Auteur : Madame Croisé

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : la fin… ou le début ?

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : la fin… ou le début ?

Si tu as bien lu (ou relu) mes chroniques, tu auras peut-être remarqué que j’ai plus d’une fois fait référence à un événement dont je te parlerais “plus tard”. Le moment est venu ! Notre mariage, tel que je te l’ai raconté, avec son magnifique temps hivernal, la neige tombée peu avant, la bonne humeur de nos proches, leurs cadeaux, leurs surprises, nos belles tenues, nos formidables prestataires, n’a pas été une fin en soi.

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : le teaser

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : le teaser

La dernière fois, je t’ai raconté le brunch du dimanche. Tu dois donc te dire que mon récit touche à sa fin. Et tu as bien raison ! Pour plein de raisons à la fois, j’ai mis du temps à finir mon récit : mon mariage remonte maintenant à bien plus d’un an. J’ai hésité à te faire le récit de notre superbe voyage de noces au Québec en plein hiver. Il y en aurait des choses à raconter et des belles images à montrer, mais, tu le comprendras, ma vie m’a fait passer à autre chose.

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : le brunch du dimanche matin

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : le brunch du dimanche matin

Dimanche matin, nous mettons notre réveil à 10h. La veille au soir, j’ai dormi sans défaire ma coiffure et étonnement, ça a très bien tenu, je me contente donc d’un simple petit passage sous la douche qui fait du bien. Nous rejoignons rapidement la salle. Ceux de nos invités qui ont dormi au dortoir sur place sont déjà bien à l’oeuvre et le buffet du brunch est quasi dressé.

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : l’ouverture de bal et la soirée

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : l’ouverture de bal et la soirée

À la fin du repas, nous nous préparons pour notre ouverture de bal. Personne n’est au courant que nous avions minutieusement préparé une chorégraphie avec notre formidable prof de rock (nous prenons des cours depuis 2 ans) sur la chanson “Bleeding love” reprise par The Baseballs.

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : éloge à notre traiteur

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : éloge à notre traiteur

En flânant sur un blog de mariage, je suis tombée sur le mariage de Marie-Laure et Mickaël, qui se sont mariés en hiver, au même endroit que nous. Évidemment, je me suis jetée sur l’article relatant leur mariage. Marie-Laure y parle de leur traiteur, en des termes assez éloquents, qui ont attiré mon attention. J’ai donc recherché ce traiteur sur Internet. Enfer et damnation, presque aucune info à trouver, pas de site, pas référencé sur les annuaires type mariage.net, dans aucun des annuaires des blogs de mariage !

Mon mariage-d’hiver-presque-à-la-montagne : le dîner et les animations

Mon mariage-d’hiver-presque-à-la-montagne : le dîner et les animations

Nous nous préparons donc à faire notre entrée. Nous avons choisi « Happy » de Pharrell Williams, terriblement commune depuis quelques années mais après tout, c’est exactement ce que nous sommes, happy, et cette musique est tellement pleine d’entrain qu’elle nous convenait parfaitement pour lancer les festivités de soirée. Pour nous accompagner, nous avons fait allumer des cierges scintillants et c’est plutôt magique !

Mon mariage d’hiver-presque-à-la-montagne : le vin d’honneur

Mon mariage d’hiver-presque-à-la-montagne : le vin d’honneur

Nous arrivons au domaine presque trop tôt pour le traiteur ! Celui-ci s’adapte volontiers, les serveurs passent la vitesse grand V et je pense que personne n’a finalement remarqué qu’ils n’étaient pas prêts initialement ! À côté du portique de l’entrée, nous avons installé sous un petit porche le bar à vin chaud. Nos invités s’y pressent pour se réchauffer les mains (le cœur, lui, n’en a pas besoin !).

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : la célébration

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : la célébration

Il avait été décidé que ce serait mon frère qui me conduirait jusqu’à l’église, même si en soi, c’est assez superflu puisqu’il n’y a même pas 500m entre l’hôtel et l’église ! Oui, mais mon papa aimant beaucoup les belles voitures, ça lui tenait à cœur que je sois véhiculée dans SA belle Alpine A310, alors je pouvais bien lui faire ce plaisir.

En sortant de l’hôtel, j’ai en plus droit à une jolie surprise : ils l’ont superbement décorée sans me le dire, avec de vieux skis et des branches de sapin. Je monte donc à côté de mon frère, et mon père m’attend sur le parvis de l’église pour m’accueillir plein d’émotions. Je me place à son bras à l’arrière du cortège, non sans enlever mon étole et ma cape : le soleil tape dans mon dos et je n’ai même pas froid malgré mon dos nu.

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : les photos de couple

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : les photos de couple

Pour nos photos de couple, nous voulions clairement profiter de notre région et de son cachet. Nous aurions rêvé nous marier en montagne en plein hiver, mais la logistique, notamment avec nos nombreux invités, nous en a dissuadés. Donc si notre lieu de réception n’était pas en montagne, nos photos de couple, elles, le seraient.

Forcément, ça nécessitait un peu d’organisation !

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : la découverte

Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : la découverte

Ce que je ne t’ai pas dit dans ma chronique de préparatifs, c’est que notre hôtel est réparti en deux bâtisses, séparées par une route. La chambre que j’occupe, dans laquelle nous passerons notre nuit de noces, et celle que M. Rigolo occupe pour s’habiller sont chacune dans un bâtiment différent.

Quand elles se sont rendues dans la chambre de M. Rigolo, la vidéaste et la photographe en ont profité pour repérer le bon endroit pour la découverte. J’avoue, moi, j’avais complètement zappé d’y réfléchir en amont. Mais c’est bien pour ça qu’on s’entoure de super prestataires, hein ? Pour compenser notre manque d’expérience !