Récit de quête n°3 : au commencement, il n’y avait rien…

Dans ma tête, il y a deux sortes de futures mariées : celles qui rêvent de leur mariage depuis longtemps (même parfois avant d’avoir trouvé la bonne personne) et celles pour qui le monde du mariage était totalement inconnu jusqu’à ce qu’elles soient concernées.

Je fais partie de la seconde catégorie. Et peut-être que toi aussi ? Du coup, je vais te raconter comment je me suis lancée dans les préparatifs du mariage alors que je n’y connaissais rien (je suis fille unique, nous sommes les premiers de notre groupe d’amis à nous marier, et je ne savais même pas que les blogs mariage pouvaient exister), et t’indiquer surtout les erreurs à ne pas faire au début des préparatifs. Ça pourra peut-être t’aider.

Les premiers moments de l’organisation

Après la demande, Chéri, ma famille et moi sommes donc partis au restaurant pour fêter mon anniversaire (à la base, c’était ça, l’événement important). Nous y avons évidemment parlé mariage en famille, en lançant quelques idées « en l’air » : grave erreur.

Je te conseille très fortement d’avoir les premières discussions sérieuses à ce sujet rien qu’avec ton cher et tendre. Car même si ce n’était absolument pas voulu de la part de mes proches, chacun avait un peu son idée de ce qui se fait à un mariage ou pas, en fonction du leur, de ceux auxquels ils avaient assisté, et même de celui qu’ils imaginaient que nous ferions (avant même que nous y ayons réfléchi…).

Chéri et moi avons donc, malgré nous, ingurgité ces idées et ces conseils, en se disant que nous ferions le tri plus tard. Nous n’avions pas idée à ce moment-là de l’influence que cette discussion anodine aurait sur nos choix.

Organiser son mariage

Crédits photo (creative commons) : RondellMelling

Le lendemain, j’ai fait une première liste d’invités avec ma maman, tandis que Chéri restait un peu dans son coin, façon « Mais pourquoi vous vous souciez de ça maintenant ? On a le temps ! ». Alors oui, clairement, il n’avait pas tort, mais à ce moment-là, j’étais passée en mode « future mariée » et je ne voyais pas pourquoi il n’était pas aussi enthousiaste et impatient que moi.

Petit conseil pour toi, jeune fiancée : ton chéri vient de faire un pas énorme en te faisant sa demande, alors laisse-le respirer un peu avant d’aborder véritablement le sujet des préparatifs.

Au final, nous partions sur un mariage assez grand (environ cent personnes), dont le repas serait en grande partie financé par ma maman (oui, ma famille est TRÈS généreuse), car elle voulait que tout le monde mange bien et passe un bon moment, et que nous n’ayons pas de compromis financier à faire à ce niveau-là.

Après avoir arrêté la date, je me suis donc mise à la recherche d’une salle adéquate (je t’en parlerai plus en détail dans un prochain article) selon ce que je pensais être nos critères (qui n’étaient en fait pas du tout nos critères).

Une mauvaise compréhension

Au tout début, je demandais très souvent l’avis de Chéri sur telle ou telle chose, et il me répondait à chaque fois : « Fais comme ça te fait plaisir, ma chérie. » J’avais vraiment l’impression qu’il n’en avait rien à f***** de notre mariage, ça m’agaçait ! Mais en réalité, tout venait d’un manque de discussion entre nous au départ.

Chéri ne rêvait pas d’un grand mariage. Pour lui, le mariage idéal, c’était juste une cérémonie avec nos parents (à la rigueur, nos témoins) devant une arche dans la forêt ou sur la plage, et c’est tout. Sachant que son mariage idéal ne serait pas réalisable, il était parti du principe que « tant qu’à faire, autant que ce mariage soit TON mariage idéal, ma chérie. »

Oui, il a fait ça par amour, ça partait d’une bonne intention, mais moi, je ne l’ai pas du tout compris comme ça. J’avais juste l’impression qu’il se fichait de NOTRE mariage, qu’il avait fait sa part et que c’était à moi de me charger du reste.

Ce n’est qu’au bout de plusieurs mois que j’ai enfin réussi à avoir une discussion « sérieuse » avec Chéri sur ses attentes, et aussi sur les miennes. Nous nous sommes rendu compte à ce moment-là que le mariage que nous préparions avait été en grande partie inspiré de ce que nous avait dit ma famille. Ils n’avaient rien voulu nous imposer, bien sûr, mais dans nos cerveaux vierges, c’était principalement leur idée du mariage qui s’était incrustée, sans que l’on s’en rende compte. D’autant plus que la question financière, qui en principe te fait te poser en premier lieu la question du nombre d’invités, ne s’était pas posée à nous compte tenu du geste spontané de ma maman.

Au final, un mariage avec maximum cinquante personnes, dans un esprit plus simple (type « barbecue géant » au lieu de « traiteur avec zakouskis »), nous aurait convenu à tous les deux. Sauf que c’était trop tard : la salle (et le traiteur qui va avec) était réservée et elle était assez grande. Du coup, s’il n’y avait que cinquante personnes à mettre dedans, ça ferait vide.

De plus, si l’on prenait la liste des invités établie au tout début et que l’on commençait à en retirer, nous allions vite nous confronter à des cas comme : « Oui mais si on n’invite pas Untel, alors ceux-ci ne viendront pas, du coup il ne faut en inviter aucun, oui mais alors ça fait beaucoup de monde en moins. » En effet, beaucoup de nos invités faisant partie d’un « groupe », il est très difficile de n’en inviter qu’un ou deux parmi dix… Bref, comme me l’a si bien fait remarquer Chéri : « Au final, on va se retrouver avec juste cinq ou six noms à effacer de la liste, et du coup, ça ne vaudra plus vraiment la peine de les retirer. »

Donc bon, on est restés sur le nombre de personnes de départ, mais pour tout le reste, nous avons vraiment discuté de ce que NOUS voulions pour NOTRE mariage, et ça nous a fait du bien ! Depuis, Chéri s’implique beaucoup plus, et moi je suis visiblement plus heureuse ! On aurait clairement dû commencer par là. Un peu comme Mademoiselle Peps, nous nous sommes lancés un peu trop vite dans les préparatifs et nous n’avons pas vraiment pris le temps de discuter rien qu’entre nous avant d’en parler avec nos familles (et donc de subir leur influence, même si ce n’était pas volontaire de leur part).

Donc un conseil : si comme pour moi, ton chéri a fait sa demande devant tes proches, ne parlez pas directement du déroulement du mariage avec eux (sauf si Chéri et toi en avez déjà discuté en amont de la demande officielle), passe plutôt en mode « je n’en sais rien, je suis fiancée depuis cinq minutes, laissez-moi le temps d’y réfléchir avec mon fiancé tout neuf », ça t’évitera de partir sur des désirs qui ne sont pas réellement les vôtres.

À propos du budget

Une fois encore, j’ai un conseil pour toi : définissez le style de votre mariage (chic, champêtre, participatif, etc.), éventuellement votre thème et aussi votre budget. Nous ne l’avions pas fait non plus, et j’ai dû batailler ferme pour en parler avec Chéri.

Il faut savoir que Chéri n’a pas un très bon rapport avec l’argent. Il est assez regardant à ce qu’il dépense, et même en réfléchissant soigneusement à chaque achat effectué, lorsqu’il voit son compte en banque en fin de mois, il a toujours l’impression d’avoir trop dépensé. Alors, concernant une dépense d’au moins quatre chiffres, tu comprends bien qu’il a voulu retarder le moment du calcul le plus possible.

J’ai donc fait le travail seule, et à l’envers. C’est-à-dire qu’au lieu de partir d’un budget global défini et de le répartir par postes, j’ai compilé les dépenses réalisées par de précédentes mariées (merci le blog Mademoiselle Dentelle pour ces informations !), de vraies dépenses, hein, pas des estimations de budget initiales, et j’ai fait le nôtre en fonction « pour avoir une idée du coût réel ». Et je suis arrivée à… un peu moins de 30 000€. Aouch !

Budget de mariage élevé

Crédits photo (creative commons) : WolfBlur

Puis j’ai retiré les postes qui étaient offerts par nos familles (à savoir la salle + le traiteur + nos tenues à tous les deux). Nous arrivions alors à environ 7 000€ à sortir de notre poche. Déjà un peu plus raisonnable (bon OK, tout est relatif…).

J’ai finalement montré mon beau tableau Excel à Chéri, qui n’a pas fait de syncope (bien qu’il ait directement tiqué sur le montant total), et j’ai pu expliquer le pourquoi du montant de chaque poste. La réponse à la question : « Est-ce que nous pouvons nous permettre de sortir 7 000€ de notre poche ? » était oui. Chéri et moi avons quelques sous de côté, et même s’ils pourraient être mieux employés (c’est vrai que dépenser autant pour un seul jour peut paraître futile), nous les avons à disposition.

Nous avons donc décidé que ce montant serait le maximum à ne pas dépasser. Clairement, j’ai fait cette estimation en ne nous privant de rien, et si on s’en sort pour moins, tant mieux (je te tiendrai au courant de nos dépenses finales dans une chronique bilan, c’est promis) ! Nous comptons également sur nos généreux invités pour nous « renflouer » un peu et nous permettre ainsi de partir en voyage de noces (je suppose que je ne suis pas la seule dans ce cas ?).

Moralité : ne fais pas comme nous

Je te conseille donc de ne pas faire comme moi, et dans l’ordre de :

  • sauter au cou de ton chéri (en évitant de faire valser la bague) lorsqu’il formule sa demande,
  • définir le style et le budget du mariage (mais on n’est pas au jour près : laisse un peu respirer ton fiancé, il vient de faire un pas énorme !),
  • lister le nombre d’invités (en première approximation),
  • choisir la date (ou au moins se faire une idée de la période souhaitée),
  • annoncer à la planète entière tes proches que tu te maries (car ils vont forcément te poser des questions, alors il vaut mieux avoir tracé les grandes lignes avant),
  • rechercher et réserver la salle puis le traiteur.

Bien entendu, certains futurs mariés choisissent d’abord la salle puis fixent une date en fonction des disponibilités de celle-ci. Tu fais comme tu veux, mais ne fais surtout pas comme moi et prends le temps d’y réfléchir en priorité avec ton chéri… c’est tout de même le principal concerné !

Et toi ? Comment as-tu défini les grandes lignes de ton mariage ? Avec ton chéri ? Avec ta famille ? L’as-tu regretté après coup ? Viens nous raconter…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



8 commentaires sur “Récit de quête n°3 : au commencement, il n’y avait rien…”

  • Ah làlà… les conseils des familles! C’est vrai que d’avoir assisté à la demande et d’être allés manger tous ensemble juste après c’était peut être pour eux un moyen de continuer dans cette euphorie en imaginant votre joli jour 🙂
    Et c’est bien que vous ayez rectifié le tir même si ça s’est fait plusieurs mois après.
    Je suis curieuse de connaitre vos dépenses finales et si vous avez su respecter le budget, c’est un sacré challenge pour beaucoup d’entre nous!

    • Et oui effectivement le resto juste après, avec le mariage comme sujet principal de conversation, c’était pas une super idée… Bonn nous on n’a pas pu faire autrement hein, mais si je pouvais remonter le temps je me (nous) protégerais des influences extérieures (en tout cas pas avant d’avoir pu en discuter rien qu’à deux).
      Concernant le budget, je tiens un tableau excel ultra précis et pour l’instant on est dans les clous ;-). On verra si ça tiendra jusqu’au bout :-P.

  • aaah oui je connais ça, le mariage civil entièrement décidé , pensé et organisé par belle maman… Jusqu’à la ville où on s’est marié, on n’a rien pu décider… On le dira jamais assez, décidons à deux avant de le crier sur tous les toits!
    C’est vrai que pour l’homme c’est compliqué de se projeter. Mais se projeter une fois que les parents ont mis leur grain de sel partout, c’est pire.
    Tant mieux si vous avez réussi à rétablir un certain équilibre!

    • Nous ça va, les belle-mamans n’ont rien « décidé » puisqu’on ne leur a pas donné le pouvoir de décision. Mais disons que pas mal de nos choix ont été accueillis avec très peu d’enthousiasme, car ça ne correspondait pas à leur idée, à ce qu’ils nous avaient dit lors de ce fameux resto et même par la suite…

  • Hé ben hé ben. Effectivement vous avez subi une sacrée influence! Ça n’a pas généré de tensions avec tes parents par la suite quand vous avez un peu recadrer le tout?
    Vivement la suite :)!

    • Si il y a eu quelques tensions car pour eux, comme on avait discuté de certains sujets à ce moment-là, la décision était donc prise et ils ont été étonnés que l’on change d’avis par la suite. Mais pour l’instant nous n’avons pas réellement subi de « chantage affectif » de nos familles même s’ils VRAIMENT essayé de nous convaincre sur certains points ;-).

  • J’ajoute un petit truc : si vous avez passé des mois voire des années à rêver de votre mariage, ne laissez pas votre homme de côté.

    Pour ma part, j’ai attendu très longtemps la demande, et j’avais déjà bien débroussaillé le terrain. Enfin je pensais… Quand j’ai eu la demande, et après avoir réfléchi ensemble au principal (nombre d’invités + budget) je me suis lancée tête baissée dans ce que je voulais. Je demandais à mon chéri son avis, mais sans vraiment l’écouter car ça ne cadrait pas avec ce que j’avais en tête.

    Et puis 2 mois après la demande (heureusement assez tôt dans les préparatifs donc) je me suis rendue compte qu’il ne s’impliquait pas trop, qu’il ne réagissait pas trop. Et sur un point de détail, il m’a donné un avis tranché. Ça a été le déclic et depuis on prépare notre mariage à deux, il est aussi actif que moi et ses idées loufoques font que ce mariage sera “notre” mariage et non pas seulement le mien !! Et un mariage unique : mon chéri ne lit aucun blog de mariage mais a des idées juste top !! Les préparatifs sont un grand moment de complicité et de fou-rire, c’est tellement mieux !!

    • Je suis d’accord avec toi Aurore, c’est vrai que de nombreuses fiancées ont tendance à s’emballer assez vite alors que les hommes mettent un peu de temps à « se réveiller » ;-). Du coup on avance en partie seules, et on ne leur demande pas très souvent leur avis, ou en tout cas on n’en tient pas forcément compte.
      Pour ma part, comme je l’ai expliqué ici, au début il ne s’y intéressait pas parce que 1) c’était dans longtemps et 2) il souhaitait que j’aie le mariage que JE souhaitais. Puis on a eu une (même plusieurs) vraies discussions et maintenant il s’implique plus. D’autant plus que comme je le disais dans ma présentation, l’artiste de nous deux c’est clairement lui, donc implicitement j’en attendais beaucoup de sa part…
      Maintenant on s’est mieux réparti les rôles, il a proposé plusieurs idées (beaucoup sont très bien d’ailleurs) et il est très enthousiaste à l’idée de les réaliser puisque c’est « son bébé » et pas une de mes idées que je lui aurais imposée ;-).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *