Comment nos faire-part ont déterminé l’esprit de notre mariage

La dernière fois, je te disais que nos faire-parts papier étaient en cours de finalisation, tu te rappelles ? Eh bien je te l’annonce fièrement : à l’heure où je t’écris, ils sont envoyés !

Petit retour en arrière, pour t’expliquer leur conception, et leurs répercussions inattendues…

La conception

Je ne sais pas si tu te souviens, nous avions fait une séance photo d’engagement improvisée avec une amie photographe, justement en pensant à ces faire-parts.

Dès que nous avions reçu les photos, il était évident pour nous lesquelles nous allions utilise. Je peux maintenant te les montrer :

Blanche-Neige à la sucette

Crédits photo : Sonia Epple Fotografie

C’est rigolo, non ?! (On s’est bien amusés à photographier cette séquence Blanche Neige des temps modernes, avec une sucette en guise de pomme empoisonnée !)

Partant de là, on s’est creusé la cervelle pour décider comment présenter ces photos, pour garder l’esprit triptyque, tout en ayant la place de mettre toutes les infos nécessaires.

Étant donné que nous avions déjà fait nous-mêmes notre faire part vidéo, il ne nous semblait pas essentiel de passer énormément de temps sur le faire-part papier. Nous penchions donc pour des idées qui n’impliquaient pas ou très peu de bricolage/collage/découpage…

Mais on voulait quand même quelque chose de très personnalisé et qui en jette ! (Oui, nous on aime bien avoir le beurre ET l’argent du beurre…)

J’ai fait une maquette moi-même (dans Word, oui Mademoiselle ! Comment ça, c’est pas un logiciel de design ?… Ahem…). Et même si l’idée était là, ça manquait d’un petit quelque chose, ce petit plus qui en ferait LE faire-part…

C’est à ce moment-là que j’ai su que Madame Citron se lançait professionnellement dans la conception de faire-parts ! Ô joie, ô gloire à Elle ! Je lui ai envoyé ma « maquette » et raconté nos idées et envies. En moins d’une semaine, elle a su transcrire ça en graphismes, et remodeler notre premier jet en un truc qui claque sa mère grave ! Après quelques allers-retours et un passage chez l’imprimeur, voilà ce que ça donne :

faire-part pois, sucettes, en rose et orange

faire-part pois, sucettes, en rose et orange

faire-part pois, sucettes, en rose et orange

Tu as vu ce talent ???! Oui, je sais, moi aussi ça m’énerve…

Elle a su parfaitement capter nos attentes tout en apportant sa touche personnelle, alors un grand merci à elle !

Bilan simplicité : que du bonheur ! On a juste eu à fabriquer des petits confettis à nos couleurs (en savourant d’avance le désagrément que ça allait causer à nos invités, gniark gniark gniark !). Très loin de la prise de tête que décrivent certaines pour leurs faire-parts !

Temps passé : je n’ai aucune idée du temps que ça a pu nous prendre en tout, mais ça m’a paru très simple comme processus. Ça nous a pris juste une soirée pour écrire les adresses, coller les timbres, et tout mettre sous enveloppe avec les confettis. Ce qui me semble très raisonnable !

Bilan financier : je ne vais pas te cacher que l’absence de prise de tête et la personnalisation a un prix. Celui de la photographe, de la graphiste et de l’imprimeur… Sauf que, dans notre cas, on n’a pas payé ni la photographe ni l’imprimeur ! Du coup, c’était carrément rentable pour nous.

Bilan plaisir : j’aurais sans doute aimé faire un peu plus de bricolage. Mais qu’à cela ne tienne, je vais me venger sur la déco de salle ! Ah, et se faire maudire par ses invités à cause des confettis, c’est un plaisir inégalé, je te le recommande ! (Comment ça je suis diabolique ? Hihihihihi !)

Les répercussions inattendues de notre faire-part

C’est qu’après avoir posté tout cela qu’on s’est aperçus que ce faire-part allait-être déterminant pour l’esprit de notre mariage…

Oui, parce que qui dit « séance photo improvisée » dit on fonce sans réfléchir, on prend ce qui nous tombe sous la main, et advienne que pourra ! C’est ainsi que je me suis retrouvée avec une robe à pois un peu rétro et une sucette à spirale comme accessoire (c’est tout ce qu’on avait sous la main), à faire des photos qui rappellent le summum du conte de fées tout en étant rigolotes et décalées.

Cette séance photo avait déjà déterminé l’esprit de notre faire-part vidéo (même robe, même romantisme décalé…). Mais après avoir envoyé la version papier, comment concevoir notre jour J sans sucettes à spirale ?! Impossible ! Et les pois, il nous FAUT des pois !

sucettes spirale

Alors voilà, à l’heure où nous commençons à préparer notre déco de salle et tout et tout, de nouveaux éléments sont venus se rajouter au cahier des charges (qui était, je le rappelle, framboise et mandarine). Des sucettes, des spirales, des pois, du romantisme décalé, du rétro… Bref, du combiné Citron-Tout Court !

Et toi, tu as déjà passé l’étape du faire-part ? Est-ce l’esprit de votre mariage qui a dicté sa conception, ou bien l’avez-vous improvisé aussi ? Si tu ne l’as pas encore fait, as-tu déjà une idée précise de ce que tu veux ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



25 commentaires sur “Comment nos faire-part ont déterminé l’esprit de notre mariage”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *