Mes achats et prestataires franco-newyorkais

Contrairement à la grande majorité de mes copines Dentelle, l’organisation de notre mariage a été assez rapide. Le fait de ne pas avoir à trouver de salle, de traiteur et autres gros prestataires m’a fait gagner beaucoup de temps, mais devoir en trouver certains à 5800km de chez moi et dans une langue étrangère a quand même eu son lot de galères.

Si tu comptes te marier à New York, pas de panique, je vais te donner quelques bons contacts. Et si tu te maries en France, ne t’enfuis pas tout de suite, j’ai aussi quelques bonnes adresses à partager.

Mes achats français

Ma robe

Après avoir fait des essayages dans deux boutiques parisiennes sans succès, et après quelques recherches, j’ai finalement décidé de prendre contact avec Laetitia, la créatrice de Ceremony Day.

Cette première rencontre a été un véritable coup de foudre !! J’ai aimé sa gentillesse, son peps, son honnêteté, ses conseils… bref, je suis ressortie de là sans aucun point négatif à noter.

Lors de notre premier rendez-vous, on a discuté de ce que je voulais, elle m’a conseillée et elle m’a fait un devis en rapport avec mon projet. Après en avoir parlé à ma grand-mère qui participait à l’achat, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure avec elle.

Au fil des rendez-vous, mon coup de cœur n’a pas faibli, et le résultat final m’a confirmé que j’avais bien fait de lui confier le projet de ma vie !

Je te laisse juge avec les photos, mais personnellement, je n’ai aucun regret !! Le rapport qualité/prix/contact humain était parfait.

Achats et prestataires pour mariage à New York // Photo : Johnny Vacar

Crédits photo : New-York en français - Johnny Vacar

Mes accessoires

J’ai fait le choix d’acheter tous mes accessoires sur Internet. J’ai donc passé des heures à fouiner le site Etsy pour trouver mon bonheur, et j’ai fait une razzia dessus.

J’y ai commandé :

  • Mes accessoires cheveux : un peigne avec une rose blanche et des pics à perles.
  • Mes bijoux : un bracelet en chaîne avec une plume et le superbe collier de dos qui allait avec (et que je n’ai finalement pas mis le jour J parce que je suis une truffe, j’ai oublié de le mettre avant de me faire coiffer et après, ma tête ne passait plus dedans), le tout en couleur rose gold.
  • Mes chaussures : une superbe paire de Converse blanches personnalisées avec des perles et surtout, un petit détail discret : sur l’arrière des chaussures, on peut lire “New York” en strass.
  • Mon châle : ma robe étant un bustier et ne sachant pas le temps que nous aurions, j’avais décidé de commander un châle en mohair blanc superbe… bah j’ai bien fait !! Il était très confortable, doux et chaud, mais punaise, ce qu’il perdait ses poils ! On en avait partout avec l’Ours, et ce n’était pas super agréable d’en avoir dans la bouche pendant les photos !
  • Ma boîte à alliances : cette boîte a été mon tout premier achat !! Je l’ai commandée quelques semaines après la demande de l’Ours, soit deux ans avant le mariage ! Oui oui, je sais, je suis folle, mais j’avais besoin de rendre cette demande concrète et c’est le seul accessoire que je pouvais commander sans trop de risque.
  • Mon bouquet de fleurs : après avoir longuement hésité entre des fleurs fraîches et de fausses fleurs, j’ai finalement décidé de me tourner vers des fleurs en papier. J’ai fait ce choix pour plusieurs raisons :
    • Pour commencer, je ne savais pas où je pourrais trouver sur place un bouquet à mon goût et dans un budget raisonnable (il s’avère que devant l’entrée du City Clerk, il y a un petit vendeur de bouquets de mariage).
    • Ensuite, je voulais pouvoir garder mon bouquet, et après m’être renseignée auprès de la douane française, j’avais le droit de revenir avec un bouquet de quinze tiges maximum (fleurs et feuillages compris) et ça me paraissait assez peu.
    • Enfin, je me suis dit que ce serait de toute façon une galère de revenir avec ce bouquet dans mes bagages sans l’abîmer.
  • Ma pochette : j’avais besoin d’une pochette pour ranger mon téléphone et surtout, les papiers pour le mariage !

Comme tu peux le voir, le gros de mes achats s’est fait en France, mais c’est pourtant ce qui a été le plus simple. La partie américaine a été un petit peu plus compliquée.

Achats et prestataires pour mariage à New York // Photo : Johnny Vacar

Crédits photo : New-York en français - Johnny Vacar

Achats et prestataires pour mariage à New York // Photo : Johnny Vacar

Crédits photo : New-York en français - Johnny Vacar

Mes contacts à New York

Mon maquillage, ma coiffure et ma manucure

Sans aucun doute, je peux te dire que ça a été le poste le plus compliqué à trouver !!

Après de nombreuses recherches, j’ai décidé de choisir une société qui me permettait de me préparer dans notre suite à l’hôtel, et je me suis tournée vers la société Glam Squad.

Les points positifs :

  • Le fait de pouvoir faire appel à un seul prestataire pour la coiffure, le maquillage et la manucure m’a évité des prises de tête, je pense. Et puis, être chouchoutée par trois personnes le jour J, c’était un super moment de détente !
  • Le paiement est prélevé après la prestation et pas à la réservation.
  • Le résultat était super !! Malgré la barrière de la langue, elles ont été adorables et surtout, elles ont fait un super boulot.
  • Le service client était très disponible pour répondre à mes interrogations par mail.
  • La réservation se fait par mail, ce qui est très pratique quand on a un anglais… moyen !

Les points négatifs :

  • Pour payer en carte bancaire française, il faut les contacter par téléphone. Mon niveau d’anglais est un peu limite et je trouve que par téléphone, c’est plus compliqué. Avec l’Ours, on a bien rigolé, mais c’était une vraie galère.
  • Le prix ! Alors vu la qualité du travail et le service, ce n’est pas indécent, je trouve, mais ça reste un sacré budget (coiffure de mariage : 155$, maquillage de mariage : 155$ et french manucure : 63$).

Je raconte un peu comment ça s’est passé dans ma chronique de mariage.

Achats et prestataires pour mariage à New York // Photo : Johnny Vacar

Crédits photo : New-York en français - Johnny Vacar

Achats et prestataires pour mariage à New York // Photo : Johnny Vacar

Crédits photo : New-York en français - Johnny Vacar

Notre photographe

J’en ai déjà parlé dans plusieurs de mes chroniques donc je vais faire court : je suis passée par une super agence spécialisée sur New York qui s’appelle New York en français et je ne regrette pas une seule seconde !! Non seulement, les photos sont superbes, mais en plus, la gestion client est parfaite !

J’en parle plus en détail dans mes chroniques sur les meilleurs endroits pour une séance à New York, ma journée de mariage et ma séance photo.

Le restaurant romantique

J’avais trois envies pour ce moment : une vue magique, un repas français ou italien, et un prix raisonnable !

Je vais être très honnête, mon choix a été très rapide. Quoi de mieux qu’une vue sur l’Hudson et sur Miss Liberty ?! Nous avons donc fait notre repas de mariage au Gigino at Wagner Park, à Battery Park, un super petit italien magnifique.

Achats et prestataires pour mariage à New York // Photo : Johnny Vacar

Crédits photo : Photo personnelle

Et toi ? Tu t’es mariée à l’étranger ? Comment as-tu choisi tes accessoires et prestataires ? En es-tu satisfaite ? Dis-moi tout…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



5 commentaires sur “Mes achats et prestataires franco-newyorkais”

  • Un article super intéressant ! Le restaurant me donne carrément envie, je le garde en tête si un jour nous allons à NYC !
    En tous cas ta robe t’allait parfaitement bien 🙂

  • Canon dans ta robe. C’est vrai qu’elle te va parfaitement. Intéressant d’apprendre que même à l’étranger ce n’est pas si évident de gérer avec les prestataires 😉 mais chouette qu’au final tu t’en sois super bien sorti ! 🙂

  • Merci <3
    Le plus compliqué c'est la barrière de la langue et le fait de devoir faire confiance sans les rencontrer mais de façon générale le contact me parait plus simple à New-York qu'ici .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *