Il y a cinq ans… Mon bilan de l’aventure Dentelle

Il y a cinq ans, j’ai reçu un mail de Anne, de Mademoiselle Dentelle. Je m’en souviens très bien, j’étais dans la cour de mon collège, nous étions le 13 décembre. J’ai regardé mes mails et j’ai vu « Bienvenue dans l’aventure ».

Mais quelle aventure.

Le jour où j’ai envoyé cette chronique, en novembre 2013, je ne savais pas. Je ne savais absolument pas ce qui allait se passer pour moi, pour mon futur mari et pour notre couple.

Je viens de relire avec émotion ma dernière chronique. Et je ne changerai aucun mot. Que ce soit dans les remerciements, que ce soit dans les ressenti. Rien en deux ans, en cinq ans. Je garde Mademoiselle Dentelle dans mon cœur, dans mon téléphone, dans mes rencontres amicales quotidiennes. Mademoiselle Dentelle, c’est le déclencheur d’un processus de reconquête. C’est mon électrochoc. Ce sont les questions « Qui es tu ? Que veux-tu ? Que souhaites-tu ? ».

Crédits photo : Bérengère Demoncy

Il y a cinq ans, je souhaitais être une femme mariée, une mère, avoir un appartement, avoir une vie dans la norme parce que je n’ai jamais été dans la norme avec mes parents. Mes parents divorcés. Mes parents avec un grand écart d’âge. Ma fratrie exceptionnelle. Ma famille bizarre. Je voulais rentrer dans la norme le plus rapidement possible pour me dire que j’étais comme tout le monde.

Et puis ça m’a rattrapé

J’aurais dû voir les signes avec notre mariage décalé, avec nos envies de faire autrement.

Nous nous sommes mariés, j’ai continué d’être professeure dans le 93, on a acheté un appartement à Saint-Denis et puis, ce que nous attendions est arrivé pour mes 30 ans : je suis tombée enceinte. Un petit garçon nous a rejoint en octobre 2017.

Ce rôle que j’attendais tant est venu me bousculer et me bouleverser. Il a été ma révélation, il a été mon séisme personnel. Je me suis rendue compte qu’à force de courir après des rôles que la société me donnait, je m’étais oubliée. Alors non, je ne regrette rien, je ne suis pas en train de t’annoncer mon divorce et mon changement de vie. Non, je suis juste en train de revenir sur ce chemin parcouru.

Il y a cinq ans, j’aurais aimé lire que je n’étais pas obligée de faire comme tout le monde et que ce ne sont pas mes actions envers les autres qui font qu’on m’aime. Non, c’est parce que je suis, c’est parce que je suis profondément intéressante et aimable. J’aurais aimé qu’on me dise que même si mon mariage n’était pas parfait, ce qui compte, c’est que je sois toute ma vie sur la même longueur d’onde que mon mari, et que surtout d’autres chemins étaient possibles. J’aurais voulu qu’on me dise que je pouvais faire autrement. Que je pouvais continuer de cultiver notre amour, que je n’étais pas obligée de vouloir faire plaisir à tout le monde. Car quand on se marie, on se marie avant tout pour soi, et pas pour les autres.

Alors en cinq ans, qui suis-je devenue ?

Je suis devenue une mère. Une mère présente, mais qui aime avoir sa liberté, une mère qui prend des distances, une mère qui fait attention, mais qui sait sortir.

Je suis devenue une blogueuse régulière sur mon site perso (par ici). J’ai affirmé mon écriture, j’ai affirmé mes opinions politiques. J’y défends une vision du féminisme et je parle de mes élèves du 93.

Je suis devenue une militante féministe sur Instagram. J’ai créé le compte « T’as pensé à ? » qui parle de la charge mentale des femmes, de leurs souffrances et de tout ce que cela peut créé dans un couple. Ce projet est en train de m’emmener très loin et l’année 2019 risque d’être très riche en événements autour de l’écriture et du militantisme.

Je suis devenue une femme tatouée aux cheveux rouges. Je suis devenue une femme qui assume son style vestimentaire, qui assume son corps, qui assume ses envies.

Je suis restée une amie fidèle. J’ai rencontré d’autres personnes, j’ai continué à cultiver mes longues amitiés. L’amitié est un puissant moteur de mon quotidien.

Je suis restée professeure à Saint-Denis, et j’y exerce avec bonheur et exigence. C’est parfois difficile mais je suis très bien entourée, avec des collègues en or.

Je suis restée une femme mariée, à l’homme avec qui elle est depuis presque neuf ans. Sans regret. Sans regarder en arrière.

J’avance, toujours j’avance.

Et je souhaite que tu puisses trouver la paix que j’ai trouvé dans ces cinq années qui viennent de passer. Je te souhaite un mariage comme tu le souhaites. Retiens toujours que ce n’est qu’une étape, que des tas d’autres arrivent. Ne t’oublies jamais dans ces préparatifs ou dans ton grand jour. N’essaye pas de faire plaisir pour qu’on t’aime. Assume qui tu es. Sois celle que tu as envie d’être.

Et bouffe la vie comme elle vient.

Je t’embrasse bien fort, tu m’avais manqué.



4 commentaires sur “Il y a cinq ans… Mon bilan de l’aventure Dentelle”

  • Mais c’est fou ! J’avais adoré lire tes articles, ton mariage, et je découvre que tu es aussi derrière un de mes comptes instagram préféré… Merci pour tes mots, bravo et très bonne continuation !

  • La même. Mariée en 2013, je crois que j’ai continué à venir sur ce blog pour lire tes chroniques. Et finalement j’y reviens toujours… lol
    Je te suis activement sur Insta, j’ai eu un gros coup de coeur pour ta façon d’être, d’écrire, ton assurance, et plein d’autres choses… bref je suis super contente d’avoir de tes nouvelles ici 😉

  • si les 5 prochaines années peuvent me donner autant de sérénité j’aurais parcouru beaucoup de chemin.
    Merci pour cet article si bien écrit. Il est vrai que dans les préparatifs il arrive qu’on pense beaucoup aux autres (alors qu’on ne peut pas contenter tout le monde) et qu’on ne sache plus ce qu’on veut réellement au final. Il faut apprendre à nous recentrer sur nous, sur notre couple, et nos vrais désirs à deux.

  • J’aime toujours autant ta plume Madame Sourire 🙂
    Qu’il est agréable de te lire, surtout quand cela respire le bien-être… Merci pour ces belles nouvelles et je croise les doigts pour la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *