Un blog mariage avec des conseils et des témoignages sur l'organisation et les préparatifs du jour J

J’ai testé pour toi : l’ouverture de bal pour les nuls


Publié le 7 janvier 2017 par Madame Peach

S’il existe un sujet qui reste trop peu abordé sur les blogs de mariage, c’est bien celui de la première danse. Et par première danse, je n’entends pas « top 10 des meilleures chansons pour ouvrir le bal », mais bien « Roméo, on fait quoi pour lancer la soirée / pour danser sans se ridiculiser sur dix générations ? »

Je m’étais jurée que si je ressortais indemne de cette expérience, je te la raconterais. Et comme il s’avère que je suis toujours là et qu’aucune perte de pieds/jambes ou autres entorses n’est à déplorer, alors je me lance !

Étape n°1 : faire le point sur ses capacités

L’idée de départ, c’est bien entendu d’être capable de te situer sur l’échelle de la danse : ton niveau de base, ta capacité de progression, et la catégorie de danseur à laquelle tu appartiens (liste non exhaustive) :

  • Catégorie n°1 : le danseur appliqué (homo scolarius) : plutôt consciencieux, l’homo scolarius a appris un pas de danse simple (typiquement : faire le balancier en rythme d’une jambe sur l’autre) qu’il peut facilement adapter à tous types de chansons, ce qui lui permet d’éviter les grosses fautes de style. Parfois, il ose quand même une ou deux variantes (la coupe de mousseux aidant). Signe particulier : se fond dans la masse.
  • Catégorie n°2 : le danseur qui a pris la confiance (homo youtubus) : a clairement trop regardé de vidéos sur les réseaux sociaux et surestime légèrement ses capacités de danseur. L’homo youtubus s’essaie à des pas techniques, persuadé de faire son petit effet alors qu’il passe clairement pour une truffe (mais qu’est-ce qu’il fout ?). Signe particulier : s’entraîne sur « Just Dance 3 ».
  • Catégorie n°3 : le danseur qui tente de gérer son corps (homo gesticulus) : est souvent grand ou très peu à l’aise avec son corps, les bras ballants et la démarche mal assurée. A de fortes chances de s’emmêler les pieds même en l’absence de partenaire en face de lui. Signe particulier : peut passer pour un épileptique quand il s’emballe un peu.
  • Catégorie n°4 : le danseur qui ne maîtrise qu’une seule danse (homo selectius) : l’homo selectius est expert en madison depuis l’âge de 6 ans, alors quand le DJ diffuse « Last Night » les soirs de mariage, c’est un peu son moment de gloire personnelle. Signe particulier : maîtrise aussi la Macarena.
  • Catégorie n°5 : le danseur qui s’enflamme facilement (homo shaketonbootus) : parfaitement inconscient du monde qui l’entoure, l’homo shaketonbootus donne de sa personne sur la piste et n’a même pas bu pour ça. Signe particulier : est d’un naturel enthousiaste.
  • Catégorie n°6 : le danseur qui n’est pas en phase avec son époque (homo ringardus) : rentre son polo dans son jean et semble un peu paumé lorsqu’il s’agit de danser sur du Lady Gaga mais tient la cadence en souriant de bon cœur. Signe particulier : semble davantage dans son élément au son des notes des « Lacs du Connemara » (Ndlr : et si tu as la chanson dans la tête maintenant, ne me remercie pas, je n’en ferai rien).

Bref, dans la vie, il y a ceux qui ont le groove… et les autres. Malheureusement pour moi, je n’ai aucune aptitude innée pour la danse : je ne suis ni une show girl en puissance ni la grâce incarnée, et je n’ai pas un sens extraordinaire du mouvement. Mais bon, j’ai très envie de danser, c’est déjà un départ non ?

Étape n°2 : alors keskonfé ?

Possibilités pour une première danse : multiples. Objectif : éviter le ridicule. Comment on s’y prend ? On achète « Apprendre le rock pour les nuls », « Réussir sa première danse quand on est débutant » ou « Le b.a-ba pour les danseurs qui ont deux pieds gauches ».

Bon ok, en vrai, Roméo et moi, nous sommes allés voir un prof de danse pour mettre un minimum de réussite de notre côté. Nous étions parfaitement conscients de notre absence (totale) de talent mais on avait envie de surprendre un peu nos proches… surtout Roméo qui, avouons-le, n’a absolument aucun sens du rythme et que personne n’attendait sur une salsa ou tout autre chorégraphie un poil élaborée. Probabilité de scotcher l’assemblée : élevée. Enfin… à condition qu’on parvienne au résultat escompté.

L’idée de tenter autre chose qu’un slow n’était pas nouvelle – et j’étais même carrément surprise que Roméo soit partant sans que j’aie à négocier mon corps trois mois de vaisselle – sauf que, va savoir pourquoi, on a déclenché l’affaire seulement 5 semaines avant le jour J – l’inconscience sans doute. Pour en rajouter une couche, le prof qu’on avait contacté avait accepté de nous consacrer des cours particuliers en version accélérée, mais partait en vacances au début du mois d’août, ce qui nous laissait au final… hum, 4 tout petits jours pour nous entraîner avec lui.

Étape n°3 : souffrir un peu, rire beaucoup

Déjà, nous avons dû commencer par définir le type de danse qu’on allait massacrer qui nous tentait. Avec 4 jours devant nous pour parvenir à un résultat correct, il fallait 1/ une bonne dose de lucidité (donc un Quick step ou un Paso Doble, on oublie direct), 2/ une bonne grosse quantité d’autodérision (parce que concrètement, quand tu te retrouves face à un grand miroir qui te renvoie l’image de ta silhouette perdue au milieu du parquet de danse, soit tu pleures de désespoir, soit tu décides d’en rire. Qui c’est qui va passer pour un gland ? C’est moiiiii !). Nous avons donc jeté notre dévolu sur un rock. Le rock, c’est dynamique, c’est techniquement abordable et surtout, ça nous amuse. On se disait qu’une chorégraphie qui ne se prend pas trop au sérieux aurait plus de chances de camoufler nos erreurs de débutants…

Le plus dur ensuite a été de trouver une musique punchy mais pas trop rapide. Et là, ça se complique. On n’était clairement pas au niveau pour assurer sur du Jet (une de nos chansons fétiches de nos débuts) ou du Bruno Mars, alors le prof nous a proposé le désormais bien connu « Shut up and dance » de Walk the Moon. Ce n’était pas ma chanson préférée a priori, mais vu l’enthousiasme de Roméo et le temps qui était compté, j’ai dit banco !

(Aujourd’hui, soit dit en passant, mon avis sur ce titre a bien changé : il provoque en moi une énorme bouffée d’adrénaline liée aux souvenirs et l’envie illico de me dandiner en rythme, si bien qu’il n’y a pas longtemps, j’étais au volant en train de m’enthousiasmer sur les paroles de la chanson et j’ai failli en oublier de m’arrêter au feu rouge. Voilà voilà).

Quelle ouverture de bal pour le jour du mariage ?

Crédits photo (creative commons) : Katsu Nojiri

Alors, quoi te dire de plus ? Nous avons clairement souffert d’ingurgiter autant d’heures de danse en si peu de temps alors qu’on partait de zéro (5 heures d’affilée le dimanche et presque 4 heures le lendemain soir après une journée de travail, ça calme), parce que la difficulté, c’était surtout d’intégrer rapidement les techniques de base du rock pour pouvoir ensuite enchaîner toute une chorégraphie. Et oui, d’habitude, les futurs mariés un minimum organisés s’y prennent au moins 3 mois avant le jour J, histoire de pouvoir échelonner les cours de danse pour avoir le temps d’assimiler les pas d’une leçon à l’autre. Et puis en plus, même si nous n’étions clairement pas nés avec le groove en nous, nous apprenions quand même plutôt vite et le prof s’est un peu enflammé sur des figures techniques que je finissais par avoir du mal à enchaîner.

Mais au-delà de tout ça (et du fait que le dimanche soir, j’étais lessivée et à moitié en pleurs, le trouillomètre à son maximum), qu’est-ce qu’on a ri ! Nous ne nous sommes pas privés de se payer la poire de l’autre quand le prof nous apprenait nos pas chacun de notre côté, nous nous sommes soutenus et encouragés, et nous avons pouffé comme des enfants dans le dos de l’enseignant… en fait, nous nous sommes fabriqués l’un des meilleurs souvenirs de nos préparatifs. Et de mon côté, j’ai découvert un amoureux ultra motivé et impliqué qui s’amusait autant que moi.

Étape n°4 : réussir sa surprise

Il ne restait plus qu’à mettre en scène notre petite surprise. Quand ? Comment ? Concrètement, on se posait tout un tas de questions :

  • Est-ce que je serais capable de danser le rock dans ma robe longue de mariée ? Se changer pour une robe courte le temps de la danse ? Oui ? Non ? Peut-être ? Note à moi-même : prévoir dans ce cas d’acheter un short de sport pour éviter que toute l’assemblée ne puisse admirer ma petite culotte au milieu d’une figure acrobatique.
  • Quand caser notre première danse ? Logiquement, la première danse ouvre le bal. Oui mais voilà, d’abord, j’avais très envie de partager une première danse avec mon papa, avec lequel j’imaginais bien évoluer sur une valse ou un slow. Or, on se voyait mal enchaîner un rock et une valse (ou l’inverse) en ouverture de bal, et je n’avais pas envie de danser un slow avec ma robe courte de rock (si d’aventure je décidais de me changer – cf premier point de la liste). Ensuite, on avait déjà pu remarquer qu’ouvrir le bal juste après le dessert (ou tout autre plat d’ailleurs) n’était pas forcément le moment le plus propice pour retenir toute l’attention de nos convives, particulièrement les soirs de plein été caniculaire lorsque les gens ne pensent qu’à une chose : aller s’aérer dehors et faire une pause clope. Enfin, on appréhendait un peu de réussir notre danse et on n’avait pas forcément envie de contenir ce stress jusqu’à l’heure du gâteau.
  • Pourquoi ne pas remplacer la traditionnelle entrée des mariés dans la salle par notre rock ? Une fois tous nos invités installés à leur table dans la salle du dîner, on s’était dit qu’on pourrait mettre en scène notre entrée de manière un peu humoristique, et on avait pensé diffuser un sketch sur l’écran géant de notre DJ à la manière d’un Bref ou d’une parodie du Palmashow. Mais encore une fois – on ne se refait pas – , nous nous sommes sérieusement mis à plancher sur le sujet à 4 semaines du mariage et à cette période-là, nous avions vraiment d’autres priorités que de s’improviser comédiens d’un soir. Alors on s’est dit : « et pourquoi on ne rentrerait pas sur notre rock, là où personne ne nous attend ? Si je dois me changer, je pourrais m’éclipser incognito à la fin du cocktail, et puis une fois que ce sera fait, on pourra profiter sans stress de la soirée ». Ça méritait réflexion.

Alors, quelle a été notre décision finale ?…

… ça, tu le découvriras le moment venu, parce que la prochaine fois que tu me liras, il sera grand temps d’entrer dans le vif du sujet et d’entamer le récit de notre joli jour !

Toi aussi, tu es une véritable Pierre Richard de la danse ? Tu as prévu quelques chose de particulier pour ouvrir le bal ? Raconte-moi tout !

Commentaires

22   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Gezillig

Ton article m’a mis de bonne humeur de bon matin, merci des éclats de rire 😀
Je peux dire comme toi, que nos cours de danse sont un de mes meilleurs souvenirs des préparatifs, tellement, qu’on a continué à danser après… 🙂
(Et je trouve que shut up and danse est une très bonne chanson car elle montre que vous vous prenez pas trop au sérieux et elle donne le smile et envie de faire la fête ! 🙂 )

le 07/01/2017 à 07h31 | Répondre

Madame Peach

Oui c’est tout à fait l’idée de « Shut up and dance », de ne pas se prendre au sérieux ! 😀 Qu’est-ce qu’on a rigolé n’empêche !
C’est génial d’avoir continué les cours de danse par la suite, on en avait le projet aussi mais Roméo a eu un rythme de dingue au boulot à la rentrée et du coup on n’aurait pas pu y aller aux heures de cours… :/ Dommage, mais ce n’est que partie remise 😉

le 07/01/2017 à 12h17 | Répondre

Madame Origan

Hahaha, tu m’as trop fait rire ! Et je me reconnais totalement dans la description de l’homo scolarius 😉 !
En tout cas j’adore « shut up and dance », au départ je voulais qu’on fasse notre entrée dans la salle sur cette musique (mais l’Ours trouvait qu’elle faisait trop « mariage »… heu oui, justement !), du coup je vote pour la solution 3 !

le 07/01/2017 à 08h57 | Répondre

Madame Peach

Haha je suis très homo scolarius aussi 😉

Et ben tu vois, au départ, c’est moi qui trouvais que la chanson faisait « trop mariage », mais dans le laps de temps qui nous était donné et vu nos capacités techniques, je n’ai pas trop fait la fine bouche sur le choix de la chanson (que j’aimais quand même bien au départ !), et je ne regrette pas ! 😀

le 07/01/2017 à 12h19 | Répondre

Claire

J’ai presque cru que tu allais mettre 1 jolie photo de votre 1ère danse… Puis arrivée en bas de l’article, la dernière phrase m’a bien plu !!! 🙂

De notre côté, 1ère danse classique avec 1 slow. Je ne me sentais pas de m’exposer avec 1 danse même si… On y a pensé comme monsieur avait pris qq cours avec une autre lol… Et moi j’ai fait du rock plusieurs années quand j’étais enfant/ado… Mais comme toi Madame Peach, c’était à quelques semaines du joli jour… Bravo d’avoir relevé le défi de votre côté !
Et le choix d’ouvrir la soirée avec, je trouve ça top ! Rien que pour notre entrée dans la salle, improvisée sur un morceau de Muse qu’on adore, on a eu plein de compliments « super votre choré », euh quelle choré ? Lol.

le 07/01/2017 à 09h52 | Répondre

Madame Peach

Non, malheureusement je n’ai pas de photos très potable de notre première danse… mais j’ai des vidéos des entraînements que j’aurais pu vous mettre ! Seulement, là, impossible de remettre la main dessus… 🙁

Oh génial tu sais danser le rock ! Mais un slow c’est très bien aussi, nous c’était surtout une bonne occasion de rire (vive l’autodérision !! 😉 ). Et puis si vos invités ont cru à une choré pour votre entrée, c’est parfait finalement ! Sur du Muse en plus ça devait envoyer 😀

le 07/01/2017 à 12h24 | Répondre

Madame Presque Relax

Haaaaaaa non je veux savoir ce que vous avez choisi.
Nous ce sera très humoristique avec des reprises de films

le 07/01/2017 à 10h15 | Répondre

Madame Peach

Ouiiiii tu sauras tout en temps voulu 😉

Super, une entrée humoristique, je ne peux que plussoyer !

le 07/01/2017 à 12h25 | Répondre

Madame Myrtille

L’homo shaketobootus… J’ai failli me faire dessus …
Merci pour cet article qui met de bonne humeur en ce samedi matin tout gris et tristoune chez moi.
Je suis certaine que quelque soit l’option que vous avez choisie, vous avez fait sensation. J’aurai adoré prendre des cours de danse, mais vivant en Allemagne nous n’avons pas osé … (barrière de la langue, barrière culturel, et Grognon vraiment pas motivé même en échange de 6 mois de vaisselle ET de mon corps 😉 )

le 07/01/2017 à 11h44 | Répondre

Madame Peach

J’avoue… l’homo Shaketonbootus, c’est mon préféré ^^

Oh, ben alors il fallait vendre également tes services pour des massages quotidiens pendant 1 an pour appâter ton grognon ! 😉 Blague à part, c’est sûr que je n’aurais pas non plus lancé l’idée si j’avais senti que Roméo était réticent… mais comme on a fait passer tout ça sous couvert d’humour, c’est passé plus facilement 🙂

le 07/01/2017 à 12h32 | Répondre

Myade

Pour ma part, j’ai dansé un rock pour ma première danse, avec mon mari.
Je me suis posé la question de « ça va passer avec la robe ? »
Du coup on a « répété » (enfin, dansé le rock quoi, notre danse était pas chorégraphiée) dans notre salon, avec moi en talons + jupon + jupe longue pas de mariée (récup d’un déguisement) pour que monsieur ne voie pas LA robe malgré tout XD

le 07/01/2017 à 11h48 | Répondre

Madame Peach

C’est clair que si on avait eu plus de temps, je me serais entraînée à danser en robe longue, voire même avec des talons ! Je t’imagines bien avec ton jupon et ta jupe longue de déguisement ?

le 08/01/2017 à 11h11 | Répondre

Madame Croisé

Tu t’es éclatée sur cet article, j’adore!!!

le 07/01/2017 à 13h54 | Répondre

Madame Aran

Merci pour cet article !! C’est l’article qui te mets de bonne humeur même quand tu as le cafard xD bref j’adore !
Pour le coup Shut Up and Dance je connaissais pas (enfin déjà entendu mais jamais mis de nom dessus) et je la trouve très originale (c’est peut être moi qui suis à côté de la plaque, mais je trouve pas qu’elle fasse trop mariage justement je la trouve punchie et qui met de bonne humeur!)

le 07/01/2017 à 17h51 | Répondre

Madame Peach

Merci, si je peux aider en tant qu’anti-dépresseur c’est avec plaisir ?

Oui, tu vois Roméo pensait la même chose que toi de la chanson et c’est tant mieux, je ne regrette pas du tout qu’on ait danse là-dessus ! Maintenant elle est associée à ce moment et me met une pêche d’enfer 🙂

le 08/01/2017 à 11h15 | Répondre

Madame Aran

Au fait, comme je sais que tu es abonnée aux commentaires, rien que pour toi le retour de bâton : « Terre brûlée au vent, des landes de pierres,
Autour des lacs, c’est pour les vivants
Un peu d’enfer, le Connemaraaaaaaaaaa »
(De rien, on est 2 à l’avoir en tête maintenant !)

le 08/01/2017 à 17h37 | Répondre

Madame Peach

Hahaha je m’incline, juste retour des choses ! (vilaine !!!!!!) :p

le 08/01/2017 à 19h54 | Répondre

Madame Chihuahua

Haha trop drôle ton article, merci Madame Peach !! Moi aussi je suis une quiche en danse et pour l’instant je n’ai pas trop envie de faire d’ouverture de bal, mais quand je dis ça les gens me font comprendre que c’est une étape un peu « obligée »… J’ai encore le temps d’y réfléchir, je m’y prendrai 2 jours avant comme toi 😉

le 09/01/2017 à 00h08 | Répondre

Madame Peach

Ne te sens pas obligée de faire une ouverture de bal particulière si ce n’est pas ce dont tu as envie, les gens pourront bien dire ce qu’ils veulent ! Mais si jamais ça te prend de faire quelques chose de particulier, justement, ne fais pas comme nous et n’attend pas le dernier moment, ça t’enlèvera un certain stress quand même ^^

le 09/01/2017 à 09h53 | Répondre

Mademoiselle Bulles

J’ai tellement ri !!! J’ai hâte de savoir ce que vous avez choisi comme option, mais une chose est sûre, cette chanson met la pêche ! Vous avez dû avoir une ambiance de folie !!

le 10/01/2017 à 20h21 | Répondre

Madame Peach

Je ne voudrais pas spoiler la suite mais.. je crois qu’on a réussi à mettre un peu d’ambiance oui ! :p

le 17/01/2017 à 17h16 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?