La fausse bonne idée du double mariage : le dénouement – Partie 2

La dernière fois, je te laissais alors pleine d’interrogations.

De la fin de la conversion avec ma sœur au retour de mon amour de professeur, je suis restée prostrée sur la chaise de bureau à me repasser toutes ces questions, soit plus de 2 h 30 je crois.

La fausse bonne idée du double mariage : le dénouement - Partie 2

Crédits photo (creative commons) : Gabriela Pinto

La vérité

Je pense qu’il a vu de suite qu’il y avait un truc qui clochait. Je parviens à me ressaisir (et à me lever), je lui demande de s’assoir et je lui dis que j’ai quelque chose d’important à lui dire. Je lui fais part de la nouvelle, très simplement. Il ne dit rien.

Je lui explique un peu les circonstances et j’insiste surtout sur le fait que CE N’ÉTAIT PAS UNE PROPOSITION !

Petit à petit, il me pose des questions et il formule clairement son opposition à cette ubuesque idée. Après une heure de discussion, nos esprits sont plus calmes et nous parvenons à prendre une décision : nous devons dire très rapidement à ma sœur et à son cher-et-tendre qu’il s’agit d’un malentendu.

Je devais voir ma mère pour travailler sur notre liste d’invités le samedi, je leur dirai donc à ce moment-là.

Le froid

C’est donc seule, très peu assurée mais déterminée malgré tout, que je me rends chez mes parents (où vit encore ma sœur). Mon futur beau-frère n’est pas là, oufff ! Je crois que je n’aurais pas su l’affronter. De l’avis général, il était comblé d’avoir trouvé une solution. Et, dans l’euphorie, il avait même prévenu sa famille. Gloups.

Nous échangeons des banalités, parlons de la liste d’invités et enfin le sujet arrive sur la table. Je prends mon courage à deux mains et je leur explique que nous nous sommes mal compris. Je peux lire sur le visage de ma mère, mais surtout sur celui de ma sœur que j’ose à peine regarder, la déception qu’elles ressentent. Je ne me sens vraiment pas à l’aise et je ne cesse de parler pour éviter les blancs. Je cherche à justifier notre décision.

Pour nous, un mariage fait des nouveaux époux, les roi et reine de la journée, faire une double mariage empêcherait ça. Je me sens mal, c’est une vision égoïste du mariage mais nous croyons que pour ce jour unique, il faut être égoïste. En plus, ma sœur et moi, nous avons très rapidement été comparées en dépit de notre différence d’âge, or, je ne tiens vraiment pas à ce que les gens fassent ça ce jour-là, tant pour moi que pour elle.

La discussion a réellement été pénible. Si je n’ai pas fléchi, même si elles n’ont pas insisté, c’était pour Monsieur Médicis, c’est aussi son mariage, si quelque chose ne lui plait pas, je me dois de respecter son choix et de le faire respecter. Elles ont compris leur erreur, je me suis excusée de les avoir laissé croire des choses fausses.

Après cette discussion, j’appréhendais beaucoup de revoir mon beau-frère. Par chance, c’est un homme formidable et il a compris, peut-être que ça a pris plus de temps qu’il n’a laissé paraître. Désormais, c’est une histoire ancienne, mais sur le moment ça a été réellement difficile.

Et toi, tu as dû devoir dire non à un proche sur un point important pour toi, pour vous, au risque de le blesser ? Comment ça s’est soldé ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



16 commentaires sur “La fausse bonne idée du double mariage : le dénouement – Partie 2”

  • Ouf… Ce n’est jamais une situation agréable, mais tu t’en es tirée haut la main (et heureusement !! je n’aurai pas supporté à ta place de faire ce genre de combo !!).

  • Contente de lire que tout s’est arrangé ! Tu as dû être extrêmement soulagée. J’espère que cela n’a pas créé trop de tensions par la suite. Du coup, ta soeur a choisi de se marier la même année finalement ?

  • Ma pauvre, situation vraiment pas simple… Je n’ose imaginer dans quel état j’aurais été à ta place.
    Pour nous, un petit retournement de situation par rapport à quelqu’un que je ne voulais absolument pas voir le jour J (promesse faite de la part de .es parents depuis X années). Sauf qu’ils sont revenus sur leur promesse il y a quelques semaines prétextant que ça les mettait dans une situation délicate. ( à mes yeux, pas du tout mais bon…)
    J’ai passé le week-end entier à dire NON (je crois bien que c’est la 1ère fois que je dis « non » à mes parents). Résultat: j’ai cédé ! Conséquence: boule de nerfs rien qu’à l’idée de la présence de cette personne.
    Chapeau à toi d’avoir pris le temps d’expliquer cette méprise et de n’avoir pas cédé malgré la tristesse de tes proches sur le coup 😉

  • Si je puis me permettre Mlle Lili… tes parents sont revenus sur leur promesse… eh bien toi aussi : dis leur non maintenant ! Ou alors, il faut que tu parviennes à prendre de la distance : moi aussi il y avait quelqu’un que je ne voulais absolument pas voir (moi aussi à cause des parents), mais il était hors de question que cela gâche le jour J ; donc j’ai fait comme si la personne n’était pas là, je ne m’en suis pas occupée. Quand on est passé à chaque table pour raconter une anecdote sur le nom de la table (le nom de randonnée faite ensemble), j’ai pris soin de ne pas regarder cette personne. Bon courage et heureux futur mariage à toi !

    • Merci pour ton conseil Véronique. Mon futur m’a dit également de prendre de la distance et d’ignorer cette personne le jour J. Mon père a eu le dernier mot avec le fameux « c’est moi qui paie pour les invités de notre côté »… Je redoutais cette fameuse phrase !
      Je ne veux pas que notre jour soit gâché donc hors de question de me battre davantage sur cette question avec mes parents. Il faut que je réussisse à relativiser.

  • J’ai, comme toi, une vision égoïste du mariage… Pour moi, chaque mariage a un couple, et un seul, qui est « la vedette ». Faire un double mariage c’est aussi amener des comparaisons. On le fait aussi pour des mariages qui sont éloignés dans le temps, mais je trouve cela quand même différent…
    Et pour l’argument des gens qui ne se déplaceront pas, je trouve ça un peu « idiot ». Prévenus suffisamment à l’avance, les gens peuvent s’organiser ! Et puis, s’ils vous aiment vraiment ou si on leur dit à quel point on aimerait les avoir à nos côtés, je pense que les gens feront le geste de vous accompagner toutes les deux dans votre joli jour…

  • Waou, bravo, tu as eu du courage, ça ne doit pas être facile d’être dans une situation pareille !! Tu as eu entièrement raison de dire la vérité, c’est aussi ce que j’aurais fait, mais tout comme toi, j’aurais été très mal à l’aise….

  • Mais finalement, ta soeur s’est mariée (se marie) quand ? Avant ou après toi ? Avec quelle distance temporelle ? Y a-t-il eu des invités qui ont eu du mal à choisir entre les deux mariages, ou beaucoup ont fait les deux ?

  • Je dois te dire que j’attendais avec impatience cette chronique, parce qu’après avoir lu la précédente, je me demandais bien comment tu allais pouvoir faire ! J’étais horrifiée en te lisant, et je n’osais imaginer le dénouement !
    Alors je suis heureuse pour toi, même si finalement ça n’a pas été facile sur le coup, au moins vous aurez eu VOTRE mariage !
    Bises

  • Tu m’avais fait peur avec ta première chronique ! Je suis soulagée pour toi et pour ton chéri (et aussi un peu pour ta soeur et son fiancé qui auront leur journée rien qu’à eux)

  • Ouf, tout est bien qui finit bien ! D’ailleurs je suis certaine qu’avec le recul ta sœur et son fiancé se rendront compte que c’est bien mieux pour eux également. Après tout, eux aussi ont droit à LEUR jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *