La découverte de ma robe de mariée, sans cesse reportée…

Comme tu t’en souviens peut-être, j’ai commandé ma robe de mariée sur catalogue, car il n’y avait plus rien à mon goût en boutique.

La vendeuse a su me convaincre que je ne prenais pas trop de risques : la robe devait arriver courant septembre et j’aurais encore le temps, selon elle, d’échanger éventuellement pour un modèle de la nouvelle collection. C’est donc sans trop d’angoisse que j’ai attendu septembre…

September

Crédits photo (creative commons) : Auntie K

Malheureusement, je n’ai pas tardé à déchanter. Quand j’ai appelé la boutique au début du mois, on m’a annoncé que ma robe arriverait le 10 octobre. J’ai commencé à comprendre qu’il valait mieux qu’elle me plaise, car il ne serait pas si simple de l’échanger à temps. Le 10 octobre est passé, sans nouvelles de la boutique. J’ai donc rappelé, pour m’entendre dire que la robe n’arriverait pas avant le 10 novembre…

Là, l’angoisse est montée. J’en suis venue à penser que la vendeuse m’avait poussée à l’achat avec une assurance mensongère. Informées de la situation, ma mère, ma petite sœur et ma meilleure amie se sont indignées. Il n’était pas normal que la date d’arrivée ne cesse de reculer. Mais que pouvions-nous y faire ? Par mesure de sécurité, j’ai quand même envoyé un mail pour réclamer une confirmation écrite de la date d’arrivée de ma robe, que j’ai reçue quelques jours plus tard.

Or, le lendemain, la boutique laissait un message sur mon répondeur : « Mademoiselle Lumi, votre robe est en boutique. Il faut que vous nous rappeliez, pour qu’on prenne rendez-vous. Mais bon, on ne fera pas ça avant décembre, hein, car en ce moment on est très occupées, on a beaucoup de mariées, et pour vous, décembre, ça suffira. »

Euh… Comment ça, « ça suffira » ? Je ne savais toujours pas si cette robe m’allait ! J’étais tellement dépitée que je n’ai pas rappelé aussitôt. Il faut dire que je n’étais pas très en forme, pour des raisons liées à mon travail. Dans ces conditions, ces cafouillages autour de ma robe ne m’amusaient pas du tout… Ma mère m’a alors convaincue de me présenter directement en boutique, pour exposer la situation et exiger un rendez-vous.

Je n’aurais sans doute pas osé y aller seule, surtout dans mon état d’esprit du moment. Ma mère et ma sœur m’ont donc accompagnée. Nous avons choisi un jour de semaine pour minimiser les risques de nous faire jeter dehors…

Sur place, j’ai expliqué calmement le souci. La même vendeuse que lors de ma commande m’a répondu que ce n’était pas un souci, qu’elle ne se souvenait pas du fait que j’avais commandé ma robe sur catalogue, et qu’on pouvait prendre rendez-vous plus tôt, mais qu’alors je ne devrais plus grossir ou maigrir d’ici le mariage… Soit. J’aimais mieux cela qu’attendre encore plus d’un mois. Rendez-vous a donc été pris pour la semaine suivante. Je suis ressortie de la boutique un peu tranquillisée.

Le jour J, je n’en menais pas large.

Et si je n’aimais pas cette robe, au bout du compte ? Et si elle ne m’allait pas ? Mon appréhension a grandi quand j’ai enfilé le jupon remis par la vendeuse (une autre, cette fois), très volumineux à mon goût et plutôt désagréable au toucher (je n’aime pas le tulle…). Il a fallu ensuite passer la robe. À ce moment-là, je ne voyais d’elle qu’un bustier un peu trop large et des couches de tissu mal ajustées par-dessus la chantilly du jupon… Rien de très engageant. Enfin, la vendeuse a fini de lacer le ruban dans mon dos, a tiré sur le tissu pour qu’il tombe bien, et m’a entraînée dans la boutique, où j’ai enfin découvert mon image.

Contrairement à mes craintes, la robe ne paraissait pas si volumineuse que cela. Les détails qui m’avaient charmée sur le catalogue me semblaient toujours très beaux. Mes accompagnatrices partageaient ma joie, d’après le sourire de ma sœur et les yeux très embués de ma mère… S’en est suivi un long moment de découpe du jupon et d’épinglage de ma robe : comme je te l’ai déjà dit, je suis petite, donc il y avait une bonne longueur de tissu en trop… Le bustier a également été ajusté.

Un détail me chagrinait encore : l’absence de bretelles. Je n’ai jamais vraiment apprécié les robes bustier et je ne m’imaginais pas en porter une. J’ai donc demandé à la vendeuse si on pouvait en ajouter, et elle m’a rapporté de fines bretelles récupérées sur une autre robe. Ce n’était pas du tout ce que j’avais en tête : je rêvais plutôt de bretelles larges, dans un tissu fluide, légèrement drapées… Un peu dans cet esprit :

Robe Charlotte Marie Laporte

Crédits photo : Marie Laporte

Cependant, la boutique n’avait pas le tissu pour procéder à une telle modification. Cela m’a un peu déçue, mais j’ai retrouvé le sourire en passant mon gilet bleu par-dessus la robe. Cela rendait exactement comme je le voulais – et tant pis si ma mère continuait de penser qu’on avait l’impression que j’avais pris « la première chose qui me passait sous la main pour me couvrir » !

En revanche, c’est moi qui me suis rangée à l’avis de la vendeuse et de ma mère concernant le sort de certains détails de ma robe, que je pensais éventuellement ôter. Après réflexion, je trouvais moi aussi que cela nuierait à son harmonie. J’ai tout de même retenu l’idée de les personnaliser un peu, en y rajoutant des pointes de bleu… Mais ça, ce sera pour le prochain essayage !

En définitive, même si cela m’a causé quelques angoisses, on peut dire que « tout est bien qui finit bien » dans cette aventure un peu folle de la robe commandée sur catalogue… Je me suis trouvée jolie et surtout, je n’ai pas eu l’impression de me déguiser. J’ai choisi une robe qui me ressemble.

Il ne me reste que le regret des bretelles… Je crois d’ailleurs que je vais essayer de trouver moi-même du tissu pour le prochain essayage. Si cela ne va pas, tant pis, mais je veux être sûre de ne rien regretter. Je ne manquerai bien sûr pas de te tenir au courant. D’ici-là, j’ai encore plein de choses à te raconter !

Et toi, tu aurais fait le forcing aussi, si la date d’essayage de ta robe n’avait cessé d’être repoussée ? Tu l’aurais commandée sur catalogue ? Tu voudrais changer un détail, mais tu ne peux pas ? Raconte ! 


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



3 commentaires sur “La découverte de ma robe de mariée, sans cesse reportée…”

  • Ahhh c’est super alors si tout se termine bien! Et pour les bretelles peut être qu’ une couturière pourrait te faire ca d’ ici le mariage si tu récupère ta robe rapidement?

  • Je voulais aussi des bretelles du même genre, et j’étais contre le bustier.
    Dans mon cas, j’ai acheté ma robe en outlet et on pensait rajouter des bretelles, on a essayé avec le tissu et finalement, ça fait trop, trop sissi, trop couvert…
    Mais je te conseille de le faire aussi pour ne pas avoir de regret 😉 Et peut-être que ça ira très bien sur ta robe !

  • Pour ma part je l’ai commandé sur internet mais sans possibilité d’essayage.
    J’ai eu la chance qu’elle m’aille comme un gant malgré la prise de poids entre la réception de la robe et le mariage (1 mois).
    Je savais que j’allais grossir durant ce mois (j’attend un têtard), j’ai donc pris une coupe empire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *