un cours de pole dance ! Ça commence fort ! En récompense pour avoir bien deviné, j’ai droit à un joli montage du visage de M. Chat sur un corps de pompier ! Nous nous répartissons dans les voitures, et c’est parti, en route pour la première activité.

Je monte en voiture avec La Fiancée, future épouse du témoin de M. Chat, et on discute mariage et préparatifs, trop bien ! Nous arrivons sur place un peu en avance, on en profite pour se balader un peu dans le quartier. Ne me demande pas où nous étions, quelque part en région parisienne, dans le Nord si je me souviens bien, mais j’étais tellement sur mon petit nuage que je n’ai pas du tout retenu les lieux !

Ma cousine nous rejoint, et nous nous mettons en place pour le cours de pole dance, où ma sœur nous rejoint aussi : nous sommes donc au complet. La salle est lumineuse, avec cinq ou six barres et un grand miroir. On commence par se changer – c’est là qu’intervient le fameux short moulant. Nous sommes toutes en petites tenues, mais finalement, on n’est même pas vraiment gênées (en tout cas, pas moi). On s’échauffe, et on se lance.

Qu’est-ce que c’est difficile, la pole dance ! Non seulement c’est physique (surtout pour les bras, mon point faible), mais en plus, ça frotte sur la peau nue (qui doit l’être pour des questions d’adhérence) ! En tout cas, je m’éclate et je découvre vraiment ce sport. Ma belle-sœur, Mme Punk, gère grave, on est ébahies !

Crédits photo : Photo personnelle

Après tous ces efforts, nous partons déjeuner. Mme Héden a fait les choses bien : elle a choisi un resto qui propose des plats végétariens à la carte. L’ambiance est super bonne, on rigole, on fait des photos, c’est chouette. Mme Héden me donne ensuite les prochains indices pour les trois prochaines activités. Je devine assez vite les deux premières, à tel point qu’on me soupçonne d’avoir eu des informations, alors que pas du tout !

Au programme donc : un escape game

Crédits photo : Fichiers personnels

… et une simulation de chute libre. Quand même, l’avion et le ventilo, sachant que j’avais dit que j’aimerais énormément « prendre de la hauteur » pour mon EVJF et ajouté, à moitié en rigolant, que même un saut en parachute, ce serait top, c’était quand même assez vite vu, non ? Les filles ont cru que j’avais triché quand j’ai répondu trop vite, alors que pas du tout !! (J’te jure !)

Crédits photo : Fichiers personnels

Par contre, j’hésite un peu plus sur le troisième…

Crédits photo : Fichiers personnels

Je ne conduis pas (alors que j’ai mon permis) parce que ça me fait peur. Je vois donc bien qu’il est question de quelque chose en rapport avec ça, mais j’ai du mal à deviner « karting ». Ouh ! Du karting ! Ça me met un petit coup de flippe, sur le coup !

À chaque fois que je devine correctement, j’ai droit à une petite récompense :

Crédits photo : Photo personnelle

Tu vois, Mme Héden est vraiment allée loin dans le détail, elle a suivi un fil rouge « militaire » avec les pompiers, la police, l’armée de terre et l’armée de l’air.

Alors que nous nous apprêtons à partir, je vois arriver par les grandes baies vitrées un petit groupe de garçons, dont un déguisé en Tigrou (avec costume intégral en peluche, queue et oreilles incluses). Spontanément, je vais lui parler, avec mes oreilles d’ours et ma petite queue (que je ne manque pas de lui montrer quand il ose me demander en quoi je suis déguisée). C’est rigolo, c’est très naturel, on se félicite mutuellement, on discute cinq minutes de nos mariages respectifs, et ses copains se demandent tout haut si on se connaît.

On commence les activités de l’après-midi par le simulateur de chute libre. Il y a un peu d’attente, et j’ai tout le temps de me mettre à flipper gentiment en attendant ! Seule Mme Héden le fait avec moi, les autres filles nous attendent donc, dans le hall d’abord, ensuite autour des parois pour nous voir voler.

C’est le seul point négatif de l’organisation du centre de loisirs où nous étions : beaucoup d’attente… Et a fortiori pour les filles qui ne participent pas. Bon, fondamentalement, « les filles », ce sont ma sœur, mes deux belles-sœurs et ma cousine, qui se connaissent, donc, et La Fiancée est la seule qui ne connaît pas encore les autres. J’espère qu’elles ont su discuter entre elles !

Je sais, je ne sais pas raconter les choses de manière concise… Alors je vais te laisser là pour aujourd’hui, je te raconte les émotions fortes de la chute libre et la suite de ce weekend de fou dans ma prochaine chronique !

Et toi ? Comment as-tu abordé ton EVJF ? As-tu été impliquée dans son organisation ? De quelle manière ? Raconte-moi !

Commentaires

Madame Néfertiti

C’est cool les déguisements softs. Pas mal l’idée des petites cartes pour laisser des indices et j’adore l’idée des tee-shirts personnalisés! Hâte de lire la suite du week-end car le début est déjà bien sympa.

le 14/11/2017 à 09h29 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?