Episode 4 : l’appréhension d’annoncer son mariage

Aujourd’hui, je ne vais pas te parler de paillettes, de licornes ou d’arc-en-ciel, mais plutôt d’une histoire un peu plus personnelle.

Mariage mixte, et mixité des réactions

Je vais tout d’abord t’expliquer le contexte. Je viens d’une famille de confession musulmane et monsieur R. d’une famille disons, catholique non pratiquante. Il est baptisé mais ça ne va pas plus loin. Depuis toute petite, ma mère m’a toujours dit qu’il était important que je me marie avec une personne partageant la même culture (comprends qui vient de la même île, de la même ville, limite du même quartier !) et de même confession que moi. Oui mais voilà, je suis têtue ça ne se commande pas.

Plage de maloudja

Crédits photo : Photo personnelle

Plage de Maloudja aux Comores

Dans mon pays d’origine, dans lequel j’ai passé 14 années de ma vie (sous le soleil et les cocotiers) avant de revenir vivre en France, le mariage est une institution qui a une place très importante dans la société. Je dirais même qu’elle régit la vie des habitants. On pense mariage, on vit mariage. Les festivités durent plusieurs jours, absolument tout le monde est invité, et quand je dis tout le monde, c’est toute la ville (heureusement que mon île n’est pas très grande), et c’est une fierté d’annoncer le mariage de sa fille ou son fils avec un enfant de « bonne famille ». Oui, tu as bien lu, de « bonne famille ». Les mariages mixtes ne sont pas monnaie courante, car pas vraiment encouragés.

Cérémonie du henné

Crédits photo (creative commons) : Nawalescape

Je pense que c’est la raison pour laquelle mon grand frère a attendu le dernier moment pour annoncer qu’il se mariait (pour lui aussi, il s’agissait d’un mariage mixte) et l’a donc fait sans nos parents qui vivent là-bas. Et pourtant ce choix est accepté plus facilement lorsque c’est un homme qui se marie avec une femme qui n’est pas musulmane que lorsque c’est une femme qui fait cette démarche. Oui, c’est complètement injuste.

Je respecte totalement son choix, il n’avait pas envie de se justifier, mais pour ma part, je veux que mes parents soient présents pour ce jour si important. C’est pourquoi je me suis dit qu’un an avant le D. day, cela leur laisserait le temps de se faire une raison et d’accepter mon choix.

Cela faisait trois ans que j’étais avec Monsieur R. lorsqu’il a fait sa demande, et pour moi, c’est LA  personne qui me correspond, et je n’ai que faire des pseudos différences culturelles ou religieuses. Nous nous aimons, nous voulons passer le reste de notre vie ensemble, et c’est tout ce qui compte.

Dans la famille de Monsieur R., bien loin de toutes ces traditions, j’ai toujours été très bien accueillie, je m’entends super bien avec belle-maman et beau-papa, j’ai beaucoup de chance, et ses frères et sœur sont également adorables. L’annonce de notre mariage à sa famille ne m’inquiétait pas du tout. Au contraire, on avait hâte de leur annoncer la bonne nouvelle. Ils étaient tous très contents d’apprendre nos fiançailles, d’ailleurs, ils attendaient cette annonce avec impatience, le frère de Monsieur R. ayant « ouvert la marche » un an plus tôt.

C’était donc à mon tour d’annoncer la nouvelle à ma famille, qui se trouve à plus de 10 000 kilomètres de nous.

Comment l’annoncer ?

J’ai décidé de le faire par écrit, car je redoutais la réaction de mes parents. J’ai rédigé un long mail à chacun d’entre eux (ils sont séparés depuis de nombreuses années), ainsi qu’à deux tantes, une cousine et un oncle avec qui je suis restée proche malgré la distance.

Je leur ai expliqué grosso modo que j’étais consciente que ce n’était pas ce qu’ils avaient prévu pour moi, que je sais que le mariage chez nous est important et ne doit pas être pris à la légère, qu’on ne partage pas la même religion mais que cela ne changeait absolument rien pour moi. Et surtout, je leur ai dit que ce que je voulais plus que tout, c’est que ma famille soit à mes côtés ce jour-là, même si le choix que j’ai fait n’est pas celui qu’ils auraient fait pour moi.

J’ai envoyé tous les messages le même jour et…

J’ai attendu…

Toutes les réponses que j’ai reçues étaient du même ordre : est-ce que tu as bien réfléchi ? Mais comment vous allez faire pour élever vos enfants ? Et si un jour tu veux revenir vivre dans ton pays d’origine et que lui veut rester chez lui ? Et si, et si, et si ?

Le message de mon père m’a particulièrement touchée, et bouleversée. Lui qui d’habitude n’est pas de nature à exprimer ses sentiments, m’a avoué avoir été blessé que je lui annonce que j’avais dit oui. Vois-tu, chez moi, la famille du futur marié, se rend chez la famille de la future mariée pour faire la demande. C’est très cérémonieux, même si les deux amoureux se sont déjà dit oui rien que tous les deux, cette étape est primordiale car elle montre que la famille du fiancé respecte assez l’autre famille pour se déplacer et demander la main de la jeune fille. Oui, c’est bourré de protocoles !

Alors il aurait aimé que je le consulte, que je lui demande son avis, ou mieux, il aurait peut-être préféré que Monsieur R. fasse cette démarche.

Malgré les gros « mais » que j’ai reçus en réponse, tous les messages se sont finis par : ce n’est pas le choix que j’aurais fait, mais je t’aime et si c’est ton choix, ce qui compte pour moi c’est ton bonheur. Ils l’ont tous exprimé chacun à leur manière, mais tous ont fini par accepter mon choix. Cela a pris du temps, il y a même eu de nombreux échanges, pour vérifier si j’étais vraiment, vraiment, vraiment sûre de moi, mais je n’ai pas envisagé une seule seconde de changer d’avis.

Cette période n’a pas été facile mais je suis contente d’avoir pris mon courage à deux mains (enfin demi-courage car je l’ai annoncé par écrit), et surtout de l’avoir fait aussi tôt car maintenant, ils sont impliqués dans l’organisation malgré les milliers de kilomètres qui nous séparent.

Union de 2 familles

Crédits photo (creative commons) : Pixabay

Ce que je veux te dire avec cet article moins fun que d’habitude, c’est que si tu as trouvé la personne qui est faite pour toi, ne laisse pas les différences (de couleur, de religion ou de goûts musicaux !) vous séparer. Tes proches finiront par s’y faire.

Et toi, y a-t-il une personne à qui te redoutes d’annoncer la bonne nouvelle ? Comment comptes-tu le lui annoncer ? Dis-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



18 commentaires sur “Episode 4 : l’appréhension d’annoncer son mariage”

  • Ouf que ce ce soit bien passé finalement!..
    Chez nous aussi l’annonce était un peu tendue, même si je ne m’y attendais pas du tout (naiveté de la fillancée!). Ma famille (juive) était ravie, mais la sienne (catholique) nous a directement bombardés de questions « inquiètes » (l’un de vous va t il se convertir? quelle cérémonie allez vous faire.? comment allez vous éduquer vos enfants?..) et ils ont même été jusqu’à faire du lobby auprès de ma famille.. enfin bon le jour du mariage, pas de tensions!

  • Je comprends que cela doit être bien difficile à vivre, non seulement de ne pas forcément sentir la joie ou l’approbation de sa famille et en plus de d’entendre leurs doutes. Pour ma part j’ai eu le « bon goût » de choisir un homme d’une région voisine à la mienne et d’un milieu social équivalent, donc pas de souci avec les familles mais je peux imaginer ce que ça peut être en cas de différences religieuses. Mes arrière grands-parents se sont opposés au mariage de leurs enfants pour cause de religion (catho et protestants)… Mes grands-parents ont trouvé la parade, ils ont conçu mon père et comme par enchantement tout le monde s’est mis d’accord. Et ils ont eu raison car ils se sont aimés jusqu’au dernier jour de leur vie.

    • Oui j’avoue que ce n’était pas évident… Mais je n’ai pas craqué sous la pression, et j’ai bien fait!
      En tout cas c’est une belle histoire qui s’est bien finie pour tes grands-parents! Comme quoi même entre chrétiens ça peut être compliqué…

  • Bonjour,
    Je ne suis pas une future mariée mais je lis quand même vos chronique toute plus intéressantes les unes que les autres. Mais celle-ci m’a particulièrement touchée. Pour les « problèmes » qu »elles soulèvent et parce que cela me met toujours profondément en colère quelque soit la religion. En colère parce que des parents n’acceptent pas (ou ont du mal) a accepter l’histoire d’amour de leurs enfants. En colère car leurs enfants sont obligés de prendre des pincettes et vivent certainement des heures difficile.
    Cela m’attriste aussi profondément, pour ces futurs mariés qui ne demande qu’affection, sérénité et bonheur…en retour de quoi ils n’ont que jugement et en plus il doivent fournir les explications à leur histoire d’amour….
    Et là où cela e fait grincer des dents, ce sont ces histoires de traditions (qu’elles quelles soient)… Quand on regarde le passé, ses aïeux, on s’aperçoit très vite qu’il y’a eu bien plus de mixité, d’histoires d’amour rocambolesques que l’on croit.
    Les parents veulent le meilleurs pour leurs enfants. Alors quand ils sourient, qu’ils ne les fassent pas pleurer. Non?
    Cet article m’a vraiment émue….

    • Bonjour Fanny, je suis totalement d’accord avec toi concernant le métissage de nos aïeux, j’ai d’ailleurs moi-même des origines indiennes et yéménites, c’est bien qu’il y a eu du mélange à un moment donné!
      Merci pour ton message plein d’empathie et de bon sens…

  • Mariage mixte aussi pour moi et la première question que m’a posé mon père c’était : est ce qu’il est noir ou blanc ? Détail très important effectivement ! Je te rejoins sur le fait qu’une femme de couleur avec un homme blanc est toujours plus mal vu …. Mais bon vu mon caractère, je n’ai pas pris en compte cette différence culturelle ! C’est bien d’avoir pris le temps de faire cette démarche et d’avoir eu ce retour de tes parents. C’est important de savoir qu’ils sont contents pour nous 🙂

  • Je trouve ça très bien de ta part d’avoir anticiper! Comme tu le dis, une fois l’acceptation passée, il y a l’implication, et ça fait plaisir à voir!
    De mon côté, nous étions tous les 2 chrétiens, habitant dans le même département, pas très loin l’un de l’autre. Mais soi-disant parce qu’il n’était pas de « bonne-famille », il ne me méritait pas. Du moins, c’est ce qu’ils me disaient au début de notre relation. Je pense qu’ils ont eu cette réaction parce qu’ils ne le connaissaient pas, n’avaient pas encore pu voir à quel point cet homme est merveilleux (oui je suis complètement subjective, et j’assume ^^). Il fait maintenant partie de la famille, mais je me doute qu’il doit subsister quelques ragots (dont je me moque bien entendu)!!
    En tout cas, je suis ravie que tout le monde se soit « fait » à l’idée!!!!

    • Merci Béatrice, c’est vrai que c’est difficile à vivre lorsque des jugements sont faits sans aucun fondement, sans connaître la personne en elle-même. Je suis ravie de voir que tout s’est bien terminé en tout cas!

  • Je suis heureuse que ta famille ait (finalement) accepté ton choix, mais je suis désolée pour toi que cela ait été compliqué et stressant…
    Ils seront donc tous présents à ton mariage? Ce sera la première fois qu’ils rencontreront la famille de ton chéri?

    • Mes parents ont déjà rencontré mon fiancé lorsqu’ils sont venus nous rendre visite il y a deux ans, par contre il n’y a encore jamais eu de rencontre entre les parents, donc ce sera une grande première! Il y a une partie de la famille qui fait le déplacement, mais pas tout le monde car cela représente quand-même un budget important…

  • Je suis sincèrement heureuse pour toi que tes parents aient compris ton choix, différent de ce dont ils ont l’habitude, et que tu puisses du coup partager cet extraordinaire moment de ta vie avec eux. Notre monde est malheureusement bien trop ancré dans de vieilles croyances et traditions… si je ne suis pas contre les traditions vues de manière générale qui font partie de notre culture, je trouve dommage qu’elles puissent devenir étouffantes ou qu’elles créent des situations de tristesse… donc voilà, tout ça pour dire : tout est bien qui finit bien et vraiment, c’est génial pour toi ! Maintenant que le plus dur est fait, y a plus qu’à comme on dit 😉

    • Merci mademoiselle Peach, je suis d’accord, je suis moi aussi attachée à certaines traditions, mais pas lorsque ça va à l’encontre du bonheur des autres ou du mien!

  • C’est un article très touchant.
    Je ne dirais pas que tu as un demi-courage du fait que tu leur aies annoncé la nouvelle par écrit. Tu les connais et très certainement très bien et il se peut que ce soit la meilleure des solutions car lorsque tu annonces une « mauvaise » nouvelle, la façon directe (oral) peut se trouver trop brutale.
    Un mail bien rédigé laisse le temps aux personnes d’accuser le coup. Et surtout de penser à une réponse structurée et posée par écrit plutôt qu’une prise de bec spontanée et impulsive en live.
    Je suis très contente que ta famille ait fait passer leur amour pour toi avant les traditions, et surtout que tu aies réussi à les impliquer dans les préparatifs.

    • Merci mademoiselle Myrtille, c’est vrai que le fait de le faire par écrit permet de peser chaque mot et de réfléchir plus longuement à la façon dont on veut dire les choses. Et une fois que c’est fait, c’est fait!

  • Ouh là là, je suis émue de te lire. Je suis heureuse que votre amour soit passé avant tout.
    Et puis, il n’y a pas que quand les religions/couleurs de peau sont différentes qu’on a l’impression de faire un mariage « mixte » … moi-même, mes BP ont beau être bien blancs et bien français, j’ai souvent l’impression qu’ils viennent d’une autre planète 😉

    • Haha comme quoi les différences n’ont rien à voir avec la distance! j’avoue que pour ma part, côté belle famille, je suis très bien tombée, ils sont extras!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *