Mes essayages express – Partie 3

(Psst : la première partie de mon récit se trouve ici et la seconde par là !)

Quatrième et dernière boutique

Où j’ai rencontré la seule et unique Mirelle de la ville semblerait-il. Mais si, tu sais : cette vendeuse qui a beaucoup d’expérience derrière elle et qui « sait » ce dont tu as besoin, en te proposant évidemment tout sauf ce que tu lui demandes (attention, certaines vendeuses tombent juste avec cette démarche, mais pas Mireille), qui t’assène des affirmations péremptoires sur ce que tu devrais faire ou ne pas faire pour ton mariage/ta robe/ta coiffure, etc. bref, la vendeuse souvent désagréable et étrange, qui te donne envie de fuir son magasin.

Nous avions rendez-vous tard, il faisait déjà nuit. Elle m’accueille avec ma maman assez froidement, mais je ne me formalise pas. Toutes les vendeuses ne sont pas hyper chaleureuses ; je lui demande juste d’être compétente. Elle referme la porte à clé derrière nous. Serions-nous arrivées trop tard ? Bon, c’est peut-être juste pour « privatiser » la session, après tout il n’y a qu’une pièce avec les sièges, le grand miroir, le portant avec les robes. Nous nous installons donc, et elle me demande ce que je viens faire chez elle. Étrange façon de me demander quel genre de robe je recherche, il me paraissait quand même évident que je ne venais pas acheter un wedding-cake pourtant. *fait un clin d’œil en riant*

Devant moi sont posés des catalogues, elle me laisse finalement regarder et je sélectionne rapidement les modèles qui rentrent dans mes critères. Je venais essayer un modèle particulier, mais il n’a pas l’air d’être là. Soit, après tout j’essaye des robes depuis plus de 3 heures, je sais maintenant ce que je recherche. Une robe bustier, princesse, ivoire, avec de la dentelle et/ou du tulle. Mais quand elle revient enfin vers nous pour qu’on commence les essayages, elle n’a aucune des robes que j’ai pointées parce qu’elles sont « ailleurs » (où, mystère…), me gronde parce que quand même, quand on se marie en décembre il faut des manches et toutes les robes que j’ai sélectionnées sont à bustier, et puis comment ça vous voulez lâcher vos cheveux, c’est avec un chignon qu’on se marie. Bon, je crois que j’ai cerné la dame. On échange un regard de connivence avec ma maman : il vaut mieux en rire. Mais je n’étais pas au bout de mes surprises !

Dans son magasin, tu te changes dans une arrière boutique pas chauffée, qui est son atelier de retouches, avec à peine une chaise en plastique dans un coin pour poser tes affaires, avec une porte grande ouverte sur ladite boutique (qui a bien sur une devanture toute vitrée, donnant directement sur la rue). On était au mois de janvier quand je suis venue faire mes essayages, laisse-moi te dire que j’ai eu froid. Et en plus j’ai attendu super longtemps aux trois-quart nue qu’elle vienne m’aider à passer les robes. Et il faut mettre une de ces paires de chaussures blanches spéciales mariage, même si tu as ta propre paire. Bon.

Je passe donc la première robe. Une robe à manches. Elle est trop grande. Mais là où tous les autres magasins m’avaient mis des pinces, ici c’est interdit. Donc je flotte dans la robe, qui pourtant est belle. Mirelle me demande de patienter quelques secondes, et je la vois partir avec un grand drap blanchâtre, puis revenir. Elle me fait revenir dans la salle en tenant la robe toute seule puisque je n’ai pas le droit de la toucher, et m’installe dos à ma maman, face au grand miroir. Elle positionne la traîne au sol, sur le drap blanc (qui est lui-même installé sur un épais tapis) et me dit que je n’ai pas le droit d’en sortir. Me voilà donc devant mon grand miroir, n’osant plus bouger puisque je n’ai pas le droit de toucher à la robe seule, et que je n’ai pas le droit de faire dépasser le tissus de la robe du drap blanc au sol. Génial. Et pourtant la robe était d’une finesse… juges-en par toi-même.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Ces fils de paillettes et de perles sont magnifiques tu ne trouves pas ? Mais impossible pour moi de me projeter. Et je suis mal à l’aise, ce qui ne m’aide pas. Je passe une autre robe, avec un nouveau passage dans l’arrière boutique glacé… *frissonne rien qu’à y repenser*

Mais là c’est un flop.

J’ai l’air d’un piquet, le dos ne me plait pas… pourtant le bas de la robe est tout à fait ce que je voulais. Mais pas le haut DU TOUT.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Ensuite, Mireille a insisté pour me faire essayer TOUT LE CONTRAIRE de mes souhaits de robe. Donc du blanc, satiné, à plis et froufrous… et elle avait tellement d’autorité que je n’ai pas osé dire non plus d’une fois bien sûr. Mais au moins j’étais fixée, clairement. J’avais l’impression d’être un coquillage. *rit toute seule*

Pardon à toutes celles qui aiment ce genre de robe, mais ce n’est vraiment pas à mon goût… ni au goût de M. Rhaegar d’ailleurs.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Je demande donc rapidement à aller changer de robe, pour en passer une dernière qui correspondait à tous mes critères cette fois, sauf pour la forme, plus sirène que princesse. Avec le recul, peut-être qu’elle cherchait à créer un effet whaou avec cette dernière robe, avec le contraste entre les deux.

Mais une de mes amies qui se marie bientôt y est retournée il y a peu, et elle n’a pas du tout changé, on a bien ri en se racontant nos essayages chez elle.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Elle est très belle cette robe, n’est-ce pas ? Mais ma taille n’était pas mise en valeur comme avec une autre des robes essayées dans la journée, elle était trop « fluide » à mon goût… bref, j’avais déjà trouvé ma robe sans me l’avouer. Et après tous ces essayages, je commençais à m’en rendre compte.

Finalement elle m’a fait essayer un dernier modèle, pour me convaincre qu’il me fallait des manches. Un modèle qu’elle trouvait sublime. Hum. Je crois que ma tête vaut toutes les explications du monde.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Mais comme Mireille m’assurait que la robe qui me ferait tomber amoureuse était de celles qui étaient « ailleurs » ce jour-là, j’ai accepté de revenir le lundi suivant pour essayer des robes différentes. Et puis, on essaye des robes de mariées assez rarement dans une vie, et je n’avais pas encore compris réellement que mon cœur appartenait déjà à un modèle particulier. Sauras-tu deviner lequel ?

Et toi, combien de robes as-tu essayées avant de trouver laquelle était LA BONNE ? Es-tu retournée l’essayer une deuxième fois pour être sûre, ou as-tu tout de suite su ? Raconte-moi !



11 commentaires sur “Mes essayages express – Partie 3”

  • La première a l’air très jolie, mais comme tu dis, c’est difficile de se rendre compte sans pinces !! A se demander si elle veut vendre ses robes…
    En tout cas, tes goûts semblent assez proches des miens dans les robes que tu essaies, hâte de voir ton choix final ! (Oh et la 3ème robe, quelle horreur…)

    • Quand j’ai revu mes photos pour écrire ces articles, j’ai eu des surprises. Des robes qui auraient pu me plaire, en fait, que je trouvais très belles. Mais clairement, le fait de nager dedans n’aidait pas du tout à se projeter. Et son « amabilité » n’a pas aidé non plus, contrairement à la gentillesse des vendeuses des autres boutiques … C’est dommage pour elle c’est tout 😉

  • Ces essayages sont plutôt déroutant. Tout à fait le genre de boutique où j’aurais passé mon chemin très rapidement car le feeling et me sentir à l’aise sont les points les plus importants pour moi.
    C’est vrai que la dernière robe est sublime et te va très bien… Mais je pense que tu as opté pour une robe des boutiques précédentes avec un bustier non ?! 😉
    Et pour la seconde robe essayé je trouve effectivement qu’elle ne met pas assez ta taille en valeur. Hâte d’avoir le dénouement !

    • J’aimais vraiment la marque qu’elle vendait. Et je ne suis pas très douée pour imposer mon avis (en témoignent les robes pas à mon goût) … ce qui fait que je suis restée. Mais franchement tu as raison, il faut suivre son instinct …

  • J’aime beaucoup les modèles que tu as essayé dans cette boutique, en particulier la 1ère et la dernière (#teammanches3/4), davantage que celles de la fois dernière (bon, OK… sauf celle toute en satin, une horreur…). Toutes les robes vont à ta morpho, c’est top ! Mais alors, cette vendeuse… Une cata !! Mettre un drap blanc, non contrastant dans le bas de la robe, donc… T’empêcher de te mouvoir. Ne pas veiller au confort des clientes en hiver. Elle a vraiment cru vendre ainsi, sérieux ?

    Humm… je pense que tu as opté pour la bustier Cymberline de la deuxième boutique 😉

    • Ce qui me surprend le plus, c’est qu’elle est ouverte depuis très longtemps cette boutique. Peut-être que certaines mariées achètent pour la marque (Pronovias), et peut-être que d’autres ont peur de dire non ? *clin d’oeil*

  • Et bien cette dernière robe moi je trouve qu’elle te va bien, bon par contre c’est difficile d’admettre que j’ai les même goûts que cette Mireille :'(

Répondre à Madeleine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *