Un blog mariage avec des conseils et des témoignages sur l'organisation et les préparatifs du jour J

Récit de voyage, octobre 2015 : l’organisation de notre périple


Publié le 8 septembre 2017 par Mademoiselle Voyage

Octobre 2015, Tokyo.

Nous venons d’arriver à l’aéroport de Tokyo et sincèrement, je suis sur un petit nuage ! Depuis deux jours, je suis fiancée à M. Jules Verne, chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout comme je te le racontais dans mon article précédent. Et nous voilà à présent au Japon, un pays où je n’étais encore jamais allée (comme la Russie en fait) et qui me faisait envie depuis bien longtemps.

Pour te donner une idée de notre parcours dans le Sud du Japon (c’est super beau, je te recommande vivement si tu as l’occasion !!), suis les petites étoiles !

Crédits photo : Google Maps

Le voyage se passe donc super bien, ma mère m’a même dit que ça ressemblait presque à une lune de miel avant l’heure (on n’en est pas loin en effet). Sauf qu’un événement vient un peu bouleverser tout notre périple qui devait nous emmener jusqu’au jour J à l’église…

Il faut savoir qu’un peu plus tôt cette année, j’avais postulé pour un VIE (Volontariat International en Entreprise) dans mon ancienne entreprise où j’étais apprentie, pour une mission en Inde de deux ans. Le projet m’avait beaucoup plu et même si ça voulait dire que je partais loin de M. Jules Verne, celui-ci m’avait confirmé que sur un CV, c’était la classe. Et puis surtout, l’Inde… ce n’est pas loin du Népal ! *yeux qui brillent* (Si tu as lu l’article où je me présente à toi, tu te souviens que mon pays de cœur est l’Allemagne. Eh bien pour M. Jules Verne, c’est le Népal !)

Le projet en soi était donc bien envisageable. Sauf que je n’ai pas eu de réponse de mon employeur pendant plusieurs mois et lorsque nous sommes partis pour la Russie, n’ayant toujours pas de réponse, je pensais que c’était fichu (entre-temps, j’avais même trouvé un CDD en région parisienne qui commencerait en décembre… je n’étais pas désespérée).

Nous sommes donc à Tokyo pour une nuit seulement (une nuit bien arrosée : M. Jules Verne en a bien profité pour parler japonais avec ses amis et des inconnus au bar – oui, Monsieur parle japonais, très pratique !) et nous voilà partis pour Kyoto. Nous passons de superbes moments en amoureux, tout nouveaux fiancés que nous sommes (et je n’arrête pas de regarder ma bague… aaaaah, elle est trop belle !).

Mais soudain, tout bascule ! (Non, je ne joue pas du tout sur l’effet dramatique…) En voyage, je mets toujours mon portable en mode avion ou je l’éteins, simplement pour être sûre de ne pas avoir de mauvaise surprise (on va éviter les factures de 200€ juste parce qu’Internet s’est allumé sans que je ne le veuille) et surtout pour profiter du voyage.

À Kyoto, une fois installés dans notre petit hôtel, je décide toutefois de l’allumer et de profiter du wifi pour lire mes mails. J’enlève également le mode avion. Surprise : quinze appels en absence, trois mails des RH de mon entreprise et deux mails de mon potentiel futur chef, qui m’annonce que je suis short-listée pour être prise en VIE et que je dois rappeler les RH pour un entretien. EUH… WHAT ? Mon cœur fait un bond ! « Qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je FAIS ?? » Et M. Jules Verne qui me dit que je dois tenter ma chance.

OK, demain en fin de journée au Japon, j’ai mon entretien RH. Celui-ci se passe très bien (« Bonjooour, je viens de téléphoner du Japon pendant quarante-cinq minutes, je sens que ça va faire mal à mon porte-monnaie à la fin du mois…), mon futur chef m’appelle aussi pour me dire que deux autres personnes sont aussi intéressées et qu’il va prendre une décision très vite.

Et trois jours plus tard (nous sommes à ce moment-là à Kagoshima avec Monsieur), j’apprends que je dois encore régler deux-trois trucs administratifs, mais que je suis prise. Juste, WAOUH !

Crédits photo (creative commons) : Martha Gallegos

Il me faut donc faire un choix : l’aventure en Inde (pays que je ne connais absolument pas, ce qui titille encore ma curiosité) ou une vie à Paris avec M. Jules Verne et la préparation de notre mariage. Hum… Je t’avoue qu’à force d’y réfléchir, j’ai cru devenir folle ! Je prends finalement mon courage à deux mains et déclare avec sincérité à mon nouveau fiancé :

« J’ai envie de tenter l’aventure, mais j’ai besoin de ton soutien car sans toi, je n’y arriverai pas. » (Non non, pas de mouchoir, même si je pleure tout de même un peu car la décision n’a pas été facile.)

M. Jules Verne est adorable et me dit que j’ai pris la bonne décision. Ça ne sera pas facile puisque nous ne pourrons pas nous voir tout le temps, qu’organiser un mariage à distance, ce n’est pas du gâteau, et que donc il va falloir bien assurer mais… on va y arriver !

À partir de ce moment, comme nous savions que j’allais bien vite partir (j’ai décollé en janvier 2016 !), il nous faut agir vite pour les premières grandes décisions : quand ? Où ? Combien de personnes à peu près ? Bien sûr, il ne nous a pas fallu seulement quelques jours pour savoir tout ça, mais je me permets de te faire un petit raccourci !

Quand ?

Et pourquoi ne pas faire ce mariage en deux temps ? Une de mes cousines l’a fait : un mariage civil célébré dans l’intimité et l’année d’après, un mariage religieux en plus grandes pompes avec l’ensemble de leurs familles et amis. Pourquoi ne pas suivre l’exemple ?

C’est décidé, « l’excuse » de mon départ en Inde tombe bien : nous allons nous marier en deux temps ! Un mariage civil en 2016 juste avec nos familles proches et nos témoins, et un mariage à l’église (oui, obligatoire pour moi : je ne me vois pas mariée sans un bel engagement envers Dieu) en 2017 avec tous nos proches.

Mais quel jour ?

M. Jules Verne, très pragmatique, a tout de suite la réponse : nous nous sommes fiancés le 1er octobre 2015, marions-nous le 1er octobre 2016 et 2017 ! Coup de bol, le 1er octobre 2016 est un samedi, mais en 2017… un dimanche ! Pas grave, nous nous dirons « oui » à l’église le samedi 30 septembre 2017.

Où ?

Il faut savoir que Monsieur et moi aimons beaucoup la Bretagne. Lui parce qu’il a de la famille là-bas, à Paimpol. Moi parce que je la trouve très belle à visiter et que justement, Paimpol, je connais bien car une autre de mes cousines s’est mariée dans cette jolie ville. Donc la Bretagne s’avère être un choix évident pour nous.

Sauf que… ma famille n’est pas tout à fait d’accord : « Pourquoi ne pas le célébrer aussi dans notre coin ? » Hum, pas faux ! Surtout que mes parents possèdent une très jolie maison près de Bourgueil, en Indre-et-Loir (Saumur, Chinon, tout ça… le pays du bon vin !), qui appartenait autrefois à mes grands-parents.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Tu imagines bien que je tiens beaucoup à cette maison (et puis, elle est belle, non ?) et l’idée d’y célébrer mon mariage me plaisait beaucoup.

Allez hop, c’est fixé, le civil aura lieu chez mes parents dans les Pays de la Loire et le religieux, en Bretagne.

Mais où en Bretagne ?

Nous voulions rester dans le même coin que Paimpol, partie de cette région que M. Jules Verne affectionne particulièrement. Le lieu où nous nous dirons solennellement « oui » sera donc la Cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier. Elle est magnifique, je suis très vite tombée sous son charme lorsque Monsieur me l’avait fait visiter la première fois, et il voulait vraiment le faire ici !

(Petit plus : dans la cathédrale se trouvent également un très beau cloître et le mausolée de Saint Yves, le saint patron des Bretons et des avocats ! Il fut même un temps où son crâne était exposé, au plus grand bonheur de mon petit curieux. La dernière fois que nous y sommes allés, plus de crâne, donc peut-être ne sera-t-il pas réexposé pour notre mariage – hum… je n’en voudrai à personne si c’est le cas !)

Cathédrale mariage Bretagne

Crédits photo (creative commons) : Gaël Chardon

Check ! Nous avons la cathédrale.

Et le lieu de fête ?

J’avoue que comme il connaît bien le coin, j’ai laissé M. Jules Verne faire ses recherches (il aime bien se mettre dans son coin devant son ordinateur et faire ce qu’il a à faire, tranquillement sans qu’on le dérange… donc bon, je n’ai pas insisté pour participer !) et sur Internet, il a fait une petite sélection.

Au final, nous avons prévu de n’en visiter que deux (rappelle-toi : il nous faut être efficaces car je pars bientôt !).

Le premier domaine que nous avons visité… Eh bien, pour être honnête, je n’arrive même pas à me rappeler le nom ! Très sympa en soi et assez grand pour accueillir tous les invités, mais de souvenir, il était assez loin de Tréguier et sa cathédrale (au moins une heure si je ne me trompe pas), et la propriétaire, une femme tout à fait charmante au demeurant, nous imposait beaucoup de choses, notamment les prestataires… Des arguments suffisamment convaincants pour ne pas retenir cet endroit.

Le second endroit visité est en fait un lieu devant lequel nous sommes déjà passés lors de nos promenades dans la région. Déjà à l’époque, nous trouvions l’endroit fabuleux, mais alors quand nous avons visité… Ma-gni-fique ! Un vrai coup de cœur ! Il s’agit de l’Hôtel Castel Beau Site à Ploumanach, qui a un très beau restaurant appelé La Table de Mon Père :

Lieu réception mariage Bretagne

Crédits photo : Castel Beau Site

Lieu de réception Bretagne

Crédits photo : Castel Beau Site

Lieu de réception Bretagne

Crédits photo : Castel Beau Site

C’est beau, n’est-ce pas ? La plage, la mer, cette beauté de paysage, l’hôtel qui est fabuleux… Eh oui, on a craqué… Car ce n’est bien entendu pas le lieu de réception le moins cher… mais quand il s’agit d’un coup de cœur, M. Jules Verne et moi fonçons ! Je te parlerai d’argent et de devis dans une prochaine chronique.

Autre point important qui m’a pris un peu la tête et que je t’explique ci-dessous : la salle peut accueillir cent vingt personnes maximum. Parfait pour M. Jules Verne (esprit pragmatique : vu le prix, c’est bien de se fixer des limites), mais moi… je médite.

Combien de personnes ?

Bon, pour le mariage civil, c’est vite vu : pour notre mariage civil, une quinzaine de personnes, par-fait ! Mais pour le mariage religieux… Ah la la, casse-tête !

Comme je viens de te le raconter, la salle de la fête ne peut accueillir que cent vingt personnes au total. Ça me pose problème : depuis que je suis petite, j’ai beaucoup déménagé, rencontré plein de monde et du coup, gardé contact avec pas mal de personnes que je souhaitais inviter. Mais là, vu la place limitée (« Et le budget !! » entends-je dire), il va falloir faire des choix !

Voila, tu sais tout de l’organisation principale de notre prochain périple : notre mariage !

Et toi ? Un imprévu t’a-t-il obligée à régler un peu plus vite que prévu les postes importants de ton mariage ? Sur quels critères as-tu choisi ton lieu de mariage ? As-tu aussi dû faire des sacrifices dans le nombre de personnes invitées ? Raconte !

Commentaires

8   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mlle.chou

Très beau lieu j’y suis passée devant pendant nos vacances et justement ce jour là il y avait une mariage avec une vieille voiture dehors 🙂

le 08/09/2017 à 09h04 | Répondre

Madame Cerise

Oh làlà, quel lieu de ouf ! Hâte de voir ça avec votre déco 🙂

le 08/09/2017 à 09h11 | Répondre

Madame Teochew

OHMONDIEU.
Tu as « tué le game » comme on dit 😉
Entre ton parcours de voyage qui envoie du lourd (moi aussi j’ai fait le Japon et c’était juste OUF), ton thème, la maison de tes parents et votre lieu, ton mariage va être EXTRAORDINAIRE.

Vivement le 30 septembre alors <3

le 08/09/2017 à 10h50 | Répondre

Nala

Han !!!!!!! Le lieu de réception, mais c’est juste … wouhaaaaaaa !!!!!!!!!!! Pas de mot, en fait. C’est kro kro beau ! Il est vrai que même la barrière budgétaire fait rarement le poids face à un coup de coeur 🙂
J’aime aussi beaucoup la maison de ton enfance – mais le 37 est en région Centre il me semble, non pas en Pays de la Loire … 😉 (c’est un détail, mais bon ^^)

le 08/09/2017 à 11h15 | Répondre

Mademoiselle Québec

Tout simplement magnifique! Votre mariage sera mémorable, tant pour vous deux que pour vos invités!

Ici aussi il a fallu faire des concessions, tant sur le choix du lieu que sur le nombre d’invités. Étant Québécoise et mon futur époux (28 octobre, ça s’en vient!), nous devions loger les invités européens, à tout le moins pour la nuit du mariage (pas question de leur refiler la facture, d’autant plus qu’ils avaient payé leurs billets d’avion et qu’ils viennent avec les enfants, donc 3, 4 ou 5 billets!)

Nous nous marierons donc à 200 km de chez nous, nous avons loué un couvent transformé depuis en auberge qui, s’il est magnifique de l’extérieur est plutôt un peu terne à l’intérieur. Mais le gros avantage, c’est qu’il offre 34 chambres et 2 salles (de taille modeste) pour le vin d’honneur et la réception. Et le vin d’honneur pourrait avoir lieu dans le jardin extérieur si la météo le permet (parce que bon, un 28 octobre, il peut faire entre 0 et 25 degrés chez nous, mais plus vraisemblablement autour de 10 degrés… nous verrons bien!) Qui plus est, l’église n’est qu’à 300 mètres alors c’est super pratique!

Mais pour en revenir aux salles, elles sont de taille modeste. Donc au départ nous devions faire tenir 84 personnes, mais il aurait fallu sortir des tables dans le corridor après le repas pour avoir la piste de danse. Mais avec les désistements, nous sommes désormais 68 alors nous aurons de la place! 🙂

Évidemment nous avons dû trier nos invités (en étant à 200 km de chez nous certains se sont triés d’eux-mêmes, et comme nous nous marions religieusement, je tenais à avoir près de moi des gens pour qui ça signifiait vraiment quelque chose (la partie civile est faite en même temps chez nous, nous signons tous les papiers à l’église), du coup j’ai éliminé les tontons, taties, cousins cousines que je ne fréquente que peu ou pas, de même que les amis pas très proches.

Notre budget n’est pas illimité non plus et même si chez nous c’est presque devenu la norme de faire payer les invités pour assister au mariage, il n’en était absolument pas question pour nous, dès le départ! Donc voilà le pourquoi et le comment nous avons fait certaines concessions! 🙂

le 08/09/2017 à 15h28 | Répondre

Mademoiselle Québec

oups, au début du texte il aurait fallu lire que mon futur époux est Français 😉

le 08/09/2017 à 15h29 | Répondre

Aurore

C’est vraiment très beau, que ce soit la Bretagne ou chez tes parents !

Et pour le Japon, ce sera notre lune de miel ! On part dans 6 semaines, on a hâte de découvrir ce magnifique pays !!

le 09/09/2017 à 10h13 | Répondre

Mademoiselle Biche

Olalala… je me disais bien quand j’ai vu la photo de la cathédrale de Tréguier que je connaissais ce cloître ! Nous étions en vacances en Bretagne l’année dernière et nous avions adoré cette magnifique cathédrale et son cloître : les vitraux y sont tellement beaux ! Hâte que ton mariage arrive alors : il va m’en falloir de la patience pour attendre de découvrir les photos de votre cérémonie !!!! 😉

le 12/09/2017 à 21h29 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?