Mon deuxième essayage, raconté par ma mère !

Comme tu le sais déjà, j’ai trouvé ma robe courte mais j’attendais d’avoir accouché pour me lancer dans la recherche de ma robe longue… Maintenant que j’ai pondu, les choses sérieuses peuvent (re)commencer !

Pour ce deuxième essayage, j’emmène ma mère à Cymbeline où nous rejoignons Madame Yam, notre wedding-planner.

Cette fois-ci, je laisse la parole à ma Maman. Je te retrouverai dans mon prochain billet pour te raconter comment j’ai vécu cet essayage !

essayage_mere_fille

Crédits photo (creative commons) : Agence Tophos

Le récit de ma Maman

Enfin, le signal : la robe de mariée ! Ou plutôt les robes : une pour la cérémonie, une pour la fête. Une courte, une longue. On est princesse d’un jour ou on ne l’est pas ! En passant, un grand merci aux altesses royales qui ont inventé le concept de la double robe et doublement grevé le budget des parents. Bon, ne soyons pas terre à terre, voire mesquine…

Le 19 juin, les deux mouflets sont casés pour la journée, départ à 9 h 30 pour une campagne de repérages et d’essayages. Premier rendez-vous, nous sommes accompagnées d’une charmante wedding-planner, dans un grand magasin du boulevard Haussmann.

C’est un bel endroit, en retrait des allées les plus fréquentées. Le souffle se fait doux. Les voix ne sont qu’un chuchotement. En attendant l’hôtesse (le mot vendeuse paraît bien vulgaire au regard du motif de notre visite), moi, mère de la mariée, je m’installe dans un joli fauteuil rond en simili cuir blanc, tandis que la princesse tâte délicatement de sublimes robes enveloppées dans de fines housses.

Trois ou quatre niches, le long des murs, regorgent de mètres de tulle blanc, de tombées de satin ivoire, crème. De délicats bijoux brillent dans les vitrines. Tiens, les capelines fleuries, ça ne se fait plus ? Ha ! C’était d’un autre siècle, ma bonne dame ! Maintenant, le top, au propre comme au figuré, ce sont les bijoux de tête, petits diadèmes, des headbands. Tant pis pour les capelines, c’est vrai que ces petites choses délicates sont bien jolies !

La future mariée accède au salon d’essayage qui doit bien mesurer la taille de mon petit séjour. L’atmosphère est feutrée. Pour un peu, flotterait dans l’air un suave parfum de old-roses-anglaises. Les murs, d’un blanc poudré, sont garnis jusqu’à un mètre de hauteur de caissons peints en gris délicat. La curiosité pousse à effleurer ces boiseries. Boiseries ? Non, décevant, c’est un papier peint ! Ça en jette quand même ! Des voilages blancs adoucissent la lumière. Rien à voir donc avec la classique cabine d’essayage, qui donne envie de se venger sur cette bonne vieille tablette de chocolat, grande consolatrice (je m’arrête là, ne dévions pas du sujet) !

Premiers essayages, première robe, beurk !!! Non, ce n’est pas ça ! Reine Christina dit “pas de bustier si vous avez les épaules carrées”. Ben oui ma fille, tu es bien charpentée (enfin, désolée, on est bien charpenté). “Ha !” dit l’hôtesse, “je ne connais pas cette expression, carrée, large d’épaule, mais charpentée, non ! C’est amusant !”.

Essayage d’une robe crème : la forme est simple, élégante et glisse sur ses hanches. Le dos de la jupe se termine par une ébauche de traîne, qui allonge la silhouette, les épaules sont habillées d’un boléro.

082-CY-ADRIANA

Crédits photo : www.cymbeline.com

“Bê-bê bê bê bê bê-êlle”, bêlais-je, émue.

“Vous pouvez changer la ceinture, par exemple, pour le soir, la remplacer par la même en fushia… J’ai une idée, j’ai un modèle… C’est un modèle totalement différent, vous verrez.”

L’hôtesse revient. “Voici deux robes, celle dont je vous ai parlée et une autre qui ressemble à celle que vous venez d’essayer.”

Sortie du salon d’essayage. Hou là là !

Une robe de dentelle blanche, rebrodée ! La ligne marque la taille, épouse les hanches, resserrée, sans être entravée. Les reins sont creusés, effet d’un savant drapé. Un top en plumetis habille en transparence les épaules.

“Bêelle…”, disons-nous à l’unisson, les yeux brillant de contentement. Ma Chérie, tu sembles sortie d’un tableau romantique de ces peintres anglais de la fin du XIXe.

Je ne dis pas ça parce que tu es ma fille, mais qu’est-ce tu es belle !!!

La mariée trépigne, glousse, manifestation, depuis ses premiers biberons, d’un ravissement inouï.

“J’ai trouvé, c’est celle-là, c’est celle-là… Je la veux, je la veux ! Trop belle ! Ce n’est pas la peine d’aller ailleurs” ! (Entre nous, il y aurait à écrire sur ces sanctuaires de la robe de mariée !)

Commence ensuite la phase des négociations de la merveille. Si la splendeur a un prix, quelques arrangements permettent au porte-monnaie de la Maman de retarder l’appel au secours auprès du FMI (traduction : le recours au compte épargne du père de la mariée). Mais ça, c’est une autre histoire… inconvenante pour les princesses.

Et toi, as-tu fait tes essayages avec ta mère ou, au contraire, as-tu préféré choisir seule ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



17 commentaires sur “Mon deuxième essayage, raconté par ma mère !”

  • Rhooo c’est trop mignon <3
    Perso, je déteste aller faire du shopping et je suis très très complexée… J'ai donc fait le choix de faire appel à une couturière et en ligne… Osé, mais je me laisse du délais (réception à 8 mois) en cas de soucis…
    En tout cas très jolie chronique pleine d'émotions. Ma môman à moi, elle partage mes idées et réal déco 😀

    • Merci pour ma Maman! ^^ C’est très courageux de passer par une couturière en ligne! Je t’avoue que je n’oserais pas! J’espère que tu auras une belle surprise! 🙂

      • J’espère aussi ! En tout cas son croquis est au top, elle m’a conseillée d’après mes envies et des photos de moi. Très à l’écoute et risque limité tant au niveau du prix qu’au niveau des délais. Mais je t’avoue que si je ne l’avais pas trouvée j’aurais fait appel aux petits chinois, la au moins je peux me regarder dans la glace

  • Hâte de savoir laquelle tu as choisi!! Et génial de faire raconter ça par ta maman…
    Je suis allé au même magasin et j’ai eu droit à un service très médiocre, et une vendeuse qui ne savait non seulement pas du tout conseiller mais qui en plus était mièvre au possible et faisait des ronds de jambe en nous laissant poireauter un temps pas possible

  • C’est beau d’avoir une chronique à travers les yeux d’une maman ! Merci Maman Sakura pour ce beau moment de lecture et de partage !
    J’adore Cymbeline pour leur qualité et goût incroyables. Enfin tous les modèles ne se ressemblent pas, moi j’avais flashé sur Hilana. Elle m’allait outrageusement bien ! Et même si ma chère maman était prête à me l’offrir (elle ne l’avait pas vu, peut-être qu’elle ne m’aurait pas proposé sinon ?! lol), je n’ai pas réussi à me résoudre à faire de tels frais dans une robe d’un jour. Ca a été dur, j’ai changé 100 fois d’avis etc… et au final j’ai trouvé ma robe sur un site chinois. Et je ne regrette pas (j’ai pu l’arranger à ma sauce-entendre lui ouvrir le dos!-grâce à une copine couturière). Nous avons pu partir en voyage de noces grâce à cette (grosse) économie. Mais c’est génial je suppose de vêtir THE robe de ses rêves ! Car oui, il y a la robe qui EST et celle qui le DEVIENT ! (Han! Pauvre Simone qui doit se retourner dans sa tombe !)
    On a droit de savoir de quel modèle il s’agit Mlle Sakura ?

    • Je vais donner un nouvel indice dans ma prochaine chronique mais je ne pourrai pas dévoiler le nom de ma précieuse… Mon Viking a les yeux qui trainent sur le blog ^^

  • Très original comme article…et qu’est ce que ta maman écrit bien! 🙂
    ça me rappelle mon essayage: pour moi, ma maman devait être là, c’est bien l’unique personne qui peut me dire que ça ne me va pas, sans me vexer! 😉

    • Merci pour ma Maman! J’ai transmis vos compliments! ^^
      En effet, je me suis rendue compte que les mamans sont souvent de bons conseils, même quand ce n’est pas agréable à entendre! 😉

  • Hihi je reconnais bien là le magasin Cymbeline du bd Haussman, ta maman le décrit parfaitement bien. Joli moment joliment raconté, bravo à ta maman mademoiselle Sakura (et hâte de savoir le modèle que tu as choisi)!

  • Oh bah tiens, la première robe c’est la mienne !! Robe à laquelle j’avais fait quelques modifications dont la ceinture justement !

    Hâte de voir la robe de cette Princesse alors, de toutes façons, toutes les robes Cymbeline sont canons …

    Quelle chance d’avoir une maman pareille !

  • J’ai fait mes essayages avec ma maman et ma sœur. Un moment génial, à trois, avec des yeux qui brillent, des visages souriants. Le shopping devrait toujours être comme ça !
    Félicitations à ta maman : j’adore son style

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *