L’après mariage, et la vie qui continue…

« Wedding » pour le jour de la célébration et « marriage » pour la relation à long-terme (a priori) de deux personnes. Les anglophones ont deux mots pour ce qui n’existe que sous un terme dans la langue française. J’aime beaucoup cette subtilité de leur(s) langue(s).

Il me reste encore quelques points à aborder sur les deux aspects avant prendre congé.

Les derniers éléments

Quelques temps après avoir reçu nos photos de mariage, nous avons sélectionné celles qui prendraient place dans notre album du mariage religieux. Il était compris dans le forfait de notre premier photographe et incluait le travail d’une graphiste pour les retouches et la mise en page. Ils ont eu la gentillesse d’accepter d’y intégrer des photos de notre second photographe. Jusqu’au bout, ils auront été des prestataires géniaux. Il nous reste encore à faire un album du mariage civil et à choisir quelques photos à imprimer et encadrer. (Notre salon, notre salle-à-manger et notre chambre sont presque entièrement refait niveau décoration et aménagement donc c’est le moment.)

Environ un an après notre mariage et notre voyage de noces, nous avons finalement envoyé nos remerciements. Nous sommes partis sur un modèle allongé et étroit, afin d’aller avec une bande style photomaton. D’un côté du carton commun, des photos de notre séance de couple et de l’autre un texte de remerciement. J’ai ensuite sélectionné au maximum trois photos ciblées pour chaque personne/couple/famille présent et créé une bande photomaton personnalisée. Le quatrième emplacement donnait le lien d’un serveur et un mot de passe où chacun pouvait visionner et télécharger toutes les photos qu’il voulait.

Pour l’anecdote, nous avons commencé à songer à nos remerciements un peu avant nos 6 mois de mariage. Mais je n’étais pas satisfaite du rendu des impressions des deux sites que nous avons testés. Nous avons finalement fait appel à l’imprimeur de nos faire-part, qui propose également de la création et mise en page, avec notre idée et notre charte graphique. (Jusqu’au bout nous l’aurons utilisée !)

Ensuite, il y a eu le travail de longue haleine de confection des bandes photomaton personnalisées. Merci Cheerz de m’avoir offert cette possibilité. Conclusion, un an s’était écoulé quand tout a été prêt à être envoyé.

Crédit photo : photo personnelle

Notre album et son coffret sobre. Nous avons vu grand, mais nous l’apprécions toujours autant. Tu peux aussi apercevoir le carton commun de nos remerciements.

Autre petit détail sympa : nous avons réutilisé le poster reprenant l’illustration de notre voyage de noces, qui était suspendu près de l’urne dans notre salle, pour créer un cadre avec quelques photos de celui-ci. Encore une fois, merci Cheerz pour la possibilité que tu m’as offerte d’imprimer des photos dans un style polaroid avec une courte annotation.

Crédit photo : photo personnelle

Je ne sais pas ce que tu en penses, mais je ne me lasse pas du rendu.

Le bilan de notre mariage en deux temps

Au retour de notre voyage de noces, j’ai plus ou moins écrit ce qui suit à mes copines chroniqueuses :

« J’ai adoré mon mariage, notre mariage. Notre cérémonie était à notre image. Notre décoration et l’atmosphère de la journée également. Nous avons reçus de nombreux compliments : sur l’ambiance, sur la salle, sur la nourriture, sur le photographe et sur la journée/soirée dans leur entièreté. Nous sommes fiers d’avoir organisé ce moment en grande partie par nous-mêmes. Les quelques minimes regrets que j’ai, je les assume et ils ne gâchent en rien le souvenir de cette journée. Je suis ravie des prestataires que nous avons choisis. Ravie que nous ayons persévéré dans ce que nous voulions. Ravie que nos préparatifs et nos journées se soient passés sans prises de bec majeures. Ravie que nous ayons réussi à profiter l’un de l’autre le jour J. Bref, le nuage de paillettes arc-en-ciel a bien été présent et est toujours un peu là. Je n’ai qu’une question : « Mais pourquoi ne se marie-t-on qu’une fois ? » »

Aujourd’hui, un peu plus de quatre ans plus tard, je pourrais te réécrire la même chose. À la nuance près que j’ai oublié de quels désagréments je parlais à l’époque. (Pour te dire comme ils étaient sans importance.) Et comme je te le disais en conclusion de mon mariage civil, toutes ces petites choses, parfois un peu folles, que nous avons mises dans ces journées, c’est nous (toujours voir grand, être un peu à la bourre, gérer quand même car l’essentiel est là) ! J’ajouterais qu’à ce jour, nous ne regrettons absolument pas le choix de nos alliances. C’est un réel plaisir de les porter au quotidien et de nous rappeler ce qu’elles symbolisent et les valeurs qu’elles véhiculent.

Crédit photo : photo personnelle

Découvrir ce qu’ont écrit nos proches dans notre dico d’or, en profitant des cadeaux reçus.

Petit aparté sur notre budget. Toute motivée que j’étais, j’avais commencé un fichier Excel avec un budget prévisionnel et les dépenses réelles. Sauf que dans le rush de la fin des préparatifs, je l’ai de moins en moins rempli. Et surtout, aucune de nos dépenses ne nous a jamais paru totalement disproportionnée ou insensée. Je pense que notre budget final, pour l’ensemble des deux journées, a été de 30000 euros tout compris. Notre voyage de noces nous a lui coûté environ 9000 euros, hors extra sur place.

Comme je te l’avais expliqué, il était évident pour nous de tout financer nous-mêmes. Pour ce faire, nous avons puisé dans nos économies et réalisé un emprunt de 15000 euros. L’idée ici n’est pas de polémiquer. Juste de te montrer que c’est un choix qui peut-être fait par certains couples en fonction de leur situation. Nous l’avions bien réfléchi et nous n’avons aucun regret. Cette somme nous a entre autres permis d’avancer le payement de notre voyage de noces, vu que nous partions quelques jours après notre mariage religieux. Nos invités nous ont gâtés et ont par là même largement contribué à ce séjour hors normes.

Notre vie de mariés

2016 fut une année intense. Quelques mois après notre mariage, ma maman est décédée des suites du cancer contre lequel elle se battait depuis plusieurs années. (Hasard du calendrier, cette chronique est publiée le jour où elle aurait eu 64 ans.) Quelques semaines plus tard, ma première (et toujours unique) nièce venait au monde. De vraies montagnes russes émotionnelles. À côté de ces événements forts, Monsieur Plumechon et moi-même avons continué notre route, tels que nous sommes. Avec des hauts et des bas bien sûr, comme tout un chacun. Mais en avançant ensemble. Sans grands heurts ou envie de prendre une direction différente. En s’adaptant aux évolutions et aspirations de l’un et de l’autre.

Début juin 2018, notre famille s’est agrandie. Doublement agrandie même, avec l’arrivée d’un ti-Tichon et d’une tite-Tichon.

Crédit photo : Photographie tout court.

Nos deux rouquins, encore si petits !

La fin d’un chapitre

Nous y voilà : c’est la fin de ma première aventure bloguesque… et malheureusement également la fin de Mademoiselle Dentelle. Je ne vais pas te mentir, à cette annonce, je suis passée par toutes les émotions. À la tristesse s’est ajoutée la honte de ne pas (encore) avoir honoré mon contrat de chroniqueuse, puis la joie d’en avoir encore l’occasion et finalement la peur de ne pas y arriver. Je ne vais pas revenir sur les diverses raisons qui font que je n’ai pas réussi à m’y remettre plus rapidement. L’essentiel n’est pas là.

L’essentiel, c’est que Mademoiselle Dentelle m’a offert l’occasion de partager cette aventure du mariage avec toi. J’espère que tu y trouveras un petit quelque chose, que tu me lises maintenant, dans un mois ou dans un an. De la même façon que moi j’ai pu trouver de l’inspiration, du réconfort, de la réflexion en lisant les autres expériences racontées ici. J’espère également que tu riras, seras émue, t’exclameras ou t’émerveilleras encore un moment devant tous ces mariages si différents et si uniques.

Au revoir chère lectrice,

Au revoir Mademoiselle Dentelle,

Ce fut un honneur pour moi de chroniquer ici.

Et toi ? Quel est le bilan de ton « wedding » ? Comment vis-tu ton « marriage » ?



2 commentaires sur “L’après mariage, et la vie qui continue…”

Commente ici !