Bretzel et Cannelé se marient – Episode 1: comment nos 2 héros se sont un jour fiancés !

Tu l’as peut-être compris, nous sommes à la fois classiques et originaux !

La demande en mariage n’a pas dérogé à la règle…

Le mariage, une (presque) certitude

Se marier, M. Cannelé et moi y pensions depuis quelques mois.

Pour être honnête, j’y pensais depuis plusieurs années, mais sans pour autant tomber dans la folie. J’ai toujours dit que je me marierai un jour. Pas pour la robe princesse ou pour le bon resto, mais juste parce que tous les couples autour de moi étaient mariés et que j’avais une image très positive du mariage. En fait, ça me semblait évident.

Bien sûr, en grandissant j’ai appris qu’on n’était pas « obligé » de se marier pour construire une vie de couple et de famille.

J’ai aussi beaucoup lu sur ce qu’impliquait la notion de mariage, d’un point de vue biologique et sociologique. En tant que féministe, je sais bien quels sont les liens entre patriarcat et mariage. Mais, n’en déplaise à certaines de mes proches, ça ne m’a jamais fait changer d’avis. Je pense sincèrement qu’on peut être une féministe convaincue et avoir envie de se marier avec la personne qu’on aime … même à l’église !

Avec quelques adaptations, le mariage n’entre pas en contradiction avec mes convictions. J’aurai l’occasion de revenir là-dessus (et sur les réactions de mes proches) plus tard.

Big tunnel proposal

Crédits photo (creative commons) : W. Marsh

L’arrivée du non-prince charmant

Pendant longtemps, j’ai pensé qu’une vraie relation amoureuse était surtout basée sur la passion et l’amour fou.

J’attendais un peu trop mon prince charmant et plusieurs de mes précédentes histoires se sont terminées à cause de la disparition de ces sentiments. J’ai fini par croire que non, finalement, je ne me marierais pas…

Un jour, j’ai rencontré M. Cannelé : ce n’était ni mon Prince Charmant, ni l’homme que j’attendais depuis toujours. Ce n’était pas mon Roméo, ni mon Mr Big, ni mon Dr Love, ni mon Denys Hatton (Googueul est ton ami). C’était juste un mec de mon âge, drôle, sympathique et mignon. Un doctorant, comme moi, qui pouvait comprendre le marasme dans lequel je vivais (crois-moi, ça comptait beaucoup).

Avec le temps, nous avons appris à nous comprendre, puis à nous aimer. Nous avons partagé de beaux moments, de belles disputes et quelques périodes de creux aussi. Avec le temps, j’ai compris que l’amour fou ou la passion, ça s’en va et ça revient (oui, je sais, tu vas l’avoir dans la tête toute la journée). Que parfois l’autre nous énerve tellement que la seule solution est d’aller fumer une clope sur le balcon ou d’aller chercher du pain. Mais que ça n’empêche pas de l’aimer tellement fort qu’on en a les larmes aux yeux. Cette constatation m’a permis d’envisager, pour la première fois concrètement, de me marier avec quelqu’un.

Et M. Cannelé, me diras-tu ?

Une rapide petite enquête (en direct de notre appartement, chère lectrice !) m’apprend que non, il n’avait jamais pensé au mariage avant.  Que je suis celle avec qui il en a eu envie pour la première fois. Ca tombe bien, hein ?

Petit à petit, nous avons donc commencé à parler de mariage. De manière anecdotique, au mariage d’une amie ou après notre pacs, puis de manière de plus en plus récurrente. C’est vrai qu’au début, c’est moi qui ai commencé à en parler. Mais très vite, les allusions sont venues des deux côtés…

La demande en mariage, à notre image

Nous avions donc décidé de nous marier.

Sans trop réfléchir à une date (je n’avais pas fini ma thèse, nous voulions un enfant…), sans trop de certitude sur le type ou le lieu du mariage, nous en parlions « pour de vrai ».

Même si M. Cannelé ne voyait pas vraiment d’objection à ce que je le demande en mariage (ni moi non plus, d’ailleurs), nous avons préféré faire ça façon old school. J’avais néanmoins émis quelques conditions (tu verras, c’est ma spécialité, les conditions). Je voulais que ce soit fait très simplement, avec une bague très simple et la moins chère possible.

Je t’avoue que je n’ai pas très envie d’entrer dans les détails. Un peu par pudeur. Et aussi parce que ma demande n’a rien d’exceptionnelle.

Bien sûr que pour moi, elle était incroyable, mais quand je compare avec les demandes en mariage de folie de certaines futures mariés de ce blog, je me dis que la nôtre parait très modeste. Mais sache-le, chère bride-to-be : malgré cette modestie, non, je ne regrette rien (celle-là aussi tu vas l’avoir dans la tête toute la journée). Tout simplement parce que, dans sa simplicité, cette demande était en tout point à notre image.

M. Cannelé et moi avions décidé de fêter notre anniversaire dans un de nos restos préférés, un super resto japonais dans le centre de Bordeaux.

Je ne m’attendais pas à grand-chose, Monsieur ayant passé les derniers jours à souffler le chaud et le froid : « Je ne sais pas quoi faire pour la semaine prochaine », « J’espère que tu ne seras pas trop déçue, vu que je n’ai toujours pas de bague »… Pour cette soirée, pas d’invitation grandiloquente, pas de chandelles, pas de tenue hyper élégante, juste une belle chemise et une grande jupe, la carte du compte-joint qui flambe un peu, et nos sourires.

A la fin du repas, il m’a proposé d’aller faire un tour au bord de l’eau. J’ai une relation très intense avec cet endroit de la ville. J’aime regarder l’eau du fleuve, la rive droite dans le brouillard, les hangars à l’autre bout du méandre. Ca me donne des envies de partir en bateau et de devenir pirate.  La nuit, c’est magnifique, même en plein janvier. Arrivé sur les quais, j’ai respiré à fond, j’étais bien. Il y avait quelques passants près du miroir d’eau, ça m’était égal. J’étais vraiment bien. M. Cannelé m’a prise dans ses bras, m’a murmuré des mots doux qui n’appartiennent qu’à nous, et finalement, farfouillant dans sa poche, m’a tendu une petite bague très simple.

Je n’ai pas beaucoup pleuré, je n’ai pas été très surprise. J’étais juste heureuse sans trop réaliser de ce qu’on venait de décider.

Au bout d’un petit moment, j’ai commencé à atterrir percuter comprendre et là… je suis passée en mode euphorique ! J’ai passé toute notre promenade à rire sans raison, à bécoter mon copain fiancé, à danser dans tous les sens. Même dans le tram qui nous ramenait chez nous… Même chez nous, j’étais branchée sur 100 000 volts ! M. Cannelé est beaucoup plus calme, plus pudique, il ne disait pas grand-chose. Mais je savais, en le regardant, qu’il était tout aussi heureux que moi.

Et la bague, me diras-tu ?

La voilà. Ce sont trois cercles d’argent, avec des mini-incrustations d’éclats de diamants. Très simple, comme je le désirais (et pour tout t’avouer, même si je ne connais pas les détails, vraiment pas chère). Grâce à ces cercles, cette bague me correspond parfaitement… Mon maquillage, mes jupes « made in Bordeaux », mes boucles d’oreilles… Tout est rond chez moi, même ma silhouette ! Cette bague, si simple, c’est parfaitement moi.

bague de fiançailles

Dans quelques jours, cela fera 1 an que nous avons pris cette belle décision.

Depuis, nous avons continué à nous aimer et à nous disputer. Nous avons pu voir que l’organisation d’un mariage, c’est à la fois génial et éprouvant. Il y a eu des moments où les préparatifs faisaient un bond en avant, d’autre où tout stagnait pendant des semaines. Nous avons construit des tableaux Excel et des châteaux en Espagne, nous avons argumenté, réfléchi, changé d’avis…

Mais ça… c’est une autre histoire !

Et toi ? Tu as donné ton avis et tes conditions sur la demande en mariage et la bague ? Toi aussi, fâchée avec le prince charmant, tu as compris que le bonheur était dans les doctorants en biologie (ou autre, je ne suis pas sectaire) ? Et finalement, tu as eu une demande extraordinairement simple ou simplement extraordinaire ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



21 commentaires sur “Bretzel et Cannelé se marient – Episode 1: comment nos 2 héros se sont un jour fiancés !”

  • Ronde ?! Au vu des quelques photos, c’est pas du tout le premier mot qui vient à l’esprit pour te décrire !
    Ah la simplicité et l’amour, tout ce que j’aime pour ce qui touche mariage… Et ta bague correspond bien à ça !
    Je vous rejoins sur ces points : on aime aussi faire les choses simplement et à notre image et la demande en mariage (qui n’en était pas une, c’était plutôt « on se marie l’année prochaine ? viens, j’ai repéré des bagues, je veux ton avis ») et la bague y correspondaient aussi.
    Je crois honnêtement que pour un mariage, il faut avant toute chose faire comme on le sent, comme on SE sent : rien ne sert de planifier des choses élaborées et hors-norme quand ce qu’on aime, ce sont les petites choses du quotidien 😉

    • tu as raison, les petites choses du quotidien, c’est ça le secret !!
      (c’est vrai, je ne suis pas si ronde, mais un peu quand même, c’est juste que je le cache bien 😉 )(mais c’est comme ça depuis 28 ans, je l’ai largement accepté)

  • Cette bague (trop jolie) et cette demande était peut être juste le moyen de lancer le top départ de cette folle aventure qu’est le mariage si votre décision était déjà prise avant. Encore une fois j’ai l’impression de lire l’histoire de notre couple…troublant ^^

    « ça s’en va et ça revient.. » grr

  • Très belle histoire ! Tant que la demande vous correspond à vous deux, c’est l’essentiel je trouve. Il m’arrive de pleurer en regardant les demandes en mariage dans les films. D’ailleurs, dans la semaine précédent la demande de mon fiancé, j’ai versé une larme en assistant à une scène, même très simple, de demande en mariage (et pourtant, j’étais en train de faire la vaisselle en regardant le film, c’est dire !). Quand j’ai répondu oui à la question de mon chéri, non, pas une larme. Peut-être l’absence de totale surprise ? On avait choisi la bague le mois d’avant, donc je savais que ça viendrait à un moment donné. Je lui avais d’ailleurs donné un an pour me poser la question, sinon c’est moi qui le faisais ! Au début de sa mise en scène « demande en mariage » (j’en avais demandé une ^^) j’ai tout de suite compris comment ça se finirait. Peut-être pas de larme, mais une grande émotion et un bonheur immense lorsque j’ai dit oui 🙂 C’est tout ce qu’il me fallait à ce moment-là. Sa joie les heures suivant ma réponse remplace tout à fait la larme que je n’ai pas eu 😉

    • en même temps, l’émotion ne se mesure pas non plus au volume de larmes versées… même si M. Cannelé a été étonné que je ne pleure pas plus, vu que je suis une grande pleureuse. Je crois simplement que j’étais trop heureuse pour pleurer 😉

      • J’ai aussi eu droit à cette remarque 😉 mais je me rattraperai sûrement lors du mariage (je vais faire des réserves de mouchoirs chez mes témoins !)

  • Les disputes c’est la vie moi je dis !
    C’est joli votre histoire…et puis moi non plus j’ai pas trop pleuré quand il m’a fait sa demande. Pour tout dire, je n’ai pas pleuré du tout même si je tremblais comme une feuille.

    Par contre, les semaines qui ont suivies, je les ai passées à lui montrer ma main avec ma bague (comme si il était pas au courant, en mode « hé hé, t’as vu ? J’ai une bague, t’as vu ? »)

    La suite !

  • J’ai adoré lire cette demande en mariage ! Pas besoin de froufrous et de tralala quand l’amour est là. En te lisant d’ailleurs je me dis que moi, j’avais bien trop mis la pression à mon pauvre chéri avec la demande, et qu’au final, peu importe l’endroit, la joie est la même…

  • Très jolie cette demande et la bague parfaite !!!

    Pour la thèse je comprends, c’est bien d’avoir quelqu’un dans sa vie à ce moment là !
    Ça rapproche !

    • bah ouais, c’est difficile de comprendre la galère du thésard quand on en est pas un… l’avantage c’est qu’on s’est vraiment soutenu l’un l’autre, et que ça a porté ses fruits…

  • Je suis d’accord avec l’ensemble des commentaires.
    J’ai beaucoup aimé la simplicité avec laquelle tu racontes ces événements, et la pudeur qui s’en dégage.
    J’ai hâte de lire la suite 🙂

  • D’accord aussi avec les autres Mademoiselles (et Madames), je trouve personnellement qu’on en demande parfois trop à Monsieur… Votre demande vous ressemble, avec simplicité, complicité, joie profonde… C’est tres beau, il n’y a besoin de rien d’autre moi je dis !! lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *