Récup’, chine et botanique

Aujourd’hui, je viens te parler déco, parce que quoi de plus fun qu’imaginer encore et encore sa déco de mariage ! Personnellement, j’adore ça, c’est ce que j’ai préféré dans mes préparatifs, j’ai passé un temps fou à rêver ma déco, mais – car il y a toujours un mais – face au rêve, il y a la réalité, et deux contraintes.

via GIPHY

Moi quand la réalité me rattrape ! 

La première contrainte, mon cheval de bataille, c’est le désormais célèbre budget ! Encore lui ?!? Oui, je sais que tu en as assez de n’entendre parler que de celui-là, mais il a hanté quatorze ou quinze mois de préparatifs, alors il a sa place ici. Je me suis fait un point d’honneur d’essayer d’avoir une déco sympa avec un budget limité. Ce qui tombait bien, c’est que j’aime beaucoup l’esprit récup’.

Mais voilà qu’intervient la deuxième contrainte. Tout au long de mes préparatifs, j’ai essayé de ne pas m’enfermer dans un style, un thème ou une couleur, ne me demande pas pourquoi, mais je voulais que mon mariage ne soit pas définissable en trois mots, si ce n’est “à la cool” !

Alors j’ai épluché Pinterest, Mademoiselle Dentelle et autres blogs mariage, pour piocher des idées, certes, mais en étant toujours vigilante : les rondins de bois sur les tables ? N’allait-on pas sombrer dans le rustique ? Des vieux livres partout ? Trop vintage, non ?

Ce sont vraiment, très sincèrement, des idées que j’adore, que j’ai conseillées (au point presque de les imposer gentiment) à des mariées de mon entourage, mais ce blocage revenait sans cesse : mon mariage serait “à la cool”, rien de plus, point barre. Et ça a été une – très – grosse contrainte, car il aurait été beaucoup plus facile de taper “mariage vintage” sur Lycos (tu te souviens : “Va chercher Lycos !” Bah quoi ? Lycos, c’est vintage, non ?) que de se dire à chaque nouvelle idée : ça me plaît, c’est cohérent avec le reste de ma déco, mais n’est-ce pas estampillé vintage/rustique/campagnard/bohème (raye les mentions inutiles) ?

Me voilà donc avec une envie de récup’ en accord avec mon budget, mais qui ne doit pas définir ma déco entière. Au final, j’ai pensé ma déco en termes de matières plutôt qu’en termes de style ou de thème : du coton, du kraft, du verre, du blanc, du bois, de la transparence.

La première chose qui m’est apparue comme une évidence, ce sont les nappes – en fait de vieux draps qui feraient office de nappes. Ensuite, j’ai cherché ce que je mettrais sur mes nappes. J’étais au départ partie sur des assiettes dépareillées.

Profitant de vacances dans ma famille en Vendée, j’ai fait un petit tour au Emmaüs du coin, sachant que celui-là est très bien et pas très cher. (Oui, parce que sache que tous les Emmaüs ne se valent pas : dans certains on fait peu de trouvailles, dans d’autres les prix sont souvent exagérés, comme dans celui qui est à côté de chez moi, malheureusement.)

Me voilà donc dans la cour d’Emmaüs où est entreposée la vaisselle, en train d’empiler les assiettes : j’en ai une vingtaine et j’ai épuisé les stocks. Je passe donc à la caisse où un sympathique monsieur jauge mes assiettes d’un œil suspicieux et m’annonce : “Rof, 1€ ? ” Les bras m’en tombent et je sors vite ma piécette avant qu’il ne change d’avis.

Je rentre dans l’entrepôt pour aller au rayon vaisselle en meilleur état, et je me prends d’amour pour un service de seize assiettes. Forte de mon expérience, je file vers un autre gentil monsieur : 10€ ! J’accepte, ravie. Ce n’est que dans la voiture que je réfléchis en me disant que c’est quand même dix fois plus cher pour moins d’assiettes…

Conseil n°1 : ne te laisse pas aveugler ! Ce n’est pas parce que tu es chez Emmaüs/dans une brocante/dans un magasin de déstockage (ça marche pour plein de trucs, ce conseil) que ce sera FORCÉMENT bon marché !

L’un dans l’autre, je m’en sors avec trente-six assiettes pour 11€, le ratio n’est pas mauvais, mais on est loin de mes 5 cts par assiette du départ.

Mes assiettes en porcelaine vintage

Crédits photo : Photo personnelle

Mes petites assiettes, fort jolies au demeurant

Oui mais voilà, après réflexion, je me dis qu’il me manque encore soixante-quatre assiettes, que par chez moi, ce ne sera pas si simple à trouver, que peut-être que les assiettes dépareillées, c’est un peu trop, qu’il faut les “remettre en état” et que certaines personnes craintives ne seront sûrement pas emballées par le fait de manger dans des assiettes venant de Dieu sait où… Un peu déçue, mais réaliste, j’abandonne donc l’idée.

Conseil n°2 : ne te précipite pas, au risque de te retrouver un peu plus encombrée et un peu moins riche qu’au départ !

Déco : 1 – Mademoiselle Moutarde : 0

Bon, retour à la case nulle part, avec juste une nappe sur mes tables, quand je pense à des napperons. Les napperons, ça colle bien avec mes envies : du vintage mais pas trop, du blanc/crème/ivoire, de la matière et des jeux de transparence. Je veux superposer les napperons, il m’en faut donc au moins quatre ou cinq par table dont un grand rectangulaire. Je récupère donc quelques napperons auprès de ma Madre pour faire des tests. J’adore le rendu !

Emmaüs, deuxième. Pour 15€, je trouve un joli lot de napperons et un grand dessus de lit en crochet que je couperai pour faire mes bases (le grand napperon rectangulaire, en somme). Au fur et à mesure de mes préparatifs, j’ai acheté des lots sur Le Bon Coin, en brocante et à nouveau chez Emmaüs. En tout, j’ai dû dépenser un peu moins de 25€ pour pouvoir habiller neuf tables.

J’ai donc des nappes et des napperons. Je veux aussi mettre des succulentes sur mes tables dans des contenants en verre (pour qu’on puisse voir les strates de cailloux, terre, racines).

En fouinant sur Le Bon Coin, je tombe sur des pots de confiture anciens (ceux qui n’ont pas de couvercle) : 5€ les vingt-et-un pots ! Youhou, je prends ! La vendeuse habite à une heure trente de chez moi, mais par chance, ma cousinette habite dans la même ville et peut donc me les récupérer ! J’achèterai les succulentes au fur et à mesure (compter 2€ par plante, en sachant qu’il m’en faut dix-huit).

Décoration de mariage : bocaux de succulentes

Crédits photo : Photo personnelle

Bocaux à confiture et succulentes

1 partout, balle au centre

Nous voilà donc avec des nappes, des napperons, et deux succulentes par table dans de vieux bocaux à confiture.

Je veux rester dans la transparence et j’envisage donc des pots en verre pour faire office de vases… mieux, des Mason jars : j’en ai quelques unes à la maison et je sais que je pourrai en emprunter aussi. Il ne m’en manque que deux, que je trouve à très très bas prix (90 et 18 cts pour être précise). Elles ne sont pas toutes identiques, mais c’est justement ce qui me plaît.

Et je complète le tout par des bouteilles. Au départ, je les voulais transparentes aussi, mais après réflexion, je me suis dit que ce serait peut-être mieux en blanc. Nous avons donc récupéré des bouteilles sympas, basses (merci ma belle-sœur pour avoir offert un calendrier de l’Avent de bières au Barbu) et hautes (mais pas de bouteilles de vin, par exemple, trop classiques).

Conseil n°3 : si comme moi, tu cherches des bouteilles en verre de différentes formes, je te suggère de faire un tour au rayon “eaux” de ton supermarché, on en trouve souvent des jolies.

Puis nous les avons bombées en blanc. Mon Barbu est graffeur, donc les bombes de peinture, la maison en est pleine ! Du coup, cet élément de nos tables ne nous a rien coûté.

Bouteilles vases blancs pour mariage

Crédits photo : Photos personnelles

Mademoiselle Moutarde : vainqueur par K.O.

Donc je reprends pour les deux bavardes du fond : nous avons des nappes, des napperons, des succulentes dans de vieux bocaux à confiture, des Mason jars et des bouteilles hautes et basses blanches.

Et comme nous n’offrons pas de dragées mais que j’adore ça, je vais mettre une petite coupelle de dragées sur les tables. Coupelles vintage que j’ai trouvées chez mon meilleur ami Emmaüs pour 4€ les huit.

Voilà l’essentiel de ma déco de table. Il ne manquera que les bougies, non chinées, elles, mais achetées chez Ikea et Hema.

Table de mariage vintage avec napperons

Crédits photo : Photo personnelle

Essai tables : en vrai, les fleurs ne seront pas blanches, ce ne sont pas les bonnes assiettes, on aura des serviettes liberty et il manque aussi la petite coupelle avec les dragées… mais ça donne un aperçu !

Pour le reste de la déco, j’ai fait beaucoup de DIY et moins de chine, ceci dit j’ai quand même au maximum essayé d’emprunter à mon entourage : un petit guéridon pour le bar à tatoos, un pupitre pour la cérémonie laïque, des guirlandes de fanions pour mettre un peu de couleur à l’extérieur, de petites cagettes pour mettre les cookies du goûter…

Voilà donc le secret de ma déco : chine, emprunt, récup’ et DIY (mais cette partie-là, je te la raconterai une prochaine fois) !

J’ai aussi toujours gardé en tête que tout ce que j’achetais, il faudrait le stocker ou le revendre après. J’ai donc systématiquement fait le rapport suivant : envie ou intérêt/coût de revient/potentiel d’encombrement post-mariage… Ah ! Et j’oubliais : facilité de mise en place ! Ouf, malgré ces quatre critères, j’ai survécu, et j’ai vraiment pris du plaisir à créer la déco de notre mariage de A à Z !

Et toi, tu as chiné ta déco ? Tu avais un thème précis ou bien tu t’es laissée porter par tes envies ? Je veux tout savoir !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



13 commentaires sur “Récup’, chine et botanique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *