Les invités du mariage, entre bonheur et déception

Que tu choisisses un mariage en petit comité ou avec trois cents personnes (une camarade a réuni neuf cent quatre-vingt-trois personnes le jour de son mariage, tout est envisageable !), la question des invités est fondamentale.

Pour certaines, la liste est complète avant le début de la bataille, pour d’autres, c’est une affaire plus délicate. Nous ne sommes pas toutes égales en matière de choix, surtout celui-ci. Je t’explique un peu comment ça s’est passé par ici et pourquoi il ne faut pas oublier que l’invité joue un rôle important à ton mariage.

Nos petits invités chéris que nous aimons, pourquoi ne les invitons-nous pas tous ?

Comme tu le sais, nous avons choisi l’option “petit comité”. Pourquoi ? Je viens de province et ma famille est assez étendue. Quand je parle de “famille”, je la prends au sens large du terme, incluant les amis très proches de mes parents avec lesquels ma sœur et moi avons grandi. Côté M. Wayne, la liste est plus restreinte. J’ai donc pris cet élément en compte : je ne voulais pas d’un mariage “bancal”.

Il y a également le fait que ma grand-mère ne pourrait pas venir à notre mariage à Paris, je l’ai expliqué en te racontant notre fête de fiançailles. Du coup, cette célébration nous a permis de profiter de “ma” famille et de n’en inviter que certains membres au mariage.

Et enfin, le fameux budget ! En région parisienne, un mariage à cent personnes n’a pas le même coût qu’en Charente-Maritime, soyons honnête. J’oublie aussi que nous avions envie que ce jour soit festif et que donc l’invitation de courtoisie n’était pas notre priorité.

Je sais que tu peux ne pas comprendre, trouver ça “choquant”, mais c’est un choix que nous assumons. Dans l’ensemble, tout le monde a bien réagi, a tout à fait encouragé notre démarche. Ils ont bien entendu que ce n’était pas un manque d’amour envers eux.

Qui inviter à un mariage en petit comité

Crédits photo : Frank Guiraud

Gérer les déceptions et les frustrations, des deux côtés

Mais comme partout, il y a aussi eu ceux qui n’ont pas compris. Souvent, les moins impliqués. Lors de notre soirée de fiançailles, nous avons annoncé que nous ne connaissions pas la date de notre mariage, que ce n’était pas déterminé et qu’il était très probable que nous l’organisions du côté de chez nous pour la simple et bonne raison que c’était notre maison, notre foyer.

Quelques mois plus tard, une personne de ma famille, pour ne pas dire ma tante, décide qu’elle ne viendra pas à notre mariage, parce qu’elle est trop fatiguée – dix mois en avance, hein, célibataire sans enfant et dans la trentaine ! Et puis parce que de toute façon, je n’ai pas invité mes grands-parents, que c’est scandaleux et que M. Wayne et moi sommes des menteurs, car nous n’avons jamais mentionné le fait de restreindre notre comité.

Bref, je te passe les détails, car je ne souhaite pas donner trop d’importance à cette histoire. Pour la conclusion, ça a conduit au silence radio de nos deux côtés, grands-parents compris. Si j’en souffre ? À l’heure actuelle, pas du tout. Les événements familiaux sont souvent révélateurs.

Quelques mois avant le mariage, j’ai senti que Papa O’Hara était un peu triste de ne pas pouvoir inviter ses amis et ses collègues. Pour lui, ç’aurait été “rendre la pareille”, puisqu’ils sont invités aux mariages des enfants de leurs amis. Je le conçois parfaitement, et si nous nous étions mariés en Charente, nous les aurions bien entendu invités. Ils ont d’ailleurs été parmi les premiers à nous rassurer. Mais j’ai eu de la peine quant au fait que Papa O’Hara ne se sentait pas trop “dans le mariage” jusqu’au jour où il a récupéré la sono !

J’ai également bataillé avec M. Wayne pour organiser un petit vin d’honneur pour nos invités plus “pro”, ce à quoi il ne voyait pas d’intérêt. Je pensais qu’en n’invitant pas d’anciens collègues avec qui j’ai toujours de bonnes relations et que je vois régulièrement, ça me serait reproché. Finalement, sur vingt, sept sont venus, et il était trop tard pour les inclure à notre dîner. Je m’excuse aujourd’hui auprès de M. Wayne pour avoir insisté sur ce point qui n’en valait pas la peine.

Enfin, il y a eu une frustration plus grande de mon côté. Je regrette profondément, aujourd’hui, de ne pas avoir invité deux personnes chères à mon cœur : ma nounou et son mari. C’est véritablement ce que je regrette le plus à mon mariage, et j’y pense tous les jours. À côté de ça, des invitations pour des proches de M. Wayne ont été envoyées et n’ont pas été honorées. Ça a été dur pour lui…

Un petit point sur les enfants : nous n’avions que six enfants (dont trois ados) à notre mariage ! Un choix délibéré de ne pas inviter les enfants de nos amis, car nous n’aurions rien mis en place pour les accueillir, la salle étant trop petite et les convives assez peu nombreux pour en profiter. Nous avons privilégié notre famille, mes deux petites cousines dont je suis très proche et les neveux de M. Wayne.

Être entourés de gens merveilleux

Nous avons eu de très belles surprises. Des personnes que nous ne pensions pas en mesure de venir étaient là. Souvent les premiers à répondre ! Je pense à l’un des meilleurs amis de M. Wayne venu de Suisse, à M. Draw venu de loin aussi.

Et puis, nous avons compris que les gens présents à notre mariage étaient ceux qui nous aimaient, ceux qui avaient ENVIE d’être là – parce qu’on a le droit de ne pas avoir envie d’aller à un mariage – et ceux qui le pouvaient également.

Certains de nos proches habitant trop loin, avec des professions peu souples, ont pensé à nous pour ce grand jour et c’était comme s’ils étaient à nos côtés. Je rappelle que nous nous sommes mariés un vendredi, et que nous avons pris consciemment le risque de certains désistements. Je pense à mon beau-frère et ma belle-sœur du Sud, à mon amie d’enfance et son mari, je pense à d’autres amis qui auraient adoré assister à ce merveilleux moment mais qui n’ont pas pu.

Un conseil : invite uniquement des gens que tu as envie d’avoir autour de toi le jour J. Ce n’est pas un lieu pour gérer des aigreurs, des colères, des disputes… Il est aussi important d’en discuter avec le groom et tes proches. Enfin, si quelqu’un ne vient pas à ton mariage, ne te formalise pas (trop). On oublie trop souvent qu’un mariage coûte cher aux mariés, mais également aux invités. Entre frais de déplacement, tenues, cadeau… C’est un budget ! Il ne faut pas se sentir obligé d’aller à un mariage, c’est une perte de temps pour tout le monde.

Profite avec ceux qui sont présents et laisse-toi submerger par cette vague d’amour ! Attention, elle est gigantesque.

Et toi alors, comment se passe la sélection ? Enfants, pas enfants ? Petit comité ? Des déceptions ? De belles surprises ? Viens me dire !



7 commentaires sur “Les invités du mariage, entre bonheur et déception”

  • Je comprends parfaitement ! Si j’avais pu, j’aurais fait comme vous… seulement un mariage c’est à deux qu’on le fait ! Et mon Monsieur Cerf n’a pas du tout la même vision que moi… Nos deux listes initiales étaient bien différentes l’une de l’autre ! Maintenant nous avons choisi (enfin j’ai cédé ^^) d’inviter plus de monde, mais c’est sûr que ça nous fait plaisir (quand même !) d’avoir ces quelques invités “rendre la pareille” et j’ai hâte de les voir le jour J 🙂

  • Le case tête de la liste des invités. De mon côté pas trop de soucis, la liste de mes parents correspondait à celle que je voulais mais en revanche pour Mr Obi-Wan c’était plus compliqué ma belle mère voulait inviter pleins de gens pour leur rendre la pareille… Au final elle s’est restreinte toute seule quand elle a su combien on était de mon côté elle ne se voyait pas elle invitait le double d’invités car bonjour le déséquilibre :-). Tellement d’accord pour cette vague d’amour gigantesque !!!

  • Je te comprends parfaitement pour etre en train de vivre la meme chose! J’ai juste envie de dire Fuck les gens! Tout le monde s’en mele et veut que l’un et l’autre soient invites mais non quoi! C’est notre mariage a la fin! 🙂

  • J’aime beaucoup ta vision des choses sur ce point Mme O’Hara, vision à laquelle j’adhère totalement 🙂
    Ta phrase de conclusion est tellement juste, par ailleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *