Être à l’aise avec son budget de mariage, le définir… et tenter de le maintenir !

Raah… *soupir* la grande question du budget. Toi aussi, tu t’es peut-être arraché les cheveux – dommage pour ton futur chignon flou ! –  avec ton futur mari pour faire coïncider tout au long de vos préparatifs :

  • Vos attentes
  • Votre porte-monnaie
  • Et ce que j’appellerais votre « limite psychologique »

Aparté : je ne t’apprends rien en disant que l’argent reste tabou dans nos cultures. À mon sens, c’est bien dommage car, qu’on se le dise, c’est souvent le nerf de la guerre… Les chroniques budget sur ce blog font partie de mes préférées. Voilà pourquoi je ne me voyais pas te parler de nos choix de prestataires sans te donner de la visibilité sur ce sujet délicat.

Revenons à nos moutons – ou plutôt, à nos livrets A.

Définir sa « limite psychologique »

Tout juste fiancée, j’avais en tête le coût moyen d’un mariage en France : 13 000€ pour une centaine d’invités (source : Ooreka – 2018). Je suis la première à me marier parmi mes amies, aucun moyen de récupérer des exemples de budget. Et puis, ça peut tellement varier d’une région à l’autre. Bref, pas facile de s’y retrouver…

Une chose est sûre : ce mariage, c’est notre choix. Nous comptons le financer nous-mêmes à 100%. Nous avons des économies de côté, nous gagnons bien notre vie tous les deux, nous avons donc la chance de nous permettre un budget confortable.

Sauf que… nous n’étions pas à l’aise avec l’idée de dépenser une somme « énorme » dans un weekend. Nous préférerions garder de quoi financer d’autres projets à venir (achat immobilier, voyage de noces, etc.).

Mais qu’entend-elle par « énorme » ? Je te vois derrière ton écran !

Ce que j’appelle la limite psychologique, c’est le seuil maximum que ton fiancé et toi ne vous sentez pas à l’aise à l’idée de dépasser, car vous auriez l’impression de “gâcher”, ou parce que ça représenterait trop de sacrifices que vous n’êtes pas prêts à faire. Elle est propre à VOUS. Ta collègue Mathilde qui s’est mariée l’été dernier n’aura pas la même, par exemple.

5 000€, c’est OK. 40 000€ ? C’est OK aussi. Tant que ça vous permet, à ton futur et toi, de concilier moyens et envies sans (trop) culpabiliser, c’est OK !

Notre limite psychologique à nous, c’est 20 000€. Et idéalement, respecter un maximum de 18 000€ serait le must !

Crédits photo (creative commons) : Tookapic

S’accorder sur le financement

Malgré tout, nous nous doutions que nos parents proposeraient de participer. Et nous avions toute confiance en leur capacité à respecter nos choix et à ne rien nous imposer (scoop : jusqu’à présent, nous sommes plutôt chanceux de ce côté-là !).

Les miens nous font le cadeau de financer ce qui leur tient à cœur : le brunch du lendemain (supplément de location de la salle le dimanche + traiteur pour l’ensemble de nos invités). La maman de M. Golf a gentiment proposé d’organiser chez elle le cocktail déjeunatoire qui suivra la cérémonie civile, en faisant appel à un traiteur. Quant au papa de M. Golf, il a toujours été clair : il participerait financièrement à un projet immobilier, mais pas aux mariages de ses enfants.

Et pour finir, notre voyage de noces sera financé à moitié par notre budget vacances de l’année, l’autre moitié grâce à la générosité de nos invités.

Établir ses priorités

Munis de la méga liste des dépenses du coaching Mademoiselle Dentelle, nous avons défini nos priorités, chacun de notre côté.

Voici mon top 5 :

  1. Photographe
  2. Vidéaste
  3. Alliances
  4. Lieu
  5. Fleurs et décoration

Et voici celui de M. Golf :

  1. Lieu
  2. Photographe
  3. Vins et champagne
  4. Traiteur
  5. Alliances

Comme tu peux le constater, je tenais vraiment à investir dans nos souvenirs et à recevoir nos invités dans un cadre soigné.

Quant à M. Golf – amateur de photographie et de bons vins, tu te souviens ? – il m’a confié que lorsqu’il se rend à un mariage, il garde en mémoire :

  • L’endroit où se déroulent les festivités, plein de charme et facile d’accès ou au contraire, banal et exigu.
  • Le vin et le repas, mais uniquement s’ils sont excellents ou à l’inverse, très peu à son goût – pour ne pas dire vraiment bof… Rarement l’entre-deux. Drôle, n’est-ce pas ?

Un repas gastronomique, divin mais guindé ? Très peu pour nous. Contrairement à beaucoup de mariés, le traiteur n’est pas notre priorité – ce n’est pas pour autant que l’on ne va pas se régaler !

Nous tenions malgré tout à un repas assis, autour de tables rondes, symbole à nos yeux du repas de famille convivial.

Crédits photo (creative commons) : Kaboompics.com

Notre budget prévisionnel

En exclusivité rien que pour toi – et parce que les budgets des chroniqueuses Dentelle m’ont bien aidée à établir le mien – voici le budget prévisionnel de notre mariage religieux au Pays Basque pour quatre-vingt invités :

Salle et traiteur

  • Salle : 3 000€
  • Chambre nuit de noces : 0€ (incluse avec la salle, selon nous)
  • Location mobilier (tables, chaises, mange-debout) : 650€
  • Cocktail et repas (service et nappage compris) : 50€/personne, soit 4 000€
  • Champagne : une bouteille pour trois personnes au cocktail, soit 700€
  • Vins : une bouteille pour trois personnes (vin rouge et vin blanc) et une bouteille de crémant pour cinq personnes au dessert, soit 750€ environ
  • Softs : 50€, à acheter nous-mêmes
  • Pièce montée de fromages : 200€ environ
  • Brunch du lendemain : 13€/personne, soit 1 000€ environ

Autres prestataires

  • Photographe : 1 900€ maximum
  • DJ : 0€ (playlists !)
  • Fleuriste (dix centres de table, décoration église, décoration cocktail…) : 600€
  • Vidéaste (mon rêve) : s’il reste du budget…

Tenues des mariés

  • Alliances des mariés : 900€
  • Robe de mariée : 1 100€
  • Mise en beauté de la mariée (coiffure, maquillage, manucure) : 150€
  • Accessoires de la mariée (chaussures, bijoux, jupon) : 200€
  • Bouquet de la mariée et boutonnières (marié, témoin, papas) : 100€
  • Tenue complète du marié : 800€

Divers

  • Faire-part et papeterie : 250€
  • Décoration : 300€
  • Location lumières et sonorisation : 200€
  • Location voiture des mariés : 0€ (la nôtre !)
  • Cadeaux invités et témoins : 500€
  • Dons aux œuvres religieuses : 200€
  • Contrat de mariage : 400€

Soit presque 18 000€.

Je te parlerai bientôt de notre mariage civil, que nous avons choisi de célébrer en Île-de-France, avec une petite trentaine de proches (parents, grands-parents, frères et sœurs et témoins). Il a fallu prévoir un budget pour l’occasion : 2 000€ environ.

Mais ça, c’était avant…

Avant que :

  • Je ne bave devant les robes de mariée : « 3 200€ pour cette merveille ? Gloups… »
  • Nos familles et amis ne nous persuadent qu’il nous FALLAIT absolument un DJ (#team-déçus-des-DJ-rencontrés-aux-autres mariages« sinon, il risque d’y avoir zéro ambiance… »
  • On n’explose le budget faire-part en n’anticipant pas le poids total des enveloppes… ahem. (On y reviendra.)
  • Je ne découvre le démon Pinterest et la blogosphère pour ma déco DIY (toi aussi, on t’a bien eue ?!).

Sans oublier la (mauvaise) surprise de ces petits surcoûts par-ci par-là : les sacs de glaçons pour le cocktail (ça coûte une blinde, ce truc, ma parole… !), l’accroche-traîne pour éviter de te gameler lors de ton ouverture de bal, les cierges magiques pour une entrée des mariés qui déchire, la coiffure que tu tiens à offrir à tes témoins, et j’en passe.

Jouer à l’équilibriste avec son budget, ou comment renoncer pour mieux se faire plaisir

Nous essayons de respecter la logique des vases communicants. Mme Croisé l’évoquait elle aussi : si tu décides délibérément de gonfler un poste de dépenses, il faut essayer d’en limiter un autre, afin de maintenir l’équilibre de ton budget.

Oui, je sais, c’est (très) dur… Néanmoins, ça te permettra d’être en paix avec le petit diable qui t’agace parfois – “Aaah, tu dépenses trop pour une SEULE journée, gniark gniark… !” – et d’écouter plutôt l’ange qui te murmure : “Congratule-toi d’être raisonnable sur certains postes en te (vous) faisant plaisir sur d’autres choses !”

Je te spoile tout de suite : nous avons finalement opté pour un DJ, soit un écart de + 800€ par rapport à notre budget prévisionnel et une économie de 200€ sur la location de lumières, incluse dans la prestation. Un écart au global de 600€, que nous avons comblé en prévoyant de réaliser nous-mêmes la décoration florale. Ça s’annonce rock’n roll… tant pour la musique que pour la création florale !

Bon, je ne dis pas que l’on réussit à chaque fois, mais pour l’instant, on essaie de s’y tenir (enfin, surtout moi, encouragée par M. Golf : « Non, on a déjà acheté suffisamment de déco, il y a des DIY plein l’appart… »).

Verdict dans quatre mois !

Et toi, as-tu déterminé votre limite psychologique à ne pas dépasser ? Rééquilibres-tu ton budget lorsque tu craques ? Dis-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



15 commentaires sur “Être à l’aise avec son budget de mariage, le définir… et tenter de le maintenir !”

  • Quel article super intéressant ! Je suis d’accord avec toi pour les “vases communicants” ! Nous avons fait personnellement une économie sur le traiteur, qui nous a permis de prendre un Vidéaste gniii !
    Mais bon… On est quand même loin de notre budget de départ (et encore, je n’ai pas fait le bilan total, gloups!)
    En tous cas, merci pour ta transparence 🙂

    • Merci Mme Impatiente 🙂
      Je partage : il est très agréable de découvrir que le montant du devis d’un prestataire est moins important ce que l’on imaginait ! Dans ces moments là, deux approches – celle de mon chéri : “ah, cool, on va faire des économies et moins dépenser pour le mariage” … et la mienne : “ah cool, on va pouvoir s’offrir plus de trucs” XD

  • Merci pour cette chronique Mlle Saphir – comme toi, elles font partie de mes préférées sur le blog 🙂

    Nous n’avons pas le même budget global que le vôtre avec Chéri, mais votre façon de penser et de concilier envies personnelles et dure réalité, est sensiblement la même pour nous aussi. Je me retrouve bien dans tes propos.
    Nous équilibrons régulièrement un poste de dépenses par rapport à un autre, qui doit être gonflé ou ajouté pour X ou Y raisons 😉

    C’est la seule manière d’équilibrer “à peu près” (ahem…) notre budget total…
    Pour le moment, le choix d’un vidéaste reste encore en suspens et nous avons choisi de nous passer d’un DJ professionnel en faisant confiance à nos playlists – l’Amoureux investira néanmoins dans un logiciel nous permettant de faire passer les musiques de façon fluide 🙂

    • Le risque de dépenser davantage que ce que l’on aurait souhaité semble augmenter lorsque l’on prévoit un mariage très à l’avance, c’est une réalité… Vous avez bien raison de prendre votre temps. Beaucoup de futures mariées optent pour un vidéaste quelques mois, voire semaines, avant le grand jour, me semble t-il.

      Au sujet des playlists, je reste persuadée que c’est une belle alternative. Nous l’avions envisagé, avant de prendre peur pour l’ambiance de notre soirée. J’avoue être soulagée de pouvoir compter sur un professionnel.

      En ayant cette approche, je suis sûre que vous allez réussir à concilier envies et équilibre budgétaire 🙂

  • Vraiment intéressant cette chronique! 🙂 Pour notre part, nous avons dépassé notre budget d’environ 3000$ ( 1940 euros), ce qui n’est pas trop mal. Par contre, j’ai été intraitable sur les musiciens, je tenais absolument à avoir une violoniste et une violoncelliste pour le vin d’honneur et une partie du repas et je ne le regrette pas une seconde, les invités ont adoré! (Et nous aussi! ;P )

    Nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir faire un mariage assez imposant pour moins de 8000 euros, en abandonnant l’idée d’avoir une salle magnifique et en préférant opter pour le côté pratique d’un ancien couvent reconverti en auberge, ce qui nous a permis de loger tout le monde pendant plusieurs jours! Comme la moitié de nos invités venait de France, on a passé un super moment avec nos familles et amis, ce qui était plus important pour nous que de les recevoir dans un lieu somptueux mais de ne pas pouvoir les voir aussi longtemps! 🙂

  • Haha je me sens tellement concernée par cette chronique ! On a choisi la salle et le traiteur dans notre budget (impec !) Mais on vient de craquer sur la photo / vidéo : bam on a doublé le prix de ce post … à vrai dire même si je n’ai pas de regret, je n’ose pas en parler à mes parents car ils vont sûrement me répondre “et du coup vous payez combien pour les deux ?!” (Lalalaaaa un ange passe ^^)

    • Ravie que cela te parle, Anaïs 🙂
      Tant que toi et ton chéri êtes à l’aise avec cette décision, c’est le plus important ! Je crois que les parents trouveront toujours que l’on dépense trop… pour notre bien. Sans (trop) spoiler mes prochains articles, je reste convaincue que craquer sur la photo / vidéo est un craquage sain, car durable ! Personnellement, j’aurai eu beaucoup plus de scrupules à craquer le budget traiteur, alors que le repas sera englouti en moins de 2h, d’autant plus que peu d’invités se souviennent vraiment de ce qu’ils ont mangé à un mariage. Cela reste mon avis personnel , bien entendu 🙂

  • Une superbe Chronique Mlle Saphir, menée avec brio, comme votre budget !!! C’est vrai que c’est top d’avoir un visu avant de la manière dont vous avez envisagé votre budget, c’est très intéressant et je pense que ça va aider pas mal de futures mariées ! Top !!

    • Merci pour tes encouragements, Mlle Chaton 😉
      On le sait bien, le budget prévisionnel n’est jamais respecté poste par poste. Par exemple, nous avons sur-estimé la location du mobilier mais légèrement sous-estimé la partie traiteur. L’un dans l’autre, au global, cela s’équilibre … enfin, à peu de choses près ^^

      • A pratiquement M-3, le plus dur me semble de ne pas craquer pour de nouvelles choses.. “Oh, une petite robe pour la soirée !” ;”Tiens, finalement, un rideau de rubans serait sympa pour le photobooth” ; “Allez hop, deux trois bricoles de DIY, ça ne changera rien au budget déco” 😀

  • J’adore aussi les chroniques de budget, comme tu le dis, on n’en parle pas assez !! Alors ici la difficulté a résidé à se mettre d’accord, différences culturelles obligent. Un mariage en Irlande coûte entre 25 000 et 30 000€, et le “but” est clairement d’en mettre plein les yeux, alors qu’en France, on est plus dans le convivial, passer un bon moment avec les gens qu’on aime… Donc Mr Claddagh, qui a des goûts de luxe, partait sur 30 000€. Et moi sur 15 000€. Ah-ah-ah-aaaah ! Je raconterai bientôt dans une chronique ce que ça a bien pu donner !

    • Je ne savais pas qu’il existait des différences culturelles si marquées autour du budget même du mariage ! J’imagine que cela a dû faire l’objet d’une sacrée discussion avec M. Claddagh … Hâte de te lire 😀

  • Quelle bonne idée de proposer un budget prévisionnel… Une manière, peut-être aussi, de vous motiver à le tenir maintenant que l’univers est au courant ? 😉
    En tout cas, tu as tout à fait raison sur le principe des vases communicants. Une vraie corde raide, ce budget, un petit peu plus à gauche compensé par un petit peu moins à droite… nous sommes tous des funambules finalement 😉
    De notre côté, le budget a fait l’objet de longues séances, avec plusieurs scénarios “minimum du minimum”, “top of the pops” et un intermédiaire que nous avons fini par retenir à cause de la fameuse “limite psychologique” ! Elle a beaucoup joué dans certains de nos choix, même si je joue un peu à l’autruche sur le total en ce moment… Rendez-vous dans quelques mois pour l’addition finale (salée uniquement par les embruns de Bretagne, je l’espère !) 😉

    • Tu as vu juste 😉 Le publier, c’est mine de rien s’engager à faire le maximum pour le tenir ! C’est un facteur motivationnel que je n’avais pas perçu avant d’écrire l’article.
      J’avoue que pour ma part, je préfère affronter la réalité tout de suite, plutôt que la découvrir après le mariage. Paradoxalement, cela me rassure. Là dessus, on parait toutes différentes !
      J’espère que votre journée sera iodée à souhait, par vos larmes de joie 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *