J’ai donné ma robe de mariée à une association caritative

Si tu suis le blog depuis peu, tu ne me connais peut-être pas. Je me suis mariée en décembre 2012, il y a un peu plus de deux ans.

Et le weekend dernier, je suis allée donner ma robe à l’Armée du Salut.

Non, je n’ai pas divorcé. Le jour du mariage est un souvenir heureux qui s’éloigne paisiblement. Mon couple s’apprête à fêter ses dix bougies. Tout va bien.

Dans ce cas, pourquoi donner ma robe, ce symbole vestimentaire qui cristallise le sacro-saint “plus beau jour de ma vie” ?

Ma robe est le fruit d’un achat de raison. Un magasin, cinq robes, pas de coup de cœur ni l’envie d’en avoir un. Cette robe ne m’avait coûté “que” 700 euros, elle a parfaitement rempli son rôle le jour J.

J’ai pu aussi la remettre pour une séance photo dans la neige quelques jours après…

P1140807-2

Crédits photo : Photo personnelle

…et même pour une chouette course à pied en robe de mariée avec Mme Louli quelques mois plus tard !

rb-57-sur-64

Crédits photo : Mademoiselle M.

Mais depuis deux ans, elle ne me servait plus. Non, vraiment. J’aurais pu me forcer à la rendre utile, la suspendre comme un tableau kitch dans ma chambre, la donner en pâture à mon chat accro au tulle, la transformer ou la teindre pour lui réinventer une autre forme. Ou encore lui acheter un carton tellement tendance qui la préserverait de la poussière, mais pas du temps qui passe. Rien à faire. Je savais qu’elle ne me resservirait plus jamais.

Que faire de ma robe ?

Passée au pressing, sagement rangée dans sa housse, elle attendait désespérément une heure qui ne viendrait plus de moi, terrifiée à l’idée de passer vraiment de mode, cette survivante des dernières robes à cerceaux des années 2010. Quand je fouillais dans ma penderie, nos rencontres étaient toujours tristes : recroquevillée misérablement dans sa poussière, elle avait le don pour me rendre coupable de la laisser se flétrir et jaunir.

On garde souvent sa robe pour ce qu’elle représente, en espérant pouvoir encore la fermer pour ses dix ans de mariage, pour l’offrir à une hypothétique fille qui la personnalisera pour son propre mariage (ou s’amusera à la découper), pour la ressortir de temps en temps avec nostalgie, pour ne pas laisser partir les souvenirs.

Mais les souvenirs, je préfère les chérir en feuilletant mon album photo de cette belle journée. Ou, au gré des réminiscences, en repensant avec gourmandise à notre menu à chaque fois que nous faisons de la raclette (et Zeus sait si nous en faisons souvent !), à mon mari dans son habit de lumière à chaque fois qu’il enfile son pardessus. J’ai toujours mes chaussettes rayées qui me remplissent de joie pétillante. Les chansons de notre playlist me ravissent quand le hasard les amène à mes oreilles.

Mais ma robe ? Je ne l’ai jamais considérée comme autre chose qu’un vêtement, un peu de satin et quelques perles destinés à me sublimer en douceur. Sans aucune intention de la garder jusqu’à la fin des temps. Je pense qu’avant même le jour J, je savais que ce vêtement ne ferait que passer dans ma vie. En la laissant partir pour lui donner une deuxième jeunesse, ce sont mes souvenirs que j’empêche de prendre la poussière.

Lui trouver une deuxième vie

Il s’est avéré que j’ai mis plus de temps à m’en défaire que prévu. J’ai pensé un temps à essayer de faire de mon envie de donner cette robe un projet caritatif, à la façon du Brides Project nord-américain, en faveur des personnes atteintes de cancer. Je n’ai pas rencontré l’enthousiasme escompté dans mon entourage, et ce n’est pas grave : je pense que l’idée de se défaire d’un vêtement aussi symbolique doit faire son chemin, lentement mais sûrement.

J’habite désormais au Canada. J’aurais voulu qu’elle reste en France, mais les derniers préparatifs du déménagement intercontinental me l’ont ôtée de la tête, et c’est avec déplaisir que je l’ai découverte en ouvrant l’un de nos 114 cartons une fois de l’autre côté de l’Atlantique.

J’ai trouvé la résolution de la donner il y a seulement quelques jours. Je suis simplement allée à ma boutique habituelle de l’Armée du Salut, l’équivalent local d’Emmaüs. On y trouve de tout et surtout n’importe quoi, je m’y fournis régulièrement en vêtements et électroménager à bas prix. Et, quitte à donner ma robe, il était tout naturel de faire un don à ma boutique de prédilection.

Sans privilégier de cause précise, je garde malgré tout l’espoir qu’elle profite à une personne qui n’en a pas les moyens, car même si des gens relativement aisés (mais radins économes) fréquentent les friperies, y chercher sa robe de mariée demande une certaine ouverture d’esprit ou fermeture de moyens.

don robe de mariée

Crédits photo : Photo personnelle

Malgré ma volonté de m’en défaire, franchir enfin cette étape n’a été sans un petit pincement au cœur, pas si bien dissimulé derrière mon sourire crispé.

En la mettant dans le coffre à dons à l’Armée du Salut, je l’ai remerciée d’avoir été là, cette petite robe noire et blanche dans un océan immaculé, pour moi l’ancienne gothique qui ne supporte pas le blanc intégral. Je l’ai remerciée de m’avoir fait vivre de beaux moments, de l’essayage où je faisais de sauts de puce fiancée au moment où je l’ai enlevée en tant qu’épouse, en passant par les instants de partage lors de son enfilage le jour J. Je lui ai rendu hommage de m’avoir transformée en mariée, et lui ai souhaité bonne continuation, pour vivre de nouvelles aventures, loin de mon placard et de sa poussière, sur la peau d’une autre mariée amatrice de noir ou dans les mains d’une enfant qui s’en servira comme d’un déguisement.

Du moment que sa nouvelle propriétaire a les yeux qui brillent, peu importe : elle ne m’appartient plus.

Et toi, qu’as-tu fait de ta robe de mariée ? Envisagerais-tu de la donner ? Raconte !



29 commentaires sur “J’ai donné ma robe de mariée à une association caritative”

  • Ta démarche me donne à réfléchir !
    C’est vrai après tout, que faire de sa robe une fois mariée et qu’on ne la remettra plus.
    Je me dis que je la garderai peut être un peu car je le sais, j’aurais du mal à m’en défaire. Peut être la reporter pour nos uns ans et faire quelques photos (encore faut il toujours rentrer dedans). Mais ensuite, pourquoi pas en faire profiter quelqu’un d’autre !

    • Merci ! Sauf tu peux la transformer ou s’il s’agit déjà d’une robe plus ordinaire qu’une robe de mariée classique, effectivement, il y a peu de chances pour que tu la remettes. Contente si ma chronique te fait réfléchir !

  • Moi, je ne voulais pas garder ma robe de mariée (l’idée qu’elle prenne la poussière et de la place dans ma penderie pendant des années pour ne jamais être reportée ne me plaisait pas du tout). J’étais donc décidée à la revendre dès le mariage passé. Mais c’était compté sans mon mari qui voulait absolument que je le garde. Du coup, on a trouvé un compromis : ma mère a accepter de la transformer en robe courte (enfin, tea-lenght), et je l’ai reporté pour la première fois presque 2 ans après le mariage pour aller à l’opéra (j’étais beaucoup plus habillée que la majorité des spectateurs, mais ça m’a fait plaisir de la porter !).

    • Ha, que ne ferait-on pas pour notre mari ? 😉 Ici c’est lui qui a insisté pour que j’ai une meringue, mais il n’a pas eu son mot à dire sur ce que je faisais de la robe une fois le jour J passé. J’aurais aimé pouvoir la transformer mais c’était impossible : c’est génial que tu aies pu le faire pour ta propre robe.

      • Oui, enfin, heureusement que j’ai une maman qui se débrouille super bien en couture, parce que moi je n’aurais jamais réussi à en faire quoi que ce soit. Mais c’est vrai que finalement, je suis contente de l’avoir, et je me dis que j’ai plus de chances qu’elle soit portée un jour par ma/mes fille(s) si j’en ai comme ça que comme robe longue. Et au pire, elle finira donnée quand je ne pourrais plus la remettre, et elle fera la joie d’une future mariée qui cherche une robe courte… ou pas car ma mère voudrait aussi me faire une “sur-jupe” longue avec une autre partie de la robe ! (C’est d’ailleurs impressionnant de se rendre compte de la quantité de tissu qu’il y a dans un robe de mariée quand on découd les différentes couches !)

  • Ooooooh Nya…. je trouve ça très beau comme geste. Je t’envie !
    Mais rien que la photo me donne les larmes aux yeux je trouve ça si triste de ne pas savoir ce qu’elle va devenir !
    Pour ma part je me suis mariée il y a 1 an et demi, la robe est passée au dressing et elle est toujours pendu à la poutre chez mes parents!
    Je n’ai absolument pas envie de m’en séparer mais je sais que je ne la remettrai jamais !
    Un jour peut être j’aurais le déclic car je valide tout ce que tu dit ! ( les souvenirs…)

    • Ce que je ne voulais surtout pas faire, c’était la laisser traîner dans un coin jusqu’à ce qu’un jour, elle n’ait absolument plus de valeur, ni à mes yeux ni à celles des acheteuses potentielles : je voulais lui donner une seconde vie pendant qu’il en était encore temps 🙂

  • Je trouve ça très beau 🙂
    Moi, ma robe de mariage néerlandais (civil), je la remets à toutes les occasions… et ça me fait toujours sourire.
    L’autre, c’est plus compliqué, je me sens pas le courage de la vendre ou de la donner (je compte bien la ressortir de temps en temps et la remettre pour le plaisir… comme je le faisais avant le mariage vu qu’elle a passé un an chez mes parents) mais l’idée qu’elle coûte si chère et ne serve plus vraiment, je trouve ça triste…
    J’ai pensé à la location ou même à la prêter mais ça me parait compliqué à mettre en place.
    Si quelqu’un a fait, le témoignage m’intéresse !

    • Merci ! Ta robe de mariage civil est parfaite et tout à fait remettable en plein d’occasions, tu aurais tort de t’en priver !
      Pour la location, tu peux la mettre en ligne sur le Bon Coin néerlandais ou essayer du côté de dépôt-vente-location ? Je suis sûre qu’à Amsterdam, une telle boutique doit exister.

  • La mienne, je l’ai remise avec plaisir lors de soirées en amoureux (mais elle est moins “volumineuse”)… En tout cas, je suis très admirative de ta démarche! 😀

    • J’aurais bien aimé avoir une robe plus passe-partout pour la remettre par la suite ! En l’état, nos sorties en amoureux n’auraient pas été très discrètes avec cette robe qui faisait 1 mètre cube et demandait un périmètre de sécurité autour de moi :p C’est génial que tu puisses remettre ta précieuse, en tout cas.

  • Tu m’ouvres des horizons que je n’avais pas envisagés. Lorsque je l’ai achetée, je n’ai pu me décider à signer le chèque qu’à l’idée qu’elle partirait ailleurs après. Impossible de mettre cette somme pour un vêtement d’un jour. Ca ne trouvait pas place dans mon esprit. Alors pourquoi pas?
    Bonne journée

  • Belle initiative!
    Une de mes amies a donné la sienne à quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, elle a entendu une discussion à la sortie de l’école, la future mariée disait qu’elle ne trouvait pas de robe dans ses moyens. Mon amie y a repenser le soir et le lendemain elle a proposé à cette future mariée sa propre robe qui était dans une armoire depuis 2 ans. Coup de chance le modèle plaisait et c’était la bonne taille!
    La mienne je pensais la donner à une association, mais mon mari veut qu’on la garde et c’est non négociable pour le moment (en même temps on est mariés que depuis quelques mois il a le temps de changer d’avis)

  • je voulais juste saluer la qualité de la réflexion autour de ce sujet, et surtout la justesse de tes mots. C’est très bien écrit, on sent ton bonheur… quel l’on garde sa robe ou non c’est une réflexion pertinente à avoir… Bonne continuation !

  • Je découvre avec plaisir tes chroniques et ton mariage, je te tire mon chapeau car je le trouve tip top ! vous êtes restés vous-même d’un bout à l’autre. Cette idée de raclette, clairement : j’adore !!

  • Quelle belle démarche! Je ne sais pas si j’aurai le courage d’en faire autant… En fait je ne sais même ce que je veux faire de ma robe pour le moment! ^^

  • Evidemment, lorsqu’il s’agit d’une “précieuse” de dentelle et de satin, c’est difficile de recycler…Bravo pour ta réflexion. Je trouve
    cette idée très émouvante et tout à fait appropriée.
    De mon côté, je la remettra à plusieurs occasions, lors de sorties et de spectacles. Je l’ai choisie pour pouvoir la remettre, mais je n’ai pas non plus la moyenne d’âge de la plupart des brides to be de ce blog… et puis le jour où franchement, je ne serai plus en phase avec cette robe, elle ira, en effet, faire un petit tour au rayon vêtements de l’association Emmaüs…

  • J’admire ce beau geste.
    Maos bon, autant je prends plaisir à donner divers objets à Emmaüs, autant ma robe de mariée, j’aurais dû mal…
    Je suis plutôt du genre à lui faire faire un cadre gigantesque pour pouvoir l’exposer dans mon dressing 🙂
    Mais je trouve très joli l’idée de lui donner une deuxième vie…

  • J’ai donné aussi ma 1ère robe pour une asso qui aide les personne handicapées. Je trouve que c’est bien qu’elles puissent être utiles après le jour J

  • J’approuve à 100% cette initiative !
    Dans le cadre de mon travail, j’accompagne des personnes en difficulté financière, ces mêmes personnes qui ont aussi envie de se marier, mais ne se lancent pas du fait de leurs moyens…heureusement, ces associations caritatives leur permettent d’avoir un joli jour “comme les autres” et pour ces femmes en situation de précarité d’avoir elles aussi leurs précieuses !
    Pour ma part, je n’arrive pas à faire la démarche, d’autant que c’est une robe faite maison, en famille…je pense la recycler pour la porter à d’autres occasions, en la coupant et en raccourcissant les manches.
    Je ne peux que t’applaudir, et approuver ta démarche rationnelle et humaniste !

  • Bien que la robe ne m’ait pas coûté si cher que ça (250€) et qu’elle n’était pas un coup de coeur fantastique (mon coup de coeur avait des airs de goût de luxe…hum), je ne crois pas que j’arriverais à franchir le pas comme toi. Mais à songer finalement… Mais rien qu’en écrivant “à songer finalement”, je sens au fond de moi que non, je ne me sens pas du tout capable en fait. Rien que le fait de la mettre dans une benne… non, c’est dur à trop de niveaux. Je garde jalousement mon bonheur de ce jour attaché à la robe… Vraiment, bravo, heureusement qu’il y a des personnes comme toi, grâce à toi une femme pourra porter une robe magnifique lors de son mariage !

  • C’est un très beau geste que tu as fait… Sûr que cette robe fera briller les yeux d’une autre mariée.

    La mienne, il était hors de question que je la garde par faute de place même si je l’aimais très fort ma Delphine Manivet pour la Redoute. Je l’ai donc vendu sur mademoiselle dentelle; à un prix correcte, elle est partie très vite….

  • Ravie de te re lire Mme Nya, j’avais adoré l’accessoirisation (quoi c pô français) de ta robe avec le masque de Darth tropcool !!! Je nai pas encore porter la chose mais je ne sais pas si je la donnerais. Faite par ma mère sur mesure vu mon tour de taille, chaque étoffe choisie par moi pour que le prix n’excède pas 150 euros. J’avoue penser que personne ne lui trouverai le charme que je lui trouve et avoir peur qu’elle “moisisse” dans un Emaüs plutôt que chez moi

  • Quel beau geste! Et quel courage, vu l’investissement émotionnel qu’on peut mettre dans ce (finalement) bout de tissus. Je trouve ça génial que tu en parles sur le blog! Sait-on jamais que ça donne des idées à d’autres qui ne savaient pas trop quoi faire de leur robe, sans pour autant vouloir la garder. Personnellement, n’ayant même pas encore essayé MA robe (en commande), je n’ai pas réfléchi à ce que j’en ferai… Mais j’ai d’excellents souvenirs de soirées en famille où, presque systématiquement, ma maman remettait sa robe pour leur anniversaire de mariage… et ma soeur et moi aussi, nous mettant même à deux dedans! (Et oui, ma maman fait partie de ces femmes qui gardent la ligne contre vents et marées.. mon père, lui, n’a plus remis son costume^^)

  • Merci pour ta belle histoire! Moi aussi j’envisage de donner ma robe, pour les mêmes raisons que toi. D’ailleurs, c’était déjà une robe de seconde main (en état parfait) et j’ai trouvé cela plutôt sympa de me dire qu’une autre avait déjà vécu une belle journée dans cette robe. Alors si elle pouvait faire le bonheur d’une 3ème… Mais je voudrais juste être sure qu’elle servira vraiment, il faut que je me renseigne sur les pratiques en France, sinon je finirai par la mettre dans un coffre à déguisements.

  • J’aimerai faire don de ma robe de mariée pour en faire des robes de deuil pour enfants quelqu’un connait-il des adresses ou je pourrait l’envoyer? Merci

  • Bonjour mon patron ma viré a 12 jours de mon mariage, il ma laisser dans la merde sans me payer et moi étant très costo je voulais prendre ma robe au dernier moment donc je me suis fait avoir pour sa que j’aimerais savoir si ont pourrait me faire un don d’une robe de marié taille 54 56 a peu près je vous remercie d’avance pour votre générocité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *