Et un jour, Mon Marin a fait sa demande

Lorsque je t’ai lâchement abandonnée laissée la dernière fois, j’allais te raconter LA demande. Mais avant de parler de celle-ci, je vais t’expliquer un peu comment je voyais le mariage et comment Mon Marin le voyait.

Le mariage, une évidence ?

Ah non, pas vraiment ! Enfin pour moi oui ! Mon Marin c’était une autre histoire.

Pour ma part, aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours rêvé de me marier. Etre Sissi le temps d’une journée, le kiff ! Au-delà de la belle robe, bien que si je suis honnête avec toi c’est déjà une grosse part du rêve, le principe même du mariage m’a toujours plu : une union devant tous ceux qui comptent pour nous. Et puis l’histoire familiale fait aussi que… Mes parents se sont mariés il y a 36 ans, un amour de vacances qui dura plus d’un été. À 57 ans ils ressemblent parfois encore à deux jeunes amoureux et ne se séparent jamais. J’ai donc toujours eu sous les yeux un couple marié heureux qui fonctionne, alors pourquoi être contre le mariage quand on a un si bel exemple à la maison ?

Quand j'attends la demande en mariage...

Crédits photo : Archive personnelle

Mes parents le jour de leur mariage, les plus beaux  ❤ 

Il y a encore quelques années je voulais tout : le gros diamant « Tiffany and Co » avec la demande de fou, la belle robe, le voile, l’église avec les cloches qui tintent, la valse d’ouverture (Sissi, remember ?), etc. Sauf que ! Entre-temps j’ai grandi et je ne me marie pas avec moi-même !

En effet, Mon Marin, contrairement à moi, n’a jamais été franchement attiré par le mariage. On ne peut pas dire qu’il était foncièrement contre, ce n’est pas ça. Il n’en ressentait juste pas le besoin. Il estimait que le plus bel engagement que nous pouvions avoir c’était notre fille, que plus encore que le mariage elle nous liait à vie. Là-dessus je suis tout à fait d’accord avec lui mais bon… La robe de princesse quoi ! Et puis faire « comme les autres » c’est tout sauf Mon Marin ! Se marier dans sa tête c’était entrer dans un « moule » et signer pour le pavillon de banlieue, le labrador et la voiture familiale.

S’il a sauté le pas c’est pour moi. Il sait combien ça me tient à cœur de devenir officiellement sa femme et surtout qu’il n’y ait plus qu’un seul nom sur notre boîte aux lettres. Je pense aussi qu’il avait envie de me permettre de réaliser mon rêve de petite fille. Et au final, ça lui plait quand même bien de se choisir un beau costume ! J’ai beaucoup trop hâte de le découvrir d’ailleurs !

Bon, et la demande dans cette histoire ?

Même si Mon Marin n’était pas contre le mariage, et qu’il me disait à chaque discussion à ce sujet « Oui, oui, un jour on se mariera… » (ras le bol de cette phrase soit dit en passant) je n’y croyais plus. Notre fille avait déjà 2 ans, nous étions en couple depuis 15 ans, vivions ensemble depuis 10 ans, donc à un moment donné… ça va quoi ! Que lui fallait-il de plus ?

J’en suis arrivée à me dire que c’était fini, que ma robe blanche je ne l’aurais jamais et que je resterais une « Mademoiselle ». Je ne vais pas te faire croire que ça ne me dérangeait pas. Oh non, que nenni ! Ça me rendait plutôt amère et pas toujours de bonne humeur… Tout spécialement quand j’apprenais que telle ou telle personne de notre entourage allait se marier. À chaque fois je peux te dire qu’il avait le droit à un regard noir ! Et quand je fais mon regard noir ça ne blague pas ! Le sang espagnol ancestral prend direct le dessus, tous aux abris je t’le dis !

Mais un jour…

L’hiver dernier nous sommes partis en vacances aux Pays-Bas avec notre Choupette. Nous avions loué une jolie maison à Delft (si tu as l’occasion c’est une petite ville très sympa).

Quand j'attends la demande en mariage...

Crédits photo : Photo personnelle

Le premier soir, une fois notre fille couchée, nous nous sommes installés dans le canap’ en mode apéro, plaid et séries. Le bonheur ultime pour nous !

La soirée était déjà bien avancée quand à un moment il s’est penché derrière le canapé et a attrapé un sac plastique. De ce sac il a sorti une grosse boîte entourée d’un ruban blanc. Sur le coup je l’ai taquiné et lui ai demandé si ce n’était pas, par hasard, mon cadeau de Saint-Valentin qu’il avait zappé quelques semaines auparavant. Il n’a rien dit et m’a juste demandé d’ouvrir la boite.

Je le sentais un peu stressé mais à ce moment-là je te promets que j’étais à des années lumières de penser à une demande en mariage.

J’ai donc ouvert la boîte et y ai découvert du papier de soie au cœur duquel se trouvaient plein de petites boites. Je les ai ouvertes les unes après les autres et y ai découvert des images qui définissent notre histoire, notre relation. Et au fond de la boite il y avait une carte contenant quelque chose.

Une fois de plus je ne m’attendais pas à une demande, vraiment pas ! Quand je te disais que j