Ceux qui cherchaient un traiteur – Partie 1

La dernière fois, je t’avouais que nous avions eu quelques déconvenues au moment de la recherche du traiteur. Imagine, on a failli ne pas manger le soir de notre mariage ! Non, j’exagère bien sûr, mais laisse-moi te raconter nos péripéties…

Quel type de repas pour notre mariage ?

Dans la vraie vie, manger, c’est ma passion. Genre, je ne peux pas regarder Top Chef sans un paquet de biscuits dans les mains, c’est de leur faute aussi, ils me parlent de coquilles St Jacques, de coques en chocolat et de pommes soufflées, alors forcément, j’en ai les papilles toutes émoustillées.

Quand on aime manger, et qu’on place ce poste tout en haut du podium des « priorités budget », on opte pour quelle formule ?

  • Un cocktail dînatoire ? Bof, dans l’idée que je m’en fais, j’ai l’impression qu’on va manger des petits fours et des verrines toute la soirée, et ça me fait moyennement envie.
  • Un repas au restaurant ? Tentant, mais nous avons déjà réservé une salle.
  • Un buffet ? Non plus. Imagine 120 adultes affamés qui n’attendent qu’une chose dans la journée -maaaaaaanger- se ruer sur des buffets en libre service. Je suis une timide de nature et traumatisée par ces soirées où je ne sais pas jouer suffisamment des coudes  pour atteindre le Graal la table. J’ai faaaaaim, moi.
  • Un food truck ? Mouai… Pour le midi j’adhère totalement à l’idée, mais pas le soir. Puis je vois déjà la tête déconfite de Pépé Robert au moment où j’aurais dû lui annoncer qu’on mangerait des burgers pour le dîner.

En vrai, je t’avoue que la question ne m’a empêchée de dormir très longtemps. Nous sommes vite tombés d’accord sur la solution classique du repas assis avec traiteur et service à table. Ça peut paraître bête, mais on ne s’offre que très rarement des soirées au resto, alors on a envie de profiter d’un bon repas pour ce grand jour. On se dit aussi que ce sera peut-être appréciable pour nos invités de pouvoir se poser un peu après une longue après-midi, et pour certains, de se retrouver de manière conviviale autour de la table après des mois sans s’être vus, un peu comme on a plaisir à se retrouver autour d’un repas en famille le soir, après une journée bien remplie.

Bonne table

Crédits photo (creative commons) : Skeeze

Repas assis : validé. Alors, on trouve comment le traiteur de son mariage ? C’est bien là toute la question, et maintenant que les choses se corsent…

Le traiteur qui s’évapore dans la nature

Je t’épargne les longues soirées de recherche, l’histoire sur les devis incompréhensibles que nous avons pu recevoir, ou encore les traiteurs peu aimables ou hors budget. Après un premier tri, je pensais avoir trouvé la bonne personne : une jeune traiteur à la tête d’une équipe dynamique, qui avait assuré le mariage d’une copine. Pour y avoir mangé, je peux te dire que c’était juste excellent : copieux, raffiné, bien présenté, et tellement bon ! L’ensemble du cocktail avait été servi sur plateau par des serveurs vraiment efficaces qui passaient sans cesse entre les groupes de discussion. Tout le monde a pu goûter à tout sans que personne ne monopolise les buffets (mais si, je suis sûre que tu vois à quel genre « d’aimants à petits fours affamés depuis 8 jours » je fais allusion !), et même les mariés ont profité de leur cocktail (détail ô combien important pour nous, puisque si tu ne l’a pas encore tout à fait compris, manger occupe une place importante dans ma vie !).

La première rencontre avec elle est très agréable, et nous permet de nous faire une idée de ses prix et de ses propositions. Elle est flexible, semble s’adapter de bon cœur et nous donne de bons conseils. Nous sommes plutôt conquis ! Elle me demande simplement de la rappeler la semaine d’après pour mettre au point quelques détails et pouvoir me proposer un menu personnalisé. Tout roulait, j’étais sûre que nous n’allions pas tergiverser 107 ans sur la question et que le choix du traiteur allait être une formalité !

Mais quelqu’un a dû se dire que cette histoire se déroulait beaucoup trop bien jusqu’ici, puisque c’est à partir de ce moment-là que nous avons littéralement perdu contact avec notre « presque-futur » traiteur.

J’ai mis au moins trois semaines à réussir à la joindre par téléphone comme elle me l’avait pourtant demandé, et ensuite, silence radio. Elle n’a plus jamais répondu, ni à mes appels, ni à mes mails que je tournais pourtant de la façon la plus gentille et la moins intrusive que je pouvais. On en est venus à se demander s’il lui était arrivé quelque chose de grave, mais apparemment, non. Elle a juste décidé de ne plus jamais donner signe de vie. Le mystère du traiteur volatilisé flotte toujours !

Le traiteur qui cache bien son jeu

Note en cours d’article : si, à l’heure où tu me lis, tu as très faim et que tu n’as pas grand-chose dans ton frigo, je te conseille d’éviter les images qui vont suivre, surtout si, comme moi, la simple lecture des mots « pesto », « morilles » ou « langoustine » suffit à affoler ton appétit… 

Après cette mystérieuse disparition, il a fallu se motiver à chercher d’autres pistes. Après avoir écumé les traiteurs alentours, nous voilà donc partis par un beau midi du mois de mai avec Roméo, nos parents et mon frère pour un repas de dégustation dans un restaurant familial assurant aussi un service traiteur.

Pour le cocktail, la maison nous propose de servir des verrines et mises en bouche pour accueillir les invités, puis de lancer des ateliers culinaires à volonté (démonstration de cuisson au wok, de découpe…) pour un côté ludique et convivial, ce qui nous emballe plutôt bien ! Voilà la proposition qui nous est faite :

  • Verrines et bouchées : rémoulade de carottes, salade de la mer, crème de légumes de saison, gaspacho de tomates au pesto, saladette de confit aux lentilles.
  • Atelier « à la découpe » : jambon Serrano, foie gras de canard avec pain aux noix et aux raisins, saumon fumé maison et maigre mariné au citron et aux herbes avec blinis et crème à l’aneth.
  • Atelier « Wok » : crevettes à l’ail, langoustines à la vanille, chipirons persillés.
  • Atelier « plancha » : bouchée fondante de bœuf, noisette d’agneau, sot-l’y-laisse, saucisse et chorizo frais, et chaque pièce accompagnée de sa sauce : sauce au vin rouge, sauce au sésame, sauce aux épices douces.

Repas test 1

Crédits photo : Photo personnelle

Nous ne goûtons pas le cocktail dans sa totalité, mais nous pouvons déjà nous faire une bonne idée de la qualité proposée.Tout est juste, tout est goûteux, et rien que de me remémorer cette dégustation avec toi, j’en ai l’eau à la bouche !

Nous passons ensuite au dîner, qu’on nous présente ainsi :

  • Mise en bouche
  • Plat au choix entre : brochette de magret de canard posée sur une brandade de confit et foie gras poêlé servi avec un jus d’épices douces, ou quasi de veau braisé (ultra tendre…) et crème aux morilles (j’adoooore les champignons), ou tranche de porc ibérique (une découverte pour nous, délicieuse !) cuite doucement en cocotte et jus « grassouillet » aux légumes. Chaque plat est proposé avec le même accompagnement : quenelle de purée et légumes croquants de saison (pour nous : asperges et fèves).

Repas test

Crédits photo : Photo personnelle

  • Assiette de fromages : Brie de Meaux, Ossau Iraty et confiture de cerises noires maison, Fourme d’Ambert.
  • Buffet de desserts : ce jour-là, nous avons goûté le « succès aux fraises ». Nous avons vu arriver dans chacune de nos assiettes une énoooooorme part d’un gâteau qui avait l’air… un peu lourd à vrai dire. Mais ne jamais se fier aux apparences ! Je peux te faire une confidence, c’est le meilleur gâteau que j’ai jamais mangé de toute ma vie. Oui, oui, même le sacro-saint fondant au chocolat noisette de mamie Vévette est surpassé. Et pourtant, je n’aime pas les fraises, si, je te jure ! C’était aérien, sucré comme il fallait, équilibré entre crème, croustillant et fruits frais… Pouah, c’était trop bon !

Tu te dis sûrement que c’est dans la poche et que le doute n’est pas permis : je dois choisir ce traiteur !

Miiiiiiiiiiip. (mauvaise réponse)

En réalité, j’ai une sensation étrange, une sorte de frustration que je n’explique pas. Un manque de raffinement dans les présentations ? Une cuisine trop « comme à la maison » ? Oui, peut-être. Ça peut te paraître vraiment futile, mais il manquait sûrement à cette dégustation la petite note festive que j’ai envie de retrouver dans mon assiette le soir du mariage.

Ce sentiment est mêlé au fait que nous avons attendu très longtemps avant la dégustation. Le restaurateur nous avait purement et simplement oubliés, et a donc dressé en catastrophe une table puis préparé notre dégustation ! À la suite de ce petit incident, j’aurais dû me dire que l’équipe avait quand même été réactive et avait bien géré le couac, mais pour être honnête, ça m’a plutôt laissée perplexe. Attention, je suis la première à faire des erreurs dans mon métier, on peut évidemment faire un oubli, la bourde est humaine et sur le coup, ça ne m’a gênée plus que ça. Mais au fur et à mesure de la dégustation, je sens bien qu’il me manque quelque chose d’essentiel quand on choisit ses prestataires : le feeling. Et ça, ça ne se commande pas !

Et puis, il y a eu le coup de grâce, tu sais, celui qui coupe court à tes doutes et tes tergiversations. Je ne sais pas si tu te rappelles la déception que nous avions eue après avoir mal lu la plaquette des prix lors de la visite de notre première salle. Hors de question de faire la même erreur, juré, nous lirons attentivement les devis avant de nous lancer, pour éviter de réaliser après coup que nous sommes hors budget !

Cette fois, nous sommes sûrs de notre coup : 29 € le cocktail et 31€ le dîner, soit un total de 60€ par personne, ce qui correspond à la limite haute que nous nous sommes fixés. Mais le jour de la dégustation, nous découvrons qu’à ce prix de base, il faut rajouter des frais de déplacement (ah bon ? 350€ pour 15 min de trajet, c’est sérieux ?), les frais de personnel (serveurs et cuisiniers) non compris dans le prix de base, des frais pour les boissons du cocktail, pour le café, et j’en passe. Nous passons donc de 60€ à … 78€ par personne tout compris ! Gloups ! Je vais pleurer un coup et je reviens, hein. Non pas que ce ne soit pas normal que le traiteur se fasse rémunérer pour déplacer ses frigos, pour payer son personnel et tout le reste. Mais ce qui me déplaît, c’était que malgré nos questions, il ne nous ait jamais présenté tous ces frais annexes noir sur blanc dès le départ.

Nous voilà sortis de la dégustation, un peu déconfits et déçus. Je me dis « tu es bien difficile ma fille, c’était bon quand même, tu pinailles pour des détails de présentation et de ressentis qui restent confus, en plus ! ». C’est vrai. Mais à ce prix-là, on a peut-être le droit de pinailler un peu, non ? Et aujourd’hui, avec plusieurs mois de recul, je n’ai pas vraiment de regrets : « sentir » ses prestataires, c’est juste primordial/essentiel/fondamental (aucune mention inutile !).

Le mot de la faim fin

Pour résumer, et si ma modeste expérience peut t’aider, voilà quelques questions à poser à ton traiteur avant de te lancer :

  • Y a-t-il un droit de bouchon ?
  • Le service est-il compris dans le prix des menus proposés ?
  • Le service est compris jusqu’à quelle heure ? À partir de quel horaire paie-t-on des heures suplémentaires ?
  • Le prix des boissons (eau, jus de fruits…) est-il inclus dans le prix du menu, ou faut-il prévoir un supplément ?
  • Existe-t-il des frais de déplacement ?
  • Dans le prix de base proposé, combien y a-t-il de cuisiniers sur place le jour J ? Faut-il prévoir un supplément au-delà d’un certain nombre d’invités ?
  • Le service comprend-t-il le débarrassage des bouteilles vides, le rangement du matériel et le nettoyage des cuisines/sortie des poubelles ?
  • Pour quel nombre minimum d’invités se déplace le traiteur ? (Nous avons souvent rencontré des traiteurs, aussi surprenant que ça puisse paraître, qui nous ont dit facturer un supplément en dessous de 80 convives)

Liste non exhaustive, n’hésite pas à la compléter en commentaire !

Et toi, où en es-tu dans la recherche de ton traiteur ? Pour quelle formule vas-tu opter : repas assis, cocktail dînatoire, buffet, pique-nique champêtre ? Raconte-moi tout !

Prenez (beaucoup) de fleurs, des matières brutes, du kraft, du liberty pour la touche de peps, une (bonne dose) d'humour et de bonne humeur, de la douceur, quelques (fortes) émotions, du fait maison, beaucoup trop d'idées, et vous obtiendrez... un mariage de fin d'été en pleine campagne ! Je suis Madame Peach, et je suis mariée à Roméo depuis le 27 août 2016. Ici, je te raconte (presque) tout : nos doutes, nos joies, nos couacs pendant les préparatifs, et surtout... notre belle journée de fin d'été !

Commentaires

  • Avatar
    Adélaïde
    Répondre
    12 mai 2016

    Tiens c’est fou comme ça me rappelle quelque chose ^^
    Nous on est carrément passés de 35 euros à … 70 ?
    En fait fallait rajouter: la vaisselle, les nappes, les serviettes, les serveurs et … un cuistot supplémentaire à 200euros parce-qu’on serait plus de 100 (105 pour être exacte)
    Next 😉

  • Avatar
    Mademoiselle Afro
    Répondre
    12 mai 2016

    J’ai choisi l’option restaurant avec TOUT écrit exactement de ce que nous payons et à combien … Même si c’était dit pour éviter les déconvenues de dernière minute j’ai préféré avoir un contrat dûment signé. L’option traiteur avec le peu de convives que nous avions n’était pas la bonne option 🙂 mais celle qui s’est volatilisé : quelle sympathie, je pensais pas que cela pouvait arriver !!!

  • Avatar
    Amélie Tamarin
    Répondre
    12 mai 2016

    Ha, moi aussi j’ai connu le prestataire « j’te vois – j’te vois plus » : la décoratrice qui nous a posé deux lapins téléphoniques + un lapin en vrai. Et lorsque je l’appelais pour savoir ce qui se passait, sa boîte vocale était saturée, impossible de laisser un message ! Comme toi, j’ai cru qu’il lui était arrivé quelque chose de grave, j’ai vraiment paniqué ! Au final, c’est juste qu’elle avait autant de sens de l’organisation qu’une huitre, et qu’elle était dépassée… En fait c’est un mal pour un bien qu’on ait pas fait affaire – et je pense que ça s’applique aussi à ton cas !

  • Avatar
    Mademoiselle Ambrym
    Répondre
    12 mai 2016

    Nous avons aussi fait le choix d’un dîner à la maison servi par un traiteur sur place et l’idée me plaît bien. Pour le moment tout semble clair…Nous avons juste été très déçus de leur foie gras à la dégustation et j’ai pris la décision de l’acheter ailleurs chez un restaurateur que j’adore et qui m’en fait 3 kg pour l’occasion….Courage à toi pour la suite.

  • Avatar
    Mademoiselle Idées
    Répondre
    12 mai 2016

    Oh mais j’ai carrément FAIM d’un coup (team ventre sur pattes bonjour!) .
    Décidemment on est faites pour s’entendre, la question du feeling est SUPRA important pour moi aussi, hors de question de payer quelqu’un 6/7000 euros si le courant passe moyennement.
    C’est quand même incroyable qu’une bonne majorité de traiteurs ne soit pas précis sur les prix pratiqués. Quand tu t’aperçois en lisant entre les lignes que le droit de bouchon est de 8 euros la bouteille ?!!!
    Ou que pour 100 personnes le prix est de 60e mais si on passe à 99 il sera de 62e (autant prendre le 100ème quitte à partager l’assiette).

    Je suis carrément d’accord avec toi, à un tel prix tu as le droit de pinailler sur des détails (qui restent importants selon la personnalité de chacun). Et pour ce grand jour, tu as le droit d’être exigeante/chiante/gourmande/tout ce que tu veux en fait 😉

  • Avatar
    Marie
    Répondre
    12 mai 2016

    Je vis actuellement la même galère des traiteurs! Ceux que j’avais sélectionné à la base sont tout de même en vacances en plein été. ….. pas glop

  • Avatar
    Mademoiselle Myrtille
    Répondre
    12 mai 2016

    Tu as vraiment raison d’écouter ton feeling car vu le chèque que tu laisses à la fin, tout doit être au mieux et il ne peut pas avoir y avoir de place pour le doute. Et puis tu as raison sur le manque de raffinement. Et même si tout à l’air bon, il maque un large effort de présentation.
    Nous avons aussi choisi notre traiteur fonction du ressenti et on a eu un vrai coup de coeur pour le personnage, et au final on lui fait vraiment confiance. J’espère qu’on ne sera pas deçus.
    Mais j’ai hâte de lire ta suite. J’avais pas vu dque c’était un récit en plusieurs parties et à la fin je me demandais lequel tu avais choisi.

  • Avatar
    Cash Cat
    Répondre
    12 mai 2016

    ouhhhhhhhhhhh en lisant ton article :
    1 : j’ai faimmmmmmmmmmmmmmmmm
    2 : j’aime encore plus le gentil traiteur qui a fait notre repas et tout son personnel ultra méga adorable et disponible

  • Avatar
    Mademoiselle Frisette
    Répondre
    18 mai 2016

    En lisant ton article, j’ai soudain un doute sur les frais de déplacement pour ma part :-/
    J’espère ne pas avoir de mauvaise surprise!!

  • Avatar
    Piso
    Répondre
    20 mai 2016

    Tu as bien raison pour le feeling avec les prestataires. On investit tellement dans le mariage (autant psychologiquement que financièrement) qu’ il faut vraiment s’entourer des bonnes personnes. Celles qui feront vraiment avancer les choses en prenant bien en compte nos envies à nous.
    Moi j’ai eue beaucoup de chance que ma soeur soit passé avant pour le traiteur et soit tombée sur une perle. Pas cher, toujours disponible et à l’écoute. En plus j’étais sûre de pas avoir de mauvaise surprise à la fin vu que ma soeur était passée par là.
    Le seul prestataire avec qui j’ai eue des soucis c’est pour la robe. La personne avec qui j’ai fais les essayages était adorable mais la patronne était insupportable. A chaque fois que je tombais sur la patronne je ressortait de la sans savoir si j’ arriverai à avoir ma robe telle que je la souhaitais. Heureusement pour moi au final tout s’est bien passé.
    En tout cas je te souhaite de tomber sur un traiteur aussi bien que le nôtre!

Poster une réponse