J’ai choisi de faire faire ma robe de mariée par une créatrice

Comme évoqué dans ma précédente chronique, j’ai donc commencé mes essayages de robe loin des regards intimidants toute seule comme une grande. Dans une première boutique, j’ai trouvé une robe qui me plaisait, respectant mon budget initial (1000 – 1500 €).

Petit aparté : dans cette chronique, je vais donner le prix exact de toutes mes trouvailles… donc, tu liras beaucoup de chiffres !

Des essais à Paris

Forte de cette première expérience plutôt concluante, j’ai continué à me documenter. Je décide d’aller à Paris pour faire plusieurs essayages dans une même journée. Je note les coordonnées d’une boutique multi-marques (pour avoir du choix), d’une boutique Pronovias (pour avoir plus de choix dans le haut de gamme), et même celles d’une jeune créatrice qui se lance et à qui on fait pas mal de bonne publicité (pour le côté excitant de faire faire LA robe exacte de ses rêves).

Bon, la créatrice, au début, je t’avoue que je n’y crois qu’à moitié, persuadée que ses tarifs vont être trop élevés pour moi. Je la contacte donc par mail, « pour voir », en lui précisant mon budget afin de ne pas lui faire perdre son temps (et le mien). Elle me rassure : ses tarifs sont compatibles avec mes limites. Allez, je ne vais pas tourner autour du pot : cette créatrice s’appelle Vanda Outh, et, comme tu as pu le deviner dans le titre, c’est bel et bien à elle que j’ai confié la réalisation de ma précieuse. Pourquoi ? Je te raconte.

J’ai donc programmé une journée d’essayage à Paris en novembre, et j’ai demandé à une de mes petites sœurs de m’accompagner. Elle a en effet été vendeuse dans une boutique assez chic pendant plus d’un an. Ça me rassurait d’être accompagnée par quelqu’un qui aurait du répondant face à d’éventuelles vendeuses trop zélées (et puis ça me faisait plaisir de partager ces moments avec elle, bien sûr) !

Je m’étais fixé un objectif : à la fin de la journée, j’aurais choisi ma robe (je t’ai déjà dit que j’étais plus « raison » que « coup de cœur » ?). Vu que, au pire, si je ne trouvais rien, il y avait toujours la belle robe de pou-pouffe trouvée dans la première boutique. Et puis moi, faire les boutiques, ça me gave assez rapidement, il ne faut pas que ça s’éternise. Quoi, comment ça, c’est sacrilège ce que je viens de dire ?

La rencontre avec Vanda Outh

Ce fameux lundi, ma sœur et moi avons commencé par le rendez-vous avec Vanda Outh. En fait, pour être exacte, nous avons commencé par boulotter des chouquettes de la pâtisserie qui se trouve au coin de sa rue, et ça nous a mis d’excellente humeur, car je suis dingue de chouquettes et celles-là étaient di-vines. Mais bref, passons.

Vanda nous a reçu pendant plus d’une heure. J’ai tout de suite eu un bon feeling avec elle (d’ailleurs, elle ressemble à une de mes copines !). J’ai bien aimé son univers : simple sans être austère, chic mais sans ostentation, avec plein de petits détails très délicats et féminins.

Je lui ai montré des photos de ce que je voulais. Elle m’a demandé ce qui me plairait comme tissu. Moi : Heu, du tissu blanc ? Mais pas trop blanc quand même ? (en fait, on dit « ivoire ». Je note). Bien sûr, me répond Vanda, mais quel type de matière ? Moi : Heu, pas trop transparent ? Pas trop brillant non plus ? Ma sœur intervient et commence à parler de mousseline, de satin, tout ça. Voyant que je ne comprends pas tout (je connais les mots, hein, mais je ne visualisais pas du tout ce que ça donnait en réel), Vanda nous sort des échantillons, nous montre une robe qu’elle est en train de finir – pour que je puisse voir le tombé – et elle me propose des coupons de dentelle… et là, moi qui n’en voulais pas, je craque.

J’ai choisi de faire faire ma robe de mariée par une créatrice

Crédits photo (creative commons) : Evelyn Flint

C’est beau, en fait, la belle dentelle (je te vois lever les yeux au ciel là !).

J’ai envie de toucher tout ce que Vanda me montre. C’est doux, c’est classe, j’adore. Rien à voir avec le strass et les matières un peu cheap vues dans la première boutique. Je découvre le plaisir de toucher des tissus de grande qualité, de les faire jouer à la lumière, de les superposer pour varier les effets. Je suis conquise. Ma sœur approuve. On se met d’accord sur une superposition de satin de soie et de crêpe de mousseline, avec de la dentelle de Calais (enfin, je crois que c’est ça. Attends, je vérifie. Oui, c’est ça).

Bref, Vanda a bien compris ce que je voulais. Elle le restitue sur un croquis qui me convient parfaitement, et elle promet de m’envoyer le devis le soir même. Nous sortons, ma sœur et moi, déjà presque convaincues qu’on ne trouvera pas mieux. Mais on n’a pas tous les jours l’occasion d’essayer des robes de mariées, alors, en avant pour les deux autres rendez-vous !

Mes autres essayages

Dans la boutique multi-marques, la vendeuse, très sympa, me fait essayer pleeeein de robes. Ma sœur en profite pour me prendre en photo à la dérobée.

J’en repère une qui me plaît, elle coûte 1300 €. Mais la qualité est bien moindre que le crêpe de soie de Vanda… et là encore, qu’est-ce qu’il y a comme fioritures en trop ! Je note les références.

(Petite pub au passage pour cette boutique où les vendeuses sont adorables, de bons conseils et très pro : Cœur de mariage, Paris 3e).

Mes essayages dans la boutique "Cœur de mariage" à Paris

Crédits photo : Photo personnelle

Enfin, chez Pronovias (où nous arrivons avec 15 minutes de retard, car il y a DEUX boutiques Pronovias à Paris et, bien sûr, nous nous sommes plantées, haha), c’est un peu la douche froide.

J’avais repéré cette merveille :

Mes essayages dans la boutique Pronovias à Paris - Robe Yamel

Crédits photo : Pronovias - Robe Yamel

Mais elle coûte… 3000 €.

Bon. BON. Tant pis.

Du coup, la vendeuse ne me fait essayer que deux modèles (pour ta gouverne : Pronovias n’a pas beaucoup de modèles en-dessous de 2000 €). Le deuxième, à la coupe sirène, retient mon attention. Cette robe coûte 1800 €, ce que je trouve un peu trop cher. Et j’ai un peu peur de ce décolleté (et si j’avais une crise de petits boutons le jour du mariage ?). Je note les références quand même.

Mes essayages dans la boutique Pronovias à Paris - Robe Maricel

Crédits photo : Pronovias - Robe Maricel

Mes essayages dans la boutique Pronovias à Paris - Robe Maricel

Crédits photo : Photo personnelle

La photo du catalogue et le rendu sur ma petite personne.

Puis, il est l’heure pour ma sœur et moi de reprendre le train. On est d’accord que ce sont les créations de Vanda Outh qui donnent le plus envie.

De retour chez moi, le soir même, je scrute ma boîte mail : ça y est, j’ai reçu le devis de Vanda ! Elle me propose de faire ma robe pour… (roulement de tambour)… 1500 € ! Je n’hésite plus : je confirme tout de suite.

Aujourd’hui, plusieurs mois plus tard, Vanda m’a livré ma robe, qui me va comme un gant… Je reviendrai très vite te raconter les essayages intermédiaires, le résultat final (pas de suspense : cette robe, je l’adore) et le bilan que je tire de cette expérience.

Enfin, en bonus, parce qu’il faut quand même pas trop se prendre au sérieux, voici la super vidéo « Mlle Suzette joue à la princesse » :

Et toi ? T’es-tu sentie toute bête quand on t’a parlé mousseline, crêpe et satin de soie ? As-tu ressenti une attirance irrésistible la première fois que tu as touché un beau coupon de dentelle ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



19 commentaires sur “J’ai choisi de faire faire ma robe de mariée par une créatrice”

  • Ahhh tu vois finalement la dentelle ^^
    Je me retrouve dans ce que tu dis… Mon histoire avec ma robe est un peu compliquée, mais en gros j’avais commandé une robe sur le net, j’ai douté et suis allée essayer des robes dans des matières luxueuse… dentelle of course (ça je savais que j’aimais) et j’ai découvert le crêpe de soie et là… huuummmmm un vrai petit nuage…
    Je suis allée quand même essayer ailleurs et n’ai jamais retrouvé cette sensation et cette qualité… Et quand ma robe d’internet est arrivée, sans surprise des matières très cheap mais aussi (surprise !) une robe ne correspondant pas du tout à ce qui était demandé…
    Du coup remboursement, explosion du budget et achat de ma robe-nuage….

    • « Sensation » : tu as dit le mot qui convient ! Comme toi, j’ai choisi cette robe autant en fonction de ce que je sentais au bout de mes doigts que pour la coupe dessinée par la créatrice … Et ça, je ne l’aurais jamais imaginé avant !

  • Je constaté que l’on a eu une expérience et démarche similaire. Comme toi je n’aime pas trop faire les magasins donc je n’aime pas quand cela s’éternise. Du coup, j’ai fait quelques boutiques pour savoir ce qui m’irait et ensuite j’ai trouvé ma créatrice. Je l’ai contacté pour savoir si ces modèle étaient dans mon budget. Et à deux semaines du mariage ma robe est déjà chez mes parents et j’ai vraiment une hâte énorme de la porter. J’ai adoré passer par une créatrice surtout que la mienne était également adorable et pleine de bons conseils.

  • J’ai aussi fait faire ma robe par une créatrice, mais ce n’était pas prévu au départ. J’ai des essayages dans 2 boutiques. La 1ere, très sympa, mais pas de coup de coeur, hésitation entre 2 modèles mais sans conviction. La 2ème, des filles super commerciales qui m’ont démontées la robe de la 1ere boutique, en insistants mes défauts, pour vendre la leur (que j’aimais pas). Du coup , en dernier espoir, j’ai poussé la porte de la créatrice et après une explosion de budget (mais consentie car je savais que je ne mettrais pas le même budget bas que je voulais mettre dans le prêt à porter), j’ai récupéré MA robe de mariée récemment 🙂 Et c’est vrai que je me suis aussi sentie bête lorsque l’on m’a parlé tissu et c’est seulement avec les échantillons que j’ai pu imaginer et la robe et son rendu !

  • Moi aussi j’ai fait faire ma robe de mariée par une créatrice et franchement je ne regrette pas. J’ai pu choisir les matières premières (étant couturière à mes heures perdues je savais déjà ce que je voulais comme type de tissus) et puis on rectifie le tir si on souhaite une modification sur la robe sans surcoût. Beaucoup de futures mariées pensent que faire faire sa robe coûte une fortune par rapport à une robe vendu en boutique ce qui n’est pas forcément le cas. Et puis dernier avantage on a une robe qui est unique.

    • C’est clair que les prix peuvent surprendre dans le bon sens … c’est pour cela que j’ai publié tous mes « chiffres » : ça pourra peut-être servir à d’autres futures mariées 🙂

  • J’ai fait le même choix que toi, j’ai essayé des robes dans deux magasins, mais il y avait toujours qqch qui me dérangeait sur ces robes.
    Etant couturière amatrice, je me suis dis que j’allais la faire moi même, mais en dessinant la robe de mes rêves, j’ai vite vu que j’arrivais aux limites de mes compétences en couture !
    J’ai donc poussé la porte de chez une couturière à deux pas de chez mes parents, et évidemment, choisir chaque détail, choisir les tissus, les dentelles, c’était un vrai bonheur. Et j’ai eu un réel coup de coeur pour la couturière. Je me marie dans moins d’un mois, et j’aurai ma robe dans trois semaines, j’ai hâte !
    Et pour celles qui liront peut-être mes commentaires et que ça intéresseront, ma robe m’a coûté 1750 euros (comprenant le corset, le jupon, la robe, un voile que je lui ai demandé au dernier moment, et des petits morceaux de dentelle pour me faire des petites fleurs pour ma coiffure).
    J’ai hâte que tu nous montres la tienne !

    • Ton budget est donc sensiblement le même que le mien … Comme quoi il n’y a rien de choquant comparé aux prix pratiqués dans les boutiques.

  • Super, une robe de créatrice!!! J’ai hâte de lire la suite de ton aventure robesque! Mais comment as-tu choisi ta créatrice puisqu’il doit y en avoir un tas à Paris? comment en as-tu entendu parler?
    J’avais hésité à faire appel à une créatrice. Finalement j’avais trouvé en magasin une robe que j’aimais beaucoup, simple et élégante dans un beau satin de soie (la qualité du tissu fait beaucoup!). Du coup, je pensais que si je faisais appel à la créatrice je lui demanderai exactement le même modèle et c’était dommage…mais je pense que ça m’aurait coûté moins cher. Parce qu’en effet créatrice ou couturière ne veut pas forcément dire plus cher!

    • « Choisi » n’est pas le bon mot car je n’ai rencontré aucune autre créatrice. En fait, ce rendez-vous avec Vanda, je ne pensais pas au départ qu’il déboucherait sur quelque chose (c’était vraiment « pour voir – au cas où »). J’avais connu son nom par un autre blog mariage : La Mariée aux Pieds Nus. Au final je ne regrette pas de ne pas avoir rencontré d’autres créatrices car tout s’est super bien passé avec elle.

  • Moi aussi, j’ai fait faire ma robe par une créatrice, et même si c’est un petit peu le stress de ne voir le résultat final qu’au dernier moment, c’est un pur bonheur de faire dessiner une robe unique, de choisir les tissus etc !

  • Impatiente de voir le résultat !

    Pour moi aussi, le toucher et la sensation du tissus sur soi aura fait partie des critères de choix. 😉

  • Tu as eu 100 fois raison de passer par une créatrice et non une boutique Pronovias!!!
    Je vis un cauchemard depuis le début des essayges une fois la robe arrivée (15 jours de retard). Je me marie dans 1 semaine et n’ai toujours pas ma robe. Cette boutique à Paris (rue St roch) est un cauchemard!! Qu’est ce que je regrette de ne pas être passée par une créatrice!!!

    • Ouch ! Bon courage alors ! je croise les doigts, je suis sûre que ça va le faire ! (et puis, n’aie pas de regrets : passer par une créatrice n’est pas une garantie contre le stress et les ratés … moi, je n’ai eu aucun problème, mais je sais que ça peut arriver !)

  • Super ! Moi je ne suis pas dentelle (et ne le suis pas devenue !) mais effectivement : toucher de beaux tissus ça change tout. Ma robe était en « soie sauvage »… je ne savais même pas que ça existait…

  • J’ai hâte de voir the dress. moi j’aime toutes celles que tu as mises sur l’article. Je sais, tant que c’est belle, j’adore. Je n’en suis pas encore à la robe vue que c’est encore dans un an et demi mais j’ai déjà mon modèle (j’espère que je ne changerai pas d’avis, hiiii) et je vais la coudre moi-même (avec un grand sourire plein de sueur, lol)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *