Histoire d’une bague de fiançailles

La bague de fiançailles, c’est un concept que tu connais sans doute déjà – surtout si, comme moi, tu regardes des comédies romantiques américaines. On connaît toutes le coup du beau gros solitaire en diamant que le jeune homme DOIT présenter lorsqu’il fait sa demande (et si le diamant n’est pas assez gros, gare à lui, peut-être qu’on lui dira non !).

Après avoir dit oui, la fille trépigne de joie et exhibe la bague à tout va. Simple et très (trop ?) conventionnel.

Histoire d’une bague de fiançailles

Crédits photo (creative commons) : Rhett Sutphin

Hmm, pour moi, pas si simple. Ma bague de fiançailles a toute une histoire… pas très conventionnelle. Je te raconte ?

Chapitre 1 : mais ça se fait encore, en France, les bagues de fiançailles ?

Pendant longtemps, j’ai vraiment cru que ce n’était qu’un usage américain, un truc folklorique bien de chez eux, comme le baseball ou les chapeaux de cow-boys. En effet, dans ma famille, ça n’existe pas. Ni ma mère, ni mes sœurs aînées, ni aucune de mes (nombreuses) cousines n’ont de bague de fiançailles. Je n’avais jamais imaginé en posséder une un jour.

Ce n’est qu’il y a quelques années, au contact de mes amies, que j’ai découvert que oui, en France, ça « se faisait » encore. Mon Chéri, c’est pareil. Mais bon, on ne se sentait pas du tout concernés.

Chapitre 2 : la bague de PACS, sujet d’inquiétude

Fin 2011, il se trouve que nous avons décidé de nous pacser.

Et, pour marquer le coup, Mon Chéri a décidé qu’il devait absolument m’offrir une bague de fiançailles (hé non, je t’assure, je n’ai rien réclamé !). En diamant, forcément. De marque, de préférence (Mon Chéri a des goûts de luxe). Moi, j’aurais été très contente avec une bague en rubis de chez Maty mais, rien à faire, lui voulait du diamant et de la grande marque.

Maty

Crédits photo : Maty

On a commencé à regarder sur Internet : il y avait de très belles choses, mais ça me mettait un peu mal à l’aise. Un bijou de luxe, ça me correspondait si peu ! Et quand j’ai vu les prix, j’ai eu des sueurs froides. Me balader avec 2 mois de salaire à mon doigt, très peu pour moi.

Pour tout te dire, ça m’inquiétait tellement que j’y pensais toute la nuit. Et si je les trouvais toutes moches, en les essayant ? Aurais-je le courage de dire non ? Et si je la perdais ? Et que vont penser mes parents et mes sœurs, en me voyant avec un gros caillou qui brille au doigt ? Est-ce qu’ils ne vont pas trouver que ça fait trop bling-bling, trop bourgeoise ?

Histoire d’une bague de fiançailles

Crédits photo (creative commons) : LoveMaegan

Oui je sais, c’est paradoxal, on imagine plutôt que c’est la fille qui pousse à l’achat et le gars qui freine… Mais tu vois, j’étais vraiment loin de tout cet univers, à la base. J’ai cependant pris sur moi, car c’était un symbole très fort pour Mon Chéri. Il y tenait vraiment.

Chapitre 3 : le choix

Au final, nous avons trouvé un compromis : OK pour la bague en diamant (la Ballerine de Cartier, ravissante, avait ma préférence), mais on irait la chercher dans un corner au Printemps et pas dans une « vraie » boutique, parce que ça m’intimidait trop. Et j’ai fixé une limite de prix : pas plus que ce que je gagnais en un mois (je ne sais pas pourquoi, mais cette limite me rassurait… et puis c’est déjà beaucoup !).

Quand nous sommes allés au corner Cartier au Printemps, on nous a montré plusieurs modèles, et c’est bel et bien la Ballerine que j’aimais le plus. Et, pour la même monture et le même prix (à peu près), j’avais le choix entre deux diamants : un de 0,5 carat, moyennement pur, et un de 0,3 carat, très pur. Ça te semble petit ? Hé bien, quand je les ai essayés, celui de 0,5 carat me semblait énorme (j’ai des mains assez petites). Disproportionné. Trop tape-à-l’œil. Non, décidément, ça ne m’allait pas. J’ai choisi celui de 0,3 carat. Et maintenant, quand j’entends parler de bagues de star qui font 4 ou 5 carats, franchement, je suis ébahie : ça doit vraiment être très, très, très gros.

Donc, voilà, j’avais choisi ma bague. Quelque temps plus tard, elle était prête, et, quand nous sommes sortis du tribunal après notre PACS, hop, Mon Chéri m’a passé la bague au doigt. Hé bien, finalement, j’étais émue. Et c’est vrai qu’elle était belle, cette bague. Je m’y suis très bien habituée (sans blague !) et je l’ai portée le cœur léger.

Chapitre 4 : une bague au placard

Bon, là, c’est une partie moins joyeuse. Il se trouve que, quelques mois après notre PACS, Mon Chéri et moi avons eu un gros moment de « pas bien ». Ça n’allait plus.

Nous nous sommes séparés, et je lui ai rendu ma bague. Ça m’a fait mal, car, là encore, c’était très symbolique. Ce fut une mauvaise période dont je n’aime pas me souvenir.

Heureusement, comme tu t’en doutes (sinon je ne serais pas en train de te raconter mes préparatifs de mariage), on s’est retrouvés assez rapidement. On était d’accord sur le fait qu’on avait encore plein de trucs à faire ensemble, finalement. Notre histoire a repris son cours, plus ou moins tranquille… mais la bague est restée au placard. Ce n’était plus d’actualité. Elle attendait son heure, bien cachée dans les petites affaires de Mon Chéri.

Chapitre 5 : une vraie bague de fiançailles !

Quelques années plus tard… Comme tu l’as sans doute lu dans mes précédentes chroniques, nous avons décidé de nous marier. Et, lorsqu’il m’a fait sa demande, Mon Chéri a ressorti la petite boîte rouge, avec la belle Ballerine dedans… J’ai été heureuse de la retrouver (bon, surtout heureuse d’être fiancée bien sûr, mais la bague ne gâche rien). Aujourd’hui, je la porte dès que je peux et je la trouve toujours aussi belle. Le « petit » diamant est exactement ce qu’il me fallait, finalement.

Allez, assez bla-blaté, je te la montre !

Histoire d’une bague de fiançailles

Crédits photo : Photo personnelle

Elle est belle, hein ?

J’ai aussi réalisé quelque chose : la plupart de mes collègues (les officiers de l’armée de terre), avec qui, accessoirement, je passe plus de temps qu’avec Mon Chéri, sont généralement assez « tradi ». Et la majorité de leurs femmes ont des bagues de fiançailles. Quand, pendant les activités hors services où nous sommes en tenue civile, on me présente une de ces épouses/fiancées, je remarque toujours un discret coup d’œil vers ma main gauche. Et, je l’avoue, je suis contente d’avoir une belle bague à montrer. Cela fait partie des codes du milieu… Étant déjà suffisamment « hors norme » comme ça (ben oui, une femme officier, ce n’est pas la norme), ça me fait du bien de faire un peu comme tout le monde, pour une fois.

Épilogue

Alors, oui, cette bague a une histoire assez mouvementée… mais du coup c’est notre histoire aussi que je porte à mon doigt. Et, pour qu’elle prenne un nouveau (bon) départ, je l’ai emmenée chez Cartier récemment pour la faire nettoyer aux ultrasons. Quelques minutes plus tard, elle brillait plus que jamais ! Youhou !

Et toi ? Tu attendais ta bague de fiançailles avec impatience ou c’est un concept que tu as eu du mal à t’approprier ? Porter une bague de fiançailles est-il une habitude répandue autour de toi ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



11 commentaires sur “Histoire d’une bague de fiançailles”

  • Belle histoire, avec ses rebondissements !
    Mais je le trouve déjà énorme, ton diamant (ou plutôt “tes” diamants) !!! Je n’ai pas de bague de fiançailles (j’avais dit à monsieur de ne pas dépenser pour cela alors qu’on avait un mariage à payer) mais… j’aimerais qu’il m’en offre une dans quelques années…

  • Moi aussi j’ai eu droit à ma bague de fiançailles à Noel lors de LA demande.Je porte aussi celle de ma mère(décédée il y a 2 ans).Elles sont symboliques pour moi.

  • Très jolie histoire, avec un très joli happy end… à l’américaine !! 🙂 Ça aurait quand même été dommage de laisser une telle bague au placard. 😉
    Trève de plaisanteries, j’ai moi aussi reçu une bague lors de la demande et j’en suis très heureuse. Elle est plus discrète que la tienne mais ton “petit” diamant me semble bien grand déjà et l’amoureux était sur la même longueur d’ondes que moi à ce sujet. Le petit plus de ma bague, qui fait que je l’aime encore plus d’amour, l’amoureux a embarqué ma sœur pour la choisir avant sa demande !! So cute, j’ai adoré ce détail qui fait bien ressortir sa personnalité. <3

  • Une jolie bague avec surtout une jolie histoire!
    Moi aussi j’ai eu droit à une superbe bague au moment de la demande en mariage.
    Ce que j’adore moi c’est que mon amoureux l’a choisi tout seul, il a écumé toutes les bijouteries de la ville pour trouver ce qu’il voulait. Je trouve ça adorable et ça rend ma bague encore plus belle!

  • Elle est trop trop belle !!!! Dans ma tete ça faisait petit 0,3 mais c’est bien la preuve que je n’y connais rien ! Elle est vraiment magnifique ! Et c’est bien qu’elle represente cette histoire.
    La mienne c’est celle de ma maman ! Ma mere a recuperer les alliances de sa maman lors de son deces et a garder sa bague de fiancaille pour moi et son alliance pour ma soeur !
    J’ai fait remonter le diamant avec un design qui me plaisait et je suis heureuse de savoir que c’est celle de ma maman !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *