Récit de quête n°10 : nos choix à propos de notre mariage – Partie invités

La dernière fois, je te parlais de nos choix symboliques concernant notre cérémonie. Je continue aujourd’hui mon récit, avec nos choix concernant les invités.

Une cérémonie civile en petit comité puis une grosse fiesta !

Enfin, dernier choix peu commun : bien que notre mariage ne se résume qu’au passage devant le bourgmestre, nous souhaitons partager ce moment uniquement avec nos parents et témoins. Alors oui, les mariages intimes ce n’est pas nouveau… Mais en général soit tu gardes les mêmes personnes tout au long de la journée et tu n’en rajoutes pas de nouvelles ; soit tu sépares ton mariage en deux fois, avec cérémonie civile intime un jour et grosse fête avec tout le monde une prochaine fois ; soit encore, tu fais une cérémonie civile intime, mais tu invites plus de gens à la cérémonie religieuse/laïque.

Vin d'honneur mariage

Crédits photo (creative commons) : Salo Al

Or nous nous avons prévu de faire le mariage en un seul jour et de n’inviter 90% de nos convives qu’à partir du vin d’honneur (en revanche, ils restent tous pour le repas, nous ne sommes pas malpolis à ce point). Malpolis ai-je dit ? Eh bien oui, car c’est comme cela que de nombreuses personnes à qui nous avons expliqué le déroulement de la journée l’ont perçu. Ils ne comprennent pas pourquoi on empêche les gens d’assister à notre « oui », d’autant plus qu’il n’y a pas de cérémonie après ! Certains pourront peut-être penser qu’on ne les invite « que pour le cadeau »… Bon déjà, quel est le couple qui a reçu dans son urne un montant supérieur à celui qu’il a dépensé pour ses invités ? Pas beaucoup à mon avis. Alors non, si j’invite quelqu’un, ce n’est pas pour le faire raquer (vu qu’il me coûte plus cher à nourrir que ce qu’il mettra peut-être dans l’urne), mais simplement parce que j’ai envie qu’il vienne. « Oui, mais alors pourquoi pas à la commune ? » Et bien, c’est pour faire plaisir à Chéri.

Le mariage idéal de Chéri : « Du rêve… »

Vois-tu, Chéri n’est pas un grand timide (quoique qu’il n’est pas très extraverti non plus) et il n’a pas peur de s’engager avec moi devant d’autres personnes, bien qu’il déteste être le centre d’attention (il s’est fait à l’idée que nous serons de toute façon le centre d’attention de 120 personnes à partir du vin d’honneur jusque tard dans la soirée).

Mais le mariage idéal de Chéri, celui de ses rêves, c’est nous deux et nos parents devant une arche dans la forêt ou sur la plage, et c’est tout (je te l’avais brièvement expliqué dans une précédente chronique). Bon, tu as compris que ce n’était pas possible en vrai, parce que dans les films américains de nombreuses personnes ont le droit de célébrer officiellement une union à peu près partout, tandis que chez nous ce droit est réservé aux bourgmestres, qui par ailleurs ne se déplacent pas sur les plages selon nos envies (dommage hein ?).

« … Au compromis »

Même si nous avons parlé un temps de se marier rien qu’à deux à l’étranger (comme Mme Venise) et ensuite revenir faire la fête avec tout le monde, nous avons vite abandonné, car cela blesserait profondément nos familles. Je suis fille unique et Chéri a un frère dont l’idée même du mariage lui donne de l’urticaire, alors priver nos parents de ce moment… Ils auraient (peut-être) accepté, mais ils auraient eu beaucoup de peine de n’avoir pas pu être présents.

Mariage intime

Crédits photo (creative commons) : Scott Webb

De mon côté, je voyais également le mariage comme une occasion de faire la fête avec nos amis et nos familles même éloignées, parce la seule manière de se revoir, c’est aux mariages et aux enterrements (et bon, les retrouvailles autour d’un cercueil ce n’est quand même pas ce qu’il y a de plus joyeux, hein). Le mariage, c’est nous, bien sûr, mais quoi qu’on en dise, ça impacte aussi nos proches.

Bref, je ne voulais pas renoncer à la grosse fête, mais je voulais faire plaisir à Chéri et qu’il ait un mariage qui ressemble le plus possible à celui de ses rêves, c’est pourquoi nous avons fait ce compromis. À la commune, nous serons donc juste nous, nos parents et nos témoins (même pas les oncles/tantes/grands-parents). Et pour ne vexer personne (« Pourquoi m’empêches-tu de venir ? Je te fais honte ? C’est que pour le cadeau ? » etc), nous avons l’excuse en or : la distance.

Quel prétexte pour que les gens ne viennent pas ?

En effet, il faut savoir qu’en Belgique, nous n’avons pas la possibilité de pouvoir nous marier dans la commune de nos parents, nous sommes donc obligés de nous marier où NOUS sommes domiciliés, c’est-à-dire, à une heure et demi de nos familles et amis. Comme nous démarrerons de la maison de ma maman (près de Mons) et que la salle se situe également dans la région de Mons, cela veut dire concrètement qu’à 9h30 au plus tard, nous devrons partir pour être dans notre maison communale à 11h. Puis une fois la cérémonie terminée (11h15-11h30), retour à Mons. Ce qui veut dire que nos invités vont devoir faire minimum 3h de route aller-retour pour 15-30min de cérémonie… « Mais non Tante Huguette, ce n’est pas la peine de te déplacer, on aura tout le temps de faire la fête ensemble à la salle, ne t’inquiète pas ! ».

Au pire du pire, pour les plus têtus, nous pouvons toujours dire que la salle de la commune est trop petite pour les recevoir (ils ne sont pas de la région, ils ne peuvent donc pas vérifier). J’avoue que je n’ai pas encore visité cette fameuse salle, donc si ça se trouve, ce n’est pas un prétexte bidon, mais un véritable argument ! On verra bien…

Et voilà comment avoir 120 personnes pour faire la fête après-midi tout en étant que 15 à la commune au matin, sans vexer personne… Du moins, on l’espère !

Et toi, est-ce que tu souhaites aussi un mariage intimiste ou tu es plutôt grosse fiesta ? Est-ce que tu as dû faire un compromis entre les deux ? Raconte-moi tout ! 

Bonjour à toutes et tous ! Je prépare un mariage dans une ancienne grange, inspiré de l'univers des jeux de rôle, avec une arrivée des mariés scénarisée en combat médiéval et de nombreuses touches de rock/métal. Le tout prévu pour juillet 2017 en Belgique (près de Mons), avec une centaine d'invités. Pour toute question, n'hésite pas à me contacter à ophrys[@]live.be

Commentaires

  • Avatar
    Jen
    Répondre
    21 avril 2017

    Pour avoir été du côté de l’invité pas invité à la cérémonie, mais juste à la fête, je peux comprendre la déception. C’est tellement beau et émouvant de voir les mariés se dire oui ! Alors, la soirée, c’est bien, mais ça ne remplace pas l’émotion d’une cérémonie. Et une cérémonie ne coute rien, contrairement à un repas. Après, c’est ton mariage, je te donne juste mon sentiment d’invitée.

  • Avatar
    Emmanuelle Merteuil
    Répondre
    21 avril 2017

    Et bien moi j’ai du mal à comprendre que les invités ne respectent pas votre envie de vous dire « oui » en petit comité. Vous les invitez à faire la fête avec vous, à partager votre bonheur… c’est déjà pas mal !
    Entre ceux qui se vexent de n’aller qu’à la cérémonie, et ceux qui se vexent de ne pas y aller, comme dirait l’autre : « on est pas sortis du sable ! » :p
    J’aime beaucoup votre idée en tout cas 🙂

  • Avatar
    Cacy
    Répondre
    21 avril 2017

    Je n’aurai pas été vexée. Mais j’aurais trouvé ça très étrange.
    Aller à un mariage sans voir les marier se dire oui, c’est un peu comme être invité à un anniversaire sans gâteau, chansons ni cadeaux.
    Pourquoi ne pas avoir fait le mariage en petit comité un jour puis un gros repas de famille/entre amis quelques temps après ?

    Mais bon, c’est bien de faire ce que vous souhaitez car c’est votre mariage.
    Par contre, j’ai peur que vous ayez à discuter longtemps pour que vos invités vous comprennent.

  • Avatar
    Viviane
    Répondre
    21 avril 2017

    Comme d’autres je dois dire que d’être invitée à un mariage sans aller au mariage, je trouverai cela particulièrement étrange. Alors que je ne me vexe pas d’être invitée à la cérémonie et pas au repas, et que cela ne m’empêche pas d’offrir un cadeau.
    Et se marier sans inviter les grands parents c’est vraiment une idée curieuse. Il faut vraiment qu’ils aient l’esprit large pour venir au repas sans rien dire.

  • Avatar
    Mademoiselle Gypsophile
    Répondre
    23 avril 2017

    Je trouve très bien que vous ayez réussi à trouver un compromis et surtout à vous écouter. C’est pas toujours évident lors des préparatifs de mariage. Et vos amis et famille s’ils vous connaissent comprendront même s’ils sont déçus de ne pas tout partager avec vous 😉

  • Avatar
    Mademoiselle Viking
    Répondre
    24 avril 2017

    C’est un choix effectivement assez inhabituel et je trouve que c’est un très beau geste de ta part envers ton chéri d’avoir accepté cette condition pas évidente à assumer auprès des invités!

  • Avatar
    Morwenna
    Répondre
    19 mai 2017

    C’est amusant, nous avons prévu exactement la même chose pour notre mariage (sept 2018). Mairie en ultra petit comité (mon homme ne voulait que les témoins au départ, finalement en discutant il y aura aussi la famille très proche: nos mères et soeurs, parrain/marraine pour moi, quelques oncles/tantes pour lui.). Puis grosse fête l’aprem et la soirée avec tous nos proches (environ 80-90 personnes), mais sans autre cérémonie quelle qu’elle soit (et un buffet végétarien histoire de continuer dans le non conventionnel ^^). Un choix atypique c’est sûr… On n’a pas eu tellement de difficultés à en parler pour le moment, mais tout le monde n’est pas encore informé de ce « détail ». Mais l’important c’est d avoir une journée qui nous ressemble, non? Et je suis sûre que l’émotion pourra se manifester autrement pour les invités 😊. Hâte de lire la suite de tes aventures !

  • Avatar
    Morwenna
    Répondre
    19 mai 2017

    J’étais très heureuse de découvrir ton témoignage aussi ! 😊 Oui je me doute que les faire-parts risquent de provoquer quelques remous… je te raconterai si ça t’intéresse. ☺
    Te souhaite plein de belles choses pour la suite des préparatifs en tout cas ! ☺ (et la quête de la robe…! 🙌)

Poster une réponse