L’histoire de la demande – Partie 2

La dernière fois, je t’ai laissée au milieu de mes deux mois d’arrêt de travail après mon opération du genou.

J’avais donc du temps, BEAUCOUP de temps. Et j’ai réalisé à quel point je tenais à M. Rigolo. J’ai réalisé que c’est lui que je voulais épouser. Et j’ai commencé à y penser. À découvrir les divers blogs de mariage, à regarder les lieux potentiels autour de chez nous. J’ai même essayé d’en parler « comme-si-de-rien-n’était » à M. Rigolo à l’occasion du mariage de nos copains. Mais impossible de savoir où M. Rigolo en était vraiment par rapport à tout ça, et impossible de prendre de la distance et ne pas y penser.

Et si je faisais la demande ?

Alors j’ai commencé à envisager de faire MA demande. J’ai pesé les « pour » et les « contre » : j’avais envie de me marier avec lui alors pourquoi attendre, mais est-ce qu’il serait prêt ? Et si je regrettais de ne pas avoir une jolie demande romantique ? Et si j’attendais et que ça ne venait pas ? Je ne me voyais pas attendre indéfiniment avec une frustration grandissante. Je ne voulais surtout pas devenir cette nana dont tout le monde sait qu’elle n’attend qu’une demande en mariage qui n’arrive pas (aucun jugement si tu te reconnais dans ce que je dis, ce n’était juste pas moi). Ma maman avait fait elle-même sa demande, alors je savais que c’était faisable. D’ailleurs M. Rigolo a passé son été à blaguer à ce sujet « Il faut que je me méfie, la maman de Mlle Croisé a fait sa propre demande, alors si elle veut perpétuer la tradition… ». Et je ne savais pas quoi en penser : fallait-il que je comprenne qu’il attendait ma demande ? Ou qu’au contraire il ne souhaitait pas du tout que je la fasse ?

Fin juin, je me suis dit que je pourrais peut-être profiter de son anniversaire début juillet. Et puis, comment j’allais faire ça ? Lui offrir une bague ? Non, il ne l’a mettrait jamais. Lui offrir une montre ? Mouais, il ne met déjà pas beaucoup celle qu’il a. Alors j’ai fini par lui préparer un mini album photos de nous avec des petites citations love.

Plusieurs fois, j’ai failli passer à l’acte : pour son anniversaire (ses 30ans !) début juillet, puis à l’occasion d’une nuit que nous avons passé en portaledge en falaise au-dessus du lac (le portaledge est le système utilisé par les grimpeurs pour faire des grandes voies sur plusieurs jours. Un espèce de hamac suspendu à la falaise). À chaque fois, quelque chose contrecarrait mes plans, ou je n’avais pas le courage d’y aller. Je cherchais « le bon moment », la bonne occasion pour faire ma belle demande.

Je me suis mise à regarder les hôtels de charme en Corse où nous sommes allés passer nos deux semaines de vacances en septembre. Je suis partie en Corse avec l’album photos dans le sac. Sans jamais le sortir. J’avais trop le trac. Au retour, je me suis mise à regarder les hébergements insolites, où j’aurais pu l’inviter un soir ou un weekend : dormir dans une yourte, dormir dans une bulle, dans un chalet dans les arbres…

Séjour en amoureux en Corse

Séjour en amoureux en Corse

Enfin, je me décide !

Et puis un jour, M. Rigolo était à Paris pour la journée, il faisait beau. Et j’ai eu une révélation. Je me suis dit que je n’avais pas besoin d’une occasion de folie, d’un truc renversant, que le simple fait de faire ma demande serait déjà renversant.

Alors j’ai profité de son absence, j’ai cuisiné mes fameux muffins à la framboise (les mêmes que lors de notre première sortie, souviens-toi !), je suis allée acheter une demi-bouteille de champagne et des flutes en plastique. J’ai glissé le tout dans un sac et rangé le sac dans un placard. Je me suis souvenue que, lors du mariage de nos copains début juin, dans le livre d’or à la question « Quel lieu nous conseillez-vous de visiter en amoureux ? » il avait répondu « un coucher de soleil avec la vue depuis le Semnoz », la montagne juste au-dessus de chez nous où l’on a effectivement une vue splendide à 360 degrés sur le Jura et les Alpes.

Alors quand M. Rigolo est rentré de Paris, nous sommes allés faire un tour à pied autour de notre résidence. En rentrant, je lui ai demandé de m’attendre à la porte « On va aller prendre l’apéritif au soleil ». Il m’a suivie sans broncher, sans rien me demander. J’ai eu un mal fou à participer à la discussion en faisant le trajet en voiture, j’avais un tel trac ! Je nous ai donc conduit en haut du Semnoz, au point culminant où la vue s’offre tellement à nous. Il ne faisait pas très chaud, le vent était froid, mais la vue toujours aussi sublime, avec le ciel qui rosissait discrètement.

J’ai donc sorti mon cadeau, l’album, et je lui ai tendu. Il l’a ouvert, un peu étonné, à commencer à tourner les pages, ému. Avant qu’il ne tourne la dernière, je l’ai arrêté et j’ai essayé de parler. J’ai dû m’y reprendre à deux fois, impossible de faire sortir le moindre mot de ma bouche. Ses yeux commençaient à rougir alors qu’il prenait conscience qu’il se passait quelque chose. Quand j’ai réussi à articuler les quelques mots d’amour que j’avais préparé dans ma tête, je l’ai laissé tourner la dernière page. On pouvait y lire : « Marions-nous ? ». Il m’a murmuré un petit « oui »  alors que quelques larmes s’échappaient de ses yeux.

La demande en mariage... faite par moi !

Crédits photo : Photo personnelle

La demande en mariage... faite par moi !

Crédits photo : Photo personnelle

La demande en mariage... faite par moi !

Crédits photo : Photo personnelle

Pfiou ! J’étais vidée, éreintée, mais heureuse ! Nous avons sorti nos flutes, le champagne et les muffins et pris notre apéritif de jeunes fiancés au sommet du Semnoz au coucher de soleil. Bon, nous ne sommes pas restés longtemps parce que franchement ÇA CAILLAIT !

Donc, finalement, ma demande n’était pas rocambolesque ! J’ai fini par la faire presque sur un coup de tête (comment ça après plus de 3 mois de réflexion, on n’appelle pas ça un coup de tête ?), mais je ne la changerais pour rien au monde. Nous étions dans un lieu qu’on adore, face à nos montagnes, juste tous les deux. Et il m’a dit OUI !

Et avec du recul, il m’a dit que ses remarques sur la « tradition familiale » étaient tout à fait innocentes, qu’il ne se doutait de rien, et qu’il aurait peut-être fini par faire sa propre demande sans trop tarder.

Et toi la demande ? L’as-tu sentie venir ? Étais-tu surprise ? L’as-tu faite toi-même ? Dis-moi !!!

Enregistrer

Enregistrer


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



24 commentaires sur “L’histoire de la demande – Partie 2”

    • J’avais peur que mon album fasse un peu « cul cul la praline ». Mais en fait non, c’était juste mignon et émouvant. On le feuillette encore de temps en temps 🙂

  • J’adore ta demande ! Non seulement je trouve ça déjà très courageux, mais surtout on peut imaginer être à la place des hommes, qui eux aussi son stressés finalement ! 🙂 Je souris aussi car j’ai hésite à faire la demande puisque M Wayne lui y tenait…Et puis, ma maman a demandé mon père en mariage aussi alors….En tous les cas c’est trop chouette !

  • Trop chouette ! Nous, nous avions décidé ensemble que l’on allait se marier : je lui avais dit un jour que je détesterais qu’il me demande en mariage, que ça devait être une décision commune. Mais… comme je suis parfois contradictoire, j’avais envie d’une demande « après la décision », et…c’est moi qui lui ai fait une « demande officielle ». Ton idée d’album photos est une très belle idée (mais pourquoi je n’y ai pas pensé ?!). On habite à la montagne aussi, et j’avais imaginé aller poser des panneaux le long d’un sentier de randonnée (mais je ne l’ai pas fait).

    • Oh oui ça aurait été une bonne idée aussi les panneaux! Comme quoi, on a beau essayé de trouver des idées originales, il y en a finalement pleins, et que l’on n’en a pas forcément besoin!

  • C’est génial, bravo !
    Je me reconnais dans ton récit : j’ai aussi demandé mon mari en mariage, et aussi via un album photo résumant nos années d’amour… même si moi je n’ai pas pû attendre 3 mois, mais seulement 3 jours avant de me lancer dans ma demande au milieu de notre salon 🙂

    • J’étais tiraillée entre l’envie de faire ma demande « vite vite! » et le trac de la faire, ça m’a donc pris très longtemps finalement!

  • Trop belle démande. Moi aussi c’est moi qui ait fait la démande. Lors d’un city trip à Dublin, j’ai démande au steward dans l’avion si je pouvais prendre le micro pour faire ma démande. Mon chéri etait surpris et il a dit ouiiii. Ôn se souviendra de notre city trip ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *