« Ça ne m’arriverait pas à moi ! »

Par où commencer ? Peut-être par le début : bonjour, je suis Mme Aran, et j’ai disparu du blog depuis 3 ans. Je fais partie de la promo du printemps 2017, du coup peut-être que tu ne te rappelles plus de moi…

Je t’avais laissée en plein dans les préparatifs, et je n’ai jamais fini mon récit. À vrai dire, je ne le finirai pas. Pas parce que le blog ferme (même si c’est déjà une bonne raison en soi), mais parce qu’il s’est passé beaucoup de choses depuis, et qu’il serait hypocrite de ma part de te le raconter avec toutes les paillettes qu’on attend. Je préfère donc dans cette dernière chronique, t’expliquer un peu ce qu’il s’est passé, et te donner quelques conseils si un jour tu passes par le même chemin que moi…

Toutes ces certitudes…

Si il y a une chose que je détestais quand j’étais lectrice du blog, c’était bien les récits inachevés. Ne jamais finir mon récit ? Ça ne m’arriverait pas à moi !

Et pourtant, je ne le finirai jamais.

Mais que s’est-il passé pour que la chroniqueuse que j’étais, celle qui a sauté de joie lorsqu’elle a reçu le précieux mail m’annonçant que je faisais partie de l’équipe des chroniqueuses, ne finisse pas son récit ? Je te spoile la fin : j’écris aujourd’hui en tant que chroniqueuse divorcée.

Nous sommes assez loin des paillettes du coup… Et crois-moi, j’étais la première à dire « divorcer ? Ça ne m’arriverait pas à moi ! ».

Mais comment en suis-je arrivée là ? Moi l’éternelle romantique, moi qui croyait dur comme fer au mariage, pour qui le mot « divorcée » est un gros mot… J’ai tout vu voler en éclat, et c’est moi qui suis à l’origine de la décision finale. Si je t’en parle aujourd’hui, c’est pour deux raisons : la première c’est parce que pour le mariage en lui-même, j’ai quelques conseils ; la deuxième, c’est parce que ça a été très compliqué comme période à vivre, et j’aurais aimé qu’on me tienne la main, qu’on me rassure, et c’est pour cela que le dernier paragraphe sera pour toi si tu en as besoin.

Retour en arrière il y a 3 ans…

Le mariage, pour moi, c’était la journée d’émotions, le « meilleur jour de ma vie », l’aboutissement de notre relation. Sauf que ça ne s’est pas passé comme ça, pour plusieurs raisons. Déjà, j’ai fais passer tout le monde avant moi. Sur à peu près tous les aspects du mariage. Je me souviens avoir dit « non mais on fait comme ça si ça fait plaisir à bidule ». Spoil : mauvaise idée.

J’ai laissé de côté tout ce que j’avais imaginé, et au final le côté médiéval a pris le pas sur le mariage. Oui c’était une belle fête médiévale, mais je ne me suis pas sentie mariée. Tout le monde s’est amusé, sauf moi au final.

Il y a eu quelques couacs bien sûr, mais je me suis tellement concentrée sur ce que les autres ressentaient, est-ce que les gens s’amusaient, qu’au final c’est moi qui n’ai pas profité. Grave erreur.

Le lendemain, au réveil, je me suis dit « mais que s’est il passé hier ? ». Alors s’il te plaît, pense à toi. Délègue à des personnes de confiance, pense à toi en priorité, et profite de ta journée. Tes invités sont là pour toi, pas l’inverse. C’est le jour où tu as plus que le droit d’être égoïste. Et pour les préparatifs, les deux seuls qui ont le droit de dire « je préfère ça donc on choisi ça » c’est toi et la personne avec qui tu vas te marier. Personne ne doit choisir pour vous. Vraiment c’est très important.

Crédit photo (creative commons) : Verne Ho

Je ne me suis pas sentie mariée. Je n’ai pas eu cette vague d’émotion et d’amour que tout le monde décrit. Le côté mariage a totalement disparu derrière la fête médiévale. L’originalité c’est bien, mais pour le coup, ce n’était pas pour moi, je rêvais de quelque chose de classique, je ne me suis pas retrouvée dans ce mariage.

Rajoutons à ça un mari qui m’avait tellement dit que « de toute manière le mariage ça sert à rien ça change rien », que je ne me suis pas sentie mariée.

Et tu sais, je le savais la semaine avant le mariage. J’ai failli tout annuler, mais je n’ai pas osé : trop de monde, trop de frais engagés… Je me suis juste répété « ça va s’arranger ». Je me mentais très bien à moi-même.

Après le mariage, nous sommes partis quelques jours en Irlande, mais pas de lune de miel. L’argent du mariage est passé dans l’apport pour l’achat d’un appartement parce que « peut-être qu’avec un appart à nous ça ira mieux, on aura plus de stabilité ». Là encore erreur. J’ai passé beaucoup trop de choses, je me suis trop oubliée. Puis je me suis épanouie dans mon travail, je m’y suis réfugiée, c’était là où j’étais le mieux. Et l’évidence m’a explosé au visage, cette évidence que je fuyais depuis quelques temps.

Je n’étais plus amoureuse, je ne voulais plus fonder de famille avec mon mari, je n’étais plus heureuse avec lui. J’étais plus heureuse hors de « chez moi ». Au final je n’ai jamais fini de déballer mes cartons, de m’investir dans l’appartement. Et un jour, le déclencheur est arrivé, je me suis réveillée, je me suis sentie vivante et entière pour la première fois de ma vie, et j’ai compris que je ne pouvais plus reculer. Pour la première fois de ma vie, je m’écoutais, j’allais faire un choix, et je me choisissais moi. Et c’est la meilleure décision que j’ai pris de ma vie.

Ce que j’aimerais te dire…

Ça m’a fait mal. Très mal. Mais aujourd’hui, je suis heureuse, en paix. Avant de te dire au revoir, j’aimerais te donner quelques conseils.

Ne fais pas passer tout le temps les autres avant toi. J’ai compris que j’étais un peu un caméléon. Tu sais, cet animal qui change sa peau en fonction de son environnement. Eh bien je faisais pareil, à trop vouloir me faire accepter, j’agissais comme on attendait que j’agisse, pas comme je le voulais vraiment. Bon ça fait un peu bizarre dit comme ça, mais oui, à chaque fois que je faisais un choix, ce n’était pas le mien que je faisais.

Ne prends pas tout sur toi. Ça ne marche pas. Impose-toi, exprime-toi. Dans un couple il faut faire des concessions, ça veut dire les faire dans les deux sens. Ce n’est pas à toi de les faire tout le temps.

Ne te dis pas « ça va s’arranger » en faisant un « bidule-pansement » (remplace bidule par « mariage », « appartement », « bébé »… ce que tu veux). Non, repousser ne fera pas que les choses vont aller mieux, au contraire.

Pense à toi avant tout. Tu as le droit d’être heureuse. Alors je ne suis pas en train de te dire d’être en mode super égoïste et tout hein, mais juste, écoute-toi. Si tu n’as pas envie de rentrer chez toi le soir, c’est qu’il y a un problème. Si tu as l’impression que tu as une boule au ventre quand tu rentres, c’est qu’il y a un problème. Écoute-toi, c’est important. Pose-toi la question : est-ce que tu es heureuse, est-ce que tu te sens vivante, est-ce que tu te sens bien ?

Et si jamais tu te rends compte que tu es au pied du mur, n’aie pas peur. Oui ça va faire mal, oui ça va faire du mal à des gens que tu aimes, mais le jour où tu te rends compte que ce n’est plus possible et que ce n’est pas réparable, c’est trop tard. Tu peux prendre sur toi comme tu l’as déjà fait, mais ce n’est que repousser et ce sera encore pire après. Sois juste honnête envers toi, envers vous. Alors oui ça va faire mal, oui ça va être dur, potentiellement long, mais ça va aller, promis. Ça va s’arranger, si tu te fais confiance, si tu écoutes ce que tu ressens, si tu t’écoutes, tu seras enfin en phase avec toi-même. Et ça, c’est le début d’une nouvelle vie.

Crédit photo (creative commons) : Flickr

Pour finir…

Bon, comme tu l’as lu, tout n’a pas été tout rose dans ma vie depuis que je t’ai laissée. Beaucoup de chamboulements, des larmes, mais aussi beaucoup de bonheur. Aujourd’hui je termine cette chronique et cette aventure heureuse et en paix avec moi-même. Et c’est tout le bonheur que je te souhaite.



17 commentaires sur “« Ça ne m’arriverait pas à moi ! »”

  • J’ai l’impression de me lire. Ce sont mes mots, mes sentiments… ressentis lors de mon premier mariage.
    J’ai demandé le divorce 4 mois plus tard.
    Force a toi, j’espere que tu vas mieux et tu as pris de nouveaux chemins <3

    • Merci beaucoup Betty <3
      Aujourd'hui je vais beaucoup, beaucoup mieux ! J'espère que c'est également ton cas, et que tu as trouvé ton équilibre !

  • Merci à toi d’être venue raconter que tout n’est pas toujours rose et plein de Paillettes.
    C’est toukours plus agréable de comprendre pourquoi il n’y a pas eu de suite aux récits.

    • Ca a toujours été ma grande frustration de ne pas savoir pourquoi les chroniqueuses ne finissaient pas leur récit… Force est de constater que j’ai failli faire pareil…!

  • Merci beaucoup d’avoir écrit cet article! Apres 2 ans de mariage nous avons divorcé aussi. J’ai 28 ans en ce moment et ce n’est pas toujours facile d’etre divorcée si jeune. Ca fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule.

    • Calin virtuel ! Tu n’es pas seule, loin de là, mais c’est vrai qu’être divorcée jeune, ça a tendance à choquer, à être tabou. J’ai eu cette même impression en tout cas : jugements, est-ce que personne ne divorce avant 30 ans ? Du coup je préfère dire « divorcée ça signifie disponible pour vivre une nouvelle vie », histoire de voir le côté positif !
      J’espère que tu vas mieux en tout cas, et je te souhaite d’être heureuse !

  • Tu m’as beaucoup ému à travers ta chronique. C’est pour ça aussi que j’aime Mademoiselle Dentelle, on parle de tout sans tabous. Tes mots sont si justes et je me retrouve car j’ai pu être comme ça avant, j’ai eu de la chance de changer avant de rencontrer l’homme de ma vie aujourd’hui car c’est sûr que si on n’arrive pas à s’affirmer et arriver à être soi avec la personne avec laquelle on est il est difficile d’avancer. Bravo pour ton courage et la force que tu as eu de réaliser tout ça. Ce sont de très beaux conseils, je te souhaite de continuer à t’épanouir et être heureuse !

    • Merci <3
      Aujourd'hui j'arrive enfin à m'affirmer, dans tous les domaines de ma vie, et ça fait une sacrée différence !
      C'est fou, avec ton métier, j'aurais dit que justement savoir s'affirmer était inné !
      Plein de bonheur à vous deux !

      • ça change la vie clairement de s’affirmer ! une histoire d’amour difficile et mon métier m’ont appris à le faire. même si c’est toujours parfois encore un peu difficile quand on manque de confiance en soi car non chez moi c’était loin d’être inné 😉

  • Merci et bravo pour ton courage !

    Je suis la deuxième épouse de mon mari (12 ans d’amour déjà), qui avait divorcé comme toi peu de temps après son premier mariage (et il y a beaucoup de points communs entre son histoire et la tienne : vraiment tu n’es pas seule !). Parfois il me dit qu’il aurait aimé me rencontrer avant son premier mariage, mais je lui réponds que c’est grâce à son passé que notre couple est aussi solide, parce qu’il a tiré des leçons de sa relation précédente et qu’il a lancé notre relation sur de bonnes bases.

    A toi comme à toutes celles et ceux qui traversent ce moment douloureux, je souhaite de la sérénité et beaucoup de belles choses pour l’avenir !

    • Merci beaucoup <3
      Effectivement, c'est grâce aux expériences passées qu'on apprend, qu'on grandit, et qu'on est là où on en est aujourd'hui. Je trouve tes paroles très justes et porteuses d'espoir, merci de ce témoignage !

  • Oh mais bien sûr que je me souviens de toi, Mme Aran !! Avec un nom de scène pareil, il ne peut en être autrement !
    Je suis tellement triste de lire ces quelques lignes, mais tellement heureuse que tu aies eu le courage de prendre cette décision, de faire passer ton bonheur avant tout, et que tu sois revenue nous livrer ces quelques conseils, qui je suis sûre, en aideront plus d’une…
    Je te souhaite tout le bonheur du monde 🙂

    • Merci <3
      Youhou tu ne m'as pas oubliée ! Mais c'est plus simple, comme mon nom de scène te parle ^^ (mais ouf quand même)

  • Oh merci pour cette chronique Mme Aran ! Ça n’a pas dû être facile à écrire, c’est courageux. Elle me parle beaucoup. Pas du point de vue mariage, mais pour le côté manque de confiance en soi. J’ai cette fâcheuse tendance à toujours me faire passer après les autres, et je viens justement d’entamer un travail là-dessus.
    Ce que je retiendrai, c’est que finalement, tu as réussi à accomplir la plus importante des quêtes : celle ďêtre heureuse, et en paix avec toi-même. Je te souhaite beaucoup d’amour-propre 😘❤

    • Je te souhaite à toi aussi d’arriver à penser un peu plus à toi : tu verras, on a comme une impression de vivre plus « pleinement » !
      <3

  • Tes mots me parlent tellement… et pourtant, je me retrouve sans voix au moment de commenter ton article. Pour le coup, les mots me manquent. Tu as su, avec une incroyable justesse, mettre le doigt sur un point primordial : s’écouter et se faire confiance. On doit vivre sa vie pour soi, par pour les autres ou à travers le regard des autres.
    C’est une forme de respect en quelque sorte : envers soi-même mais aussi envers autrui finalement 🙂 J’admire ton courage et ta force de caractère. Prendre conscience des choses puis tout mettre en oeuvre pour les changer, ce n’est pas évident.

    Je te souhaite aujourd’hui tout le bonheur du monde (comme le dit si bien la chanson ^^), tu le mérites amplement 😘 Et MERCI pour cette chronique vraie et belle, même si elle n’est pas forcément remplie de paillettes…

  • Moi je trouve que cette chronique a parfaitement sa place sur MD, parce qu’elle parle de mariage. Et dans le mariage tout n’est pas toujours rose. Je suis navrée que tu aies dû traverser une période aussi peu agréable, mais finalement nécessaire pour te voir aujourd’hui sortir de ta chrysalide. J’avais fait une recherche une fois sur MD par rapport aux récits de mariage se terminant sans trop de paillettes, et j’avais été étonnée de ne pas en voir du tout (ou peut-être 1 seul, mais il n’était pas question de séparation). Alors que ce cas de figure existe. C’est vraiment bien que tu aies pris le temps de mettre sur clavier avec autant de justesse cet épisode de ta vie, en ayant pour but d’aider les prochaines qui y seraient confrontées. Et c’est là la force de Melle Dentelle, cette grande famille bienveillante, où les ondes sont 100% positives. Même dans les moments les plus difficiles. J’étais triste en commençant la lecture, pour finalement terminer sur la nette conviction que tu as eu raison de prendre cette décision. Bravo 🙂
    Toutes les expériences que nous vivons nous apprennent quelque chose, et il faut s’en servir comme une force 🙂
    Je te souhaite une belle vie où tu restes à l’écoute de tes envies. Et que tes prochaines aventures soient emplies de bienveillance, de respect, et de béatitude 🙂

Commente ici !