Mon mariage ludique et romantique : J-1, retards, angoisses et tensions

La dernière fois, je t’expliquais que nous étions un petit peu justes dans notre organisation. Mais rien qu’un petit peu, hein. Cela dit, nous avons été assez efficaces et nous avons rattrapé l’essentiel de notre retard. J’ai même été assez raisonnable pour abandonner certaines de mes idées, infaisables dans le temps qu’il nous restait.

J-1, la décoration de ma salle

Crédits photo (creative commons) : Agence Tophos

Le stress qui monte, qui monte, qui monte…

Le vendredi est arrivé. Monsieur Glenn et moi sommes allés chez ma mère, qui habite le village où nous nous mariions, et nous avons fait les courses pour le brunch du dimanche. Il était ensuite prévu que nous nous rendions à la salle aux alentours de 14 h, car nous avions la chance de l’avoir à notre disposition pour la décorer.

Sauf que… sauf que toute la décoration se trouvait chez mon père, à plus d’une demi-heure de là. Il devait en effet nous rejoindre sur place, en compagnie de ma sœur. Sauf que… sauf que ma sœur se prenait la tête sur une surprise qu’elle voulait nous faire et avec laquelle elle rencontrait des difficultés. Et de mon côté, j’ai pris plusieurs heures pour relire et corriger son rapport de stage… Il n’y avait pas le choix, il fallait le rendre le jour même !

Finalement, je suis venue à bout de ma tâche et ma sœur a renoncé à contrecœur à la sienne, se résignant à réserver cette surprise pour un autre jour (au moment où je t’écris, je ne sais d’ailleurs toujours pas ce dont il s’agissait ! La curiosité me dévore…).

Je dois t’avouer qu’à ce stade de la journée, je commençais à me sentir très tendue. Nous avions pris un retard fou dans ce que j’avais prévu, l’angoisse et la contrariété de ma sœur me touchaient, ma mère me stressait pour que nous partions pour la salle… Mais à quoi bon, puisque nous n’avions rien pour commencer les préparatifs ? Mon père a fini par tripler son temps de trajet en faisant un premier aller-retour simplement pour nous déposer une partie de la décoration !

Enfin, nous pouvions commencer. Il était 18 h… Et là, c’est le moment où nous nous sommes rendus compte que déplier une cinquantaine de pompons prenait un peu de temps. D’ailleurs, j’en profite pour te prévenir, s’il te venait comme à moi l’idée de varier sur la taille et d’en faire de plus petits : ils sont vraiment plus pénibles à mettre en forme… Heureusement, Monsieur Glenn et moi n’étions pas seuls : il y avait ma mère, une amie à elle, et enfin mon père et ma sœur qui ont fini par arriver. Tout le monde s’est mis à la tâche sans trop râler…

pompons

Crédits photo (creative commons) : bainesmcg

Une fois les pompons dépliés, il restait à les fixer aux poutres du plafond, largement hors de portée pour ma petite taille et ce même avec l’escabeau ! C’est donc Monsieur Glenn qui s’y est collé, malgré son léger vertige. Et là, nouvel avertissement : chère future mariée, ne fais pas d’économie sur les punaises. Nous avions prévu deux paquets, l’un bas de gamme et l’autre de marque. Et crois-moi, les premières punaises n’ont pas cessé de se plier… Quand cela signifie descendre de l’escabeau, reprendre une punaise puis remonter, on a vite fait de rager ! D’ailleurs, Monsieur Glenn a fini par être gagné par un malaise. Il a donc fallu que mon père, lui aussi sujet au vertige, prenne le relai : c’était le seul assez grand pour le faire ! Mais ce n’était pas plus mal car ça l’a arraché à l’installation de la sono, sur laquelle il était en train de s’arracher les cheveux… J’aurais dû me souvenir que la technologie et lui ne faisaient pas bon ménage…

Enfin, les pompons et les autres éléments de notre décoration ont été fixés. Il était plus de 22 h… Les estomacs grondaient. Le stress de ma mère montait, car elle avait prévu un dîner chez elle, spécialement pour ma sœur qui venait de fêter ses vingt-deux ans. Mon autre sœur et son amie venaient juste d’arriver, très en retard, à la gare qui se trouvait à une demi-heure de la salle. Et Monsieur Glenn devait partir, car il avait prévu de passer la nuit dans notre appartement, bien loin de là… La gorge nouée, nous nous sommes dits au revoir. Puis j’ai mis la main aux derniers préparatifs en comité réduit, ma mère étant en route pour la gare avec Monsieur Glenn et mon père étant parti aussi. La pression est un peu retombée à ce moment et j’ai finalement quitté la salle contente de nous.

Malheureusement, la fatigue était présente et tout n’était pas réglé. La playlist, notamment, n’était pas du tout faite… Ma sœur avait en effet prévu de s’en occuper mais n’en avait, en définitive, pas eu le temps. Elle s’apprêtait donc à veiller de nouveau alors qu’elle avait déjà plusieurs nuits très courtes derrière elle. De son côté, ma mère appréhendait le lendemain car je lui avais expliqué, un peu tard, que je comptais plus ou moins sur elle pour ouvrir la porte de la maison à nos invités qui allaient arriver un peu en avance (la faute à des horaires de train peu arrangeants, en pleine campagne…). Là encore, j’aurais dû me souvenir de l’hôtesse perfectionniste et angoissée qu’elle était !

Bref, la fatigue et la tension ambiante ont eu le résultat qu’elles n’entraînent que trop souvent : une bonne dispute… Désemparée par des échanges un peu cassants avec ma mère, bien loin de la complicité que j’espérais trouver en cette veille (ou plutôt, à ce moment-là, ce petit matin) de mon mariage, je me suis mise à pleurer, ce qui n’a fait qu’aggraver son humeur. De son côté, ma petite sœur a sorti les griffes pour me défendre… Quelques cris et beaucoup de sanglots plus tard, la situation s’est heureusement apaisée… Mais j’avais le cœur serré et les larmes ne s’arrêtaient pas de couler. Je peux te dire qu’à cet instant j’ai beaucoup regretté la décision que nous avions prise, Monsieur Glenn et moi, de passer la nuit séparément. J’aurais vraiment voulu être auprès de lui. Sans compter qu’il a mis des heures à rentrer, de son côté, car il n’y avait plus de train mais des bus nocturnes…

Et voilà comment a fini cette dernière journée avant mon mariage : pas vraiment comme je l’avais prévu et espéré… Il est vrai que j’aurais préféré que tout se passe dans la sérénité et que je puisse passer simplement un bon moment. Mais le fait est qu’un mariage ne touche pas que les futurs mariés : les proches s’impliquent eux aussi, à leur façon, et peuvent se laisser gagner par le stress. C’est pour cette raison que j’ai tenu à te raconter cette étape peu agréable de mes préparatifs.

Deux conseils donc, chère future mariée :

  1. organise-toi mieux que moi (ou soudoie les profs de ta principale alliée pour qu’ils lui accordent une semaine de pause…)
  2. si une dispute devait éclater, ne la rumine pas trop longtemps et relativise… C’est vrai, ce n’est pas agréable. Ça ne cadre pas trop avec le côté paillettes et rose bonbon du mariage. Mais ça arrive, surtout quand les ingrédients du cocktail explosif sont tous réunis : fatigue, angoisse…

Alors inutile de dramatiser et de se dire que ça va tout gâcher. Bon, je l’avoue, sur le moment, j’avais tendance à le penser. Mais le lendemain, tout n’a pas tardé à s’évanouir…

Alors respire, et souris, hein !

Et toi ? As-tu rencontré des difficultés de dernière minute ? Ta playlist était-elle prête ? T’es-tu disputée, ou crains-tu que ça arrive, avec tes proches à l’aube de ton mariage ? Raconte !


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



13 commentaires sur “Mon mariage ludique et romantique : J-1, retards, angoisses et tensions”

  • SI ça peut te rassurer, après avoir passé 3h a faire la déco de la salle en famille, on s’est pris la tête aussi en famille avant d’aller se coucher pour une vraie bêtise en plus… je pense que le stress joue beaucoup dans ce cas là !

    Tes pompoms sont super jolis !

    • Ça me rassure un peu, en effet 😉
      En fait, ce ne sont pas mes pompons ! Je n’ai pas de photos des préparatifs… (on était trop à la bourre pour prendre le temps d’en faire). Mais on en a fait aussi des bicolores, dans nos couleurs : bleu – bleu turquoise – rose pâle – vert pâle. À suivre !

  • Salut. Merci pour cet article qui me fait relativiser car je suis quasiment sure de vivre la même chose que toi…Je voulais te demander combien te temps vous aviez mis pour déplier les pompoms pour combien de pompom et combien de personne? Merci

    • J’espère quand même que tu arriveras à l’éviter, mais si ça devait se produire, il faut effectivement relativiser…
      Pour le temps, c’est difficile à dire (certains faisaient des pauses et quand je ne dépliais pas j’aidais M. Glenn à les accrocher…). Je dirais qu’il vaut mieux compter 2 bonnes minutes par pompon. Au début, on galère, puis on se débrouille mieux…

    • Une partie de ces péripéties aurait pu être évitée avec une meilleure organisation, mais bon… On n’a pas évité tous les couacs le jour J, mais notre bonheur les a éclipsés ^^

  • à mon premier mariage, mes parents ont du faire la déco de la salle tout seuls… j’étais hyper mal organisé, entre ma coiffure, mon maquillage, ma robe, j’ai pas du tout aidé… j’en entends encore parlé ^^
    Mais là mon second, c’est le restaurateur et ses serveurs qui ont tout installé (on avait juste de la déco de table). La différence a été nette: non seulement tout le monde a eu la surprise de découvrir la salle, mais même moi j’ai été émerveillée, et tout sauf stressée 🙂
    Ca n’a pas empéché les disputes avec son cher et tendre, mais c’était la pression, la peur, le stress… 🙂

    • C’est sûr qu’on s’épargne du stress en déléguant la décoration… et en s’organisant mieux 🙂
      J’ai eu la chance de ne pas me disputer avec Monsieur Glenn. Dans l’état où j’étais, cela m’aurait achevée !

  • Quel plaisir de te lire Madame Lumi car j’attendais ton récit avec impatience.
    J’ai vêcu ton émotion avec toi, merci pour ces conseils et hâte de lire la suite!

  • J’avoue avoir un peu peur d’une prise de tête de dernière minute avec ma mère … J’ai aussi peur d’un clash entre mon homme et sa mère qui pourrait être très lourd de conséquences (disons qu’ils sont capables de ne pas se parler pendant des semaines …) Pour la déco, j’avoue, je suis plutôt sereine car, en dehors de la déco de table, assez simple, n’avons prévu que de la déco photo, pas de pompons, pas de DIY dans tous les sens, juste le plaisir d’être avec nos amis et nos familles. On verra dans 4 mois (+ 1 jour) si j’ai toujours le même discours ^^

    • Je pense avec le recul qu’on peut essayer d’éviter les prises de tête en prenant en compte le caractère de l’autre… c’est-à-dire en évitant de le solliciter sur quelque chose qui est susceptible de le faire craquer. Dans mon exemple, j’aurais dû réfléchir au stress que ressent ma mère quand elle reçoit. Je crois qu’il peut être bien de réfléchir à ça au moment de répartir les tâches entre les individus ! (dit la fille qui s’y est prise à la dernière minute pour déléguer… et qui s’est bien ratée !)

  • Moi la grosse dispute de la veille ce fut avec mon futur 2 stressés au même endroit avec en plus 2 sales caractère c’était prévisible. J’ai dormi avec ma mère et les enfants à l’hôtel comme c’était prévu mais je n’avais pas du tout pensé au fait qu’elle est encore plus stressée de nature que moi! Elle n’arrêtait pas de râler toute la matinée et avec le balai incessant d’adultes et d’enfants qui entraient dans ma chambre il n’en a pas fallu plus pour que je sois sur les nerfs alors que je m’étais réveillée très détendue, je ne disais rien pour ne pas me disputer avec elle ce jour là mais j’en avais gros sur le coeur et envie de l’envoyer bouler. Elle s’est complètement arrêtée de stressé une fois qu’elle m’a découverte complètement prête et toute ma nervosité s’est envolé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *