Et les galères commencent…

La dernière fois, nous avions parlé de mes essayages, et du choix de ma précieuse. Nous rentrons maintenant dans les préparatifs plus généraux, de définition des prestations, du choix des menus, de la liste d’invités… et là nous nous sommes retrouvés bien embêtés. Je vais donc te présenter brièvement nos galères, et les solutions trouvées !

Galère n°1 : le lieu

Quand nous avons réservé une date dans notre abbaye, on nous avait donné tout un dossier avec le détail de la facturation, le détail des choix possibles pour les menus chez le traiteur imposé, le prix des chambres, etc. Nous avions un couple d’amis qui s’était marié là-bas pour le budget que nous avions, et malheureusement pour nous, nous avons eu quelques déconvenues.

Des choses non annoncées au départ se rajoutaient tant et plus, parfois sans aucune logique comme par exemple une estrade qui reste montée tout le temps, et qu’on te demande de la payer (alors que tu n’en as pas besoin), … et puis le feeling ne passait pas avec la commerciale de notre lieu, le traiteur imposé nous déplaisait finalement. Et aussi, nous avons commencé à réaliser que ce n’était peut-être pas le bon endroit pour nous. L’abbatiale est gigantesque, il nous fallait un certain nombre d’invités au dîner pour remplir au moins la partie centrale jusqu’à la nef, avoir de la musique signifiait ajouter au bruit ambiant (eh oui, une gigantesque église ça résonne beaucoup, mais nous n’y avions pas réfléchi au départ, dans notre précipitation), il y fait froid, même avec du chauffage, etc.

Bref, pour toutes ces raisons nous avons préféré nous rétracter, et chercher ailleurs. Heureusement que nous souhaitions nous marier en hiver, ce qui n’était encore pas trop courant en 2015 ; nous avons pu avoir notre date sans trop de problèmes.

Et la solution ?

Après de longues recherches, nous avons finalement choisi un château. Près de chez nous, et même s’il ne disposait pas de chambres comme l’Abbaye, nous avions des espaces séparés pour la cérémonie laïque, le vin d’honneur, le repas, la danse, les enfants. Le traiteur n’était pas imposé mais suggéré, le DJ était à notre choix, et ils disposaient d’une décoratrice qui nous avait présenté un book de réalisations florales tout à fait superbes, ainsi que son stock de décorations amassées au fur et à mesure des mariages. Tout cela nous rassurait.

Je te présente donc notre salle ! Et regarde-moi cette salle de repas. Bien moins grandiose mais bien plus chaleureuse et intimiste.

Crédits photo : Château de Saulxures

Crédits photo : Château de Saulxures

Crédits photo : Château de Saulxures

Galère n°2 : la liste d’invités

Nous voulions un mariage intimiste avec nos familles proches, nos amis. Pas de tante éloignée qui nous a vu une fois à notre naissance et dont on a seulement entendu parler deux fois. Pas d’ami d’ami des parents ou des grands parents. Sauf que… ça tenait à cœur à nos familles. Mais notre budget n’était pas extensible.

D’autre part, les querelles familiales nous ont vraiment compliqué la tâche. Telle personne ne parle plus à telle autre, mais je m’entends bien avec les deux, que fais-je ? Mes parents devraient aussi se côtoyer longuement pour la première fois depuis leur divorce, ainsi que leurs nouveaux compagnons respectifs. Je voulais que tout se passe bien, pour avoir ceux qui me sont chers à mes côtés. C’est peut-être un peu égoïste. *hausse les épaules*

Autre problème : le déséquilibre entre nos deux familles. De mon côté (très nombreux), nous avions décidé d’inviter les grands parents, les oncles et tantes, et les cousins, en plus de mes parents. Pas de grands-oncles, pas de cousins de mes parents, pas d’amis de mes grands parents. Du côté de M. Rhaegar il n’y avait que peu de proches à part ses parents, son oncle, sa tante et leur fille. Comment faire pour qu’il se sente tout de même entouré par ses proches sans être submergé par les miens ?

Et la solution ?

Concernant les invités qui importait à nos parents d’avoir avec eux en ce jour spécial (pour eux aussi, oui !), nous avons dit que notre budget ne nous permettait pas d’inviter tout le monde. Nous avons donc convenu que les invités supplémentaires seraient à notre charge, contre une participation proportionnelle. Le lieu nous imposait seulement deux quantités d’invités différentes pour le vin d’honneur et pour le repas. Nous avons donc réussi à réduire les invités au repas au nombre de 90-100, et au vin d’honneur ça a été le double !!

Pour les proches qui ne s’entendent pas, nous avons décidé de leur faire confiance. Après tout, ce sont tous des adultes ; ils sont censés être capable de bien se comporter même s’ils ne peuvent pas se voir. Et puis avec tout ce monde présent, ils ne seront pas obligés de se côtoyer de façon trop prolongée. Ou alors ils pouvaient refuser l’invitation au besoin. Et nous nous chargions de faire le plan de table de façon à ce qu’ils ne soient pas assis côte-à-côte et soient séparés d’au moins une table.

Pour le déséquilibre entre nos familles, il n’y avait pas de solution évidente, mais nous avons tout de même posé des critères différents aux différents côtés. Pas d’enfants autres que mes cousins au premier degré, sauf pour la famille de M. Rhaegar. Pas de famille plus éloignée que mes grands parents. Des amis de ma famille OK, mais pas de totaux inconnus non plus. Et nous ne gardions pour le repas que les plus proches.

Galère n°3 : « vous ne savez pas ce que vous faites » et « ça ne fait pas mariage ! »

Le mariage prochain d’un couple est un phénomène social très surprenant. Tout d’un coup, tout le monde se permet de vous dire ce que vous devez faire et ne pas faire, et de remettre en cause vos décisions.

Au début de nos préparatifs, nous partagions avec plaisir nos projets avec nos familles, et nous en avons surpris plus d’un. Après tout, nous ne voulions pas de cérémonie religieuse, pas de fleurs, pas de pièce montée, pas de liste de mariage, pas de faire-part écrits au nom de nos familles, … le mariage traditionnel tel que l’entendait nos familles s’éloignait beaucoup.

Mes parents sortaient d’un divorce et même s’il s’était déroulé à l’amiable du début à la fin, ils ont insisté sur la nécessité à leur avis de faire un contrat de mariage. Sauf que nous ne l’entendions pas de cette oreille, même si ce conseil était tout à fait légitime.

Et puis il y a eu cet oncle, lui aussi en plein divorce qui a projeté sur nous ses envies de mariage dans les bois avec juste un cochon à la broche (après avoir eu un mariage château-traiteur-feu d’artifices), et donc nous a expliqué que tout ce qu’on souhaitait était un peu trop mégalo, et qu’on allait le regretter ensuite. Et qu’un mariage sans fleurs ce n’était pas un mariage, aussi.

Et ces personnes plus âgées que nous, de peu ou de beaucoup, qui nous expliquaient que nous allions dépenser beaucoup trop d’argent, et qu’on ne savait pas ce qu’on faisait.

Et cette femme qui nous a expliqué que pour son mariage à elle, ils étaient 14, qu’elle avait simplement reçu chez elle, et qu’elle avait simplement porté un tailleur blanc pour la cérémonie. Cette même femme qui nous a avoué que si elle avait eu plus de budget, elle aurait eu une robe de princesse, et une jolie salle et un traiteur et… enfin, tu as compris, elle regrettait de ne pas avoir pu faire autrement.

Et la solution ?

Apprendre à lâcher prise. À ne plus trop parler de nos préparatifs, pour garder la surprise du jour J, mais aussi pour ne plus avoir ces réflexions et critiques non sollicitées. À ne nous confier qu’aux personnes qui faisaient des critiques constructives qui nous permettaient de réajuster nos actions/projets. Et à croire en nous, aussi, et en nos décisions pour notre joli jour À NOUS.

! Spoiler alert ! : ils ont tous ADORÉ la journée, la cérémonie laïque, le dessert sans pièce montée, le lieu, le repas, la décoration, … comme quoi ! *Fait un clin d’œil*

Voilà pour le moment, les quelques galères de préparatifs du moment.

Et toi, as-tu dû changer de lieu en cours de route ? As-tu eu du mal à faire ta liste d’invités, et de résister (ou non) aux demande de vos familles ? As-tu eu des critiques pas très constructives lors de tes préparatifs, ou plutôt seulement des constructives ? Raconte-moi !



3 commentaires sur “Et les galères commencent…”

  • oh comme je suis contente que tu ne te sois pas marié au prémontré!
    Je me suis mariée à Metz (il y a 5 ans maintenant), pdt ma recherche de lieu j’ai visité l’abbaye de prémontré et même si le lieu est très joli, j’ai trouvé les prix franchement abusé et les relations étaient bcp trop commerciale et pas du tout humaine !!!

    Le chateau de Saulxures est tout aussi beau, et j’espère que tu as eu ton mariage rêvé!

  • S’emballer pour un lieu, déterminer qui l’on souhaites VRAIMENT avoir à nos côtés, être confronté à des avis que l’on n’a pas demandé… Ah, tu résumes là très bien les principales galères auxquels on est (plus ou moins) tous confrontés…

    Le château est magnifique !! Mon cœur fait boum boum <3
    Et puis, vive l'intimité d'une salle à la mesure de sa liste d'invités 😉

  • Oh moi qui était persuadée que tu avais choisi l’Abbaye des Prémontrés…je m’étais trompée sur toute la ligne ! Il est beau ce château, mais ne correspondait pas du tout à nos critères. Alors nous avons vite passé notre chemin. Mais je peux comprendre qu’il plaise pour plein d’autres raisons 😉

    Comme l’a dit Madame Saphir, tu résumes bien les difficultés auxquelles on doit faire face en général. Mais comme tu le montres si bien dans ta chronique : chaque problème à une solution. 🙂

    Nous n’avons pas changé de lieu réellement, mais les choix ont été très difficiles et plein de doutes; la liste des invités a été modifiée plusieurs fois (avantage d’avoir les familles loin, c’est plus difficile pour eux d’imposer des invités) ; quant aux remarques, elles n’ont pas été nombreuses car nous avons vite compris qu’il valait mieux ne rien dire (après tout, les gens se permettent pleins de conseils sans jamais avoir de vision globale du mariage, se projettent dans notre mariage.. bref tu vois de quoi je veux parler). Peut être que les remarques arriveront le jour J (aïe ! ça me fait peur)

Commente ici !