Les protagonistes du mariage : ce fameux traiteur

 

Les lieux du mariage choisis, nous pouvons entamer un autre aspect de l’organisation pratique du jour J. Tu l’auras deviné, maintenant que nous avons opté pour une salle libre de traiteur, la recherche de ce dernier est notre priorité ! (Je pense que je n’ai pas besoin de te répéter une énième fois ma formule préférée…

Suivre les conseils avisés… 

Cette fois, Internet et le célèbre moteur de recherche ne m’accompagnent pas dans mes débuts. Rappelle-toi l’évocation de plats goûteux, sans chichi mais élégants, copieux sans être lourds… Monsieur Plumechon a récupéré le contact du traiteur du mariage d’un couple d’amis, qui semble être fait pour nous si on les écoute. Non seulement pour la cuisine qu’il propose mais également pour son caractère et sa philosophie. Il s’avère que, justement, nous avons bien envie de les écouter. C’est donc par lui que nous commencerons ; et c’est Monsieur Plumechon qui se charge de fixer un rendez-vous. (Voilà, tu m’as démasquée : je fais partie de celles qui n’aiment pas téléphoner pour ce genre de chose. Du coup, j’ai subtilement, ou non…, délégué tout ce qui ne pouvait pas être réglé via échanges de mails à mon futur mari.

Un soir d’avril, nous rencontrons Bruno. Il nous accueille chez lui et nous propose de discuter autour d’un verre. Il est surpris quand il apprend d’où nous venons, à environ 45 minutes de chez lui. Il comprend mieux quand nous lui expliquons qui nous a conseillé de le rencontrer et pourquoi. Nous le sentons sincèrement heureux que nos amis et leurs familles soient ravis de ses prestations au point de le recommander pour un mariage. Il faut savoir que Bruno exerce son activité de traiteur en complémentaire, par pure passion. Il ne possède pas de site spécifique et travaille beaucoup localement ou via le bouche-à-oreille. Du coup, à l’évocation de nos amis et de leur mariage, dont il se souvient parfaitement, Bruno comprend immédiatement quelle ambiance nous souhaitons… et quel genre de couple nous sommes ! 

Nous exposons nos envies concernant un repas formule buffet de grillades mais surtout de tartiflette pour le soir ! D’emblée, Bruno adore cette idée. Réellement ! (Pour te dire, on se demandait qui trouvait ça le plus génial de lui ou nous !) C’est tout à fait dans ses cordes. Il a l’habitude d’en faire, mais jamais encore pour la soirée d’un mariage. De notre côté, nous nous sentons compris. Nos envies, légèrement hors des sentiers battus du ce-qui-se-fait-pour-un-mariage, sont enthousiasmantes ! Bref, à ce moment, sans nous concerter, Monsieur Plumechon comme moi nous disons que nous avons été bien inspirés d’écouter les conseils de nos amis. 

Notre traiteur du jour J pour un menu non conventionnel !

Crédit photo : Dphotography 

Notre menu présenté le jour J 

… et faire confiance ! 

Nous sommes repartis de ce premier rendez-vous avec la plaquette de Bruno et des notes de notre discussion. Nous l’avons revu quelques temps plus tard pour confirmer sa prestation et préciser le menu… le tout sans rien goûter ! Oui, oui, tu as bien lu : sans rien goûter !

Alors que je te bassine depuis ma première chronique ou presque avec notre amour de la bonne bouffe, nous nous la sommes jouée comme ça… au flair… à l’audace… à la confiance ! À l’inconscience penseront certaines… (Zéro regret de notre côté : nous avons eu le repas que nous souhaitions.

Pour cette journée, Bruno et son équipe nous régalerons avec : 

  • un assortiment de 10 pièces de zakouskis chauds et froids laissés à sa libre inspiration, à l’exception d’une pièce au foie gras confit (mon petit « caprice ») ; 
  • un potage de poireaux à la crème d’orange, servi à table ; 
  • un buffet de grillades où se côtoieront tranches de jambon, magrets de canard, filets de poulet cuits sur peau, gigots d’agneau et pavés de saumon, diverses sauces chaudes (jus de viande au romarin, sauce aux raisins, sauce au poivre et sauce homardine), des légumes chauds, des crudités et des accompagnements (grenailles rôties, gratin dauphinois aux poireaux et tagliatelles) ; 
  • un trio de dessert (merveilleux à la coco, croûte aux fruits et éclair au chocolat, réalisés par une petite dame de son coin, avec des produits de la ferme), servi à l’assiette. 

Sans oublier la tartiflette du soir, ni la soupe à l’oignon de la nuit. 

Notre traiteur du jour J pour un menu non conventionnel !

Crédit photo : Dphotography 

Une équipe et un buffet au top lors de notre joli jour 

En pratique, nous convenons que : 

  • Bruno et son équipe s’occupent du service lors du vin d’honneur, du repas à l’exception des boissons et de la tartiflette ; 
  • nous nous occupons du choix et de l’achat des boissons, ainsi que de leur service lors du repas et de la soirée ; 
  • Bruno nous fournit la vaisselle à l’exception des verres ; 
  • nous nous chargeons de la location du nappage, des serviettes et des verres, ainsi que du dressage des tables la veille. 

Vu qu’il ne connait pas la salle, située à plus d’une heure de route de chez lui quand même, nous nous mettons d’accord pour organiser une visite dans les mois qui suivent afin qu’il puisse se rendre compte de la disposition des espaces et du matériel sur place. 

C’est qu’il va être serré le planning ! 

Histoire de pouvoir planifier notre journée, nous questionnons Bruno sur le temps nécessaire pour le repas. Il estime que vu le nombre d’invités, il faut compter au minimum 4 heures. Il nous conseille aussi de laisser 30 minutes de battements entre la fin du vin d’honneur et le début du repas, ainsi qu’entre la fin du repas et le début de la soirée. 

Récapitulons : nous voulons faire venir nos invités du soir pour 20h30. Avec la marge de 30 minutes, notre repas devra donc commencer à 16 h. Le vin d’honneur, que nous souhaitons de 2h30 à 3h devra donc se finir vers 15h30. Il faut donc prévoir qu’il commence vers 12h30, 13 h au plus tard. La salle se situe à 45 minutes de l’église : comptons donc 1 heure de trajet par sécurité. Notre messe devrait donc se finir à 11h30, midi au plus tard… Si on compte qu’elle durera 1h15, il nous faut donc commencer à 10h15, 10h45 au plus tard.

Bon, et avec tout ça, nous n’avons pas encore intégré le mariage civil au planning. Sans parler du fait que certains de nos invités, dont mes futurs beaux-parents et Monsieur Fromages, témoin de Monsieur Plumechon, n’habitent pas tout près et qu’il nous est impossible de les loger la veille.

Bref, comme tu le constates, nous avons un souci d’organisation. 

À moins que…

Aucune envie de vivre une journée marathon (ou du moins, plus que nécessaire… parce que vu ce que je viens de t’expliquer, ce sera déjà un fameux challenge !). Pas envie non plus de décaler l’heure d’arrivée des invités du soir. Pas plus que de rogner sur les marges de sécurité demandées par le traiteur.

À ce moment-là, une seule solution s’impose : un mariage en deux temps ! Et voilà comment, au retour d’un rendez-vous chez le traiteur, nous avons décidé d’organiser notre mariage civil un autre jour. J’y reviendrai bientôt.  

Et toi ? Des éléments liés au planning ont-ils changé vos plans initiaux ? As-tu choisi de faire un mariage en deux temps ou as-tu préféré tout grouper le même jour ? Et sinon, pour revenir à l’essentiel, comment avez-vous trouvé la perle rare qui vous régalera toute la journée ? 



8 commentaires sur “Les protagonistes du mariage : ce fameux traiteur”

  • Ce traiteur a l’air sensationnel… et à l’écoute de vos envies c’est vraiment cool.
    Par contre, effectivement le planning a l’air plus que serré…

    • Je peux te rassurer, le timing a été parfait. Je vous expliquerai notre astuce pour ne pas avoir à nous en soucier.
      Et oui, ce traiteur a assuré. 😀

  • Oh oui je vote pour le mariage en deux temps et ne pas avoir à courir !! Bonne idée, vous serez bien plus sereins ! Tu m’as mis l’eau à la bouche avec ce foie gras confit !! j’espère que tu nous montreras ça 🙂

    • C’est l’une des choses dont on nous reparle souvent. Surtout les invités du soir. Comme quoi, quand on tient une idée qui nous plaît et nous ressemble, c’est bon de ne pas la lâcher… (cf. nos péripéties pour trouver une salle assez grande, qui a du cachet et libre de traiteur (ou avec un traiteur qui faisait ce qu’on avait imaginé.)

  • Oui c’est beaucoup plus sage de faire en deux temps. Ça faisait vraiment millimétré à la minute, vous n’auriez pas vraiment profité à regarder vos montres sans cesse pour s’assurer qu’on n’est pas en retard sur le planning. Vos invités ont de la chance en tout cas, beau programme et beau menu.

    • Tu verras qu’on a déjà commencé très tôt. Et qu’on a choisi une option où ce n’est pas nous qui devions gérer la montre. Mais on ne regrette rien. Ce fut une journée géniale. Des journées géniales !

Commente ici !