Envisager un mariage quand on n’a plus de Maman

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cet article. Pour toute la vague d’émotions que ça ferait ressortir. Et, en bonne Madame Sunshine, je n’aime pas trop pleurer ou être triste – mon truc à moi, c’est les (sou)rires, la fête, la bonne humeur, les ami(e)s, la joie.

Mais je sais d’avance, au moment où j’écris ceci, que je vais finir avec les larmes aux yeux – et je m’excuse d’avance si tu finis ta lecture comme moi.

Envisager un mariage quand on n’a plus de Maman

Crédits photo (creative commons) : Katsu Nojiri

Un manque…

Lorsque Monsieur Omdemavie m’a demandée en mariage, je n’étais que bonheur, guimauve et chamallow. C’était la fête dans ma tête, jusqu’à ce qu’un soir un truc tout con m’arrête : je me suis vue partir dans des essayages de robe de mariée… Et ma mère était absente du tableau.

J’avais déjà accompagné des copines qui allaient se marier dans les boutiques de robes, et leur mère était toujours là. Que ce soit pour dire des choses agréables ou non, elles étaient là pour leur fille. Et j’avais toujours trouvé ça touchant (malgré les crises de nerfs que ça provoque parfois pour la future mariée !).

À m’imaginer faire cet exercice sans ma mère, sans voir son regard fier/ému/désapprobateur (choisis ton option – quoique, les trois ensemble ça peut aussi marcher, dépendant des mamans !), je peux te dire que j’ai déprimé d’un coup.

Vois-tu, ma mère est décédée 4 ans avant la demande en mariage, lorsque j’avais 25 ans (et ma mère était jeune, moins de 50 ans, ce qui avait vraiment été un coup de massue pour tout le monde). C’était donc un événement assez « récent ». Les deux premières années, je pouvais avoir de gros coups de blues et pleurer toutes les larmes de mon corps – et vouloir n’en parler à personne, rapport à mon envie d’être toujours joyeuse, toussa toussa.

Et après… ? J’avoue avoir éludé pas mal de choses au fil des mois pour ne pas souffrir, être forte, aller de l’avant.

La seule chose qui pouvait me faire pleurer, c’était des choses très fortes, comme sentir son parfum ou entendre sa chanson préférée. Sinon, je pensais plutôt à elle de manière positive et sans nostalgie, dans la mesure du possible (elle détestait me voir malheureuse !).

Or, dans mon imaginaire, une étape telle qu’un mariage représentait forcément plein de choses où son absence était inconcevable : des discussions interminables en famille sur le lieu, la liste des invités, la déco ; des conseils sur ma tenue ou celle des autres…

Et j’ai visualisé mon père, qui serait seul à m’épauler dans cette aventure. Puis le jour J, sa cruelle absence, alors que j’aurai tant aimé la voir fière de moi, heureuse aussi de m’aider à faire un mariage « comme je veux »… Parce qu’elle m’avait toujours dit que son mariage à elle n’avait pas vraiment été à son image – elle rêvait d’ailleurs de refaire une cérémonie de renouvellement de vœux ! – et que si ça devait donc m’arriver un jour, elle voulait me laisser le champ libre…

Tout ça m’a brisé le cœur.

Monsieur Omdemavie a donc trouvé, ce soir-là, sa fiancée dans une mer de larmes, pétrie de doutes et de peur, qui ne savait plus si elle avait envie de se marier et de célébrer un tel événement quand une personne si chère allait manquer à l’appel. Mais c’est lui qui m’a aidé à sortir la tête de l’eau et à relativiser.

Envisager le mariage sans ma mère…

Oui, ma mère allait me manquer dans toutes les étapes de la préparation de ce mariage, tout comme elle me manquerait chaque jour où je penserai à elle et lors des étapes importantes de ma vie.

Mais j’avais Monsieur Omdemavie, mon père, mon frère, et plein d’autres proches dont des supers ami(e)s sur qui compter.

Oui, mon père allait être très heureux pour moi mais aussi très triste de ne pas être auprès de sa chère épouse pour célébrer le mariage de leur fille. Mais il serait fier pour deux, et ravi que ce jeune homme, que sa femme aimait beaucoup, se marie avec sa fille.

Oui, je ne pourrais pas bénéficier de ses précieux conseils et de son aide et, le jour J, j’aurai sûrement un pincement au cœur de ne pas la voir sourire/pleurer et me serrer dans ses bras. Mais elle serait quand même « quelque part » et peut-être même qu’elle me ferait un signe, qui sait…

Toutes ses réflexions m’ont beaucoup aidé, et c’est aussi pour ça que je veux les partager avec toi, en espérant que ça t’aide aussi si un proche doit manquer à l’appel le jour de ton mariage.

Pour ma part, je ne dis pas que le parcours a été facile au fil des mois de préparatifs, malgré le soutien de mes proches et mon envie de positiver…

J’ai failli pleurer lors d’un essayage de robe, en pensant à ma mère qui aurait tellement aimé me voir dans des robes de princesse. J’ai vu l’émotion dans les yeux de mon père lorsqu’il m’a dit, lors du mariage civil ou de la cérémonie laïque, que ma mère devait être fière de moi « de là-haut ». J’ai croisé des gens lors des préparatifs qui ne me connaissaient pas forcément bien et qui remuaient le couteau dans la plaie sans le faire exprès, en évoquant la figure maternelle – j’ai l’exemple d’un prestataire qui m’avait sorti une phrase du style : « j’imagine que vous voudrez revenir avec votre mère ». Gloups.

Mais de cette tristesse, j’ai fait du courage, et je me suis dit que, plus que tout, je voulais que ma mère me voit heureuse de là où elle était.

Et je n’idéalise pas ma mère : elle n’était pas parfaite. D’ailleurs, avec son fichu caractère, ce n’est pas dit que, si elle avait été là, tout se serait forcément bien passé, mais elle avait des qualités et des dons incroyables qui font que je l’adorais et, surtout, elle m’aimait et elle ne voulait que mon bonheur.

Voilà, à ce stade, je suis forcément toute émue. Mais, les filles, j’ai envie de finir cet article sur une note positive.

Je sais que ma mère est là, quelque part, et qu’elle m’a accompagnée d’une façon ou d’une autre dès que j’ai eu besoin d’elle, et pas seulement pour le mariage. Elle est partie car la vie n’était plus faite pour elle, mais je suis sûre qu’elle ne m’a jamais abandonnée, et c’est aussi pour elle que je veux rester le cœur en joie.

Et, si votre chère Maman fait toujours partie de votre vie, permettez-moi un seul petit conseil : même si les relations sont difficiles avec votre mère, ou même si parfois vous aimeriez qu’elle oublie de vous appeler, de vous engueuler, ou de vous faire des remarques sur votre vie…

N’oubliez pas de lui dire que vous l’aimez telle qu’elle est.

Parce qu’on a qu’une seule Maman.

Et toi, partages-tu les préparatifs de ton mariage avec ta Maman ? As-tu un proche qui te manquera beaucoup lors du jour J ? Raconte-moi…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



30 commentaires sur “Envisager un mariage quand on n’a plus de Maman”

  • Moi aussi je pleure. ET ça tombe bien parce que je comptais justement rendre visite à ma mère (et mon père) aujourd’hui avec ma fille.

  • Moi qui ai déjà été émue mais qui n’avait jamais pleuré pour une chronique, bhe voilà. Ton but n’était pas là, mais tes mots sont tellement justes. Je retiens surtout ton envie de rester positive, joyeuse, et ton immense courage de muer cet expérience difficile en encore plus de force! (mais on est plus forts à deux 🙂 ) Je t’admire.

  • Ce que je te comprends! ma chère maman ne m’a jamais aussi cruellement manquée que le jour de mon mariage. Elle est partie quand j’avais 5 ans donc j’avais « l’avantage » d’avoir appris à faire sans elle ce qui m’a facilité les préparatifs. En plus ma belle mère a fait tout son possible pour combler les trous (m’acheter ma robe de mariée par exemple). le jour J c’était beaucoup plus dur surtout pendant la cérémonie religieuse, à un moment j’avais le coeur lourd et quand je me suis retournée mes 3 soeurs étaient en larmes, inutiles de dire que j’ai eu du mal à cacher mon émotion…

  • Je trouve ta chronique émouvante ! Je n’ose imaginer ce que je ressentirais si ma maman n’était pas là. Comme le dis ton papa elle doit sans doute être très fiere de toi.

  • Un bel article que voilà et très émouvant. C’est vrai que lorsqu’on perd un parent ou que celui-ci est absent de nos vies, il y a des événements comme le mariage qui sont difficiles dans la vie de leurs enfants notamment quand ils deviennent des adultes.

  • Oh Ben j’ai versé quelques larmes moi aussi ! Pourtant ce texte est débordant d’amour et de notes positives. Mais la justesse de tes mots a eu raison de mes larmes.
    Je ne peux pas comprendre ce que tu vis, mais je peux te dire qu’en effet, même si les mamans sont parfois envahissantes dans la préparation du mariage, il est important de mesurer la chance qu’on a de pouvoir se disputer sur se genre de broutilles. Bonne continuation à toi.

  • Bravo pour cet article. Il est très bien écrit et plein d’émotions. Ce que tu vis, je ne peux le comprendre mais je n’imagine pas ce que j’aurais fait sans ma mère ce jour là ( Et tous les autres de ma vie d’ailleurs ) . Et tu as bien raison, on oublie parfois de dire aux gens qu’on aime tout ce qu’ils représentent, tant on pense qu’ils seront toujours là. Merci de nous le rappeler.

  • J’ai fini en pleurant aussi, tellement cet article est beau et plein d’amour. Elle n’est plus là, mais on sent qu’elle t’accompagne toujours et c’est tellement fort.
    Je comprends ton ressenti par rapport aux signes tout ça.. Peu de temps après l’annonce du mariage, une de mes amies proches est décédés. J’ai très très mal vécu cette période. Le jour de ses obsèques devait être le jour de mes premiers essayages. J’ai décalé à la semaine d’après et je n’ai pu m’empêcher de penser à elle tout le long, comme si elle était là.
    Lors d’un salon du mariage, j’ai entendu une chanson qui portait son nom et qu’on avait mis à ses obsèques. Plutôt que de m’effondrer, j’ai pris ça comme le signe de sa présence, comme un clin d’oeil et ça m’a fait sourire.
    La plus belle façon de lui rendre hommage a été pour moi de penser positif le jour J, de ne profiter de chaque instants, de regarder tous ces gens sourires. Nous avons fait un lâcher de lanternes, en ayant une grosse pensée pour elle.
    Après, c’était une amie proche, et je ne sais pas si on peut comparer ça avec une maman. Je ne pense pas. Quoiqu’il en soit, ton témoignage est vraiment très beau, elle doit être très fier de toi.

  • Merci
    Une remarque suite à la phrase malheureuse de ce prestataire qui voulait pourtant être gentil : on doit tous/toutes se souvenir qu’on ne connait pas les situations des gens et donc qu’il faut se garder de juger par exemple (je pense que ça nous arrive à tous). Et apprendre à dire « si vous voulez revenir avec une personne qui vous est proche, cela est possible », sans citer « votre mère » ou qui que ce soit d’ailleurs !
    J’espère que c’est l’émotion positive qui a prédominé lors de ton mariage.
    Bises

  • Belle chronique qui m’a mis les larmes aux yeux. Je te trouve très courageuse d’avoir fait le choix de positiver et d’aller de l’avant. Venant tout juste de me fiancer, tes mots m’interpellent et me font réaliser que je dois profiter de la chance que j’ai d’avoir encore ma maman pour m’accompagner.
    Merci à toi.

  • J’ai perdu mon père au collège et c’est vrai que même si on « s’habitue » à cet état, le mariage fait partie des évènements de la vie où on sent beaucoup plus ce manque… Ca fait ressortir des choses: pour moi c’est la question de qui m’accompagnera sur l’allée lors de la cérémonie laïque. Et s’il faut faire un hommage marqué ou pas… Des pensées pour toi!

  • Très bel article. Concernant l’hommage ou pas, voila ce que nous avons fait:

    Mon beau-père (papa de mon mari) est décédé un an 1/2 avant notre mariage religieux (mariage reporté car il était mourant, il nous a fallu 1 an 1/2 pour tout repréparer et surtout en retrouver la force). Notre mariage (1 an 1/2 après) a donc été très chargé en émotion et je sais que cela a été trés difficile pour mon mari de ne pas avoir son papa à ses côtés.

    On a choisi d’évoquer mon beau-père dans les intentions de prière qui ont été lues par nos témoins (ma soeur et son frère). Pour éviter que cela soit trop difficile, c’est ma soeur qui a lu l’intention concernant mon beau-père (on craignait que cela ne soit trop difficile pour mon beau-frère).

    On avait aussi plusieurs bougies sur l’autel (pour les défunts récents de nos famille et donc une pour mon beau-père), on a pas insisté sur la signification, cela avait un sens pour nous et nos familles.

    Et surtout, comme nous nous sommes mariés à quelques kilomètres de là où il repose, mon mari et moi sommes alles nous recueillir sur sa tombe (après le mariage et le vin d’honneur, avant d’aller sur le lieu de réception). Nos familles savaient où nous allions et ont respecté notre souhait d’y aller seuls.

    Ça semble peut-être ridicule mais je tenais à ce qu’il me « voit » dans ma jolie robe. On a récité une prière et on a déposé un bouquet: on avait fait réalisé un petit bouquet dans les mêmes tons que mon bouquet de mariée pour le déposer sur sa tombe. C’était mon idée et je sais que cela a beaucoup touché mon mari (qui n’aurait pas « osé » me le demander) et cela avait un sens pour nous.

  • Je te comprends tous a fait…
    Jai perdu mon père quand j’avais 15ans … lorsqu j’ai eu mes enfants jai pleurer des jours car il ne le connaitrons jamais… je dois me marié dans un peu plus d’un an et c’est vraie que so absence va etre très dur… car javais toujours imaginer que cest lui qui me conduirais a l’église et la mairie que je ferais une de mes dances avec lui…. bref (a l’écrire j’ai les larmes qui coul )
    maintenant ce jour la jespere qu il seras fiere de moi…

  • Merci pour ce bel article. J’ai perdu ma maman un an avant la demande en mariage, nous nous sommes mariés le mois dernier, je me retrouve complètement dans ton article. Elle m’a beaucoup manqué lors des préparatifs et mon sentiment s’est emplifié quand j’ai enfilé ma robe (enfin quand mes témoins m’ont aider à l’enfiler), puis à l’arrivée à la mairie et quand M le Maire a cité le nom de nos parents respectifs. J’avais choisi ses fleurs préférées pour mon bouquet, mes centres de tables et toutes les compositions florales et je portais son alliance à ma main droite (c’était mon « quelquechose de vieux », parce que 40 ans de mariage, ça use une alliance 😉 ). Elle était avec nous d’une certaine façon, en tous cas, on a pensé à elle très fort. J’ai une photo magnifique, pas du tout posée, mais au même moment, ma soeur et moi avons levé les yeux vers le ciel et on avait la même expression, une de mes photos préférées de notre mariage.

  • Bon bin j’ai les larmes aux yeux aussi!
    Surtout que j’ai failli perdre ma mère, il y a quelques années, donc je peux comprendre…
    En tout cas, bravo pour ton optimisme…

  • Oh ben c’est malin! J’ai voulu lire ça discrètement au boulot et maintenant j’ai larmes aux yeux!!! Pas top la discrétion 🙂
    En tout cas, ton article est vraiment touchant, de mon côté c’est mon futur qui n’aura pas sa maman le jour J et ça me bouleverse autant que lui…

  • Je vis la même chose.Je me marie le 14 mai 2016 et ma maman ne sera pas là.Partie brutalement il y a trois ans,je me sent seule face à ces préparatifs.Heureusement mon père est là ainsi que mes trois soeurs dont la dernière n’a que 17 ans.J’imagine déjà les larmes lors de l’habillage….

  • Cet article j’aurais pu l’écrire tant je m’y retrouve. Je me marie le 5 septembre et ma maman ne sera pas là (mon papa non plus d’ailleurs). elle est décédée brutalement il y a 5 ans. Disparition d’autant plus difficile que j’attendais ma 2ème fille qui est née 1 mois jour pour jour après son décès. Il y a 5 ans je disais haut et fort qu’il n’était plus question de me marier car il m’était impossible de le faire et de le préparer sans elle…Finalement le temps fait son travail et j’ai quand même dit oui quand mon amoureux a enfin fait sa demande. Alors oui elle me manque dans chaque étape de la préparation mais je veux que ce soit une belle journée malgré tout. Ma belle-maman a essayé également de compenser le manque en venant avec moi aux essayages de ma robe et en m’offrant la moitié du prix de celle-ci. Et puis ma maman sera en quelque sorte avec moi ce jour là: j’ai décidé de recycler un accessoire de sa robe de mariée (une rose en tissu) que je mettrai dans mes cheveux.
    Malgré tout plus le mariage approche et plus je pense à elle et bien souvent les larmes sont au rendez-vous…Parce qu’une maman est unique et irremplaçable et que dans ces moments là (mariage, naissance…) on a besoin d’elle. Merci pour ce bel article.

  • Merci pour ces jolis mots, je pense que tu as touché toute la communauté. Je vis un peu la même situation, à la différence que c’est mon père, et qu’il n’est pas décédé, mais atteint d’une pathologie psychiatrique qui me l’a enlevé il y a déjà plusieurs années. Je n’ai plus de contact avec lui. J’ai beau avoir appris à vivre avec, c’était une très belle personne et savoir qu’elle a disparu et ne sera pas là le jour de mon mariage me fait remonter certains souvenirs que j’aimerai mieux oublier.

  • Merci à vous les filles pour tous vos adorables mots, et pour tous les témoignages que j’ai lus ici et qui m’ont beaucoup touchée.
    Si cet article a provoqué quelques larmes chez certaines, ce n’était pas le but, alors gardez le sourire 😉
    C’est sûr que le jour J il peut y avoir une petite vague de tristesse qui passe à l’évocation d’un nom, d’un symbole… mais pour ma part cela a été très rapide et la joie a ensuite repris le dessus. Après tout, la vie continue, et quoi de plus beau qu’un mariage (ou une naissance) pour nous le rappeler !
    Surtout que l’on trouve toujours une manière de rendre un hommage à ceux que l’on aime dans ces moments là, même s’ils ne sont plus « physiquement » avec nous, l’important c’est de ne pas les oublier.
    Demain à l’île Maurice c’est justement la fête des mères, et je compte bien allumer une bougie en son honneur… le sourire aux lèvres, en me rappelant des bons moments passés ensemble 🙂

  • Mon père est mort il y a 7 ans, très brutalement car il a été atteint d’un cancer du pancréas qui l’a emporté en moins de trois mois alors qu’il était en pleine santé. Alors que mon fils se marie dans trois mois, c’est dur de se dire qu’il ne sera pas là pour partager ce bonheur avec nous. En fait, il faut savoir dire à ceux à qui on tient combien on les aime quand on le peut…

  • Pour moi aussi, les larmes sont au bord des yeux, à la lecture de ton article qui est si bien écrit et si beau …
    Je ne peux pas comprendre ce que tu as ressenti car une maman joue un rôle vraiment particulier dans la préparation d’un mariage, mais je comprends ce que tu dis lorsque tu parles de la perte d’un être cher ..

    Pour notre mariage, j’ai prévu plusieurs petits symboles, que tout le monde ne comprendra pas, ou ne remarquera pas forcément, mais qui me rappelleront qu’Elle est là avec moi, et qu’Elle aurait été ravie d’être parmi nous en ce jour si particulier ..
    Je verrai bien si j’arrive à ne pas trop pleurer …

    En tout cas merci pour ce bel article !

  • Comme toi, je n’ai plus ma maman, ni mon papa. Effectivement à certains moments clés des préparatifs, ils manquent. L’essayage de la robe, nous défendre face à une belle-mère odieuse… (;-D), mais finalement ce n’était pas si difficile. Peut-être parce que le temps avait déjà fait son oeuvre. En tout cas, c’est ce que je pensais jusqu’à la cérémonie civile. Je n’avais pas anticipé que leurs noms seraient prononcés par Monsieur le Maire. A ce moment là, ils étaient présents, ça m’a beaucoup touchée et j’ai pleuré.

  • Je te comprends parfaitement. Ma mère est partie rejoindre son créateur le 25 septembre 2012. J organise mon mariage qui aura le le 19 septembre. J ai versé quelques larmes en lisant ton texte. Je comprends ton ressenti.

  • J’ai la trentaine, je suis mauricienne et mariée civilement avec un français il y a 3 mois de cela en France. Je suis en plein préparatifs de notre mariage religieux à l’île Maurice. Préparatifs qui se déroulent sans ma maman que j’ai perdu il y a 2 ans (saleté de cancer). Maman qui avait un vrai caractère de cochon mais qui débordait d’amour pour moi sa fille unique. Je ne pleure pas tout le temps en pensant à elle parce que je suis une fille qui aime la vie, qui aime rire et qui aime penser à ma maman dans les moments où elle était heureuse… Que de points communs… Je n’ai bien sûr pas su retenir mes larmes. Merci Madame Sunshine pour ce partage

    • Merci Madame Sourire pour ton témoignage, que de points communs en effet ! Je te souhaite le meilleur pour la suite et garde le sourire pour le mariage religieux. Des émotions telles que celles-ci sont importantes pour nous rappeler de profiter de la vie et de chaque instant partagé avec des personnes que l’on aime !

  • Je me marie au mois de juillet de cette année 2017 et ma maman est décéder tragiquement en avril de l’année dernière. C’était son choix de partir. Elle savait qu’on voulait se marier. Plus la date approche plus j’ai du mal. J’aimerais quelques conseils pour éviter de craquer. Pareil que toi pour les essayages s’était très compliqué, heureusement que je m’entend très bien avec ma belle mère car je l’a connais depuis que j’ai 5 ans, elle m’a beaucoup soutenu. Mais j’ai pleurer en rentrant de l’essayage dans les bras de mon compagnon.
    J’ai lu ton article et j’ai pleurer car sa me fait penser à ma mère et je trouve pas de solution pour être plus zen.
    Bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *