Mes essayages express – Partie 1

Et c’est avec encore du retard (deux ans ont passé *n’en reviens toujours pas*) que je reprends la plume. Je dois t’avouer que j’ai longtemps bloqué sur un article, outre le fait que la vie m’a offert un joli cadeau qui occupe beauuuuucoup de temps.

Cet article que je n’ai pas réussi à écrire

Je tenais à l’écrire parce que je voulais tout te raconter dans l’ordre, mais c’est un sujet douloureux pour moi, et force est de constater que si j’attends de pouvoir l’écrire tu n’aurais jamais la fin de mon récit. Mon seul et unique conseil que je peux donc te donner par rapport au choix du témoin c’est : ne demande pas à quelqu’un de devenir témoin pour une autre raison que « je veux absolument l’avoir auprès de moi le jour J ». Pas pour recoller les morceaux, pas pour faire plaisir, pas pour « ne pas froisser », … ça peut mal se terminer. Ce qui a été mon cas. Heureusement, la « rupture » entre cette copine et moi est, d’une part intervenue assez tôt pour me permettre de me retourner, et d’autre part m’a permis de demander à une personne qui m’est très chère, et avec qui j’avais bien plus d’affinités. Et qui a accepté tout de suite gniiiii <3

Fin de la parenthèse !

Crédits photo (creative commons) : Charisse Kenion

Le vif du sujet : mes essayages !

Dans la chronologie, nous sommes donc restés (si tu te rappelles bien) au mois de novembre où nous avions donc réservé une date (et par la même occasion un traiteur).

En décembre de l’année suivante, les fêtes de fin d’année ont été l’occasion de l’annoncer à toute la famille et nos amis. J’ai donc pu discuter avec ma maman à propos de mes essayages. Il n’était pas question pour moi de faire les essayages sans elle ; vois-tu, ma maman est aussi une de mes meilleures amies. Nous n’avons que peu d’années d’écart et nous nous entendons vraiment bien. Et je lui fais confiance, elle sait me dire ce qui me va ou non. Bref, il fallait qu’elle soit là. Et je voulais aller rapidement essayer ces robes.
Tellement rapidement, que je n’ai pas demandé à beaucoup d’autres personnes de venir. Et que celles à qui j’ai demandé ne pouvaient pas être présentes. Mais peu importe, j’ai réussi à prendre 4 rendez-vous dans 4 boutiques différentes dans un même après-midi. C’était nécessaire si je voulais avoir ma maman avec moi, elle avait trop de travail pour pouvoir prendre 4 demi-journées avec moi. Des essayages express quoi !

La première boutique

Nous avons déjeuné ensemble, et puis nous avons attaqué notre marathon. Nous avons d’abord commencé par une toute petite boutique multi-marques de ma ville, mais qui était surtout revendeuse officielle de la marque Hervé Mariage. Nous avons été accueillies par une dame adorable, la tenancière, puis prise en charge par sa collègue. J’ai pu parler de mes critères, de ce que j’aimais ou pas, de mes incertitudes.

Plusieurs choses étaient quasiment sûres pour moi : un bustier, une forme princesse, fluide ou sirène, pas de manches. De la dentelle et du tulle, surtout pas de tissus qui brillent (type satin). De l’ivoire plutôt que du blanc, voire une teinte « naturelle » (ça commençait à apparaître) ou champagne. Et qu’elle ne soit pas trop tape à l’œil, rapport à ma timidité. Sobre mais élégante en somme.

Comme j’avais besoin de m’ôter d’un doute sur la forme de la robe, j’ai pu essayer 6 robes chez eux (3 sirènes et 3 princesses). Et comme je sais que tu raffoles de robes de mariée, je vais te mettre les photos de touuuuutes mes robes essayées. *clin d’oeil*

Les robes sirènes

J’ai une silhouette en 8 (Christina, sors de ce corps). En bref, de la poitrine, des hanches et une taille plus fine que le reste. Certains modèles me plaisaient beaucoup sur le net, et je voulais voir si cela pouvait me convenir, mais sans réelle conviction. Je pense que, quelque part, je voulais tester pour voir si je me trouvais jolie.

La première robe était très belle, et rassemblait les éléments que j’aimais beaucoup, mais je n’ai pas eu l’effet whaou attendu. Tu m’excuseras, je ne me souviens plus ni des marques ni des noms des modèles, mais je pense que ça n’a plus tellement d’importance maintenant (c’étaient les collections 2014 et 2015 alors tu risques de ne plus les retrouver telles quelles …).

Crédits photo : Photo personnelle

Comme tu peux le voir elle était un peu juste pour moi, donc l’effet sur ma taille n’était pas assez fort à mon goût, bien que je trouvais mes fesses moins imposantes que ce que je pensais (disons les choses comme elles sont). Nous ne nous sommes pas trop attardées sur celle-ci, et j’ai passé la suivante.

Celle-ci avait un style bien plus bohème, qui au final ne m’a pas plu (ça aide aussi à choisir sa robe, de déterminer ce dont on ne veut pas), malgré son superbe dos.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

La dernière robe sirène était beaucoup plus simple, mais je me suis trouvée très jolie dedans. Mince, pas de trop grossess fesses (complexes, quand vous nous tenez), sobre et élégante comme je le voulais. Mais toujours pas d’effet « Whaou ». Et puis les robes princesses attendaient, et je SAVAIS qu’elles allaient m’aller comme un gant (c’est ce que je porte d’habitude comme forme de robe, bien qu’en plus court et moins imposant *rit*).

Crédits photo : Photo personnelle

Les robes princesses

J’ai passé une première robe, qui m’avait déjà beaucoup plu sur son cintre. C’est le modèle Mimosa, de La Sposa. Une très belle dentelle florale, un tulle vaporeux tout doux, un bustier en cœur … entre mes mains elle semblait très lourde. La fermeture est remontée jusqu’en haut (arg, pas de jolis mignons petits boutons, soit), à ma grande surprise. Je fais un 38-40 et je m’attendais à n’essayer que du 34-36, comme je l’avais lu sur le net. Et là je ne sens plus le poids de la robe, je me sens bien maintenue (vous vous rappelez que j’ai une poitrine de bonne taille ? Un bustier qui tombe était une de mes plus grandes hantises), je sens sans me voir qu’elle m’affine et me grandit. Et je sors de la cabine et je vois ma mère (enthousiaste mais pas convaincue jusque là) mettre les mains devant sa bouche. Ses yeux se sont instantanément remplis de larmes. Bref, je suis belle, et elle réalise que sa fille va se marier pour de vrai. Je suis belle, hein ? Et regardez-moi cette traîne ! *a les yeux qui brillent*

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Je ne veux plus l’enlever, mais j’en ai encore deux autres à essayer. Une avec beaucoup de strass, une autre un peu plus discrète en deux parties (corset et jupe) mais qui irait parfaitement pour mon mariage d’hiver. J’enfile donc la robe à strass et là ce n’est pas un « whaou » qui me vient mais un « graou ». Elle me va parfaitement et me met très en valeur, mais voilà, je ne m’y retrouve pas du tout. Trop sensuelle pour moi, avec ce décolleté pigeonnant et ce dos plongeant (mamamia !). Et puis j’ai vraiment un problème avec le fait d’être le centre de l’attention pendant tout une journée, alors autant ne pas en rajouter … *fait un clin d’œil*

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Dernière robe essayée dans cette boutique, blanc naturel, avec un effet irisé qui rappelait beaucoup la neige au soleil. Tu me pardonneras les photos floues, je n’ai que celles-ci, preuve qu’elle n’a laissé que peu d’impression dans mon esprit et celui de ma maman. J’aimais assez le dos, mais pas du tout l’avant qui me rendait toute plate.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Et voilà. Autant te dire que j’ai très chaud, même en plein mois de janvier, mais qu’en pensant à toutes ces belles robes qui me restent à essayer (dont celle que j’avais pu passer à l’abbaye), j’ai les yeux qui brillent. J’ai cependant un petit pincement au cœur en quittant cette boutique, et je pense que tu sais déjà pourquoi, toi, lectrice chevronnée de blogs mariage !

Et toi, aurais-tu envie d’aller faire tes essayages avec ta maman ? Ou plutôt avec tes amies uniquement ? Avec ton promis ? Ou alors toute seule ? Raconte-moi !



Commente ici !