Mon EVJF, ou le jour où j’ai brûlé ma culotte

Tout d’abord, tu dois savoir que la seule chose que nous avions demandée était que nos EVJF et EVG se fassent le même jour, mais qu’ils ne finissent pas ensemble le soir. Chacun sa journée !

Ensuite, nous avions fourni à nos témoins respectifs une longue liste de personnes invitées (avec quelques mecs pour moi, et quelques filles pour Monsieur Plumechon). L’idée était que tout soit surprise, tant au niveau de la date, qu’au niveau des activités. Bon, après, nous avons vite deviné que la surprise se concentrerait sur 3 weekends de janvier, agenda de tout le monde oblige. Par contre, là où la team Plumechon a foiré, c’est qu’ils se sont grillés tout seul. Donc nous nous doutions depuis avant Noël que ça aurait lieu le 9 janvier.

Rien de particulier la veille au soir, sans même que ce soit fait exprès. Nous nous couchons sagement à une heure raisonnable… et tentons de dormir… Quelle qu’en soit la raison, la nuit a été particulièrement mauvaise.

Étape 1 : à la maison, ensemble

Bref, nous sommes samedi matin, 7h21 (à une ou deux minutes près). On sonne et frappe à la porte : c’est parti ! Monsieur Plumechon se lève, s’habille vite fait et va ouvrir à une fameuse équipe pendant que j’enfile mon pyjama. Une bonne vingtaine de t-shirts rouges et une grosse dizaine de têtes de Noël entrent tant bien que mal dans la maison. (Qui avait justement eu la bonne idée, cette année-là, d’acheter un sapin géant qui bouffait un tiers de la superficie du salon ?)

Côté Plumechon, il est chargé de leur préparer le petit-déjeuner : œufs, welsh, pain, chouffe coffee, jambon blanc. Côté Plumetis, ils ont ramené un petit-déjeuner sain de « mijoles » (terme que nous employons régulièrement entre nous, aucun participant à cet événement ne s’est senti offusqué, quel que soit son sexe d’ailleurs, je te rassure) : croissants, pains au chocolats, galette des rois maison, cake, mini-tartelettes aux légumes, yaourt, jus de pomme, jus d’orange, tisane, lait. J’ai juste à faire le café.

Crédits photo : Photo personnelle

Un bon petit déjeuner avant une journée de folie.

Il y a du monde partout, c’est assez drôle. On me dit de mettre des vêtements chauds et des chaussures confortables, le tout que je peux salir. Je file prendre une petite douche qui achève de me réveiller et prépare aussi des vêtements de rechange et un sac de couchage.

Nous petit-déjeunons donc tous dans un joyeux brouhaha. Là, on m’offre mon « Monsieur Plumechon-pillow » (soit un coussin jaune sur lequel est scotché une photo de la tête de mon homme) et on me dit de lui mettre un joli t-shirt. Monsieur Plumechon m’en fait don d’un, plutôt représentatif de lui, qui peut être « détruit » le cas échéant. Je ne devrai pas me séparer de mon « Monsieur Plumechon-pillow » de toute la journée. Ensuite petite séance photo de groupe(s) dans le jardin avant de se séparer.

Étape 2 : à la maison, team Plumetis only

Une fois entre nous, on me donne une liste de mots interdits pour la journée (dont Monsieur Plumechon, mais avec une autorisation pour « Monsieur Plumechon-pillow », ou Céline… facile, il n’y en a que trois dans la bande !). Autant te dire que j’ai été nulle sur cet aspect et qu’ils ont loupé beaucoup de mes ratés.

Nous poursuivons en me demandant de me faire un costume de mère Noël sexy à partir d’un costume de père Noël. Je les impressionne avec mes talents de styliste. J’ai également droit à une guirlande lumineuse à pile, que je porterai toute la journée. Et j’ajoute mon serre-tête à rennes pour parfaire le tout et être bien assortie à eux tous !

Crédits photo : Photo personnelle

Déguisée et équipée ! Admire la guirlande…
et mon Monsieur Plumechon-pillow.

Autre petite subtilité du jour : à chaque fois que j’entendrai cette chanson, je devrai danser avec « Monsieur Plumechon-pillow », quel que soit le lieu. (Oui, oui, j’étais fan des BSB dans ma jeunesse et j’assume ! J’ai même été les revoir il y a six ans, rien que ça, avec entre autres… Madame Poulette, ma témoin !

C’est parti pour un Hippo Gloutons version géante en extérieur. Nous rions beaucoup ! Mon équipe perd deux fois sur trois et écope donc de petits gages sympas : à-fonds pecket sans les mains, bonbons pas bons (des « Mon Chéri », beurk), pyramide humaine. En fait, c’était ça le côté salissant de ma journée, notre cour n’étant pas des plus propres et sèches vu la météo des derniers jours.

Il est temps de démarrer. Je vérifie que tout est fermé, file mon portefeuille à Miss LittleSister et laisse mon gsm (portable si tu préfères… encore une version de l’ère pré-smartphone !) à côté de celui de Monsieur Plumechon sur notre lit. Pour cette journée, nous nous laissons porter !

Étape 3 : là où a eu lieu la demande

Nous arrivons dans les ruines de l’abbaye où Monsieur Plumechon m’a demandé en mariage. Deux autres copines nous rejoignent à ce moment. (J’apprendrai plus tard, que le jeu du matin aurait dû être fait là, mais que la veille au soir, Monsieur Gamin, mon témoin, s’est rendu compte que ça n’ouvrait qu’à 10 heures…) On me demande donc de raconter le moment où toute cette aventure a commencé. Je leur fais la visite, je mime, je recommence avec les voix, je danse avec « Monsieur Plumechon-pillow » et chacun y va de son anecdote sur sa demande ou celle d’une connaissance. C’est mignon et drôle.

Crédits photo : Photo personnelle

J’ai même eu droit à un mariage avant l’heure… ou à une répétition, c’est selon. Avec haie d’honneur et lancé de feuilles à la sortie s’il vous plait.

Il est maintenant l’heure de se mettre en route pour la suite.

Étape 4 : Namur

Un ami (l’un des trois hommes du jour) arrive encore. Je suis super contente ! Monsieur Gamin nous accueille dans sa coloc pour un apéro et un bon spaghet’ bolo (qu’il a préparé la veille avec ma sœur). Deux autres copines arrivent. C’est toujours aussi sympa. Je n’oublie pas de faire les gages qu’ils me donnent quand ils y pensent et que j’oublie les mots interdits. Et de danser avec mon « Monsieur Plumechon-pillow ».

C’est cool parce que je sais que certaines copines qui sont présentes ne se sont plus vues depuis longtemps, et sont donc heureuses de se retrouver. En plus, même celles qui connaissent moins de monde semblent s’amuser. Et mes trois mâles ne semblent pas noyés dans toutes ces filles.

Crédits photo : Photo personnelle

Ne pas oublier de danser, dès que résonnent les premières notes des BSB…

Agitation, il semble que nous ayons rendez-vous à 13 heures dans le centre de Namur. Une copine qui va à un mariage l’après-midi nous quitte à ce moment-là. Hop, petite marche et nous arrivons sur une place.

Là, un jeune homme m’explique que Freddy le nain est amoureux de moi et que la seule façon qu’il arrête de me harceler est que moi et mon équipe remportions la partie. Je dois donc choisir trois personnes de confiance. Chaque équipe reçoit une tablette et c’est parti pour un jeu dans Namur.

Nous nous rendons à différents endroits où nous attendent des petites épreuves : questions sur la ville, son histoire, ses « célébrités » ou réalisation de photos originales, décalées ou avec le plus de passants possibles. Nous pouvons aussi défier les autres équipes quand nous les croisons. Il faut croire que j’ai bien choisi mes acolytes car nous l’avons remporté cette fois. Freddy le nain me laissera me marier en paix !

À nouveau, il semble que nous ayons rendez-vous pas très loin. Là, je dois dire que mon témoin a fait très fort ! Direction un bar à vin pour une dégustation de vins et de tapas. Mais pas dans n’importe quel bar à vin : dans l’un où j’avais envie d’aller depuis un moment mais où les réservations sont toujours complètes. (Il ne le savait pas, c’est un pur hasard !) Je crois que nous sommes tous heureux de nous poser un peu au chaud. Je garde un très bon souvenir de ce moment. Je suis justement installée à côté d’un ami avec qui je suis des cours d’« œnophilie » depuis 5 ans (à ce moment) et nous nous régalons du vin et des explications du patron.

Le soir est bien tombé. Deux copines nous quittent à nouveau. Nous, nous prenons la direction de la petite ville où j’ai fait toutes mes études universitaire grâce auxquelles, finalement, je connais toutes les personnes présentes (à l’exception de Miss LittleSister, évidemment) !

Étape 5 : là où je suis allée à la fac

Nous allons passer la soirée dans le bar étudiant de nos années de fac, pour une bonne partie d’entre-nous. Mais pas que, c’est aussi le lieu de pas mal de nos retrouvailles prévues ou imprévues depuis la fin de nos études ! (En tout cas, à ce moment-là. Aujourd’hui, nos vies ayant toutes encore évolués, nos rencontres se font de plus en plus dans d’autres endroits.)

Certains se chargent d’allumer le barbecue pour la cuisson des saucisses, qui entreront dans la confection des pains du même nom qui nous serviront de souper. Les playlists préparées pour l’occasion sont lancées. Nous nous servons quelques bières. Et je dois réaliser un cercueil pour ma culotte, le brûlage en tant que tel approchant ! Encore une fois, mes talents artistiques impressionnent l’assemblée. Par contre, je dois sacrifier ma culotte du lendemain parce que j’ai oublié d’en prendre une juste pour ça et qu’ils ont oublié de me le rappeler le matin.

Je peux alors laisser Monsieur Plumechon-pillow sur un tabouret : il sera le gardien de mon cercueil jusqu’à sa mise au feu !

Là, on me bande les yeux et on me met une espèce de grosse bûche dans les mains. Je dois viser un pot en terre cuite. Après quelques essais infructueux, j’arrive enfin à le casser. Dedans, de petits objets que chacun a ramené et qui ont un lien avec eux. À moi de retrouver qui a amené quoi et pourquoi ! Je t’avoue un peu honteusement que je n’ai pas brillé ! (Bon finalement, j’ai quasi fait tous les liens. Mais il y a certaines choses que je pouvais relier à bien plus qu’une personne…). En tout cas, c’était un super chouette moment.

Ensuite, ils m’offrent tous une boule à neige avec l’abbaye de la demande. Dessus, ils ont écrit : Madame Plumetis et Monsieur Plumechon ainsi que la date de la demande en mariage. Trop mignon !! (Pour l’anecdote, ils n’étaient plus sûr de la date, donc ils ont sonné au témoin de Monsieur Plumechon pour qu’il lui demande. Et à ce moment-là, ils étaient sur le départ d’un pont de singe… donc mon futur mari n’a pas trop compris la question.) J’ai aussi reçu une grande bouteille de bière signée par tous les participants de la journée.

Ensuite, nous avons dansé, mangé un pain saucisse plus que bienvenu, bu des bières, re-dansé, re-bu des bières. Et à un moment, nous nous sommes rassemblés autour du barbec’. J’ai dû faire une ode à ma culotte avant de la jeter dans le feu. Puis la soirée s’est poursuivie très normalement pour le lieu. Petit à petit les participants se sont éclipsés. Finalement, nous avons craqué vers 4 heures du matin. Les deux derniers vaillants compagnons qui ne dormaient pas sur place sont partis rejoindre leurs pénates, et ma sœur, mes témoins, un ami et moi sommes allés nous installer pour dormir dans la salle de réunion.

Ce fût une journée parfaite pour moi ! Mes témoins ont géré et je les en remercie encore. Je pense que personne ne s’est ennuyé et j’ai eu mal au crâne le lendemain. (Je n’étais pas la seule… Du côté de Monsieur Plumechon également, les témoins avaient assuré !)

Et toi ? De quel genre d’EVJF rêves ou rêvais-tu ? As-tu formulé des demandes précises ? Ont-elles été prises en compte ? Comment s’est-il déroulé ? Tes ami-e-s ont-ils bien visé en choisissant les activités ? As-tu apprécié cette journée ?


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Coup de cœur de Mademoiselle Dentelle : les « Petits Tattoos » de Petit Mariage entre Amis ! Une chouette idée à retenir pour ton EVJF (commande-les en amont et tu pourras faire la surprise à tes copines en leur offrant ces tatouages éphémères le jour de ton EVJF 😉 )  ! Regarde vite par ici !



6 commentaires sur “Mon EVJF, ou le jour où j’ai brûlé ma culotte”

  • Ton Evjf était tres chouette à lire et encore plus à vivre j’en suis sure ! J’aime bien l’idée des petits gages et tout l’épisode à l’abbaye ! C’est vraiment charmant !

    • C’est un evjf assez traditionnel. Tout ceux auxquels j’ai assisté étaient dans la même veine, mais adapté à la future mariée. C’était vraiment une belle journée.

  • Ah j’adore le coup du nain amoureux! c’est une super idée! Ils ont assurés tous. Ca avait l’air d’etre un super moment! en tout cas quand tu le racontes on sens encore que ca t’a plu 🙂
    Hate de lire la suite 🙂

    • Oh que oui ça m’a plu. 🙂 L’histoire du nain, c’est une version adaptée d’un jeu proposé par une boite qui fourni également les tablettes, un support technique et une personne qui te présente la quête et te donne les résultats finaux. C’est bien pensé. Une sorte de géocaching revisité. 😉

  • Le titre a attisé ma curiosité ahahah ! Ca avait l’air génial cet EVJF !! J’adore le Plumechon pillow ahah !

Commente ici !