Mon mariage bilingue : les couacs de la dernière ligne droite

Et voilà, ça y est : je suis Madame Tout Court !

Je sais que je t’ai déjà bien fait patienter pour le récit de mon mariage. Alors, sans plus attendre, je vais te raconter tout ça en détail.

Aujourd’hui : la dernière ligne droite de nos préparatifs… et ses rebondissements !

Couac n°1 : la voiture !

Nous sommes le mercredi 8 mai, exactement 10 jours avant le jour J.

La veille, nous avons fini de réunir toutes les affaires que nous devrons emmener, en voiture, de Paris à Bordeaux, chez mes beaux parents. Nous avons prévu d’y passer les 10 jours qui précèdent le mariage pour tout finaliser au plus près du lieu de la cérémonie. Nous appréhendons un peu de passer autant de temps avec eux, ils sont très impliqués mais aussi assez anxieux…

Nous n’avons pas de voiture, mais nous en avons loué une avec un grand coffre, que Ken va récupérer ce matin à 10h. Oui, aujourd’hui, c’est férié et le début d’un grand pont de 5 jours. Mais l’agence de location est ouverte quand même, et ça, c’est chouette !

Tu vois venir l’entourloupe ? Nous pas, sur le coup…

Ken se rend donc à l’agence comme prévu à 10h. Il y a devant lui une file de plus de 20 personnes. Normal, c’est un grand weekend, il fallait s’y attendre… Le réceptionniste a l’air un peu débordé. Sauf que la rumeur se propage vite : il n’a plus de voitures. Quoi ? Comment ça, plus de voitures ?!

Voilà donc le point de départ de notre aventure : l’agence de location a fait du surbooking. Pas moins de 26 réservations pour seulement 5 voitures à louer ! Et bien sûr, long week- end  = bon courage pour trouver une autre agence avec des voitures encore dispo…

Tu aurais dû voir ça !  Ken a fait un de ces scandales dans l’agence, et même un gros mensonge : « On se marie CE weekend, on a BESOIN de cette voiture ! » Morts de trouille ils ont fini par accepter de faire venir un véhicule d’une agence d’une autre ville !

Bon, au final 5h d’attente pour se voir attribuer une Fiesta, c’est la loose mais au moins on avait une voiture… S’engage alors une partie de Tetris pour faire rentrer tout notre bazar dans cette mini-voiture, et avec 5h de retard sur le programme initial, nous prenons enfin la route !

Sur le départ  - Crédit photo : Photographie Tout Court

Crédits photo : Photographie Tout Court

Épilogue : on attend toujours leur remboursement…

La route était assez tranquille, vu qu’on était partis super tard, on avait raté les bouchons… Ahem.

Couac n° 2 : le bouquet !

Dès le lendemain, le ton est donné. Il pleut à verse et il fait 14 degrés. La météo annoncée pour le 18 mai est des plus maussades. Ça s’annonce mal…

Rendez-vous chez la fleuriste. On y était allés quelques semaines auparavant et il était convenu qu’on verrait au dernier moment quelles fleurs utiliser pour mon bouquet, sachant que je voulais du orange et du fuchsia, en fonction de ce qui serait disponible à ce moment-là…

Cela ne me stressait pas du tout, comme je te l’ai dit, les fleurs pour moi c’était accessoire… Jusqu’au moment où j’ai compris que :

  • Je n’échapperai pas aux roses, car elle n’a rien d’autre en fuchsia. Et je ne tiens pas particulièrement aux roses, un peu trop « classe » à mon goût…
  • Mes freesias, qui devaient être oranges, seront plutôt jaunes
  • Et que du coup, « pour avoir un peu de orange, on mettra des œillets saumon ». Car c’est tout ce qu’elle peut obtenir en cette saison…

J’avoue qu’à ce moment là, j’étais convaincue que mon bouquet serait moche et j’ai doucement commencé à me faire à l’idée que je m’en débarrasserais bien vite le jour J…

Entre le coup du bouquet, la météo et le stress communicatif des beaux-parents, je t’avoue que j’avais pas trop le moral ce soir-là… Heureusement, j’avais mon « formidouble » amoureux avec moi, qui a su me réconforter et me faire prendre de bonnes résolutions !

La première, et non des moindres :

  • Dès le vendredi matin, nous partons faire un footing dans les vignes. Il fait frais mais beau, un parfum de printemps flotte dans l’air, ça va tout de suite mieux ! Ce petit footing a eu un double effet : me déstresser et me donner bonne conscience, exactement ce qu’il me fallait !
  • L’après-midi, Ken et moi nous collons à réaliser nos escort-sucettes, dont je te reparlerai très bientôt.
Escort-sucettes - Crédit photo : Photographies Tout Court

Crédits photo : Photographie Tout Court

Mine de rien, ça fait du bien de voir les choses avancer, aussi !

Couac n° 3 : la robe !

Depuis que nous sommes arrivés, ma belle-mère – qui ne sait rien de ma robe – me répète que je devrais la sortir de sa housse pour qu’elle ne soit pas « toute aplatie ». Je ne suis pas son conseil, car moi je sais que ma robe ne craint rien, elle n’a pas de volume…

Mais le vendredi soir, je me dis que je devrais quand même jeter un coup d’œil, pour être sûre. Et là, c’est le drame ! Je retrouve ma robe en boule au fond de la housse – elle est tombée du cintre, dieu sait depuis quand ! Elle est complètement froissée, il n’y a rien à faire. Je suis effondrée.

Là encore, mon Ken sait trouver les mots et nous décidons de l’amener discrètement chez un teinturier dès le lendemain, sans en parler à mes beaux-parents qui auraient stressé encore plus… Le teinturier n’a pas l’air affolé par l’ampleur de la tâche, et promet de me la rendre le mercredi suivant. OUF !

Le reste de la journée est consacré à faire des achats de dernière minute, et je tombe par hasard sur un petit boléro à 20€ qui va me sauver la vie le jour J ! Le soir, belle-maman et moi, on s’attèle à fabriquer le panneau sur lequel seront fixées nos escort-sucettes, et mine de rien c’est du boulot ! Un super moment entre femmes… pendant que Ken et son père allaient voir un match de foot au stade !

Le dimanche, nous retournons faire un footing. Qu’est-ce que ça fait du bien ! Pourtant je ne suis pas sportive pour un sou, mais là, j’y prends vraiment plaisir ! L’après-midi, entre deux averses, Ken et moi nous mettons à bomber les bouteilles qui nous serviront de centres de table.

Centres de table DIY - Crédit photo : Photographies Tout Court

Crédits photo : Photographie Tout Court

Fallait nous voir courir tout mettre à l’abri chaque fois qu’il se mettait à pleuvoir, on a bien ri ! Je te montrerai tout ça très prochainement en live.

Couac n° 4 : le mariage ?

Lundi 13 mai. Nous allons passer commande chez le traiteur d’un hypermarché bien connu pour le brunch du lendemain, avec mes beaux-parents. Le temps est maussade, la météo annoncée pour le jour J change régulièrement du tout au tout, annonçant une fois du grand soleil et 20° et la fois d’après 14° et de la pluie. Une seule certitude : le temps est incertain. Toute la famille est très stressée, l’ambiance est électrique et nous n’arrivons pas à avancer ce jour-là sur les DIY restants, ce qui n’aide pas. Il nous reste aussi pas mal de parties de la cérémonie laïque à écrire, dont nos vœux, et je ne me sens plus du tout en avance !

J’en suis à me demander à quoi rime tout cela, à quoi ça sert de se marier… Après tout, on se casse beaucoup la tête pour quelque chose qui n’est au fond qu’une grande fête, et tout le monde s’amusera – ou pas – indépendamment des DIY, ou de la qualité des mets du lendemain. Je me doute bien que le mariage ne changera rien à notre couple, on est déjà ensemble depuis 8 ans… Tout à coup, je ne sais plus pourquoi nous voulions nous marier.

Avant de s’endormir, j’en parle à Ken, et figure-toi qu’il se posait les mêmes questions ! Nous reparlons de ce que représente le mariage à nos yeux, et éteignons la lumière… Soudain, Ken la rallume et s’écriant « Je suis inspiré ! » Il prend une feuille et se met à écrire ses vœux. Eh bien ça m’a inspirée aussi, alors je l’ai imité ! Et voilà comment nos vœux sont nés.

Je te passe le détail des bricoles qui nous ont occupés le lendemain, pour te parler de la journée du mercredi.

Le mercredi, nous avons fait quelque chose de salutaire : nous avons pris la voiture, tous les deux, et nous sommes partis passer la journée en amoureux au bord de l’océan. Pas de DIY, pas de magasins, un restau immonde  en tête à tête… Et pour être honnête, pas de discussions de mariage ! Une journée romantique, loin de tout ça, pour se retrouver juste avant le grand tourbillon. Je te le recommande chaudement, ça fait un bien fou !

A très vite, pour te raconter la fin de semaine haletante et The D Day !

Et toi, tu as connu des rebondissements inattendus au dernier moment ? Tu t’es posé des questions existentielles sur le sens de tout ça ? Tu as peur que ça t’arrive, ou tu penses avoir paré à toute éventualité ? Tu as prévu une journée « off » quelques jours avant le mariage ? Raconte !

PS : J’ai bien récupéré ma robe le mercredi, elle avait retrouvé sa fraîcheur originelle : gros soulagement !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



19 commentaires sur “Mon mariage bilingue : les couacs de la dernière ligne droite”

  • J’avoue le coup de la voiture: l’angoisse!!! Et pour ta robe, tu as bien fait de regarder quand même pour te rassurer… imagine tu l’aurais fait le JJ 🙂
    C’est marrant, moi aussi je me suis posée la même question que toi à quelques jours du mariage. C’est important de se refocaliser sur l’essentiel, ça m’a permis de vraiment être zen le JJ!
    Hâte de voir la suite!!!!

  • Et qui est ce super loueur de voiture ? juste au cas où …
    (nous aussi on va devoir louer … une 7 place pour caser la famille proche de monsieur qui arrive de l’étranger … l’angoisse de se retrouver avec une fiesta …. tu viens de me coller des sueurs froides 😉

    • euh, je me renseigne auprès de Ken et je te dis ça – je sais juste que c’était un site internet qui se fait l’intermédiaire qui a merdé, et apparemment ils n’ont pas super bonne réputation sur le net justement à cause de ça…

  • Oh la vache, le coup de la voiture et de la robe ! J’imagine dans quel état vous deviez être !
    Je suis contente en tout cas de savoir que les choses se sont arrangées petit à petit :).

  • Heureusement que tout se termine très bien et que vous avez pu trouver des solutions au pied levé.
    Le coup de la robe m’a fait un peu flippé, donc j’ai appelé ma mère pour bien valider avec elle qu’elle a sorti la traine de la housse et que tout va bien à J-9.
    De notre coté, nous nous sommes aperçu il y a 2 semaines que de petits malins n’ont rien trouvé de mieux que de rayer la voiture en faisant bien attention à aller bien profond et en créant de jolis ronds (à l’arrière et tout le coté conducteur)… Résultat, nous arrivons chez mes parents dimanche, la voiture chez le carrossier de lundi à jeudi (en faisant un trou dans le budget au passage). On s’en est aperçu alors qu’on partait pour un week-end en amoureux où les mots mariage, plan de table, invités et autres du même champs lexical ont été banis pour 36H00. Et ça fait un bien fou!!! C’est un conseil à donner à toute les brides to be, s’aménager un moment off rien qu’en amoureux pour se recentrer sur son couple et se ressourcer avant la dernière ligne droite.

  • Madame Tout Court! Comme je te comprend, tous ces couacs, tout ce stress et toutes ces questions… Je me suis mariée le même jour que toi alors je compatis aussi pour la météo! 😉 vivement de voir la suite et les photos de ton mariage, de voir ton bonheur!

  • hey! moi aussi j’ai fait les porte-noms avec des sucettes! cela a bien plu à tes invités? en mm temps on se marie dans 9 jours donc un peu trop tard pour changer… 🙂

    • LOL, toi aussi!!! oui, ils ont adoré! autant on a retrouvé pas mal de ballotins de dragées que les gens avaient laissés, autant on n’a pas trouvé une seule sucette!
      Ils ont adoré le concept – après je crois que personne n’a osé la manger le jour J 😉

      • ah cool! par contre j’ai pris des m&m’s donc s’ils les oublient c’est pas trop grave je me dévouerai pour les manger loooool! 😉

  • Et oui! La flotte, le vent presque la tempête! Lol mais ça m’a pas enlevé le sourire 😉 tous les invités étaient étonnés que j’ai toujours eu le sourire mais en même temps il faudrait être difficile de pas être heureuse ce jour là! Avec ou sans pluie hein 🙂

  • Une semaine pleine de rebondissements, je vois que ça n’a pas été facile pour toi non plus. Et oui, la journée « interdiction de parler mariage » a dû vous faire un bien fou !
    C’est vraiment mignon comme vous est venu l’inspiration pour vos vœux 🙂
    J’espère que la suite n’a pas été trop stressant ^^

  • Vous n’avez pas été épargnés par les emm**** de dernière minute, mais je vois que vous avez géré ça avec beaucoup d’humour ! Nous on ne s’est pas prévu le « jour tranquille » la veille, j’espère qu’on ne regrettera pas.

    • Oui, c’est ça qui est drôle: en le racontant ici je me rends compte du stress de la situation mais en vrai ça ne nous a pas vraiment gâché le plaisir, le stress se dissipait assez vite, en fait…

      A défaut de « jour tranquille » vous pouvez peut-être vous ménager une soirée? une demi-journée? vraiment je te le recommande chaudement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *