Et un jour, on s’est dit qu’il nous fallait une salle – Partie 1

Youhou, on va se marier ! Relancez des paillettes ! Sortez les trompettes !

Et une fois que cette décision est prise, il y a une énorme machine qui se met en route. Pas une machine à pistons qu’il faut huiler pour qu’elle fonctionne correctement. Pas une machine dépendante de son alimentation en carburant, quel qu’il soit. Non, une véritable machine de guerre qui ne s’arrêtera plus jusqu’au lendemain du mariage. Même lorsqu’elle fait semblant d’être au repos, sache qu’elle ne dort pas. Elle veille, elle analyse, elle questionne, elle prépare. Et cette machine, c’est toi. Enfin dans le cas présent, c’est moi ! Et comme j’avais déjà pris la liberté de penser à mon notre mariage avant une hypothétique demande, j’aime autant te dire que le moteur ronronnait déjà et n’attendait plus qu’une chose : qu’on lui donne le feu vert.

Et là, c’est Monsieur Monchéri qui a été surpris. Parce que dans son monde à lui, il s’était fait une idée très cool de la post-demande. Son scénario me concernant devrait pouvoir se résumer à ça : sa future épouse, épanouie avec des petites ailes sur le dos, béate et comblée à la simple idée de l’épouser, qui rêvasse une fleur dans la bouche avant de ne se lancer dans les préparatifs que quelques mois plus tard.

Or, il s’avère que la réalité n’a pas véritablement été dans ce goût-là. Enfin, moi avec les petites ailes, comblée tout ça,oui. Qui rêvasse aussi. Mais qui ne s’activerait que bien plus tard, il était fort loin du compte ! Bien au contraire, deux semaines plus tard, Monsieur Monchéri s’est retrouvé avec quatre visites de salles au planning. Et ça c’était pour la partie « salle ». Bref, il a vite dû actualiser son image de la future mariée !

Rechercher la salle idéale pour son mariage

Crédits photo (creative commons) : Rick Phillips

Quand un propriétaire de salle accélère ta recherche

Un sacré coup de stress…

À part le côté « Mode machine : ON » qui m’a poussée à contacter une salle une semaine après la demande de Monsieur Monchéri, un petit malin a provoqué ma chute dans le frénétisme.

Vois-tu, ma première expérience de contact avec un propriétaire de salle eut ceci de particulier qu’elle fut teintée si par de la malhonnêteté ou si pas, en tous cas une tentative de manipulation. Je te laisse imaginer la scène, que je raccourcis à l’essentiel en t’épargnant le « kit questions » :

– Février 2014. Moi, toute gaie au téléphone : « Bonjour Monsieur, mon conjoint et moi allons nous marier (gniiiiiii) et cherchons une salle pour septembre-octobre. Avez-vous encore des disponibilités ? »
– Lui : « Mais Mademoiselle, pour septembre-octobre, nous avons déjà plusieurs dates réservées ! »
– Moi : « Oh oui Monsieur, excusez-moi, j’aurais dû préciser : je parle de septembre-octobre de l’année 2015 ! Pas celle-ci évidemment »
– Lui : « Mais moi aussi Mademoiselle ! Plusieurs dates sont prises, il faut vous dépêcher ! »

BAM ! Comment mettre une future mariée en stress en une leçon ! Ni une, ni deux, en novice alertée, je prends rendez-vous vite fait pour aller visiter la-dite salle.

… pas vraiment justifié

Seulement, une fois sur place, nous avons rapidement saisi l’étendue du personnage que nous pourrions qualifier du « commercial-type-qu’on-est-tous-susceptibles-de-détester-plus-ou-moins-farouchement ». Il a vite été clair pour Monsieur Monchéri et moi que nous ne pouvions pas envisager d’organiser notre mariage avec lui, mais il s’est donné le coup de grâce tout seul quand j’ai poursuivi la conversation que nous avions entamée par téléphone. Hop, lumières sur la scène :

– Moi : « Et du coup, cher Monsieur, vous m’aviez indiqué par téléphone que plusieurs dates étaient prises en septembre-octobre. Pourriez-vous me dire lesquelles ? »
– Lui : « Euh. Il faut que je regarde dans mon agenda »

Aucune réaction de ma part. Son agenda est dans sa main droite, ça ne me paraît donc pas trop hors de portée. Il comprend que j’attends, et vérifie donc.

– Lui : « En fait, il n’y a pas encore de réservations. Mais plusieurs couples sont intéressés ! Il faudrait aller vite ! ».

Et voilà. C’était fait. Tout premier contact avec le monde du mariage et, déjà, nous avions compris que c’était un sacré marché lucratif qui, comme bien d’autres, pouvait avoir dans son sillage des personnes plus intéressées par notre carte de crédit que par les paillettes dans nos yeux.

Prudence, future mariée, prudence

Pourquoi je te raconte ça ? Pas tellement pour l’intérêt intrinsèque de ma trépidante tranche de vie, tu l’auras compris. Mais, vraiment, si tu te lances dans ces recherches, n’oublie pas de prendre un minimum de distance avec ce que certains prestataires peuvent te dire. Ne t’affole pas, comme moi, au discours du premier prestataire contacté ! Surtout si, comme nous, vous avez un an et demi devant vous. C’est une petite histoire sans conséquence mais je t’assure que, sur le coup, Monsieur Monchéri et moi avons été vraiment dégoûtés par ce commerçant qui n’avait aucune raison valable de nous mettre la pression. Pour rien du tout, au final.

… Bon, après, si tu commences ta recherche de salle à six mois du mariage, crois-les quand même s’ils te disent que c’est chaud boulette !

Choisir une date pour son mariage

Crédits photo (creative commons) : Basti93

Cela dit, une fois en route, nous avons continué sur notre lancée en nous disant que nous aurions le choix de notre salle, sans devoir justement nous décider dans la journée pour cause de conflit de réservation imminente avec un autre couple de futurs mariés. Et au final, ce fut très bien comme ça.

Pour la petite anecdote, tous les autres propriétaires que nous avons contactés ont été charmants et nous ont dit que nous étions dans les temps pour, justement, choisir tranquillement. No pressure, donc !

Une fois lancés, il a fallu qu’on se décide sur l’objet de la recherche

Si tu ne veux pas t’épuiser de tout côté, il te faut un minimum de critères de recherche. Or, Monsieur Monchéri et moi n’en avons pas vraiment établi. À côté de l’envie d’un joli décor pour fêter notre union, ce sont surtout des considérations pratiques/logistiques qui se sont imposées très naturellement dans notre hit-parade des questions aux prestataires potentiels.

En gros, on a très vite su qu’on voulait une salle :

  • avec du charme, un cachet, en sachant qu’on aime l’esprit grange/pierre apparente. Il nous faut une salle dans laquelle nous nous sentons bien, et nous avions également envie d’un accès à l’extérieur. Pas forcément un jardin gigantesque, mais tout de même existant, et si possible avec une vue agréable. Ça, c’est pour le côté envie ;
  • qui permette à nos familles/amis de venir des 4 coins de la Wallonie et de Bruxelles, et qui n’imposerait préférentiellement pas une heure de route après la cérémonie civile ;
  • qui peut contenir environ 110 personnes à table, et 200 pour le vin d’honneur et la soirée ;
  • dans notre limite de prix (qui n’était pas réellement définie et qui s’est surtout dessinée par comparaison entre les salles, en tenant compte des options en supplément et compagnie) ;
  • avec un accès et une toilette PMR (personne à mobilité réduite) pour nos Mamies, ou toute autre personne qui en aurait besoin ;
  • qui n’imposait pas un traiteur (donc pas de salle-traiteur). On acceptait par contre les listes de traiteurs (tant que tous n’étaient pas dans le haut de la fourchette des traiteurs belges. Hum !) ;
  • une solution plausible de repli pour le vin d’honneur en cas de pluie constitue un plus. En Belgique, tout de même, restons cohérents…

Du coup, sans impératif réellement restrictif dans le monde des salles de mariage, la liste des « potentiellement nôtres » pouvait être longue. Très très longue.

Et toi, as-tu une une première expérience refroidissante lors de ta recherche de salle ou, au contraire, tout s’est bien passé ? Avez-vous établi des critères stricts ton Chéri et toi, ou n’en avez-vous pas vraiment ? Raconte-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



13 commentaires sur “Et un jour, on s’est dit qu’il nous fallait une salle – Partie 1”

  • Comme je comprends le stress, et j’avoues que je suis moi aussi des fois un peu blasée par cette course /concurrence, pour trouver une salle/ des prestataires et tout et tout….
    un cercle vicieux bien stressant, et une partie de moi me dit que ça ne devrait pas être si prise de tête.
    Niveau photographe c’est pareil, certains me contactent 1 an et demi à l’avance, et d’autres 2 mois avant la date J (j’ai aussi reçu des demandes 2 semaines avant)
    Alors c’est quoi le juste milieu ? Je ne sais pas trop en fait 🙂

    • Je ne sais pas non plus. C’est difficile et à écouter les personnes qui se sont mariées avant nous, c’est de pire en pire. Enfin cette façon qu’ont certains prestataires de presser les mariés pour s’assurer une croix dans leur calendrier professionnel, en tous cas, ça me saoule!

  • Alors moi j’ai carrement eu l’inverse. J’ai commencé la recherche des salles en mai 2014. J’ai trouvé mon bonheur parfait ! Je telephone, demande si ma date (pour septembre 2015) est toujours dispo et on me dit oui. Je fonce donc la visiter et une fois sur place la commerciale me dit que la salle n’est pas dispo le 5 (le lendemain du coup de fil …).
    Dans le monde du mariage, je trouve qu’en règle general il y a quand même un peu trop de prestataire pourri … ou trop peu honnete …
    J’ai hate que tu nous raconte la suite de tes recherches et de ton choix (ok VOTRE choix).

    • Un an et 4 mois en avance quoi! C’est dingue! Tu as dû être super dégoûtée… Il doit être vraiment difficile de se marier de manière spontanée du style « on se marie dans 3 mois? » si on souhaite faire appel à une série de prestataires. Cela dit, pour le reste, je suis contente des miens! (Sauf sans doute de la sympathie des vendeuses pour la robe, mais là c’est juste une question de personnalité)
      Tu as tout de même su trouver une salle qui corresponde à tes envies?

  • Me concernant, j’ai réservé la salle en septembre 2013 pour juillet 2015 ! Mais en même temps, c’est l’une des deux salles de ma ville que je trouve top et comme je l’ai gratuitement, il fallait bien ça !

      • Point de bons plans ici ! En réalité c’est juste du piston. Mon père travaille pour la ville où je me marie et du coup il a droit à la location gratuite d’une des salles pour le mariage de ses enfants. Du coup, salle gratuite. Mais ce n’est pas sans conséquences, on a d’ailleurs dû changer de date de mariage à 9 mois de la date de départ car la salle nous est gracieusement prêtée !

  • Je suis en plein dans la recherche de salles et j’ai eu la même désillusion ! Les 5 premiers lieux que j’ai contacté étaient tous complet pour la date et le « mois » prévu pour notre mariage, soit plus d’un an et demi avant ! Mon coup de cœur était même complet de mi avril à mi octobre 2016 ! On ne s’y attendait pas et ça nous a mis un coup de stress … Mais je ne perds pas espoir de trouver notre salle parfaite et comme toi je ne peux que conseiller de ne pas se jeter sur le premier prestataire qui tente de mettre la pression (et ils y en a beaucoup ^^)

    • Ohlàlà… C’est dramatique quand même. Habites-tu dans une région fort prisée pour les mariages? Parce que là quand même, c’est fort! Quand te maries-tu?

      • Je ne sais pas si la région est très prisée pour les mariages, j’habite près de Lyon et du Beaujolais. Je pense que notre souci vient notre petit budget et de nos fortes exigences !(En conséquence on hésite à doubler notre budget salle ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *