God save le fucking faire-part

Les faire-part ! Clapclapclap ! Les faire-part ! Clapclapclap ! Les faire-part ! Clapclapclap !

Ah, les faire-part, j’adore ça ! Ces petits bouts de papier réfléchis, imaginés et réalisés avec amour par les futurs mariés, qui représentent le lancement officiel de LA grande journée (The Big Day, comme disent les anglais) et qui annoncent souvent la couleur des festivités et reflètent l’état d’esprit du couple… Je crois que j’étais plus excitée à l’idée de les concevoir qu’à celle d’entamer les essayages de ma robe… Cet ordre de priorité un peu étonnant vient du fait que j’ai toujours été irrémédiablement attirée par la jolie papeterie, si bien que ma vie est régulièrement ponctuée de périodes d’achats compulsifs de « jolis stylos, jolis papiers, jolis carnets » (qui ne me servent pas toujours à grand-chose, c’est vrai… mais à chaque fois, je suis contente !).

tumblr_mh3iiqB8MU1s46i0jo2_250

Je sais, j’ai tendance à m’enflammer pour un rien !

C’est donc très naturellement et avec toute la naïveté du monde et l’entrain des débuts que j’ai lancé à Roméo « allez viens, on les fait nous-même ! »

Chéri, j’ai une super idée pour les faire-part !

#lamariéepartdanstouslessens 

Tu vois le loup de Tex Avery raide dingue devant la jolie danseuse en rouge ? Ben tout pareil. Comment ne pas s’extasier devant la foultitude de faire-part possibles et imaginables ? Des faire-part faits main avec pléthore de rubans, dentelle et petits détails en relief aux faire-part magnifiquement calligraphiés en passant par les aquarelles, les petits tas de cartons ficelés et le kraft, je voulais tout, tout, tout. Je suis quand même restée réaliste, j’ai bien compris qu’un faire-part qui se déplie en 3D, avec des écritures à la poudre à embosser, un cachet des cire, des tampons personnalisés, un intérieur d’enveloppe personnalisé avec un petit papier à motif et 20 cartons différents pour annoncer la mairie, l’église, le cocktail, le dîner, la soirée dansante, le brunch, la pause pipi… c’était légèrement too much. Sans rire, chaque jour, je suis allée voir Roméo en lui annonçant « je sais, j’ai trouvé ! On va faire ça ! ». Mais Roméo ayant bien plus les pieds sur terre que moi (c’est pour ça que je l’aime), il s’est à chaque fois contenté d’un gentil hochement de tête et d’un « oui ma chérie, c’est super ça », l’air de dire « je la connais comme si je l’avais faite, il ne faut pas la contrarier, elle est contente, même si elle aura changé d’avis demain ! ».

Ok Mademoiselle Peach, ta petite voix intérieure a dit : recentre-toi !

Malgré cet éparpillement général, j’ai malgré tout repéré assez vite ce qui me plaisait vraiment, dans l’esprit champêtre du moment : des papiers texturés type vergé et kraft et l’idée de former un petit tas de lettres, un peu à l’ancienne, noué par une ficelle, le tout décliné en vert d’eau et en kraft. Je trouvais que ça restait plutôt cohérent avec l’idée végétale et l’ambiance nature qu’on se faisait de notre mariage. Alors j’ai dit banco !

Chéri, on écrit quoi sur nos faire-part ?

#pannesèche…

Un stylo, un papier, Roméo pour m’épauler, et maintenant… On rédige comment des faire-part de mariage ? Si le fait d’indiquer nos noms, la date, l’heure, le lieu et quelques informations utiles du genre nous a paru évident, la formulation de l’ensemble nous a beaucoup moins sauté aux yeux.

Heureusement, le Dieu Google a répondu à toutes nos questions, et nous avons donc appris que si la tradition veut que ce soient les parents (voire les grands-parents) qui invitent au mariage de leurs enfants, de plus en plus souvent aujourd’hui, ce sont les mariés eux-mêmes qui invitent, pour la simple raison qu’ils financent souvent leur mariage, au moins en partie, puisqu’ils se marient en moyenne plus tard qu’avant, d’où l’expression « mariage plus vieux, mariage heureux ! » huhu. (Oui, dans une autre vie, j’ai été sociologue et j’ai longuement étudié l’évolution des ménages et la propension de ces derniers à se marier de plus en plus tard. Hum).

Donc, si toi aussi tu te poses tout un tas de questions existentielles sur la formulation d’un faire-part de mariage, je t’invite par exemple à aller lire l’article de la Mariée aux pieds nus sur le sujet. Ou à ressortir tous les faire-part des copains et des connaissances de tes parents pour les passer au crible, si tu es quelqu’un de conservateur. De notre côté, nous avons opté pour la formule plus légère (et surtout plus adaptée à notre cas) de l’invitation lancée par les futurs mariés, ce qui donne : « Mlle Peach et Roméo entourés de leurs familles ont la joie de vous convier à leur mariage le … août 2016 ». Hop-là, emballé, c’est pesé !

Un peu plus vert, un peu moins bleu…

#jesuis séquestréparunenévroséedunuancierPantone ! (dixit mon frère, rebaptisé Sainte Patience pour l’occasion)

Il faut que je remplisse mon rôle de fille-qui-est-passée-par-là-et-qui-doit-te-mettre-en-garde : réaliser soi-même ses faire-part N’EST PAS nécessairement la plus grande idée qui puisse te traverser l’esprit au cours de tes préparatifs, à moins bien sûr que tu maîtrises la question (et les logiciels qui vont avec) depuis un moment, un peu comme Mme FaitLaGueule ou Mlle Salade de Fruits ! Mais on a beau être prévenues, notre petite voix intérieure a beau lancer l’alerte rouge et crier « Mayday ! Mayday ! Mayday !», c’est irrépressible, on finit toujours par se lancer avec la plus grande insouciance dans la conception maison de notre faire-part en ouvrant un bon vieux fichier Word (ou Paint, pour les plus gaillardes).

Cela dit, je suis certes un peu inconsciente, mais je ne suis pas totalement neuneu : je me suis bien dis au tout départ que j’allais dessiner moi-même les illustrations de nos faire-part à l’aquarelle, et que j’allais créer notre logo, mais l’idée s’est rapidement évaporée au profit des compétences de mon frère en la matière, qui maîtrise un sacré bon coup de crayon ET le logiciel indispensable à une mise en forme correcte pour l’impression : Photoshop !

Ni une, ni deux, nous avons brainstormé ensemble sur la question, je lui ai envoyé quelques mails en complément pour illustrer mes idées, et il s’est lancé. Avec beaucoup, beauuuuuucoup de patience. En effet, j’avais dans la tête une idée bien précise de ce que je voulais, et lui en avait une autre. On a donc dû modifier une petite cinquantaine de fois tout un tas de détails plus ou moins importants avant d’arriver à la version finale des faire-part :

  • « Un peu plus gros s’il-te-plaît !
  • Ah oui voilà, et ça plus centré !
  • Moui, ça, je le voyais plus champêtre.
  • T’es sûr de ton idée là ?
  • Décale-le de 3 mm sur la droite
  • Tu voudrais pas retravailler le logo sur lequel tu as déjà passé 2 jours ? Silteplééé.
  • On avait dit vert d’eau ! Faudrait mettre moins de bleu… ou un peu plus de vert ?
  • Non en fait, reviens 2 mm sur la gauche.
  • Attends, je te redis ça par mail. »

Il faut savoir que mon frère est une personne douée d’une incroyable gentillesse doublée d’une immense générosité. C’est comme ça qu’après avoir proposé tout à fait spontanément de nous dessiner, Roméo et moi, pour créer notre logo, il s’est tiré une balle dans le pied sans le savoir, car je crois que je lui ai fait recommencer trois fois, de quoi s’arracher un paquet de cheveux (il est moitié chauve, depuis. Non, je blague). N’empêche, je trouve le résultat plutôt chouette !

Faire-part Mlle Peach

Crédits photo : Photo personnelle

Tu notes que je suis sur un tabouret pour tenter de rattraper les quelques 27 cm qui me séparent de l’Amoureux !

Ce n’était pas toujours évident pour nous de ne jamais pouvoir travailler ensemble sur les faire-part devant son écran de travail et de ne devoir échanger que par téléphone ou par mail. Je pense que le pire a été, et de très (très très) loin, de se mettre d’accord sur ce qu’on entendait par la couleur vert d’eau de certains des cartons. Cela nous a valu quelques fous rires et plusieurs craquages nerveux, au cours desquels mon frère a décrété que j’étais décidément une vraie névrosée du nuancier Pantone… Mouahaha, j’avoue humblement avoir été plus que casse-pieds sur la question. Une fois la couleur validée – Alléluia – nous y étions enfin : les fucking faire-part étaient bouclés.

Si ces fucking faire-part sont encore là la semaine prochaine, je te jure j’y mets le feu !

#monfairepartmesortparlestrousdenez

Bouclés, bouclés… c’était vite dit, car en réalité nous n’étions pas tout à fait au bout de nos peines. Je n’avais pas du tout anticipé la question des papiers que nous utiliserions, ni celle de l’imprimeur.  Je m’étais donc allègrement déchargée sur mes parents qui avaient un contact dans l’imprimerie, et les ai laissés gérer tout cela.

Comme nous avions déjà accumulé un certain retard dans la conception des faire-part (à celui qui me dit que je les ai envoyés trop tard – nos faire-part sont partis 2 mois et demi avant la date – et qu’un faire-part s’envoie au moins 4 mois avant, je lui réponds : prout !) et que nous n’avions donc plus énormément de temps pour tergiverser, j’ai fait un certain nombre de concessions pour éviter de perdre encore des heures inutiles, parmi lesquelles, en vrac et sans entrer dans les détails : l’abandon du papier vergé cher à mon cœur (tu sais, ce joli papier texturé ligné) pour les cartons vert d’eau et l’abandon des feuilles de kraft. Rien que ça, pour moi, changeait tout l’esprit du faire-part et j’avais l’impression d’avoir fait une concession ENORME (désolée, je tiens mon sens de l’exagération de mes origines du Sud. Hum).

Mais comme dans la fameuse pub pour un opérateur téléphonique, « c’était pas fini » : malgré les essais validés, nous nous sommes retrouvés avec une centaine de cartons qui n’étaient pas vert d’eau mais… bleu ciel ! Et puis alors, pas un joli bleu pastel, le vrai bleu du ciel d’une magnifique journée ensoleillée (tu me diras, c’était peut-être le signe du temps qu’il fera ce jour-là ?). On me dit dans l’oreillette qu’il y a eu un léger raté ! J’ai vu arriver le tas de cartons et… j’ai fondu en larmes. Ridicule, je sais ! Mais pour ma défense, tout cela s’est passé pendant une période pas très rigolote durant laquelle j’avais quelques soucis personnels à surmonter, et j’étais donc un peu à fleur de peau. Toujours est-il qu’à ce moment précis, j’ai eu une très grosse envie de balancer mes fucking faire-part par la fenêtre et de ne plus jamais en entendre parler. « Quoi, il faut envoyer les faire-part ? Brûles-les plutôt ! » (exagération – bis)

Mais siiii, je vous aime quand même, bande de cartons ingrats !

Hashtag HappyEnding

Je te l’ai dit, non, que j’allais épouser un homme fabuleux ? (Oui je te l’ai déjà dit, je sais, mais fais comme si de rien n’était !). Roméo ne m’a jamais dit que j’étais ridicule (pourtant, s’il l’avait pensé, je ne lui en aurais pas voulu : on est bien d’accord qu’il y a beaucoup plus grave dans la vie), il s’est rangé de mon côté et a trouvé qu’ils étaient quand même un peu moches, ces faire-part bleus. Et il a ajouté « foutus pour foutus, on n’est plus à une semaine près, on va trouver une solution ! ». La semaine suivante, il est revenu avec de nouveaux faire-part. Qui n’étaient toujours pas vert d’eau, mais une sorte de bleu grisé avec une légère pointe de vert. Mais peu importe, je les aimais à nouveau d’amour mes faire-part (on appelle ça un Happy End – lancé de paillettes, licornes arc-en-ciel – youhou, danse de la joie !) !

Et puis, entre nous… qui saura qu’on les voulait vert d’eau ?

Alors, c’est vrai qu’on a dépensé une énergie folle là-dedans, mais si c’était à refaire, je me lancerais à nouveau dans cette conception un peu dingue avec la même envie (mais avec l’expérience en plus haha).

Maintenant que je me suis réconciliée avec eux, et que je suis quand même hyper contente et même plutôt fière du résultat, je peux te les montrer !

Faire-part Mlle Peach

Crédits photo : Photo personnelle

Le fameux petit tas de cartons :

Faire-part Mlle Peach

Crédits photo : Photo personnelle

Faire-part Mlle Peach

Crédits photo : Photo personnelle

Faire-part Mlle Peach

Crédits photo : Photo personnelle

Faire-part Mlle Peach

Crédits photo : Photo personnelle

Faire-part Mlle Peach

Crédits photo : Photo personnelle

Toi aussi, tu t’es lancé dans la conception de tes faire-part, ou tu as eu la lucidité (la sagesse !) de confier leur réalisation à un professionnel ? Tu as eu envie de les balancer à la poubelle avant de les aimer d’amour ? Raconte-moi !

Prenez (beaucoup) de fleurs, des matières brutes, du kraft, du liberty pour la touche de peps, une (bonne dose) d'humour et de bonne humeur, de la douceur, quelques (fortes) émotions, du fait maison, beaucoup trop d'idées, et vous obtiendrez... un mariage de fin d'été en pleine campagne ! Je suis Madame Peach, et je suis mariée à Roméo depuis le 27 août 2016. Ici, je te raconte (presque) tout : nos doutes, nos joies, nos couacs pendant les préparatifs, et surtout... notre belle journée de fin d'été !

Commentaires

  • Avatar
    Mademoiselle Myrtille
    Répondre
    18 juin 2016

    C’est la conspiration du vert d’eau !!!
    En tout cas Melle Peach tu as fait (avec ton frère, ne l’oublions pas) du superbe travail !
    Je suis complètement fan de votre logo. Élégant, fin, champêtre avec une petite touche d’humour.
    Je suis d’accord sur un point : c’est le parcours du combattant mais ça vaut le coup !
    Et puis 2 mois et demi en avance c’est suffisant. De toute façon vos invités (du moins les plus proches) devaient être prévenus oralement bien avant.

  • Avatar
    Mademoiselle Myrtille
    Répondre
    18 juin 2016

    En tout cas Melle Peach tu as fait (avec ton frère, ne l’oublions pas) du superbe travail !
    Je suis complètement fan de votre logo. Élégant, fin, champêtre avec une petite touche d’humour.
    Je suis d’accord sur un point : c’est le parcours du combattant mais ça vaut le coup !
    Et puis 2 mois et demi en avance c’est suffisant. De toute façon vos invités (du moins les plus proches) devaient être prévenus oralement bien avant.

  • Avatar
    Thé Riz
    Répondre
    18 juin 2016

    Même s’ils sont partis avec «du retard» selon les standards, aucun de vos invités ne pourra vous en tenir compte tant ils sont magnifiques ! Ils valent toutes ces prises de tête, très beau travail d’équipe ?.

  • Avatar
    Mademoiselle Afro
    Répondre
    18 juin 2016

    Toujours un travail très beau et minutieux ! J’adore ! Les couleurs sont très complémentaires et ça vaut bien le coup de se torturer l’esprit vu le résultat ! Pour nous aussi FP fait maison avec Monsieur chargé de communication, j’ai pu compter sur sa patience pour nous faire quelque chose de joli et de très personnalisée !

  • Avatar
    Dja
    Répondre
    18 juin 2016

    Oh mon Dieu ! Mais tes faire parts sont sublimes ! Si si !

  • Avatar
    Madame Ambrym
    Répondre
    18 juin 2016

    Quelle aventure ces FP ! Ils sont très jolis même si je comprends ta déception pour la couleur que tu avais en tête. Mention spéciale à ton frère quand même 😉

  • Avatar
    Madame Maîcresse
    Répondre
    18 juin 2016

    Magnifique !!!
    Et j’adooooooooore les GIF ! 😀

  • Avatar
    lily
    Répondre
    18 juin 2016

    Ils sont vraiment magnifiques tes faire-part, j’adore! Tu as bien fait de persévérer!
    Mais je comprends bien le type de déception que tu as pu avoir, ce n’est pas du tout ridicule: même si oui, effectivement, il y a des choses plus grave dans la vie, ça a de l’importance pour toi donc c’est normal que ça t’atteigne autant.
    Et pour avoir également choisi le vert d’eau pour ma papeterie et ma déco de mariage, je sais que c’est assez compliqué de trouver « sa » teinte!
    En tout cas le résultat est superbe, bravo!

  • Avatar
    Madame Suzette
    Répondre
    18 juin 2016

    Rien qu’à te lire, je suis épuisée !! Je n’aurais jamais eu votre persévérance, je vous tire mon chapeau. Le résultat est excellent alors ça en valait la peine 🙂

  • Avatar
    Stéphanie Pfister
    Répondre
    19 juin 2016

    Nous nous lançons aussi dans nos faire-parts persos, avec l’aide plus que précieuse de mon frère architecte qui maîtrise les logiciels et a bien plus de conception graphique que nous! Luc si tu passes par là, merciiiiiii!
    Les tiens sont franchement sublimes!!!
    Pour nous simplifier la vie on a décider de partir sur un cartons texturé également, kraft, recyclé, qqch comme ça et de n’utiliser qu’une, max deux couleurs d’impression.
    Du coup en voyant tes faire-parts je m’interroge, tes cartons en kraft finalement, tu les as trouvés où?

      • Avatar
        Stéphanie
        Répondre
        19 juin 2016

        et du coup vous avez « imprimé » un fond kraft simplement?

  • Avatar
    Adélaïde
    Répondre
    19 juin 2016

    Moi aussi j’ai fiat nos faire part moi même, et de A à Z… je confirme ça représente beaucoup de temps ^^ mais aussi beaucoup de fierté au final.
    Nous on est partis sur un CV donc conception de la pochette, impression, découpage, pliage, collage.
    Préparation des fichiers à graver et conception d’un autocollant pour le CD
    J’ai beaucoup bidouillé, appris à utiliser des logiciels que je n’avais jamais touchés avant, testés plusieurs fois les couleurs pour trouver la bonne à l’impression et bizarrement j’ai bien ramé aussi avec le vert ? jamais assez menthe pour moi
    Mais au final je regrette rien nos faire parts étaient juste géniaux ; )

  • Avatar
    Mademoiselle Teddy
    Répondre
    20 juin 2016

    Hé bien, quel travail et quelle patience ! Mais le résultat en vaut la peine, tes faire-parts sont vraiment très beaux, et je suis totalement fan de votre logo. Je suis partie sur le même principe que toi pour mes propres faire-parts, avec plusieurs petits cartons maintenus ensemble par une jolie ficelle. Et ayant également choisi la couleur vert d’eau (ou vert amande ou vert pastel, ça dépend comment voit les choses), je confirme qu’il est très difficile d’obtenir au final la bonne teinte. Surtout qu’il y a souvent des différence entre la couleur affichée à l’écran et celle sur le papier (et cela dépend aussi du papier !!!). J’ai la chance de travailler dans la communication, Photoshop m’est très familier et je travaille régulièrement avec un imprimeur. Bon à savoir : avant de tout imprimer, il est possible de faire un test d’impression pour vérifier les couleurs, voire même d’imprimer un nuancier pour choisir la bonne teinte. C’est ce que j’ai fait : j’ai fait imprimer un carton avec plein de carrés de couleur verte et j’ai choisi sur papier celle qui m’allait le mieux (et ce n’était pas forcément la meilleure à l’écran, comme quoi)

  • Avatar
    Mademoiselle Salade de Fruits
    Répondre
    20 juin 2016

    * Hiiiii mon premier commentaire de Madame!!*
    Nan mais Mlle Peach, ils sont superbes tes faires-parts, bravo bravo et… BRAVO !!!! C’est un sacré défi qui aboutie à une très belle réussite !!! Mais on en ressort plus fort hein ??? 😉 (dixit la fille qui va passer par un site internet pour ses remerciements!)

  • Avatar
    Mademoiselle Miaou
    Répondre
    21 juin 2016

    Je nous reconnais aussi exactement dans la définition pantone de nos couleurs … Je crois que nos copains nous prennent encore pour des fous ! Car non, le figue, c’est pas vraiment du rouge, mais pas vraiment du viloet non plus !

  • Avatar
    Mademoiselle Gazelle
    Répondre
    30 juillet 2016

    Bravo pour tes faire-part ils sont vraiment magnifiques ! Je me lance aussi dans la conception du faire-part et je me demandais quel est la couleur du papier kraft utilisé sur les photos et aussi comment as-tu fait les polices en blanc sur le papier kraft ? C’est avec une peinture spéciale ou par impression ? Merci beaucoup pour ta réponse 🙂

Poster une réponse