Comment la demande en mariage a déclenché des réactions en chaîne…

Autant rentrer dans le vif du sujet directement. LA robe de mariée. Quelle future mariée oserait dire que ce n’est pas LA première chose à laquelle elle a pensé, juste après avoir accepté la demande de Monsieur ?!!

robe de mariée sur le lit

Crédits photo : Light Box TG - Teresa Gardner

Moi…En effet, mes premières questions existentielles étaient plutôt du genre : bon, si on se marie, il va falloir que je déménage. OK je me sens prête à faire ça (forcément je viens de lui dire OUI !). Mais quand ? Mon bail termine en septembre donc OK va pour septembre, soit pile un an avec notre mariage, parfait !

À première vue, la décision de déménager semble donc simple et rapidement réglée. Dans la réalité, ce n’était pas tout à fait ça… Disons que j’ai pris cette décision rapidement pour être sûre de ne pas revenir dessus. Je t’explique…

J’ai grandit en Belgique, j’y ai fait mes études, tous mes amis y vivent ainsi que ma famille. À 18 ans, j’ai fait le choix de quitter le nid familial pour vivre de mes propres ailes. Ma vie sentimentale n’a pas été un long fleuve tranquille avant de « rencontrer » chéri. On peut même dire que c’était plutôt un champ de bataille, dans lequel j’y ai laissé des plumes (enfin comme beaucoup d’entre nous je présume).

Et en septembre 2011, j’ai pris la plus grosse décision de ma vie : vivre seule, dans la ville que j’aime le plus, dans un appartement rien qu’à moi. J’ai décidé de vivre pour moi. Cette ville représente donc vraiment beaucoup à mes yeux.

J’adorais mes petites soirées tranquille dans MON appart, les petits cinés improvisés entre amis ou seule (oui, pourquoi pas après tout !), les petits repas « qu’est-ce qu’il reste dans le frigo » avec mon meilleur ami, mes collègues, mon boulot, ma vie quoi. Ou en tout cas, la vie que j’avais choisie. Donc l’idée de quitter tout ça, eh bien, ce n’était pas si évident que ça à accepter comme concept. Sans compter que je suis ambitieuse, et faire carrière en France me semblait franchement moins évident qu’en Belgique.

Mais bon, j’ai dit oui à l’homme de ma vie. Et je savais qu’avec un petit loulou d’une première union il lui était totalement impossible de déménager. C’était donc comme ça et pas autrement que ça devait se passer.

Je me suis donc lancé tête baissée, j’ai rapidement donné mon renon (traduction : préavis pour les français) pour mon appartement. Et puis j’ai tout simplement attaqué le côté opérationnel du déménagement : qu’est-ce qu’on garde, qu’est-ce qu’on jette, comment on s’organise, quel boulot je vais avoir là-bas.

photos d'engagement fontaine Brugges

Crédits photo : Ivo Popov photography

Oui, avoir un boulot était impératif avant de bouger !! Je te raconterai plus tard, car ce n’était pas gagné d’avance, contrairement à ce que j’aurai cru.

Bref, revenons à nos moutons. Le déménagement, c’est OK. Étape suivante : le lieu du mariage. Vu mon attachement à Tournai, s’y marier était une évidence pour nous. Nous voilà donc parti pour chercher le lieu de nos rêves. Et là, tu me croiras ou pas, mais ça nous a pris au total… euh… Une demi-journée !

En fait, j’avais THE super méga avantage. Ma maman est décoratrice. Pas n’importe quelle décoratrice, elle a un commerce de ballons en Belgique. Donc, forcément les salles de mariages de la région, je les avais toutes déjà décorées avec mon papa. Faire une sélection version « top 3 », c’était du gâteau.

Je montre donc  à Chéri mon top 3, avec à la première place une petite ferme restaurée, située sur un mont, au pied de Tournai. Il accroche directement lorsque je lui décris le lieu et les salles. Je prends donc rendez-vous avec la propriétaire des lieux, qui n’est autre que la maman de ma colocataire à la fac. Elle accepte de nous recevoir le samedi suivant.

Nous voilà donc parti pour explorer les lieux. Et là… Chéri a LE coup de cœur. Il adore ce lieu, un peu coupé de tout et pourtant si proche de tout. L’espace vert, le point d’eau, le jardin avec la pergola, les salles sublimes (aaah, le charme des vielles pierres et des poutres au plafond).

Il y a même une salle en L un peu spéciale : elle a un kiosque qui descend du plafond. C’est généralement comme ça que les mariés font leur entrée avec le gâteau : en descendant du plafond !

Bref, nous voilà dans le bureau de la propriétair. Et en 20 minutes, l’affaire était dans le sac : on avait la date, la grande salle en L avec le kiosque, la véranda et le jardin pour le vin d’honneur, les coordonnées du curé pour qu’on puisse se marier dans le même village ! Autant te dire qu’on a signé directement.

salle mariage

Après plusieurs heures/jours d’acharnement, je finis par réussir à ramener ce chiffre à 80 personnes pour le repas. Il y aura plus de monde au vin d’honneur, et certaines personnes du vin d’honneur viendront nous rejoindre pour le gâteau et la soirée.  Bon la liste, n’est pas figée ni définitive, mais nous avons une idée d’où nous allons, c’est l’essentiel !

Au fait… Je voulais juste te préciser que tout ça, on l’a fait AVANT d’annoncer notre union à nos familles. Ça peut paraitre un peu bizarre, oui. Mais bien au contraire, c’était plutôt extrêmement réfléchi. On ne voulait pas que nos parents ou proches nous imposent leurs envies. Donc on a décidé de bloquer au maximum les gros postes avant d’annoncer à tout le monde notre union. Comme ça, le problème est réglé. Personne ne pourra plus rien nous imposer (trop tard on a déjà signé) niak niak niak !

Étape suivante ? Les cérémonies. On est tombé vite d’accord pour une cérémonie religieuse. J’y tenais beaucoup, etCchéri ne voyait pas d’objections.

Nous voilà donc parti, en plein mois d’août 2011, pour monter le dossier religieux. C’était bien évidemment beaucoup trop tôt. Mais en le faisant à ce moment-là, j’étais toujours domiciliée en Belgique, et donc on avait parfaitement le droit de se marier en Belgique religieusement sans que personne ne nous pose de questions.

Si on attendait le déménagement, on aurait du demander une dérogation au curé de la paroisse de notre village en France… Pffff franchement, on n’avait vraiment pas envie de s’emmerder devoir réaliser autant de démarches. Donc on a monté et introduit le dossier beaucoup trop à l’avance. Au final, c’était mieux comme ça, car ils ont bien eu le temps de récupérer nos dossiers de baptême. Et nous, on n’a rien eu à faire (si ce n’est la préparation au mariage, mais je te raconterai ça après, car on ne l’a pas encore faite).

Bon ça, c’est fait aussi. On attaque la cérémonie civile. Et puis là… On nous annonce officiellement que nous ne pourrons pas nous marier civilement en Belgique. En effet, nous sommes tous les deux français et au moment de notre mariage on vivra tous les deux en France. Gloups…. La salle est déjà bloquée, l’église aussi… On fait quoi ?!!!!!!

photo d'engagement yoga

Crédits photo : Kiera Eve Photography

Zen… Mademoiselle Zen… ! Et bien ce n’est pas grave. On va se marier en France en comité restreint au printemps. Je l’aurai finalement eu, mon petit mariage !

Et voilà, tu sais tout. C’est comme ça que la décision de se marier deux fois et dans deux pays a germé dans notre esprit. À mi-chemin entre l’obligation et l’envie, on se sert des aléas de la vie pour en faire notre force et faire de ce ces jours les plus beaux de nos vies !

Bon et bien finalement, on dirait que je ne t’ai même pas parlé de cette fameuse robe. Pas grave, je ferai ça la prochaine fois. Promis !

Et toi ? La demande en mariage est survenue alors que vous n’habitiez pas encore ensemble ? Tu as réservé l’église trèèèèès à l’avance ? Tu avais tout réservé, et un élément est venu tout remettre en doute ? Quelle solution as-tu trouvé ? Raconte !

Crédits photo : Light Box TG - Teresa Gardner


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



4 commentaires sur “Comment la demande en mariage a déclenché des réactions en chaîne…”

  • Formidable !!
    Qui a dit que la double nationalité était difficile à porter… c’est un inconvénient que vous avez su transformer en atout, c’est aussi ça la vie de couple !
    Bravo et vivement les détails sur la robe !!

    • Merci les filles 🙂
      En effet on essaie de transformer les épreuves de la vie en atout. Cela renfoce énormément notre couple!
      Pour les robes il faudra attendre encore un peu 😉 Mais ça vient promis!!

  • Félicitations à vous 2 !
    Je me suis reconnue à la fin dans le fait d’avoir 2 dates. On a décidé de se marier au portugal cet été religieusement. Mais avant évidemment il faut être marié civilement donc ce sera en france et la date est fixé pour le 27 avril (euh ce wk enfait lol). Comme toi, le civil sera en petit comité et je trouve ça chouette. D’autant qu’il y aura des amis présent ce samedi qui ne pourrons pas être là en juillet au Portugal donc cela permet de partager cela avec eux quand même.
    Bref, à bien y réfléchir je trouve que le concept de 2 dates, 2 lieux est sympa 🙂

  • C’est rigolo, la vie ! C’est souvent elle qui décide pour toi, en fait. Ça met le couple à l’épreuve, c’est plutôt positif 🙂 Très très belle salle, en tout cas ! Vivement des nouvelles de tes robes 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *