5 ans de mariage : ça veut dire quoi être mariée pour moi ?

Me voici de retour ! Peut-être que fraîche fiancée, tu n’as pas retourné toutes les archives de Mademoiselle Dentelle et tu ignores qui est cette Madame Gezillig…

Pour récapituer, je me suis mariée il y a 5 ans, en 3 langues, deux pays, mode participatif et plans foireux inclus. Et j’ai tout raconté (ou presque) par ici.

Alors pourquoi revenir encore 5 ans après ?

Et bien, cet été, c’était donc nos noces de bois, et comme tout anniversaire important, j’aime bien regarder en arrière et voir le chemin parcours, m’interroger sur ce que cela signifie. Et je me suis dit que ça peut t’intéresser, toi qui prépares ton mariage aujourd’hui.

Cette fois, je ne te parlerais pas vraiment de mes jours de fêtes et de ce que je ferais différemment ou pareil.

Non, aujourd’hui, j’ai envie de te parler du Mariage avec un grand M. Tu sais l’engagement que tu vas prendre, le contrat contracté (légal, moral, symbolique, psychologique tout cela à la fois).

Ça fait donc 5 ans que j’ai dit oui à mon amoureux, 5 ans que nous sommes mariés et j’ai très envie de te raconter ce que ça signifie au quotidien aujourd’hui pour moi.

Carnet rose

Avant de rentrer dans les détails de ma réflexion quasi philosophique, je me dois de t’annoncer une jolie nouvelle : notre famille s’est à nouveau agrandi.

Le 29 juillet, un petit garçon a rejoint notre famille. Un peu en avance à bien des égards (une nouvelle grossesse n’était pas prévue si tôt et il est arrivé aussi un mois avant le terme) mais tout ça, je le raconte plutôt sur Dans ma tribu). Cela dit, ce grand chambardement joue dans ce que je vais te raconter après.

Carnet rose : un bébé pour Mme Gezillig

Crédits photo : Photo personnelle

Aujourd’hui, nous sommes fatigués mais heureux… Et bien sûr, il est déjà difficile d’imaginer comment c’était de ne pas être 4.

Nos 5 ans de mariage : 2 anniversaires pour une vie mouvementée

Le 14 juillet et le 2 août dernier, nous avons donc fêté nos deux dates de mariage. C’est cela que je vais commencer par te raconter parce que je trouve que c’est très représentatif…

Enceinte de 7,5 mois, avec une petite de 21 mois, nous n’avons pas visé grand pour notre anniversaire de mariage. Pour la première date, j’ai demandé à mes beaux-parents de garder notre fille, c’était un dimanche, parfait pour aller déjeuner quelque-part.

J’ai remis ma robe de mariée comme c’est la tradition tous les ans (et oui, même enceinte, je rentre dedans !), notre fille a pleuré quand nous l’avons laissé et ça nous a un peu peinés.

Ces jours-là, nous étions exténués (je ne vivais pas très bien la grossesse et ma fille n’a pas très bien vécu notre déménagement, son sommeil s’en ressentant et le nôtre aussi donc), il faisait froid mais nous avons quand même mangé en terrasse parce qu’il y avait des chauffages (ce n’est pas écolo et je suis tombée malade après…).

Le repas n’était pas à la hauteur de mes attentes – déjà qu’il y avait les 3/4 du menu que je ne pouvais pas manger…

Et puis, entre deux bouchées, nous nous sommes mis à parler de sentiments et de notre vie actuelle et l’amoureux a sorti deux bombes « en ce moment, j’aimerais parfois être ailleurs, en vacances seul, c’est lourd pour moi. Mais je reste là parce que j’en ai la responsabilité », et puis quand on parlait de nombre d’enfants « tu sais, je ne suis déjà pas sûr de vouloir ce deuxième ».

C’était dit gentiment, c’était juste honnête mais j’étais enceinte, moi-même pas sûre du tout du bonheur de la situation actuelle. Mais surtout ayant bien l’impression que moi, je n’avais pas le choix. Lui, il pouvait toujours partir et nous abandonner (pour quelques jours ou pour toujours) mais pas moi… Dans la tête d’une femme enceinte, pleine de fatigue et d’hormones, c’est l’explosion et j’ai passé une heure à pleurer après.

Et puis, nous avons voulu manger des poffertjes (espèces de mini crêpes hollandaises) mais l’endroit ne prenait pas la carte et le seul distributeur du village ne fonctionnait pas.

Nous avons fini par rentrer et faire une sieste car c’est la seule chose dont on semblait avoir besoin. Puis, nous sommes ressortis pour le goûter, manger des poffertjes avec notre fille finalement, et c’était assez chouette finalement.

Ça c’était notre 14 juillet, notre anniversaire de mariage civil.

Notre 2 août, rien n’était vraiment prévu. Et puis notre fils est né en avance, c’était donc dans la semaine de congé paternité de mon mari, mais aussi la semaine où nous avons une aide à domicile ici aux Pays-Bas et enfin un vendredi donc jour de crèche de notre puce.

Mes beaux-parents voulaient venir aider ce jour-là et mon mari a dit oui, sans réaliser la date, ni le fait qu’en général cette semaine-là, je n’avais pas très envie de voir du monde. Ça m’a fait pleurer (oui, je suis une madeleine, je pleure beaucoup…). Mais je lui ai dit et il a appelé et expliqué (et mes beaux-parents sont merveilleux, ils ont compris).

Nous avons donc profité à deux, une matinée tranquille (l’aide à domicile s’occupant des tâches domestiques et notre fils passant son temps à dormir), un repas gargantuesque à base de saucisson et de plateau de sushis géants et une sieste câlins. Et voilà, c’était doux, c’était bon et j’en garde un merveilleux souvenir. La vie était drôlement chouette en ce 2 août !

C’est quoi le mariage pour nous ?

Si je te raconte ça, ces histoires assez personnelles et pas forcément très flatteuses pour nous (non, je ne fais pas rêver avec un cadeau romantique reçu ou un voyage surprise), c’est parce que ces deux jours-là sont une belle représentation de ce qu’est le mariage à nos yeux.

Avoir des engagements, rester alors qu’on préférerait parfois partir.

Faire confiance en la vie à deux, être honnête, communiquer, dire quand cela ne va pas, même si ça blesse.

Faire face ensemble. Être là l’un pour l’autre.

Ne pas laisser passer les bonheurs même les petits.

Rester ensemble quoi qu’il arrive ?

Quand on se marie, on ne veut plus seulement dire « je t’aimerais aujourd’hui », on veut dire « je veux t’aimer demain, et tous les jours d’après », cultiver le jardin de notre amour pour qu’il continue de fleurir.

Autour de moi, des amis qui se sont mariés dans les mêmes années que nous divorcent.

Je me suis mariée à l’église catholique et j’ai donc voulu associer mariage avec toujours.

Mais bien sûr quand je vois les couples qui se séparent, que j’écoute les histoires, que je vois les souffrances, je sais que parfois ça ne marche pas, qu’on est souvent finalement mieux à ne plus conjuguer demain ensemble.

Nous parlions donc récemment avec l’amoureux de cette frontière entre rester même si c’est difficile et partir pour son bien.

Pas qu’on en soit là, loin de là. Pour être tout à fait honnête, en 5 ans, il n’y a pas un jour où je me suis dit que je serais mieux sans lui. Mais si ça nous arrivait. Que ferais-je ?

Le mariage ne doit pas tourner au sacrifice. Je pense qu’il faut beaucoup de courage pour partir mais que c’est aussi une preuve d’amour.

Amour pour soi, on se respecte en suivant ses sentiments. Amour pour l’autre aussi : si les sentiments d’origine ne sont plus là, peut-on vraiment être loyal au contrat qu’on a signé se basant dessus ?

Continuer à cultiver notre amour…

Mais je veux garder en tête que le mariage est un lien dont on doit prendre soin, qui demande chaque jour d’y travailler, mais que ça en vaut la peine tant qu’on a le sentiment que vieillir ensemble est une perspective attirante.

Pour m’auto-citer (nous ne sommes plus à ça près), « Je suis bien avec mon Amoureux. Et j’ai l’impression qu’à ses côtés, je suis quelqu’un de meilleur. Je suis capable de créer un avenir plus beau, plus ouvert. », et tant que j’aurais envie de cultiver cela, et lui aussi, nous serons fidèles à nos vœux, malgré les tempêtes et les difficultés de la vie.

Je suis mariée depuis 5 ans, ma vie n’est pas parfaite, et ni mon amoureux ni moi-même le sommes non plus, mais cinq ans de mariage que je regarde avec attachement, avec bonheur…

5 ans de mariage : ça veut dire quoi être mariée pour moi ?

Crédits photo : Mamzelle Joe

Aujourd’hui, la bague que je porte à mon doigt a encore plus de sens que quand il me l’a passée. Elle dit la fidélité, l’amour, la tendresse qu’on se porte chaque jour d’année en année. Elle dit la famille que nous avons fondée et que nous portons ensemble. Elle dit les engagements que nous avons pris ensemble, les choix professionnels et d’organisation familiale qui nous concernent directement tous les deux, en cas de réussite ou d’échec. Elle dit les rires, les pleurs, les moments de fatigue et d’exaspération de l’autre et le fait qu’on se prenne toujours dans les bras. Elle dit que s’aimer et se chérir n’est pas une promesse seulement mais un acte quotidien pour aujourd’hui, pour demain et pour tous les jours de notre vie ensemble.

5 ans, c’est un bout de chemin et très peu à la fois. J’espère pouvoir dire les mêmes mots dans 10, 20, 30, 50 ans. On se donne rendez-vous ?

Et pour toi, ça veut dire quoi être mariée ? Raconte !



13 commentaires sur “5 ans de mariage : ça veut dire quoi être mariée pour moi ?”

  • Merci pour ce beau témoignage très honnête. Oui ce n’est pas facile tous les jours mais ca en vaut bien le coup ! Je suis d’accord avec toi, à deux on est mieux. Mais il ne faut pas oublier son couple.

    Par contre, une phrase m’a fait tiquer: « Je me suis mariée à l’église catholique et j’ai donc voulu associer mariage avec toujours. »
    Je ne me suis pas marié à l’église mais pour nous aussi, notre mariage rime avec toujours. L’envie de rester ensemble jusqu’à la mort, c’est ce qui pousse la plupart des couples à se marier, quelque soit la cérémonie.

    Belle vie à vous 4 pour les 50 prochaines années.

    • Je ne veux pas que tu te maries pas pour la vie quand ce n’est pas à l’église catholique mais que ce n’est pas dans les vœux de facto, c’est un choix. Je connais des gens qui ont dit dans leurs vœux « je ne peux te promettre de t’aimer toujours »
      Après, tu te maries pour que ça dure, c’est clair, tu paries dans tous les cas sur l’avenir sinon, tu ne prendrais pas l’engagement 🙂

      • Je crois que ce que tu veux dire, c’est que, contrairement à d’autres religions ou à un mariage sans célébration religieuse, c’est qu’un des piliers du mariage catholique est l’indissolubilité. Ca veut dire que les époux s’engagent pour toute leur vie (jusqu’à ce que la mort les sépare) et que le lien du mariage ne peut être rompu. Si quelqu’un qui s’est marié selon le rite catholique divorce, il ne peut pas se remarier à l’église car cela serait considéré comme de la polygamie ou de l’adultère. Il existe des cas d’annulation de mariage: on considère dans ce cas que le mariage n’en était pas un (mensonge sur la personne, sur la situation… Par exemple lorsqu’un des 2 époux annoncent après le mariage qu’il ne veut pas d’enfant alors qu’il avait dit le contraire et qu’il savait ce point essentiel pour l’autre) mais c’est assez rare.
        Cela ne veut pas dire que une histoire d’amour mutuel et éternel est réservé aux catholiques et heureusement!

  • Nous avons fêté nos 4 ans de mariage cet été. Alors, je me souviens bien de tes chroniques puisque je suivais mademoiselle dentelle tous les jours pour préparer notre mariage.
    Je te comprends parfaitement. Le mariage, c’est une jolie journée, mais pas que. C’est un engagement profond, c’est une manière d’affronter les obstacles ensemble. Avec mon mari, nous avons eu beaucoup de mal à avoir un bébé. Ca a mis notre couple face à ses peurs et des souffrances, avec des questionnements sur notre avenir. Mais nous en sommes que plus fort aujourd’hui. Comme toi, certains de nos amis entament une procédure de divorce. Ca fait mal au coeur de les voir se déchirer alors que quelques temps avant, ils se promettaient amour et fidélité pour toujours. Alors nous mesurons aussi la chance d’être ensemble et de voir que pour nos 4 ans, un petit être est venu nous combler de joie.

  • Merci pour cette belle chronique criante de sincérité et de vérité. Pour te citer : « non, [tu] ne fais pas rêver avec un cadeau romantique reçu ou un voyage surprise » mais, tu racontes la vie réelle.
    Car le mariage n’est pas que paillettes, champagne, famille heureuse H24 7/7 comme dans les films romantiques. C’est aussi choix, concessions, discussions interminables voire disputes. C’est faire face au quotidien parfois éprouvant et qui ne facilite pas les choses il faut l’avouer… Mais tout cela peut rester beau, en se rappelant nos vœux, en relisant notre prière des époux, et en essayant de préserver l’amour qui nous lie. Même si parfois, bien sûr, ça ne suffit pas.
    Sacré engagement, ce Mariage avec un grand M !

    • relire les voeux, les prières et repenser à ce qu’on a dit, c’est en effet une bonne base dans la tempête 🙂 (et là, je suis contente d’avoir appris les miens par coeur, j’y repense souvent du coup…)

  • Merci pour ce très beau témoignage Mme Gezillig (et au passage, j’avais adoré suivre les chroniques de ton mariage il y a quelques années), écrit avec justesse, sincérité et amour… tellement d’amour transpirent de chacune de tes lignes ! C’est vraiment très touchant 🙂

    Comme je me plais à le dire (et à le croire ^^) : on profite de son « wedding » le temps d’une journée/d’un week-end (ou plus) mais quel bonheur de vivre au quotidien son « marriage » pour de nombreuses années, et pourquoi pas même jusqu’à la fin de ses jours ? Cette perspective me booste chaque jour à « cultiver notre amour » avec mon mari, car rien n’est jamais acquis… et surtout pas les sentiments !

  • Merci pour ce bel article et bienvenue à ton petit garçon ! Nous allons fêter nos 5 ans de mariage dans qq jours et nous avons deux enfants aussi, un peu plus grands que les tiens. Avec la fatigue, les enfants qui font que l’on ne meut plus faire ce qu’on veut quand on veut, c’est sûr que ce n’est pas facile tous les jours !
    Je vous souhaite en tout cas encore beaucoup d’années de bonheur tous les 4 !

  • Ouiiii une chronique de Mme Gezillig 😀
    Avec ma petite année de mariage, et sans enfants, je n’ai pas encore acquis ta sagesse sur le mariage, mais je prendrai soin de me souvenir de tes mots lors des moments difficiles 🙂
    Belle continuation à vous 4, de l’amour, de la bienveillance, des rires et des pleurs : la vie quoi !

  • Très bel article, normal c’est madame Gezillig (eh oui, on s’en souvient) !
    Mais comme Laura, ta phrase « Je me suis mariée à l’église catholique et j’ai donc voulu associer mariage avec toujours. » me gêne, me choque… enfin ça me met en colère quoi !!! Tout comme on n’a pas forcément besoin d’une religion pour avoir de la spiritualité, on n’a pas besoin d’une religion pour vouloir associer « mariage » avec « toujours » !
    Quoiqu’il en soit, bravo à vous de parvenir à vous dire les choses, et bel avenir à votre famille.

    • J’ai répondu au dessus, je ne dis pas qu’il faut être mariée à l’église catholique pour se promettre ça mais je veux dire que quand on se marie à l’église catholique, c’est de facto l’engagement qu’on prend.

Commente ici !