Et un beau jour j’ai eu comme une envie de me marier

Mon Grognon d’amour et moi (encore plus) ne sommes pas vraiment du genre « guimauve ». Bien que nous fassions de gros efforts pour ajouter du romantisme et des paillettes dans nos vies, je dois t’avouer que mon esprit cartésien nous empêche bien souvent de dépasser le stade de débutants.

Concernant notre mariage, ce fut loin d’être une évidence, mais après 6 ans d’aventures, de défis et de merveilleux moments passés ensemble, nous nous sentions finalement prêts à franchir ce cap. Nous avons commencé à l’évoquer de temps en temps, puis de plus en plus régulièrement jusqu’à se trouver face au fait accompli : nous en avions très envie tous les deux alors pourquoi ne pas se lancer ?

Mais avant d’en arriver là, tu dois savoir que pendant très longtemps, je ne pensais pas vouloir me marier…

Petit retour en enfance

J’ai grandi dans un milieu plutôt masculin puisque j’ai longtemps été la « seule fille » de ma famille. Eh oui, j’ai un super frérot, et de nombreux cousins. Il a fallu attendre que tout se petit monde se case pour avoir un peu de renfort féminin aux repas de famille, et en attendant j’ai passé mon enfance à jouer au foot dans la boue et à me bagarrer avec mon frère. Les robes de princesse et les princes charmants qui vont avec ce n’était vraiment pas pour moi. Tu vois, en grandissant je m’identifiais plus à Mulan qu’à Blanche Neige (c’est moi qui sauve le prince, et toc !). Plus tard quand j’étais ado et que je m’intéressais un peu plus aux garçons, le principe même du mariage ne me branchait toujours pas plus que ça. Ce raisonnement doit surement faire écho a un traumatisme refoulé de mon enfance, mais dans la célébration d’un mariage je n’ai longtemps vu qu’une vaste comédie où tout doit paraître parfait, orchestrée par des familles qui se régalaient de pouvoir étaler leurs richesses sans pudeur (je te vois faire de gros yeux rond derrière ton écran ! Ne t’inquiètes pas, depuis cette époque je suis tombée amoureuse de mon Grognon et mon regard a complètement changé).

Quand j’ai rencontré mon Grognon, lui, venait de vivre une rupture douloureuse, et si tu ajoutes à cela mes préjugés, et tu comprends pourquoi la question du mariage ne s’est pas posée pendant nos quatre premières années de vie commune.

Mais il suffit d’un déclic…

Il y a deux ou trois ans, mes parents nous ont invités à partager un superbe dîner gastronomique au restaurant.

Une ambiance feutrée agrémentée de musique douce… mes parents et mon Grognon qui discutent joyeusement… Je trouve la vie fantastique et en attendant avec impatience mon prochain plat (moi, gourmande ?! ), mes pensées vagabondent jusqu’à ce que je remarque un jeune couple et leur petit garçon. Ils étaient légèrement plus âgés que nous et rayonnaient de ce bonheur sincère et simple. Il était clair qu’il ne leur fallait rien de plus que la présence de l’autre pour être heureux. Et je me suis surprise à nous identifier à eux… « Ça pourrait être nous dans quelques années, avec notre mini-nous ?… »

« Clic »

C’est à ce moment précis que j’ai compris : on se marie lorsque l’on sait qu’on a besoin de rien d’autre pour être heureux que de la présence de notre moitié. On sait qu’il sera là quoi qu’il arrive, et on veut qu’il sache qu’on sera là aussi. « Pour le meilleur et pour le pire, dans la richesse et la pauvreté, dans la maladie et l’adversité, je promets de t’aimer et de te chérir tout au long de ma vie ». J’ai brièvement croisé le regard de mon Grognon, et à ce moment j’ai su que je voulais que j’allais épouser cet homme.

Cela doit sûrement paraître logique et simple pour la plupart des gens, mais moi, malgré le mariage réussi de mes parents, j’ai mis très longtemps à le réaliser.

Alors, je ne suis pas sortie de ce restaurant en lui suppliant de me passer la bague au doigt, mais cette idée est née dans mon esprit, une idée qui se faisait toute petite et qui mûrissait bien à l’abri.

Quelques temps plus tard j’ai discrètement commencé à aborder le sujet avec mon Grognon, histoire de tâter le terrain. Et bien que je ne me souvienne pas précisément de nos discussions, je me rappelle avoir été très surprise car il semblait y songer lui aussi. Mais ce n’était pas le moment car je n’avais pas fini mon doctorat.

…suivi d’une demande

Une fois diplômée, j’ai trouvé du travail à 500km de chez nous. Un CDD de 2 ans, en Allemagne, plutôt bénéfique pour mon CV. Mon Grognon d’amour n’a pas hésité une seule seconde à quitter son poste pour me suivre à l’autre bout du monde dans le grand Nord. Alors isolés de notre famille et de nos amis, le sujet du mariage est revenu sur le tapis, de plus en plus fréquemment et de plus en plus sérieusement. Et un jour, durant l’été dernier, mon Grognon lâcha comme si de rien était : « Je pense finalement que c’est une bonne idée de se marier l’an prochain. Il faut que j’aille te choisir une bague. » et s’en alla vaquer à ses occupations. Sur le coup je n’en ai pas cru mes oreilles.

Firework

Crédits photo : Maf 04

Voilà ce qui s’est passé dans mon esprit à ce moment 

Quel culot ! Bien sûr je n’avais rien contre le fait d’avoir une nouvelle bague, mais je devais donc attendre une demande officielle qui pouvait arriver à tout moment. Mon Grognon y tenait et je dois t’avouer que ce fut les 6 semaines les plus longues de ma vie. C’était terrible de savoir qu’on allait se marier sans pouvoir le dire à personne. Et à chaque fois qu’il mettait ses mains dans sa poche je le voyais sortir ce petit écrin tant attendu. Pour la petite histoire, mon plus grand faux-espoir eu lieu chez ses parents, il m’a semblé, l’espace d’un instant, qu’il dissimulait une petite boîte rouge sur une étagère, mais alors que nous allions rentrer chez nous et qu’il ne s’était toujours rien passé je suis discrètement allée voir, et il ne s’agissait en fait que des allumettes avec lesquelles il avait allumé le barbecue…

Mais cette attente ne fut pas veine puisqu’un beau dimanche matin de septembre, alors que je me réveillais doucement, je l’entends farfouiller dans son chevet, pour finalement poser sur mon oreiller un merveilleux écrin rouge dans lequel se trouvait… ma précieuse ! Enfiiiin !!! C’est avec une voix pleine d’émotions que mon Grognon d’amour me demanda si j’étais toujours d’accord de devenir Mme Grognon. Bien sûr que j’ai dit oui !

Et voilà comment nous nous sommes fiancés dans la plus simple intimité.

Bague de fiançailles Mlle Myrtille

Crédits photo : Photo personnelle

Rien que pour toi, la photo de ma précieuse. C’est un « toi et moi » (car les deux pierres partagent un même crochet) composé d’un diamant et d’un rubis

Comme je ne tenais plus, j’ai été incapable d’attendre un retour en Alsace pour annoncer la nouvelle de vive voix à nos proches et du coup nous les avons directement appelés après notre petit déjeuner. Effusion de joie, bouteilles qui s’ouvrent pour l’occasion… Juste ce qu’il fallait de bonheur pour me propulser directement sur un petit nuage de paillettes (duquel je ne suis pas prête de redescendre).

Alors contrairement à ce que tu pourrais croire, je suis à présent une bride-to-be complètement accomplie et assumée. Je me suis même découvert une passion pour mon mariage, et les mariages en général en fait, et c’est d’ailleurs bien pour ça que je viens t’en parler.

Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais …

Et toi, as-tu aussi mis du temps à réaliser que tu voulais te marier ? Ou bien en as-tu toujours eu envie ? Combien de temps as-tu patienté pour avoir enfin ta bague ? Raconte-moi tout !

 

Après 7 années d’aventures fabuleuses j’ai eu le bonheur de dire oui pour la vie à mon Grognon d'amour en Septembre 2016. C'est la musique qui nous a réunis, et c'est donc tout en musique que nous avons célébré notre mariage dans notre beau vignoble Alsacien. Une jolie fête conviviale surfant légèrement sur la vague rétro-champêtre, plein de DIY et tout nos proches pour partager notre bonheur. Ayant trouvé une tonne d’inspiration grâce à toutes mes ''grandes sœurs'' chroniqueuses c’est avec beaucoup de plaisir que je vais pouvoir à mon tour partager mes trucs et astuces mais aussi mes doutes et questions existentielles.

Commentaires

  • Avatar
    Mademoiselle Frisette
    Répondre
    20 mai 2016

    Ah ça me rassure, il n’y a pas que moi qui passe de garçon manqué à bride-to-be passionnée depuis que je sais que je vais me marier! hihi

  • Avatar
    Mademoiselle Salade de Fruits
    Répondre
    20 mai 2016

    Une trop jolie définition du mariage tu nous donnes là…. Trop d’ émotions !! alala !
    J’adore le coup du « faut que j’aille t’acheter une bague » en mode jte préviens un peu quand même histoire de vérifier que tu es d’accord ! C’est choupinou !!!!!

  • Avatar
    MlleSnowhite
    Répondre
    20 mai 2016

    Emotion quand tu nous tiens ! Très très chouette !

  • Avatar
    Mademoiselle Ambrym
    Répondre
    20 mai 2016

    J’adore lire les histoires de demandes des unes et des autres, chaque histoire est originale et correspond aux couple qui la vit. Pour un garçon manqué très rationnel tu as vite intrégré le monde merveilleux des licornes à paillettes 😉

  • Avatar
    Mademoiselle Peach
    Répondre
    20 mai 2016

    Haha, une copine d’enfance ! j’ai aussi un frère et des tas de cousins, alors petite, c’était super nintendo, foot dans le jardin et petites voitures, et je délaissais ma dinette au grand désespoir de ma mère ! lol Comme quoi on peut très bien changer en grandissant 😉

    C’est une très jolie demande, intime et pleine d’émotions je trouve, ton article est très beau et plein de jolies choses bien écrites <3

    Je découvre en tout cas certains points communs avec toi (la gourmandise en premier !!! la découverte d'une passion pour le mariage aussi ^^) ! 😉

  • Avatar
    Mademoiselle Afro
    Répondre
    20 mai 2016

    Oooooh que c’est mignon 🙂 je trouve cela d’autant plus beau quand on en rêve pas spécialement et que les choses s’enchaînent de manière naturelle 🙂

  • Avatar
    Piso
    Répondre
    26 mai 2016

    Merci pour cette belle chronique. J’aime beaucoup les différentes demandes en mariage. On arrive bien voir la dynamique du couple au travers de la demande. La votre est très belle dans sa simplicité. Vous avez l’air d’avoir une belle complicité entre vous.
    Et je te rassure tu n’es pas la seule que les préparatifs de mariage ont changé. Moi c’est arrivé après le mariage. Je suis devenue super émotive après le mariage alors que je l’étais pas du tout avant. Et surtout je suis devenu passionnée par les mariages!

  • Avatar
    Mademoiselle Geekette
    Répondre
    12 juillet 2016

    Oh mais, mais… Le choc en voyant ta bague de fiançailles : la mienne est (presque) identique. J’ai une émeraude à la place du rubis, mais sinon c’est la même !! [je ne sais pas trop si c’est quelque chose qui se dit, maintenant que j’y pense. Mais elle est tellement belle (et j’aime tellement le fait qu’on appelle ça une « Toi et moi ») que je voulais partager ma joie *_*]
    J’aime beaucoup ton article, ça me rassure de lire tes impressions et ce que tu dis dans l’un de tes commentaires sur le parcours initiatique, c’est parfaitement ça.
    J’ai souvent le sentiment de vivre un ascenseur émotionnel, me surprenant parfois à m’énerver toute seule à cause d’un devis qui traîne ou d’une « super-photo-qui-correspond-tout-à-fait-à-ce-que-je-veux-depuis-toujours » vue mais par épinglée sur Pinterest^^
    Profites bien des derniers mois 🙂

Poster une réponse