Adapter ses papilles à la culture locale (côté salé)

Me voilà de retour pour te parler d’un sujet assez épineux pour nous. Comme je te l’ai annoncé dans ma chronique sur le choix du pays, la nourriture était un des sujets qui auraient pu nous faire basculer du côté France.

Je sais ce que tu vas me dire, toi qui adores l’Espagne pour ses tapas, ses croquetas et ses patatas bravas… QUEWA ? LA NOURRITURE EN ESPAGNE N’EST PAS BONNE ?

Premier scoop : les croquetas et les patatas, c’est bien deux jours quand tu viens en weekend, mais toute l’année, ça devient vite écœurant.

Second scoop : les Espagnols sont de vrais Méditerranéens, ce qui signifie qu’ils aiment bien manger gras (avec beaucoup d’huile d’olive), salé, et beaucoup. Ne te méprends pas, ce genre de nourriture colle parfaitement avec une soirée conviviale en terrasse, mais nous n’avions pas forcément ça en tête pour notre grand jour.

Crédits photo (creative commons) : Fotalia

Je reviens un peu en arrière dans le temps, à l’époque où nous ne savions pas encore dans quelle ville serait notre mariage. Arrive très vite la question fatidique : que va-t-on manger ?

Le but de faire ce mariage en Espagne étant de faire découvrir la culture à nos invités, nous n’envisageons à aucun moment de prendre un traiteur francophone. Nous recherchons donc un traiteur qui pourra compiler les options suivantes :

  • Pour quatre-vingt/cent personnes
  • Un cocktail/vin d’honneur
  • Pas forcément d’entrée
  • Un buffet (pas de service à table)
  • Des desserts corrects

Aparté : contrairement à mon Cariño qui ne jure que par le pain et le fromage, J’ADORE le sucré. Je ne suis pas difficile, j’aime tout : bonbons, glaces, pâtisseries, viennoiseries, gâteaux… Malheureusement, les Espagnols ont tendance à avoir des desserts beaucoup plus sucrés, moins raffinés, plus gras, plus crémeux… J’ai donc très vite fait le deuil d’un bon dessert à mon mariage, même si mon objectif restait d’avoir quelque chose de convenable.

Goûter un traiteur dans des conditions particulières

Tu sais à présent que nous vivons à Madrid et que le lieu choisi est à Séville (soit à 500km de chez nous). Le weekend où nous décidons d’aller visiter Pozos de la Nieve (ou le lieu de la dernière chance), Cristina nous organise en parallèle une rencontre avec un traiteur.

En effet, les traiteurs étant vite bookés à Séville (l’industrie du mariage y est indécente), il fallait que l’on puisse valider ce prestataire et le lieu au même moment. Cristina nous a donc trouvé un traiteur qui rentrait dans nos critères (goûts, prix) et qui avait encore des dates disponibles pour le printemps 2018.

N’ayant que très peu d’informations sur cette rencontre, nous nous rendons sur le lieu du rendez-vous et découvrons que nous sommes à… un mariage.

Oui, tu m’as bien lue, nous nous sommes « incrustés » à un mariage pour goûter le repas à l’intérieur pendant que les invités étaient à l’extérieur pour le vin d’honneur. Autant te dire que c’était l’un des moments les plus gênants de ma vie. Nous n’étions absolument pas en tenue pour ce genre d’événement et nous trouvions anormal d’assister au mariage d’un autre couple.

via GIPHY

Nous découvrant qu’on est à un mariage

Cette déconvenue passée, nous nous sommes efforcés de goûter au mieux tout ce qui était proposé. L’impression générale : nous avons adoré le service, les pièces du vin d’honneur étaient très bonnes, mais nous n’avons pas aimé le plat principal (trop salé). Étant donné que nous étions à un mariage, le menu était déjà défini et nous n’avons pas pu goûter autre chose.

Après de nombreuses conversations avec Cristina, celle-ci nous a conseillé de contacter le traiteur puisque la prestation nous avait plu et que nous avions beaucoup aimé le vin d’honneur. Concernant le plat, nous pourrions refaire une dégustation (organisée cette fois-ci) pour goûter d’autres plats.

Pour être complètement honnête avec toi, ce conseil nous a beaucoup surpris : nous nous imaginions mal choisir un traiteur alors que le plat principal ne nous avait pas plu. Malheureusement, la conjoncture (peu d’occasions d’aller à Séville, timing serré, obligation d’avoir le traiteur pour choisir la date) nous a forcés à choisir ce traiteur.

Et finalement, avoir droit à une vraie dégustation

Quatre mois plus tard, une nouvelle dégustation est organisée par le traiteur. Cette fois-ci, tout est préparé à l’avance. Nous proposons aux parents de Cariño de venir passer le weekend à Séville avec nous pour pouvoir choisir ensemble le menu.

Nous présélectionnons à l’avance le menu et nous arrivons à 20h sur le lieu de la dégustation. Nous sommes accueillis par de nombreux serveurs, barmans, hôtes/hôtesses.

Le vin d’honneur

Nous commençons par goûter ce qui sera le vin d’honneur. Je t’avais prévenue : les Espagnols mangent en quantité. Nous avons donc vingt-deux pièces/personne (douze pièces chaudes et dix pièces froides), un buffet de charcuterie espagnole et un buffet de jambon à la découpe.

Crédits photo : Catering Rabanal

Bouchées au saumon

Crédits photo : Catering Rabanal

Cônes salés

Crédits photo : Catering Rabanal

Salmorejo d’avocat

Crédits photo : Catering Rabanal

Jambon à la découpe

Le repas

Notre repas est constitué de deux plats (primero plato et segundo plato). Ce n’est pas une entrée + un plat mais réellement deux plats.

Nous devons sélectionner deux options pour chaque plat pour laisser le choix aux invités :

  • Primer plato : il est composé de deux plats de poissons. Du merlu à l’orange ou de l’espadon.
  • Segundo plato : il est composé de deux plats de viande. Du porc avec une réduction de Pedro Ximenez (un vin cuit espagnol) ou une épaule d’agneau.

Nous aurons plusieurs accompagnements (riz, légumes, pommes de terre), parmi lesquels les invités pourront choisir.

Crédits photo : Catering Rabanal

Merlu à l’orange avec sa ratatouille

Le fromage

Dans le vin d’honneur, il était initialement prévu un buffet de fromages. En bons Français, nous avons demandé s’il était possible de décaler ce buffet et de le mettre entre le plat et le dessert.

Crédits photo : Catering Rabanal

Buffet de fromages

Tu t’attends probablement à ce que j’arrive à la partie la plus importante (au moins) de mon récit : le dessert ! Je suis désolée, mais ça devra attendre une prochaine chronique puisque les choses ont été un peu complexes de ce côté-là…

Cependant, je peux te dire qu’après toutes ces péripéties, nous avons passé une très bonne soirée de dégustation. Nous étions agréablement surpris par la qualité et le goût des plats principaux et, hormis pour le dessert (teasing de folie), nous sommes assez contents de notre menu de mariage.

Et je te fais une confidence : nous avons aussi choisi une bonne partie de notre décoration ce soir-là… mais je reviendrai te raconter ça en détail.

Et toi, qu’as-tu choisi comme repas à ton mariage ? As-tu eu le choix entre plusieurs prestataires ? Vis-tu dans un pays où la nourriture est différente de tes standards ? Dis-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



12 commentaires sur “Adapter ses papilles à la culture locale (côté salé)”

  • Ta chronique est tellement appétissante à cette heure-ci , miaaam 😀
    Dur dur d’avoir un menu à son goût en bon français, dans un pays étranger… Je ne réalisais pas à quel point cela pouvait être complexe. Merci de partagé ça avec nous !

    A priori, vos invités français ne devraient pas mourrir de faim avec 22 pièces (!) + les ateliers de découpe + les 2 plats ! Le traiteur vous a t-il plus ou moins « imposé » ces quantités « à l’espagnole » ?
    Ici aussi, nous aurons le droit à un atelier de jambon à la découpe, mariage à la frontière espagnole oblige 😉

    Quant à la dégustation lors d’un mariage d’inconnus, j’imagine votre gêne… 😮 J’aurais réagi tout pareil. Du coup, rassure-moi : vous avez prévenu votre traiteur que vous ne vouliez pas « acceuillir » des futurs mariés en dégustation lors de votre propre mariage ..?

    • Hehe moi aussi j’ai eu faim en la relisant ! En effet, moi non plus je ne réalisais pas que les goûts espagnols étaient si différents…
      Par contre, on est d’accord, je pense que nos invités risquent de rouler par terre à la fin du repas. Crois-le ou non, nous avons réduit les quantités…
      Chouette l’atelier découpe de jambon ! J’ai hâte de découvrir ton menu basque !
      Et alors, merci pour ton message. Je m’étais promis que je préviendrai le traiteur qu’on ne voudrait pas d’invités « surprise » à notre mariage et j’avais complètement oublié ! J’ai envoyé un mail dès que j’ai lu ton commentaire !

  • Miam miam miam, voilà j’ai faim !!

    Je suis impressionnée par la quantité des pièces du VH, effectivement les invités de vont pas mourir de faim, c’est certain ! En tous cas, ça a vraiment l’air très très bon. Vous devriez vous régaler !

    Je suis par contre assez choquée par la pratique de proposer une dégustation le jour d’un mariage… Est-ce une coutume à l’espagnole ? C’est étrange ! J’espère que vous n’aurez pas le même tour à votre grand jour !

    En tous cas, hâte de lire la suite !!! On avait pas dit que le teasing était interdit ? 😉

    • Je suis contente de t’avoir donné faim ! J’espère que ce sera à la hauteur de la dégustation ! J’espère que la chronique sur les desserts te plaira autant (quoi ?? Je refais du teasing ?? O:) )

  • Han ! bon j’avoue, voici le genre de chroniques que j’apprécie de lire (après celles sur la robe de mariée et le budget) 😀

    Je comprends ton point de vue sur la richesse calorique des plats espagnols, j’avoue que j’aurais moi-même un peu de mal au quotidien. Mais le temps d’un week-end, vos invités vont sans nul doute se régaler ! 🙂 Et puis le traiteur ne plaisante pas sur les quantités, c’est juste impressionnant je trouve !!!

    Même interrogation que Mme Impatiente quant à votre première dégustation lors d’un « vrai » mariage… S’il s’agit d’une coutume locale, j’espère que vous avez moyen de mettre votre veto pour votre propre grand jour. C’est assez déplacé de notre point de vue français, j’imagine bien la gêne que vous avez dû ressentir avec M. Carino 🙁

    Ton teasing donne envie de connaître la suite de vos aventures culinaires en tout cas 😉

    • Je crois qu’on est sur la même longueur d’ondes sur nos choix de chroniques préférées Nala ! Moi aussi j’aime celles qui traitent de nourriture…
      Honnêtement, sur les quantités, nous sommes assez dubitatifs avec M. Cariño… on ne sait pas comment les espagnols font pour manger autant… sûrement une question d’habitude…
      Je ne sais pas vraiment si c’est une coutume locale que de faire la dégustation lors d’un vrai mariage, mais c’est vrai qu’il y avait d’autres futurs mariés avec nous et ils n’avaient pas l’air vraiment gênés (ils étaient aussi habillés en conséquence). En tout cas, grâce au rappel de Mlle Saphir, j’espère que le traiteur va nous confirmer que nous n’aurons pas d’invités surprise.

  • L’an dernier nous sommes allés à un baptême en catalogne. La réception était au restaurant. On nous a servi un nombre incalculable de plats genre tapas mais pas les classiques patatas ou autres: des assiettes immenses d’assortiments de charcuterie et de poissons, des tomates, des asperges, des calamars, de morue et j’en passe… tout était délicieux et chaque nouvelle assiette un régal. Au bout de la 7 ou 8eme (!!!) on a commencé à avoir mangé pour 2 semaines mais on a réalisé que chaque nouvelle assiette était plus délicieuse que la précédente… j’ai le souvenir d’un plat de riz en sauce je ne sais quoi tellement bon que mon fils à arrosé ses frites du menu enfant avec!
    Bref alors qu’on croyait pouvoir digérer un peu on nous a expliqué que c’était…. l’entrée!!!
    On a faillit mourrir mais la suite était très bonne aussi!
    Le dessert n’etait pas fantastique à côté du reste mais franchement on était tellement pleins que j’ai du en manger une cuillère.
    Tout le monde avait l’air de trouver ça normal mais je n’ai jamais vu autant de nourriture.
    C’etait plutôt fin, frais et très goûteux même si c’était parfois frit frit et refrit (et salé en effet)

    J’ai hâte de connaître la suite de vos aventures culinaires

    • Merci Pomme pour ce partage d’expérience… je vois que les baptêmes ne sont pas très différents des mariages en termes de nourriture… En tout cas, rien qu’à te lire, ça me donne faim ! Ça me rassure de voir que malgré la quantité, vous en avez un bon souvenir (j’avais peur que les invités soient écœurés). Promis, je reviens très vite vous parler du dessert !

  • Eeeet, j’ai faim. Au nom de mon estomac, par pitié : il faut arrêter les chroniques sur les traiteurs ! (On me murmure à l’oreillette que je devrais les lire après le déjeuner et non avant… Certes.)
    Je suis absolument estomaquée que votre première dégustation ait eu lieu à un mariage. Comme vous avez dû être gênés ! Votre wedding-planner ne vous avait pas prévenus ? J’aurais détesté être « prise au piège » de la sorte.
    Le récit de la dégustation a l’air appétissant à souhait, mais vite – parle-nous des desserts ! 🙂

    • Mademoiselle Fantail, je me fais avoir à chaque fois aussi en lisant les chroniques « traiteur » à l’heure du déjeuner… ou peut-être que la rédaction de Mademoiselle Dentelle fait-elle exprès…
      Concernant notre dégustation au mariage d’inconnus, nous savions que le lieu de la dégustation serait le lieu d’un mariage, mais nous pensions que celui-ci aurait lieu le soir, et que personne ne nous verrait sur les lieux, sauf que c’était bien un mariage de journée…

  • Olala Mlle Framboise ça donne envie quand même malgré la quantité et l’idée d’être déjà repue lol ! Ton article me rappelle nos démarches aussi au Liban (huile d’olive, 14 mezzés, tout ça tout ça). En ce qui nous concerne, même si il y avait beaucoup, nos invités ont apprécié de découvrir cet aspect de la culture (générosité dirons nous), et de pouvoir piocher dans chacun des plats pour goûter ! Donc je suis sûre que vos proches vont adorer. Après vous jetterez peut être (beaucoup) mais bon il vaut mieux qu’il y en ai un peu trop que un peu moins. Et pour info, tu peux peut être faire récupérer les plats non touchés par une association caritative. Ma belle-soeur avait fait ça pour son mariage : elle avait fait récupérer la nourriture restante de tous leurs buffets et l’avait fait envoyer à un orphelinat je crois.
    Bref et concernant le dessert, je me retrouve complètement dans le fait que la patisserie française reste quand même l’une des meilleures au monde, donc on est très exigeant dans d’autres pays. Moi aussi je me suis dit qu’au Liban ce ne serait pas fou-fou. Le resto nous proposait des plateaux de fruits, que j’ai pris et les gens ont kiffé ! Nous avons fait venir un wedding-cake « passable » dans le sens où nous avons privilégié le visuel au détriment du goût (un wedding cake c’est souvent un peu lourd), dans un budget bien encadré (si c’est juste pour le goût hein). Et au final nous avons eu une bonne surprise, il était très fin ! Et enfin, nous avions ajouté un atelier glace traditionnelle pour faire goûter. Pareil les gens ont bien apprécié, c’était frais par 30° !
    Bon courage Mlle Framboise et j’attends la suite !!!

    • Merci Madame Gypsophile ! Ton commentaire me fait du bien ! C’est vrai que l’avantage c’est que les invités pourront goûter de tout. Même si ma frayeur était qu’ils soit vite écœurés. Concernant les restes, nous n’avions rien prévu pour le plat principal (ou les plats principaux), mais le traiteur a prévu de nous laisser les restes de cocktail pour notre brunch du lendemain… c’est déjà ça en moins de gaspillé !
      Waouh, j’avoue que fruits frais + glaces ça me donne bien envie avec 30° ! C’était peut-être la meilleure option finalement (petite exclusivité : ce n’est pas ce que nous avons choisi). Mais c’est vrai qu’avec ma passion pour le sucré, je me voyais mal faire l’impasse sur un vrai dessert… Plus qu’un mois pour savoir ce que les invités en penseront !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *