Sommes-nous simplement généreux ou est-ce que nous en faisons trop ?

J’aimerais maintenant, après t’avoir présenté les grandes lignes de notre mariage, parler d’un sujet un peu plus sérieux et qui me questionne énormément. Non pas qu’auparavant je n’étais pas sérieuse, mais je te présentais surtout comment nous avons fait les choses et non pas comment nous les avons pensées.

Vois-tu, s’il y a bien une qualité que je me reconnais et que l’on m’attribue facilement aussi, c’est la générosité. Par chance, j’ai trouvé une personne avec qui partager ma vie et qui partage également cette même valeur. Lorsque nous avons commencé à préparer notre mariage, nous nous sommes beaucoup inquiétés du bien-être de nos invités. Est-ce qu’il y aurait assez à manger ? Est-ce qu’ils aimeront ce qui leur sera servi, y aura t-il assez de variétés pour satisfaire tous les goûts ? Est-ce que la bastide n’est pas trop loin pour eux ? Est-ce qu’ils apprécieront le fait de faire un repas en extérieur ? Bref, je pourrais te citer toutes les questions que nous nous sommes posées, nous serions encore là pendant au moins 15 minutes.

Une bastide

Bien sûr, nous avons choisi notre lieu selon nos envies, ne soyons pas menteurs, mais nous voulions vraiment que nos proches valident notre coup de cœur. Nous avons donc décidé de faire une visite accompagnés de nos parents, puis de notre wedding-team afin de connaître leurs avis.

Si nous pensions recevoir les louanges de ce merveilleux endroit c’est parce qu’avouons-le, nous nous sommes dits que nous avions réussi à réunir quasiment tous nos critères et que ça envoyait du lourd. Nous avons un superbe jardin qui est composé d’un champ de lavandes, d’une piscine, d’un espace jeux pour les enfants et d’un espace dédié à la réception pour un dîner à la belle étoile, nous avons la possibilité d’héberger nos familles proches sur place (sans leur demander de contribution, je sais que ça se fait mais nous n’avons pas voulu leur imposer de payer des nuitées assez chères alors qu’il en résulte de notre choix de lieu), il y a une gare assez proche pour les personnes venant de loin et, enfin, nous pouvons faire un brunch le lendemain pour profiter encore et encore de ce lieu si enchanteur pour nous, une journée de plus. Bref, nous voulions et espérions que nos accompagnateurs ressentent le même engouement que celui que nous avons eu en découvrant la bastide.

Sauf que les parents nous ont un peu fait déchanter. Nous avons baptisé notre premier chaton en 2013 dans un mas de la région. C’était vraiment sympa et honnêtement, j’avais re-regardé le site pour notre mariage. Grand Chef Chat ne voulait pas trop que l’on célèbre notre union au même endroit, il voulait se démarquer en marquant le coup, justement, avec un autre lieu. Le mas était vraiment un très bel endroit aussi, et pour le baptême de notre deuxième, nous pensions refaire la réception là-bas mais nous ne pouvions pas multiplier les frais en sachant que nous avions un mariage à financer l’année d’après. Pour en revenir donc à la réaction de nos parents, ça nous a grave refroidi. “Euh, mais… c’est joli mais… c’est cher quand même non pour ce que c’est ?”, “Le lieu du baptême de Titichat était très sympa, pourquoi vous le refaites pas là-bas plutôt ?”, “Mais la pelouse comme ça ce n’est pas pratique pour marcher avec des talons”, “Sur les photos je voyais l’entrée beaucoup plus grande…” et encore je raccourcis, car vraiment ils ont été très critiques. Heureusement, nos amis ont été beaucoup plus rassurants, ou moins honnêtes pour ne pas nous froisser ! Au choix.

Donc finalement, nous avons choisi notre lieu en pensant combiner nos envies au bien-être de nos invités mais je pense que les gens viennent pour nous et non pas pour un lieu – et heureusement bien sûr. Qu’à cela ne tienne, notre lieu a été un véritable coup de cœur et seul le mauvais temps me ferait regretter ce choix. Nous l’avons choisi principalement pour ses extérieurs et il serait dommage de ne pas en profiter.

Un repas

Au fur et à mesure de l’avancement des préparatifs, nous avons continué d’échanger à cœur joie de tout ça avec nos témoins, garçons et demoiselles d’honneur, famille proche, etc. et souvent, à notre grand étonnement, on nous demandait si ce n’était pas trop.

Au départ, je prenais cette réflexion assez mal, vois-tu. Comment ça trop ? On nous a déjà sorti ce mot pour la bastide mais là, on parle de manger ! La base ! Bon d’accord on veut faire une sweet-table à l’arrivée des invités mais c’est pour qu’ils patientent le temps que l’on se prépare et que la cérémonie d’engagement commence car nous avons un écart de 3 heures entre les deux cérémonies. C’est vrai qu’avec les journées prolongées de la fin juin nous misons beaucoup sur le cocktail en présentant 20 pièces apéritives (en un mélange de planchas, pièces au plateaux, buffet, animations), mais c’est tellement convivial qu’on ne veut pas et on ne peut pas ne pas en profiter !

Pour le repas nous avons fait soft : une mise en bouche, un plat et le buffet de desserts. Nous avons volontairement supprimé le fromage (et pourtant j’adore ça) pour raccourcir le temps assis et éviter trop de gaspillage car bons nombres d’invités n’en mangent pas. Mais si les invités ont un petit creux dans la soirée ? Proposons une animation alors et je serai rassurée. C’est vrai que lorsque je tente d’être objective, je me dis que j’aurais moi-même du mal à ingurgiter tout ça si je devais être invitée. Mais je me dis que sur la durée ça se mange facilement quand même, surtout après s’être déhanchés sur le dance-floor !

Faisons-nous en trop pour notre mariage ?

Crédits photo (creative commons) : Goumbik

Des boissons

Autant de mon côté c’est la nourriture qui m’obsédait, autant chez GCC c’est plutôt les boissons. Nous avons prévu 13 verres d’alcool par personne selon les calculs de verres par bouteille et selon l’alcool servi. Je trouve ça laaaaaaargement suffisant, ma moitié a peur que du rafraîchissement au digestif certains aient encore soif.

Pour accompagner la sweet-table nous avons prévu un rafraîchissement. En plein été, au soleil à attendre la suite des événements c’était primordial. Puis nous avons voulu innover pour le cocktail avec des bars à thème. Un bar à vins qui serait composé des 3 différentes couleurs de petits producteurs locaux pour faire découvrir à nos convives les produits de chez nous, un bar à bulles (tu te rappelles, avec ma copine on s’appelle bulette même) avec une soupe champenoise, du muscat pétillant (mes origines corses en clin d’œil) et du champagne et enfin un bar à cocktail avec punch et mojito. Là, c’est le traiteur qui nous a un peu – beaucoup – refroidi. “Euh… mais… qui va servir tout ça ?” “Ben, ce n’est pas vous qui vous occupez du service des boissons ?” “Si, bien sur, mais pas comme ça. Ça nous oblige à avoir 3 buffets différents et 2 serveurs en plus du coup. Et puis, je ne peux pas vous aider pour les quantités à prévoir car il y a bien TROP de choix. Je ne sais pas ce que les gens vont préférer car le mojito est très tendance mais dès lors qu’il y a du champagne au cocktail, souvent les bouteilles partent vite. Là, même vos invités ne vont pas savoir vers quoi se tourner”. Ah… ok, même le traiteur nous dit que c’est beaucoup. Bon. Reprenons tout ça. Il a fallu se décider à considérablement réduire les divers alcools proposés.

Après de longs échanges avec notre traiteur (et ses bons conseils, avouons-le) nous avons fait le choix de garder une seule sorte de chaque bar. Il y aura du rosé (car le rouge et le blanc seront servis à table et le rosé c’est le vin apéritif en plein été par excellence), du mojito (touche pas à mon mojito !) et du muscat pétillant (la seule touche corse donc je ne la supprimerai pas, voilà). Et là, bien sûr, je trouvais que ça faisait trop peu. On a décidé de ce fait de rajouter de la melonade et du pastis artisanal. Bon, pour le cocktail nous sommes donc fixés.

Pour le repas, comme dit plus haut, nous avons choisi de servir les 3 couleurs car l’entrée est coté mer et le repas coté terre. Le choix du champagne pour le dessert ne nous a pas posé de soucis particulier, mais pour les digestifs nous avons de nouveau été hésitants. Il me semble que nous nous sommes arrêtés à 3 alcools différents : du get, du limoncello, du whisky. Ah non, je voulais aussi du baileys car j’adore ça. Je pense sincèrement que personne ne manquera d’alcool. Et le but n’est évidemment pas que les gens repartent complètement ivres. Nous souhaitons qu’il y en ait juste pour tous les goûts en fait. Que chacun trouve son bonheur…

Faisons-nous en trop pour notre mariage ?

Crédits photo (creative commons) : Stocksnap

Des cadeaux invités

Pour les cadeaux invités, j’ai eu 1001 envies et idées. Les blogs de mariage n’aidant pas, et les chroniqueuses de Mademoiselle Dentelle étant très douées en DIY, j’avais le besoin (oui oui, rien que ça !) d’offrir plusieurs choses à nos convives car je ne pouvais pas faire un seul choix.

Les dragées sont indémodables et beaucoup ont à cœur d’en croquer aux mariages et baptêmes tant c’est souvent les seuls moments où nous avons l’habitude d’en déguster. Je respecterai donc cette envie et cette coutume mais en les servant sur la sweet-table uniquement.

Pour toujours être dans notre thème de la Provence, j’ai plutôt pensé à offrir des produits bien de chez nous. Au départ, c’était savon senteur lavande ou encore bougie mais je trouvais ça trop chimique ou bien trop difficile à faire moi-même. Je me suis donc tournée vers des choses plus simples comme par exemple des boutures de romarin. Cette herbe est très courante chez nous et elle a plusieurs bienfaits. De plus, elle peut assaisonner des recettes. Et puis, on peut la planter et c’est quelque chose de vivant qui continuera donc de grandir chez tous nos invités, un peu comme si nous mettions notre amour dans chaque jardin pour le parsemer (sourire et yeux qui brillent). Je suis satisfaite de cette idée et GCC a validé, parfait !

Mais ce n’était pas assez. J’ai donc pensé à une gourmandise pour ceux qui aiment ramener leur petit ballotin. Je vais faire des calissons ! J’adore pâtisser donc je peux les créer et les personnaliser. C’est un produit bien de chez nous, on reste dans notre thème, deuxième cadeau validé (si ça t’intéresse je te transmettrai la recette).

J’aurais pu m’arrêter là, je le conçois, mais un produit du lieu où nous nous marions a eu raison de moi. La melonade faite avec les melons de Cavaillon. Voilà, troisième petit cadeau, une petite fiole de liqueur de melon. Pas très compliqué à faire en plus. On a voulu faire une variante pour les personnes qui ne boivent pas d’alcool ou les femmes enceintes en proposant du sirop de lavande car les petites fioles serviront également de marque-places. Cette dernière offrande a donc même un rôle à jouer, c’est parfait ! Nous avons donc un cadeau que les invités garderont, un cadeau qu’ils mangeront et enfin un cadeau qu’ils boiront.

Mais je voulais aussi faire des welcome-bag. C’est tellement pratique en plus. Je vais donc créer un sac personnalisé par famille/couple où je disposerai plein de petites choses utiles. Bon, allez, là, je pense que nous sommes bons.

Faisons-nous en trop pour notre mariage ?

Crédits photo (creative commons) : Pixabay

Quand finalement nous avons tout fait en double

En parlant avec Grand Chef Chat, nous nous sommes fait la remarque aussi que nous avons tout en double. Un mariage sur deux jours avec deux traiteurs différents, deux tenues chacun pour chaque cérémonie, deux photographes, deux vidéastes… ah oui quand même. Dis comme ça c’est, comment dire, beaucoup non ?

Faisons-nous en trop pour notre mariage ?

Crédits photo (creative commons) : Ivan Obenlesky

Quand la raison prend le pas sur le cœur

Et puis un jour, je ne sais pas pourquoi, je me suis moi-même mise à douter. Est-ce que nous n’en faisons pas trop ? Tout ce qui concerne les invités (le repas, les boissons, les cadeaux) je me dis que non, bon oui bien sûr, même s’ils n’ont pas tout ce qui est prévu ils passeraient un très bon car ils viennent pour nous et non pas pour le repas ou le lieu ou autre chose. Mais pour le reste. Et si, inconsciemment, je comblais un vide (la présence de mon père). Ou que le fait de ne pas avoir vécu les préparatifs avec ma mère finalement m’a manqué (je t’en parlerai prochainement). Je me justifiais en disant qu’au moins nous aurons la vision de deux angles différents à chaque fois (celui de ma moitié et le mien). Que la robe du civil je pourrais la remettre notamment pour la soirée ou le lendemain. Mais pourquoi je remets tous nos choix en doute aujourd’hui ?

Peut-être qu’à ce jour j’ai ce discours car nous sommes à un mois et demi du mariage et que le stress, la fatigue et, disons-le clairement, le porte-monnaie qui se vide ont raison de ma motivation et de mon emballement du début. Je sature un peu après deux ans et demi de préparatifs. Et puis, pour l’instant, à part payer nous n’avons pas de satisfaction quant à tout ce que nous avons entrepris. Peut-être que je regretterai certaines choses, peut-être que je serai rassurée de tous les choix que nous avons faits, une chose est sûre, le 25 juin je serai mariée à mon GCC et ça c’est la plus belle des vérités !

Et toi, as-tu aussi l’impression d’en faire “trop” pour ton mariage ? Raconte-moi ! 


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



8 commentaires sur “Sommes-nous simplement généreux ou est-ce que nous en faisons trop ?”

  • je pense vraiment qu’on en fait trop. Le plus bel endroit, le repas le plus gastronomique, des cadeaux, des sacs de bienvenue, des goodies en tout genre… N’oublions pas que pour nos invités, c’est une fête de famille, ou d’amis, mais en tout cas pas le coeur de leurs vies comme ça peut être le cas pour nous. Avec mon mari, on a décidé d’envoyer balader un certain nombre de “chouchoutages” traditionnels, on voulait que ça reste ce que c’est: une fête, mais une fête parmi beaucoup d’autres pour nos invités. On a mangé des crêpes, des glaces, bu de la bière, tout ça dans le jardin d’un gîte, sur des salons de jardin en plastique, et finalement tout le monde a adoré. Et même les cadeaux qu’on avait prévu pour les invités ont pas eu tant de succès, une partie les a oubliés sur place! Il faut pas se prendre la tête, franchement 🙂

  • Un savon, chimique ?! Oui, il y en a malheureusement, mais allez, je fais de la pub : la savonnerie Rampal-Latour à Salon de provence, des savons fabriqués à l’ancienne.
    Moi aussi, je voulais faire beaucoup pour nos invités, car j’ai souvenir de mariages en tant qu’invitée : ça coûte cher (le déplacement, l’hébergement, les sous pour les mariés) et on s’ennuie (du moins quand on n’est pas une adepte de la piste de danse). Mais il y a quand même des choix à faire, finances obligent. Ce que vous avez prévu comme nourriture et boissons me semble énooorme ! Tu nous diras si c’est vraiment parti ! Notre repas était simple mais bon, et des personnes nous en parlent encore trois ans après : “c’était une super idée votre paëlla géante, bon et sympa”. Pour les cadeaux aux invités, as-tu vraiment fait tout ça ? C’est super ! Mais le plus important, c’est que repas et animations correspondent au couple, c’est aussi ce qui fait que les invités se sentent bien. J’avais peur que ce que nous avions imaginé choque, jusqu’à ce qu’une personne me dise : “mais si tu fais une fête de mariage classique, c’est ça qui choquera, parce que ça ne te correspond pas”. Je ne la remercierai jamais assez de cette phrase qui m’a libéré de mes inquiétudes !

  • Avis d’une “vieille” mariée (2013, mais je viens faire un tour de temps en temps sur Melle dentelle et surtout Dans Ma Tribu !) : rétrospectivement je trouve que oui, on en fait beaucoup, mais jamais trop, dans la mesure où la préparation d’un mariage c’est avant tout une aventure de couple… Oui, certains invités ne seront pas sensibles à nos petits cadeaux, mais d’autres nous reparleront du lieu pendant des années avec des étoiles dans les yeux !

    J’ai été à des mariages “minimalistes”, grosse fête familiale, et c’était génial. J’ai aussi été à des mariages “too much”, et c’était merveilleux de plonger dans l’univers que le couple avait mis en place pour cette journée.

    Aujourd’hui quand je pense à mon mariage, je pense surtout à toute cette année de préparation qui l’a précédée, toutes les réflexions, les compromis, les idées géniales qu’on a partagé avec mon mari, les gros moments de délire (comme lorsqu’on a décidé de personnaliser TOUS nos pots de confiture d’invités avec une citation différente issue de nos films, romans, chansons préférées, le tout en une soirée juste avant d’imprimer les étiquettes).

    Aujourd’hui je ne regrette pas mon grand mariage et le temps qu’on y a passé et l’argent qu’on y a mis, et je pense qu’un couple se construit aussi à travers cette journée-là.

    Et s’il reste de l’alcool : bah, ça se conserve 😉

    Bref depuis ce post tu as du te marier et te dire (j’espère) que tu avais eu bien raison de faire tout ce que tu as fait 😉

  • Oui, je trouve que vous en faites beaucoup trop, les invités viennent partager votre bonheur pas se faire gater. Mais il n’y a aucun problème à en faire trop.
    La seule chose qui m’a choqué dans ta liste, c’est l’alcool. Treize verre, ca me parait énorme. J’ai peur que les invités soient trop joyeux après ca. Personnellement, j’ai justement décidé de ne pas mettre de digestif et d’arrêter l’alcool après le dessert pour ne pas risquer que des personnes gâchent la fête en ne sachant pas se tenir.

  • Je comprends les 2 points de vues des commentaires :
    – Du point de vue des mariés, on fait venir des gens – parfois de très loin, ils partagent notre bonheur, ils engagent des frais importants… je comprends que des mariés (moi la première) veuillent les bichonner. Leur montrer d’une façon ou d’une autre, qu’on est touché par leur présence !

    Du point de vue invité, effectivement, je ne viens pas à un mariage pour boire gratos ou récupérer des cadeaux. En tant qu’invité, on est la pour être avec les mariés et les accompagner sur le chemin du bonheur <3

    Bref, tu en as fait beaucoup mais certainement pas trop :-*

  • Merci beaucoup à toutes pour vos retours, c’est important d’avoir des avis différents pour justement essayer d’obtenir un équilibre entre trop et trop peu.

    Le mariage est passé donc je peux vous dire que nous ne regrettons pas nos choix. Au contraire, les invités, qui nous connaissent donc, ont compris que c’était pour les remercier de venir partager ce jour si spécial avec nous. Que ça n’a pas été perçu autrement que par de la générosité. Mais des couacs ont un peu modifier ce que nous avions prévu!

    Une amie m’a très justement fait remarquer que je n’arrivais pas à simplement recevoir, que j’avais ce besoin de rendre ou de vouloir chouchouter en retour tant j’ai été touchée par les attentions que l’on nous (a) porte(é) et c’est réellement ce point qui me fait réfléchir. Je me sens toujours reconnaissante. C’est tout bête même lorsque l’on me fait un compliment par exemple je ne dis pas merci. Non pas que je sois imbus de ma personne 😀 mais j’enchaine toujours avec quelque chose qui va justifier ce compliment du genre “Vous nous avez permis de passer un super beau moment” “oui nous avons eu la chance d’être très bien entourés par nos amis et nos familles, ils nous ont beaucoup aidé”
    Je ne sais pas si je me fais bien comprendre! 😀

    Autrement pour les quantités d’alcool, je suis tout a fait d’accord, cela me paraissait trop et ça l’a été. Heureusement les 30 ans de GCC ont suivi et nous avons pu resservir ce que nous avions ramener… et il en reste encore!
    Mais nous savions que les invités sauraient être raisonnables et dormaient tous a moins de 10km du lieu (voire sur place) même si malheureusement un accident peut toujours trop vite arriver.

    Et comme dit dans vos commentaires, moi-même en tant qu’invitée, je ne vais pas à un mariage pour me faire rincer mais pour partager et assister à l’union de deux personnes qui s’aiment! Mais on est toujours trop exigeant avec soi-même certainement!

  • Ah ah, je crois que c’est une question qu’on se pose tous pendant les préparatifs : où est le curseur ? Comment trouver la limite ?
    Merci en tout cas pour ton témoignage qui permet vraiment de se rendre compte que non, nous ne sommes pas seuls et de déculpabiliser parce que justement, nous ne sommes pas seuls !
    Tu as gâté tes invités et ça t’a fait plaisir : invités contents + mariés contents, je crois que c’est la meilleure des équations !
    PS : je veux bien la recette des calissons stp, j’ai trop faim maintenant 😉

  • Trop d’alcool surtout avec des mélanges parfaits pour avoir des invités saouls qui vomissent partout, sans compter le danger sur la route. Personnellement à partir de minuit arrêt des alcools forts et tireuse à bière (ça reste certes de l’alcool mais à dose réduite) et surtout beaucoup de soft que les gens apprécient !
    Ne pas oublier qu’on peut se tuer en voiture (ou entraîner un accident) sur un trajet de 10 km.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *