Le faire-part, épisode 1 : il existe plein de modèles, ça va être facile

Comme toute bride-to-be, j’ai moi aussi dû passer par la case faire-part pour annoncer à nos invités que l’on allait se marier.

Au tout début de nos préparatifs de mariage, je n’accordais pas vraiment d’importance au faire-part. Je me disais que je prendrais un modèle pré-rempli sur les nombreux sites Internet dédiés. Ils ont plusieurs modèles, plusieurs thématiques, divers formats. Nous n’avons plus qu’à personnaliser avec nos noms et notre date de mariage et voilà, le tour est joué.

Dans ma tête, c’était simple. Je n’avais pas l’impression d’avoir de grandes exigences et j’étais persuadée que je trouverais mon bonheur avec un modèle existant. Ça, c’était au tout début.

Trouver le faire-part de mariage idéal

Crédits photo (creative commons) : Monique Carrati

Mes inspirations et exigences

J’ai passé de nombreuses heures sur Pinterest (ce truc c’est ton meilleur ami et ton meilleur ennemi à la fois). J’ai affiné mes préférences, le style que je voulais avoir. Et je suis arrivée avec cette liste de critères sur lesquels je ne voulais pas déroger.  

  • Carte double, format 15x15cm : je trouve que le carré est un format résolument moderne.
  • Un thème plutôt “Greenery” (végétal) pour la touche nature qui nous représente bien. J’ai craqué sur les couronnes d’eucalyptus en aquarelle.
  • Une touche qui rappelle l’automne. Pas question d’avoir un faire-part estival avec des fleurettes ou style champêtre. C’est joli mais complètement en décalage avec le style de mariage que l’on va avoir, tant en terme de déco que de météo.
  • Je n’ai pas vraiment envie d’y mettre des photos de nous.
  • Un faire-part qui contient l’invitation à l’intégralité du mariage ET le programme du weekend. Donc finalement ce n’est pas un faire-part dans la plus pure tradition, qui consiste à juste faire part de son mariage. C’est plutôt une carte d’invitation.
  • Un faire-part qui ne sera donc envoyé qu’aux personnes invitées.
  • Un texte court et moderne où ce sont les mariés qui convient directement les invités (pas les parents, ni les grands-parents).
Trouver le faire-part de mariage idéal

Crédits photo : Copie d'écran Pinterest

Voilà mes inspirations Pinterest au style « Greenery » (végétal)

Celle qui n’est jamais satisfaite

Je cherchais donc un faire-part rassemblant 100% de ces critères. Impossible à trouver sur les sites de faire-part ou de carterie personnalisée. J’ai envie d’un truc hybride qui n’existe pas.

Par exemple, on trouve facilement des modèles avec des couronnes d’eucalyptus, mais je trouvais toujours quelque chose qui ne m’allait pas : un format rectangle (j’y tiens à mon carré) ou bien la police d’écriture que je n’aimais pas, ou encore l’impossibilité d’avoir une carte double (j’ai trop d’informations à mettre pour une carte simple).  

Et ma touche d’automne, je la mets où ? J’ai bien trouvé quelques visuels avec des pommes de pin, mais tout le temps associées à du sapin. Normal, tu vas me dire ! Sauf que moi, je ne me voyais absolument pas mettre du sapin sur mon faire-part. Mais avec un thème pomme de pin, on peut difficilement éviter de tomber dans le cliché de Noël : sapin, couronne de houx et boules rouges et blanches. Tout ce que je ne veux pas.

Trouver le faire-part de mariage idéal

Crédits photo : Copie d'écran Pinterest

Voilà ce que j’avais trouvé sur l’automne, mais je ne me retrouvais pas dedans.

Ça commence à se corser cette histoire de faire-part. Je croyais ne pas vouloir y accorder beaucoup d’importance et voilà que je pinaille sur chaque modèle que je trouve. Finalement ces modèles qu’on peut soit disant personnaliser, je les trouve hyper limités. On peut juste ajouter du texte ou une photo mais on ne peut pas faire une création complexe avec leur logiciel de personnalisation.

Et puis le problème avec ces sites, c’est que tu deviens captif de leur design. Une fois que tu auras ton faire-part, tu voudras que ton menu et tes marque-places soit accordés. Et les euros s’accumulent car tu n’es pas propriétaire du modèle. Même si tu demandes gentiment, ils ne t’enverront jamais le fichier source de leur design pour que tu puisses décliner toi-même ta papeterie de mariage.

Voilà comment j’ai décidé de créer mon propre faire-part à partir de zéro et de le faire imprimer par un professionnel de l’impression. Dans la prochaine chronique, je te raconte comment j’ai créé mon faire-part sans savoir dessiner. Oui, c’est possible.

Et toi, as-tu trouvé ton bonheur parmi les modèles existants ? Ou es-tu du genre très pointilleuse à ne vouloir lâcher sur aucun critère ?



11 commentaires sur “Le faire-part, épisode 1 : il existe plein de modèles, ça va être facile”

  • J’aurais pu écrire exactement la même chronique (sauf le dernier paragraphe !). Je ne voulais pas du tout me prendre la tête pour un bout de papier que les invités finiront par jeter, et pourtant… je ne trouvais rien qui me plaisait à 100% ! En tout cas, j’ai hate de voir comment tu as créé un faire part sans savoir dessiner (je fais partie du club pas douée de ses 10 doigts !).

    • Je comprends ton raisonnement. On pourrait aussi ajouter que le « fait soi-même » n’est pas forcément moins cher que les modèles personnalisables du web et quand on ne veut pas se prendre la tête, des fois il vaut mieux se résoudre à prendre un modèle dont on n’est pas 100% satisfait. Mais bon on s’est lancé, tu verras dans la prochaine chronique, c’est un peu mon métier donc je savais où je mettais les pieds.

  • Un format carré, un esprit végétal, des feuilles d’eucalyptus à l’aquarelle (glané sur un site d’images?), je ne peux qu’adhérer… 😉

  • Haha je me reconnais tellement, exactement ton titre « ça va être facile ». Puis en quelques mois on est passé de « simple, on se prends pas la tête » à « raaaaah mais c’est donc pour ça qu’on appelle ça des FFP ! » Et pour la liste de critère, c’est marrant on a quasi la même, sauf que nous c’est hiver et pas automne. Et on a réussi à avoir des pommes de pin sans sapin, ni esprit de Noël 😉

    • Mais oui, j’ai compris l’appellation FFP à ce moment là alors que jusqu’à maintenant quand je lisais des brides qui se prenaient la tête, je me disais « rhhooo mais ça doit pas être si compliqué que ça ». En fait je pense qu’on se tire toutes les cheveux à un moment pour ces faire part.

  • Haha, le fameux FFP !!! 😛 Je me retrouve totalement dans ton article… Les nôtres ne sont pas encore finalisés, et pourtant il va bien falloir avancer dessus puisque envois prévus pour novembre-décembre 2019 😉 En effet tu penses que ce sera une étape sans prise de tête durant tes préparatifs (car il en faut bien une ou deux tout de même ^^), et au final c’est un véritable casse-tête. J’ai dû changer d’avis au moins une centaine de fois, au bas mot !
    Hâte de découvrir la suite de tes aventures Mlle Pomme de Pin 🙂

    • Effectivement il faut bien une ou deux prises de têtes mais je ne pensais pas que ce serait à l’étape faire-part. Et puis la control freak perfectionniste veut tout contrôler et là ça part en cacahouètes 😅😅😅.

  • L’aventure du FFP en DIY… Tu as donc craqué aussi !! Je compatis car c’est un vrai travail.
    J’ai hâte de voir le résultat !

    • Oui on se lance dans le fait-maison. Mais comme on a décidé de le faire imprimer par un pro (j’ai jamais vu une imprimante maison qui imprime un truc digne d’un faire-part) on a décidé de rester très simple dans la forme. Car le moindre façonnage ou pliage complexe devient tout de suite hors de prix chez les imprimeurs professionnels. Du coup je pense qu’on a eu beaucoup moins de travail d’assemblage que vous.

      • Il existe des imprimantes de très bonne qualité, mais ça ne vaut pas le coup d’investir dans une telle imprimante pour les FP 😉 Nous avions déjà investi car il me fallait une bonne imprimante bien avant ça.

        Ce n’est pas la quantité de pliage qui est important, mais le geste de faire quelque chose de très personnel, de le concevoir soi même. Rien que ça, c »est du travail !

Commente ici !