La création de ma précieuse – Partie 1

Pour aujourd’hui (et la prochaine fois), je te préviens, j’ai prévu un méga déluge de paillettes, alors prends ton imper et suis-moi car l’heure est enfin venue de parler du gros « chantier émotionnel » de mes préparatifs, celui de la construction de ma jolie robe de mariée (Hiiiii !).

Tu vois, alors que je n’apportais initialement pas trop d’attention à ma tenue (Y a-t-il d’autres (futures-)mariées dans ce cas-là ? Ou dois-je me sentir seule sur ce coup ?) je me suis totalement prise au jeu de la création.

Au fil des différents essayages et échanges avec ma créatrice Silvène Hédon, il y a un lien invisible qui s’est créé entre ma robe et moi. C’est comme si on avait appris à s’apprécier l’une l’autre un peu plus à chaque rencontre. Ce lien est devenu si intense que lorsque le grand jour est arrivé je ne faisais plus qu’une avec ma précieuse, que j’aimais alors (et que j’aime toujours) d’un amour profond et sincère.

Créer sa robe de mariée avec une couturière

Crédits photo : Photo personnelle

Allez, plonge avec moi dans cette jolie aventure !

Rencontre n°1 : de timides présentations

Donc après avoir fait la part des choses entre ce qui m’allait et ce qui me plaisait, il était temps de rencontrer Silvène pour un vrai premier rendez-vous « professionnel », dans le but de prendre mes mesures. Nous profitons alors des fêtes de fin d’année pour nous retrouver en Alsace (juste pour rappel, j’habite à Cologne et Silvène à Berlin).

Allez hop ! Je me retrouve presque à poil dans la chambre d’enfance de mon Grognon à me faire mesurer sous toutes les coutures : tour de taille, de hanche, de poitrine, longueur de jambe (jusqu’au cou ? Ah non… ben tant pis alors) et j’en passe… Heureusement que je connais Silvène depuis longtemps et que cette dernière est douce, car je pense que mes complexes et moi nous n’aurions pas aimé nous faire passer au crible par n’importe quel(le) inconnu(e).

Mais en mettant ses complexes de côté il y avait là de quoi se plonger dans la peau d’une superstar qui s’apprête à monter sur le tapis rouge… Pas si mauvaise idée que ça finalement, cette histoire de robe sur mesure !

Bref, une fois que mes mensurations n’avaient plus de secrets pour ma créatrice, celle-ci sort de sa besace des échantillons de tissus : crêpe de soie et de satin, mousseline, tulles, et une myriade de dentelles… Ce sont mes premiers contacts avec les beaux et nobles matériaux qui composeront ma robe. C’est doux, soyeux, fluide… J’adore !

Créer sa robe de mariée avec une couturière

Crédits photo : Photo personnelle

Laquelle ferait chavirer ton cœur ? Moi, ce fut celle en « B4 »

On commence par déterminer la couleur, en fonction du costume du Grognon, aussi fait sur mesure par Silvène (Rhooo le teasing ! Ne t’inquiète pas j’y reviendrais très vite). Sache qu’il existe une multitude de nuances entre le blanc et le beige et qu’il n’est même pas si facile de s’y retrouver. Donc une fois ce premier choix cartésien arrêté, nous nous penchons sur la tenue des tissus. Certes, je voulais de la fluidité mais nous avons convenu qu’il serait bien avisé d’utiliser un tissu un tout petit peu rigide en “sous-couche” de jupe, de manière à lui donner un peu de tenue pour marquer ma taille sans avoir à porter de jupon. Nous partons donc sur une base de crêpe de satin. La super-fluidité sera ensuite apportée par une seconde couche en mousseline très légère et vaporeuse. Quant à la dentelle, mon cœur se tourne de suite vers des motifs floraux discrets, légers… et romantiques (mais depuis quand je suis romantique moi ? Cette histoire de robe me fait clairement perdre la tête !).

Voilà qui était suffisant pour un premier rendez-vous, nous discuterons des détails de la robe une prochaine fois (et puis nous avions une réservation au restaurant, il était plus que temps de nous y rendre).

Rencontre n°2 : faire un peu mieux connaissance

Quelques semaines après la prise de mes mensurations, je retrouve Silvène avec l’excitation d’une gosse qui reçoit sa première trottinette (rose à paillettes avec des roues qui clignotent s’il te plaît) parce qu’il est grand temps de mettre pour la première fois MA robe. Enfin, en vrai ce n’est pas vraiment ma robe, mais la toile de ma robe, c’est à dire une esquisse faite à partir de tissus de moins bonne qualité. Silvène m’explique bien que cette version ne sert qu’à vérifier les mesures et à donner un premier aperçu du style. « The » robe sera faite à partir des beaux tissus une fois qu’on aura tout validé ensemble. Allez hop, au boulot !

Alors que Silvène sort la robe de sa housse je sens un petit stresse monter : et si je m’étais plantée ? Et si mes critères n’allaient pas ? Et si ma robe ne me plaisait pas ?…

Finalement le meilleur moyen de savoir étant de l’essayer, je plonge dans la toile et laisse les mains expertes de ma couturière mettre le matos en place.

Créer sa robe de mariée avec une couturière

Crédits photo : Photo personnelle

Note pour les prochains essayages : laisser le collant noir au placard !

Je suis impressionnée, voire même un brin émue. Silvène a bien pris note de mes souhaits : la taille est déjà marquée alors qu’il n’y a pas encore de baleine dans le bustier, il y a un décolleté en cœur, des petites manches en dentelle, de la fluidité… Mon cœur s’emballe un peu.

Au niveau de la structure de la robe, il y a quelques petites modifications à apporter : il faut descendre un peu la jupe pour qu’elle soit encore plus taille basse et remonter le décolleté. Silvène ajuste également le décolleté du dos, de manière à ce que la dentelle longe délicatement mon tatouage et que le haut du bustier s’arrête pile au bon endroit, c’est à dire juste sous le-dit tatouage.

Puis on replonge une seconde fois dans les échantillons de dentelles, car cette fois-ci je dois arrêter définitivement mon choix. Facile, je n’ai pas changé d’avis !

Et voilà un essayage rondement mené, et un premier aller-retour Berlin-Alsace pour ma précieuse.

Notre prochaine rencontre se fera quelques mois plus tard à l’occasion d’un weekend à Berlin.

La relation à distance

Ces quelques mois à attendre avant de retrouver ma robe ne furent pas si longs. Silvène m’envoyait parfois une photo de l’avancement… C’était vraiment super sympa d’avoir de ses nouvelles de temps à autre… Et puis il y avait tellement d’autres choses à régler entre temps (à ce moment-là j’étais en plein dans la conception de mes faire-part) que cette période d’éloignement passa vraiment très vite.

Et par un beau matin printanier, mon Grognon et moi nous retrouvions dans un avion pour Berlin…

Promis, la suite arrive très vite.

Et toi ? Es-tu aussi tombée sous le charme des tissus et des dentelles proposés par ta créatrice ? T’es-tu aussi laissée prendre au jeu de la création ? Dis-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



17 commentaires sur “La création de ma précieuse – Partie 1”

  • hiii j’adore! Même juste avec la toile c’est top!
    Et je t’envie d’avoir pu avoir des photos de temps en temps, moi la période entre la toile et le premier vrai essayage m’a paru long, looong, looooong!

    • C’est clair que j’ai été privilégiée du fait que Silvène soit avant tout notre amie. Je ne sais pas si elle le ferait pour une “inconnue”.
      La toile était déjà pas mal, mais tu verras, très vite, que la robe est quelques crans au dessus. Mais au final c’est bien d’essayer un “brouillon” d’abord, ça permet de pénétrer en douceur dans le monde des paillettes et de se préparer à la suite

  • C’est super chouette de vivre au travers tes mots cette belle construction. Je me retrouve aussi, lorsque tu dis qu’un lien s’est tissé entre ta robe et toi et que vous vous êtes adoptées toutes les deux. J’ai ressenti la même chose. Et j’ai hâte de me programmer une séance photo en robe de mariée à la fin du printemps pour la retrouver. 🙂

    • Comme toi on a prévu une séance photo au printemps pour remettre nos beaux vêtement, histoire de vérifier que ce n’était pas qu’un rêve 😉

  • Oh, je n’aurais pas mieux décris l’expérience de la robe sur-mesure que toi, je ressens exactement ce que tu décris par rapport à ma robe… Ce sentiment qu’elle est unique, qu’elle se construit tout doucement autour de notre corps et qu’elle est conçue parfaitement pour cacher nous petits complexes et mettre en valeur ce qu’on aime… Et puis le choix des matières, c’est tellement dingue ! Il me tarde de lire la suite 🙂

    • C’est clair que c’est une expérience unique que je ne regrette pas d’avoir testé. Comme toi j’ai beaucoup apprécié que toute ce processus aille lentement, histoire de pouvoir en apprécier chaque moment

  • Rien que la version toile est déjà superbe ! Ca donne tellement envie de passer par la création ! J’ai hâte de lire la suite, j’ai des étoiles plein les yeux !

  • Oh la la, vu comme cette esquisse de robe est déjà magnifique, je n’ose imaginer le résultat final !
    C’est amusant, je me retrouve beaucoup dans ton parcours et tes propos. Je n’étais pas trop sûre de savoir ce que serai ma tenue du jour J et j’ai fini par faire confiance à une créatrice. Voir sa robe se construire et évoluer petit à petit est quelque chose de magique que je n’oublierai jamais. Même si la forme et la couleur me semblent différentes, on a fait des choix similaires pour la mousseline et les fleurs dans la dentelle. 😀

    • Je pense qu’en effet la confiance est la clé de voute de la réussite d’une collaboration avec une créatrice.
      En grande curieuse je suis allée jeter un oeil sur ton blog Mme Poisson, et ta robe avait l’air superbe ! Ca ne te dirait pas de venir nous raconter ton mariage ?
      (Bravo pour les bijoux ! je craquerais volontiers pour des boucles d’oreilles 😉 … )

      • ☺️ merci Madame Myrtille. En fait, j’ai prévu de raconter notre belle journée ainsi que des petits détails des préparatifs sur mon blog et éventuellement chez mademoiselle dentelle (enfin j’ai lu qu’il fallait écrire 1 article par semaine, ça me parait énorme, j’ai déjà du mal à me tenir à ce rythme sur mon blog, alors le doubler… ça me semble compliquer). Et puis surtout on attend toujours les photos de notre photographe : pour cause de maladie, le délais de 2 mois d’attente est passé à 5 voir 6 mois… On est censé être les prochains sur la liste alors on croise fort les doigts. C’est étrange, je suis très impatiente et en même temps je redoute presque les émotions que je vais ressentir en revivant cette journée via les photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *