Mon mariage participatif et trilingue : à J-2, grand atelier cuisine et crises de larmes

Le jeudi, soit deux jours avant notre mariage, restera dans les mémoires comme une sacrée journée ! Le genre où, quand tu vas te coucher, tu as l’impression qu’en fait, ça a dû durer plus de 48 heures vu tout ce qui a été fait…

Le matin, ma Maman est allée au marché de la ville d’à côté, accompagnée de deux de nos amis et elle y rejoignait mes beaux-parents. Il y avait pas mal de choses à porter (notamment fruits et légumes).

Moi, je me réveille en sursaut à 6 heures, me rappelant que le prêtre a demandé qu’on dépose au secrétariat de la paroisse le justificatif de notre mariage civil… Ouf, j’ai failli oublier ! Mais impossible de me rendormir par la suite. J’attaque donc le plan de la journée et, dès le retour du marché de la petite équipe, on se met au travail pour notre fameux hachis parmentier.

La préparation du hachis parmentier

Il y a beaucoup d’étapes et, vu la quantité, ça prend du temps !!! Et puis nous ne sommes pas dans une cuisine professionnelle mais chez mes parents (qui heureusement ont une grande maison). Le nombre de plaques de cuisson et d’ustensiles n’est pas prévu pour un si grand usage. Il va falloir être organisé !

Ce jour-là, j’ai vraiment eu l’impression de le passer à donner des ordres… Tout en gardant un œil vigilant sur la partie cuisson qui était sous ma responsabilité.

Ce qui m’a impressionnée, c’est la vitesse d’exécution de mes équipes, et ça m’a obligée à être réactive sur les ordres.

Quelques images valent mieux qu’un long discours :

On dépiaute le confit d’un côté…

confit de canard pour un mariage

Crédits photo : Photo personnelle

… et on épluche les pommes de terre de l’autre côté !

l'épluchage de patate pour créer des liens

Crédits photo : Photo personnelle

Ils ont ainsi épluché 15 kilos de patates en moins d’une demi-heure, presque trop efficace !

Alors, on est passé aux carottes :

éplucher des carottes pour un mariage !

Crédits photo : Photo personnelle

À l’intérieur, ça s’active aussi…

Ma Maman répond à mes questions de « où je peux trouver des contenants / couteaux / casseroles supplémentaires ? ». Une amie très dévouée de l’Amoureux passe son temps à faire la vaisselle (pour justement qu’on puisse avoir de la place et des contenants…). Mon beau-père a réduit à la main (oui, tout seul, ça ne rigole pas !) les 15 kilos de pommes de terre en purée !

faire à manger en grande quantité

Crédits photo : Photo personnelle

Bref, ça s’active… Une amie arrive avec des plats (on était encore juste, elle tombe à pic) et on gère même d’autres ateliers (sauce de salade à préparer pour l’Amoureux, tarte aux pommes néerlandaise pour ma Belle-Maman, etc.).

tout le monde s'active pour mon mariage participatif

Crédits photo : Photo personnelle

Et voilà, une journée de boulot plus tard, le hachis est prêt !

faire un hachis parmentier pour son mariage

Crédits photo : Photo personnelle

À deux détails près :

  • il faudra le faire cuire (mais mieux vaut les fours professionnels de la salle pour ça).
  • en attendant, il faut le stocker. Et nos frigos sont pleins… On appelle la salle pour savoir si on peut les déposer mais ça ne répond pas, on décide de les mettre à la cave en espérant que ça ira… (une petite source de stress supplémentaire tiens) !

Mais on est quand même content de notre efficacité. On a fait un gros bout et on a encore la journée du lendemain… En plus, de nouvelles mains arrivent ! D’ailleurs, ce soir-là, la maison accueille 18 dormeurs… Mais on est bien 25 pour manger avec tous ceux qui ne dorment pas là mais qui sont venus aider !

Et le stress qui s’installe avec des crises de larmes

Notamment cet après-midi-là, « la bande » de l’Amoureux est arrivée. Ceux qu’on a pris l’habitude d’appeler « les gars » et qui forment vraiment une petite bande qui ont travaillé ensemble adolescents et qui se retrouvent souvent pour des soirées entre eux.

Je le précise parce que c’est une petite bande où j’ai du mal à m’intégrer. Barrière de la langue, non-appartenance à leur groupe depuis des lustres, ça passe difficilement avec certains d’entre eux… Non pas qu’on soit en conflit mais on ne se parle pas vraiment (ou je devrais employer le passé pour la plupart car, en fait, ce fameux mariage participatif a bien créé des petits miracles)… Du coup, j’appréhendais leur arrivée le jeudi soir… Il était clair pour nous que si on venait chez mes parents (gîte et couvert gratuits tout de même), c’était pour prendre part à cette petite « communauté » et aider à préparer le mariage. Mais j’avais du mal à les imaginer intégrer un groupe qui n’était pas le leur…

Alors quand ils sont arrivés en fin d’après-midi et que deux d’entre eux m’ont demandé directement en néerlandais un ballon de basket, je n’étais pas très contente. Mais, soit, ils venaient d’arriver… Je leur réponds en anglais, bien trop stressée et fatiguée pour parler néerlandais (et je sais qu’ils parlent très bien l’anglais) et ils me répondent tout de même en néerlandais.

Je leur ai donné le ballon et je suis partie dans ma chambre…. Et j’ai fondu en larmes.

La fatigue, le stress, l’angoisse que ça se passe mal… J’ai un peu reproché à l’Amoureux de ne pas avoir briefé ses copains. L’Amoureux a craqué aussi… (en plus, il était malade, un gros rhume à deux jours de son mariage).

Et ma sœur, venue nous rejoindre et aussi pétrie de ses angoisses (témoin et responsable de pas mal de choses aussi), s’est jointe à notre bureau des pleurs… On avait l’air malin tous les trois à pleurer comme des madeleines !

Mais bon, ça nous a fait du bien… On a pu souffler un coup avant de se dire « allez, ça repart, ça va le faire ».

L’amie de l’Amoureux arrivée le lundi (et qui fait aussi partie du groupe) a pu me rassurer. Elle fera travailler les gars s’ils ne s’y mettent pas d’eux-mêmes. Et nos Mamans aussi ont été convaincantes pour les mettre au boulot… D’ailleurs, en fin de compte, le vendredi, ils ont été vraiment efficaces pour la mise en place de la salle et finalement, ce mariage nous a permis de nous connaître vraiment !

La journée du jeudi s’est terminée sur une autre grande tablée. Et le soir, il y avait de l’ambiance dans l’ex-chambre de mon frère où ils dormaient à dix… En fait, ils préparaient les animations mais nous on devait rien savoir et puis, on était surtout bien fatigué alors on a tenté de dormir avant de commencer une autre folle journée le lendemain !

Et toi, tu as aussi eu toute une petite communauté pour t’aider les jours précédant le mariage ? As-tu craqué à un moment de ces préparatifs ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



8 commentaires sur “Mon mariage participatif et trilingue : à J-2, grand atelier cuisine et crises de larmes”

  • En te relisant je me dis que c’est un peu comme ça que se passent les préparatifs des cérémonies traditionnelles chez moi. Une bonne ambiance festive où tout le monde (seulement les femmes mais mieux vaut ne pas entrer dans ce débat

  • OUPS
    Je disais donc une ambiance festive où les femmes s’affairent en cuisine.
    Et le vidéaste immortalise aussi ces préparatifs. Ça m’émeut toujours de voir que des gens qui ne connaissent même pas les mariés viennent pour aider.

  • Waouh. Cette ambiance festive des préparatifs fait vraiment envie. Pour nous le traiteur s’occupera de tout donc pas de grosse réunion de famille/amis l’avant veille. Par contre je m’imagine passer la soirée précédant le mariage entourée de mes amies proches, pour papoter et laisser doucement monter la pression 🙂

  • Je n’ai pas internet en ce moment à la maison, donc je n’ai pas le temps de vous répondre une par une.
    Mais, merci de vos jolis commentaires… Et oui, ces jours de prépa ont laissé de supers souvenirs et ont vraiment contribué à une ambiance conviviale qui s’est ressentie le jour J 🙂
    Et oui, Mlle Mo, je pense qu’en fait, avant, en France aussi, on faisait beaucoup ensemble, sans pro, pour préparer les grandes fêtes… Et quand on a commencé à réfléchir au mariage participatif, j’ai pensé à ma grand-mère qui nous raconte souvent les fous rires et l’ambiance super sympa qu’il y avait la veille des communions où il fallait préparer la bouffe et la décoration de la table. Je me suis dit que si c’est ce qu’elle retient encore 50 ans après de ces fêtes, ça vaut le coup ! 🙂
    (Et oui, sans doute, notre modernité réside dans le fait qu’on a fait travailler hommes et femmes ;))

  • Je trouve cette idée super sympa. J’ai participé à la préparation du mariage d’une amie. Peu de représentant de la famille (parents et beaux parents, oncles et tantes) et tous le reste des amis. Et quasi tout le monde a mis la main à la pâte. C’était génial. Ces photos me rappellent l’ambiance des préparatifs !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *