L’amour est comme un jardin…

Aujourd’hui, on va parler d’un truc pas glamour. Un truc pas rose, bisounours, chamallow ni liberty. Aujourd’hui, j’ai envie de te parler des doutes que tu pourrais avoir par rapport au mariage.

Non, je ne veux pas parler des doutes sur ta robe, même si, vu le prix que ça coûte en général, on est en droit de se poser des questions… Je ne vais pas non plus te parler des doutes sur le mariage, dans le sens des noces (merci Mademoiselle Bretzel, pour avoir trouvé un équivalent français à “wedding” !).

Non. Je vais te parler du truc vraiment sérieux, vraiment important.

Love BabouchKAtelier

Crédits photo : BabouchKAtelier

L’engagement que vous, ton amoureux et toi, allez prendre : votre Mariage, au sens profond du terme. Je vais te parler de toutes ces années à venir ensemble et des questions que tu te poses peut-être, comme moi…

Voilà, chez Mademoiselle Dentelle, on n’oublie pas de dire qu’un mariage, ce n’est pas que la déco et la jolie robe. On sait que c’est pas toujours évident de savoir, d’être sûre…

C’est le moment de te raconter un peu ma vie.

Question d’âge et d’expérience ?

Tu le sais, je suis plutôt jeune.

Je dirai « ja/oui » à 26 ans. Quand j’ai rencontré l’Amoureux, j’en avais 21. C’est le premier homme de ma vie. Il y a bien eu quelques garçons qui faisaient battre mon cœur avant lui, mais rien de bien concret. De son côté, il a eu une longue histoire, mais avec quelqu’un de très traditionaliste, qui attendait le mariage pour beaucoup de choses. Donc oui, nous avons partagé des premières fois…

A côté de cela, je ne crois pas vraiment à la théorie de l’âme sœur, au fait qu’il n’y ait qu’Un Homme qui nous destiné, et que c’est lui, et qu’on le sait tout de suite, et que ça ne peut pas en être un autre. Je n’y crois pas, parce que je trouverais ça triste… C’est-à-dire que s’il arrive quelque chose à « l’âme sœur », ou si l’un de vous fait une grosse bêtise et fiche tout en l’air, c’est cuit, c’est foutu, vous avez loupé LA chance. Je pense qu’on peut avoir plus d’une belle histoire !

N’empêche que dans notre histoire à nous, les choses se sont faites avec évidence. On ne s’est jamais posé beaucoup de questions, les étapes sont venues d’elles-mêmes et on a toujours été très heureux de franchir des caps si naturellement. Je ne pense pas qu’il soit l’homme qui m’est destiné pour toute ma vie, non… Mais je pense que c’est l’homme que je veux choisir chaque jour de ma vie. Je pense qu’on est heureux ensemble, et qu’on peut l’être pour toujours. Et je n’ai pas besoin de l’avoir comparé avec un autre pour cela.

J’ai en tête une image un peu simple, mais qui me parle beaucoup : l’amour est comme un jardin.

Il peut être magnifique. Il peut avoir des difficultés à fleurir. Il a besoin d’entretien. Pour moi, nous sommes les jardiniers, nous devons prendre soin du jardin pour pouvoir vraiment en profiter. Quand je dirai, à l’église : « Je te reçois comme époux et je te promets de te rester fidèle dans le bonheur et dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie, pour t’aimer tous les jours de ma vie », à  mon sens, je dirai quelque chose du type : « Je m’engage à prendre soin de notre jardin, à faire de mon mieux pour l’entretenir, le faire fleurir ».

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de moments difficiles, pas d’erreur commise, pas de maladies à nos fleurs… Mais je ne crois pas que ce soit mon âge et notre manque d’expérience qui feront la différence. Je crois que ce qui compte, c’est ce qu’on est prêts à s’investir pour notre “jardin”. A faire le choix, chaque jour, de s’investir dans son entretien et sa beauté.

Question à la lumière des histoires des autres

Un autre point qui peut amener à douter, c’est de regarder autour de soi.

Un mariage sur deux finit en divorce. Et on ne compte pas les couples qui ne se marient pas, mais qui doivent séparer leurs biens et régler la garde des enfants après quelques années… En ce qui nous concerne, peu de nos proches ont divorcé. Après, certains passent par des crises qui ne sont pas jolies à voir. Mais il y a aussi la beauté de voir un couple de vieux assis sur un banc et sourire en regardant dans la même direction.

Il ne semble pas facile d’en arriver là, mais il m’apparaît aussi que le jeu semble en valoir la chandelle. Je trouve ça merveilleux de pouvoir s’endormir chaque soir près de quelqu’un de confiance, quelqu’un qui te serre dans ses bras quand ça va ou même quand ça ne va pas et qui est prêt à partager tes joies et tes peines. Et puis, pouvoir construire ensemble un projet, une famille, je trouve que c’est accomplissement de prix ! J’ai l’impression que ce qu’on peut faire a deux est potentiellement bien plus beau que ce que je pourrais faire seule…

Mais tout le monde n’a pas forcément le même avis.

L’autre jour, au boulot, j’ai glissé dans une conversation que j’espère avoir mes vacances à une certaine période, à cause de mon mariage. Et certains collègues ne savaient pas que je vais me marier. En moins de deux, la conversation a tourné à « Les désavantages de la vie de couple ». Il y a celle qui refuse d’habiter avec son amoureux pour garder sa liberté, et celle qui, après 25 ans de mariage, pense que si c’était à refaire, elle ne se marierait pas et ne ferait peut-être pas d’enfants.

Personne n’a cherché à me convaincre de ne pas me marier. C’était juste des avis spontanés. Je n’ai pas cherché à défendre ma position, parce que je ne me suis pas sentie attaquée. J’étais juste un peu triste d’entendre ça… Et forcément, je me suis dit qu’il fallait que je réfléchisse à leurs arguments. Le principal étant la liberté de faire ce qu’on veut… Est-ce qu’en me mariant, je renonçais à ma liberté ?

Oui, d’une certaine façon, parce que je m’engage auprès de quelqu’un. Je dois donc considérer cette personne, ses sentiments, ses envies avant de prendre une décision. Et forcément, il doit y avoir une part de concessions.

Est-ce que ça me pose problème de renoncer à une part de ma liberté ?

Question de projet de vie

Quand on décide de se marier, on ne pense plus seulement au présent, on fait un pari sur l’avenir.

Il se pose donc la question d’un projet de vie.

Quand j’ai connu l’Amoureux, mon projet de vie était différent. J’étais (et je suis encore) professeur de Français Langues Étrangères. Enseigner notre langue à des personnes dont ce n’est pas la langue maternelle est mon défi quotidien ! J’ai choisi ce métier par amour de l’enseignement, mais aussi par amour de la diversité. Je peux enseigner à tous les publics, mais je peux aussi enseigner dans plein de structures et plein de pays différents.

Pour une amoureuse de la découverte des cultures et des voyages comme moi, ce job est un rêve (je tiens à te préciser que mon banquier ne partage pas cette vision). Donc, à 19 ans, j’ai décidé de faire mes études par correspondance et j’ai commencé à voyager. Quand j’ai rencontré l’Amoureux, je faisais ma première année scolaire complète à l’étranger en tant qu’enseignante. Et j’avais en tête que ce serait la première d’une longue liste…

J’avais décidé de passer de six mois à deux ans dans un pays et d’en changer après. J’avais une liste de pays plus ou moins définie. Je voulais vivre plein de cultures avant de me fixer quelque part. Je savais aussi qu’à un moment, je voudrais partager le chemin de quelqu’un, fonder une famille, mais ce n’était pas dans un avenir immédiat.

Et puis, l’Amoureux est arrivé avec ses grands yeux et son sourire. J’étais bien avec lui. Je n’ai pas tout abandonné pour lui. Je suis allée en Colombie, je suis revenue plus vite que prévu mais l’amour n’était pas le premier responsable. J’ai voulu être plus près de lui, tout de même. Je suis allée en Allemagne. Et puis, après six mois, je me suis arrangée pour pouvoir venir aux Pays-Bas.

Ce pays n’était pas dans ma liste, à la base… Mais je n’y suis pas venue pour lui. J’y suis venue pour moi, parce que j’avais envie d’être avec lui. Plusieurs fois, l’Amoureux m’a demandé s’il ne me retenait pas. Il ne m’a jamais demandé de venir, de rester. Je suis venue, je reste parce que je suis bien avec lui. La distinction est vraiment importante pour moi.

J’ai toujours beaucoup tenu à ma liberté, et c’est pourquoi le mariage ne va pas forcément de soi… Donc oui, parfois, je me demande comment serait la vie si… ? C’est plus compliqué de s’expatrier à deux, de partir sur un coup de tête, de suivre sa voie tracée seule, ses idées de carrière. Dans notre cas, il y a aussi les questions de ton pays, mon pays, un autre pays ? Où c’est, « chez nous » ?

Donc oui, il faut faire des compromis, trouver des solutions qui conviennent au mieux aux deux.

Réponse(s) du cœur !

Mais pourquoi faire des compromis ?

Parce que je crois que ce serait difficile de vivre sans lui, maintenant. Et surtout pour… quoi ? Pour des projets et des rêves encore plus beaux, encore plus grands, pour une vie plus fleurie (j’y tiens, à mon image de jardin !).

Donc oui, par moment, je me dis « Et si je… ». Sont-ce des doutes ? Je ne sais pas.

Mais je crois que c’est bien d’accepter ces pensées. La vie est faite de choix, c’est humain de penser aux chemins qu’on n’a pas pris. Ces chemins qui auraient pu amener beaucoup d’aventures et de satisfactions, mais qu’on a laissé pour un autre, parce que cet autre est apparu comme le plus fort potentiel de bonheur. Je suis bien avec mon Amoureux. Et j’ai l’impression qu’à ses côtés, je suis quelqu’un de meilleur. Je suis capable de créer un avenir plus beau, plus ouvert. Je préfère l’amour qui nous traverse à tout ce que j’aurais pu faire.

C’est pour ça qu’en femme libre, cet été, je lui dirais deux fois “oui”. Et ces jours-là, je crois qu’il n’y aura pas de « Et si je » suivi de l ‘imparfait. Il y aura plutôt « Et nous » au présent et au futur !

Et toi, il t’arrive de te demander ce que la vie serait si tu prenais une autre voie que celle du mariage ? Tu penses avoir des doutes ? Elle te plaît, mon image de jardin ? Dis-moi ce que tu en penses… 

A propos de BabouchKAtelier

BabouchKA est une pétillante photographe, douce et passionnée, qui saura vous guider le jour J pour être simples et détendus face à l’objectif, mais qui cherchera aussi à capter tous les jolis moments, lors des préparatifs ou pendant la cérémonie : les larmes de la mariée, les éclats de rire des copains ou encore l’intense émotion de la famille… Une merveilleuse journée, que vous serez ravis de revivre grâce à son travail poétique, avec toujours cette petite touche rock !
Pour en savoir plus : www.babouchkatelier.fr


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



48 commentaires sur “L’amour est comme un jardin…”

  • Tellement juste ! Je trouves que tu exprimes parfaitement ce qu’on peut ressentir en choisissant le mariage. On entends souvent des gens qui réagissent comme tes collègues et qui ne comprennent pas pourquoi il est important de se marier pour certains, ni la dimensions que peut revêtir un mariage pour “nous”. Il me semble (mais je ne suis pas du bon côté de la barrière pour confirmer 😉 ) que tes mots traduisent bien cet état de confiance. Finalement être libre, c’est être sans attache ou c’est être libre de dire oui, libre de ne pas se laisser guider, balloter par les événements ? à méditer chaque jour :). Merci encore pour ce beau témoignage Mlle Gezillig !

    • J’aime beaucoup ta question sur la liberté. Ça me rappelle mes cours de philo qui me passionnaient… De l’eau à mon moulin en somme !
      Je suppose que quelqu’un qui refuse tout engagement n’est pas complétement libre de faire tout ce qu’il veut puisque je suppose que quand tu fuis l’engagement, tu te prives de certaines aventures très précieuses…

      • “Je suppose que quelqu’un qui refuse tout engagement n’est pas complétement libre de faire tout ce qu’il veut puisque je suppose que quand tu fuis l’engagement, tu te prives de certaines aventures très précieuses… ”
        exactement j’etait comme sa je pensais comme sa et au final même si le mariage n’est pas au programme pour le moment le fait de vouloir m’engager par des choses du quotidien et en y pensant au mariage et au reste je me sent plus libre !! le jardin belle métaphore !! je pense pareil un peut d’engrais un peut d’eau de l’effort et hop de merveilleuses fleurs peuvent en naître

  • A l’approche du grand jour, je commence justement à m’interroger encor plus sérieusement qu’avant, à me demander si vraiment nous saurons être différent de ces (trop) nombreux couples qui ne tiennent pas dans la très longue durée. C’est notre projet et j’y crois, mais nous n’avons même pas 3 ans au compteur et parfois cela donne le vertige de penser qu’il sera là dans tellement longtemps que je n’ai pas encore de projets pour cette période.

    • Mais ça ne te rassure pas de savoir qu’il y aura ton amoureux à côté de toi pour faire des projets ensemble le moment venu ? 😉

  • J’adore et j’adhère complètement avec ton image du jardin, tout est parfaitement vrai et je le ressent exactement de la même manière.
    Merci pour ce beau témoignage 🙂

  • Je comprends tellement le “ça s’est fait tout seul”. On a tous les 2 25 ans et on est ensemble depuis qu’on a 15 ans. C’est le premier homme de ma vie et le seul. On a passé toutes les étapes ensemble : collège, lycée, fac, travail…
    Après de par chez nous, le mariage est un peu une “obligation sociale” pour pouvoir construire une vie à deux. Peut-être que si nous n’avions pas grandi avec ce type de schéma nous aurions attendu un peu avant de nous marier. Je ne sais pas. Ce dont je suis sûre c’est que je suis pressée que le monde entier (enfin nos familles surtout) soit le témoin de notre amour.

  • L’image du jardin est vraiment belle et convient très bien, je trouve, à la situation d’un couple (marié ou non, d’ailleurs) 🙂

    Je n’ai jamais “compris” l’argument de certains qui dit que se marier nous prive de notre liberté : comme si, une fois la bague au doigt, on se rendait compte soudainement qu’on ne pouvait plus rien faire ? Bon, a priori, c’est quelque chose qu’on savait déjà, vu qu’on est un couple.
    Le mariage est un jardin ouvert ! C’est ton jardin, tu y fais ce que tu veux !
    Puis de quelle liberté on parle déjà ? Celle de ne pas aller voir ailleurs ? De devoir prendre en compte l’avis de quelqu’un ? Ca me semble un petit prix à payer en comparaison de l’amour et de la quiétude que ça apporte…

    Je ne m’interroge pas, je n’ai pas de doutes et je n’ai pas peur parce que c’est un choix à la fois réfléchi et sentimental et qui, au fond, ne changera pas notre vie quotidienne 😉 On agit déjà comme un couple marié, se marier ne fera que rendre ça officiel.

  • Décidément, entre ce texte là et celui sur vos valeurs, je me reconnais beaucoup dans tes écrits. Sauf que tu sais mieux jouer avec les mots que moi. Et quand tu dis “Mais je n’y suis pas venue pour lui. J’y suis venue pour moi, parce que j’avais envie d’être avec lui” je trouve que ça résume aussi un peu mon/notre parcours, alors certes je n’ai pas changé de pays mais Chéri vivait à 400 kms de chez moi et que l’envie d’être avec lui était plus forte que le fait de changer de région (de toute façon à ce moment là je passais mon concours de prof donc j’aurais surement atterri ailleurs), plus forte que les 10h de train tous les week-end ou presque. Et qu’avec lui, je me sens libre d’être moi.
    Je suis devenue femme avec lui, j’ai débuté ma vie pro en construisant notre relation en même temps. Et que oui dés le début et 400 bornes de distance, c’était aussi un pari sur ‘l’avenir.
    L’amour comme l’amitié (aussi) ça s’entretient et je trouve ta métaphore parfaitement juste.
    Merci pour ce très beau texte.

  • Merci de nous rappeler que l’important, ce n’est pas le candy bar ou le photobooth (ou toutes ces autres choses très jolies mais pas essentielles !), mais le sens profond que l’on donne à notre engagement !!
    Depuis que nous préparons notre mariage, je sens notre relation comme renaître, prendre un nouvel envol, une dimension différente, tellement belle 🙂 Dans notre “jardin”, c’était le printemps, et ça commence à devenir l’été, notre amour s’épanouit dans un soleil qui nous réchauffe (et qui réchauffe aussi ceux qui s’en approchent, je crois) !! Alors, oui, il y aura des automnes, et sans doute des hivers (pas trop longs quand même, j’espère), mais si nous jardinons bien, les fleurs seront toujours au rendez-vous !!
    Une belle journée à toutes les jardinières, que votre jardin fleurisse bien !

  • Je trouve très beau ton texte et la métaphore au jardin est très juste. Je me permets d’ajouter une citation de Gaston Bachelard qui est comme un écho : “Que m’importent les fleurs et les arbres, et le feu et la pierre, si je suis sans amour et sans foyer ! Il faut être deux – ou, du moins, hélas ! il faut avoir été deux – pour comprendre un ciel bleu, pour nommer une aurore ! Les choses infinies comme le ciel, la forêt et la lumière ne trouvent leur nom que dans un coeur aimant. Et le souffle des plaines, dans sa douceur et dans sa palpitation, est d’abord l’écho d’un soupir attendri. ”
    Au-delà de cette citation, d’après ce que nous pouvons vivre, il semblerait que clé du bonheur dans le mariage est le dialogue, l’écoute, le partage, et savoir préserver sa liberté ! Nous avons vu notre prêtre dimanche dernier pour notre 2ème rendez-vous et nous avons justement abordé la notion de la liberté dans le couple. La conclusion de nos échanges c’est que la liberté du mariage c’est savoir ce qui est bien, de l’aimer et de le faire :).

  • Superbe chronique !!
    La métaphore sur le jardin est vraiment très bien trouvée. L’amour et le mariage, ça s’entretient. Ceux qui pensent que tout coule tout seul sont des utopistes (c’était moi à 17 ans 🙂 )
    Moi aussi je me suis posée cette question : “Est-ce que ça me pose problème de renoncer à une part de ma liberté ?”. Et ma réponse est un grand NON car pour moi je trouve une autre forme de liberté en étant avec quelqu’un de confiance, qui est à la fois mon meilleur ami, mon amant, mon confident, mon amoureux, mon futur mari, mon concubin…Pour moi, “profiter de la vie” c’est construire nos projets !

  • Tu sais qu’on a beaucoup de points communs dans nos histoires (d’ailleurs, on s’est connues célibataires mais je pense l’une comme l’autre, on a du mal à s’imaginer sans l’individu mâle à nos côtés) : l’amour à 20-21 ans, le mariage à 25-26 (le bébé à 26 pour toi ? non, je plaisante, je vous mets pas la pression :p), le premier amour, les premières fois et l’engagement rapide… Les doutes aussi…

    C’est clair que choisir, c’est renoncer. Bon, dans mon cas, ça ne signifie pas s’exiler dans un pays étranger mais être retenue dans la ville de nos études, où nous avons construit toute notre vie ensemble. Et c’est vrai qu’hier j’avais une copine au téléphone, et je l’enviais un peu quand elle disait qu’elle allait reprendre ses études, déménager, refaire sa vie ailleurs… mais d’un autre côté, j’étais un peu triste pour elle qu’elle n’ait pas encore trouvé une raison qui vaille de se poser quelque part… Et puis mariage, bébé, ça complique les projets, de voyages entre autres, mais ça ne les empêche pas, et ça les rend plus forts. Déménager quelque part pour ses études, c’est une chose, déménager quelque part pour y installer sa famille, c’est beaucoup plus symbolique.

    Bref, je vous souhaite de beaux projets à deux, et un beau jardin un peu fouilli, un peu imparfait pour qu’il vous ressemble mais toujours fleuri 🙂

    • Nous allons en effet peut-être tenter de partir à deux (ou faire un bébé… non, ça attendra sans doute plutôt 27 ans le môme ;))

  • J’ai adoré te lire !!!
    Je trouve l’image du jardin tres belle et tres juste.
    Je me retrouve dans certains de tes écrits mais c’est cela aussi qui est beau, on a chacun nos visions du futur et de la vie à deux.
    J’ai hâte de te lire de nouveau.

  • J’ai eu les larmes aux yeux en lisant ta chronique

    C’est tellement ça l’amour
    Et j’ai envie de rajouter une anecdote à tous ces commentaires

    Un jour on demande à un couple qui est ensemble depuis 50 ans comment ils ont fait pour tenir
    Ils ont répondu qu’ils étaient nés à une époque où on répare ce qui est casse plutôt que de le jeter

  • Très très bel article !
    Merci de nous dévoiler ton amour pour cet homme.
    Comme toi, je ne crois pas au grand amour mais je suis persuadé que c’est lui le bon.
    Merci encore

  • C’est tellement juste ! Moi aussi j’ai adapté mes plans professionnels à notre vie de couple et je me dis que si l’on n’est pas capable de faire ça, alors c’est que ce n’est pas la bonne personne.
    De manière générale, je n’aime pas lorsque l’on me dit que l’âme soeur n’existe pas mais j’aime ta vision des choses (s’il advient qu’elle disparaisse)

  • un article magnifique que j’ai savouré…
    tellement de choses dans lesquelles je me reconnais.
    pour moi aussi l’amour , c’est un sentiment qui se cultive et grandit si l’on y fait attention, mais dépérit dans le cas contraire ! à nous de savoir faire attention à notre couple pour être là l’un pour l’autre tout au long de notre vie.

  • Bon ok, c’est mignon tout plein. J’avoue j’ai eu quelques frissons. Mais je suis un peu déçue : d’habitude, je rigole un peu plus ! 😉
    Je partage bien-sûr ta vision et je comprends parfaitement ce que tu veux dire puisque je dis la même chose !
    A très vite pour de nouvelles aventures !

    • Ne t’inquiète pas Mlle Sourire, reviennent bientôt les articles qui racontent tous mes plans foireux et mes aventures dans le monde impitoyable des préparatifs matériels ;p

  • Quelle belle metaphore! Si ca ne t’ennuie pas, je crois que je vais utiliser ton image du jardin pour les voeux que je prononcerai lors de notre Ceremonie Laique.
    Ce que tu dis est tellement vrai… Je crois que l’amour se travaille au quotidien, et que rien n’est acquis pour toujours. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, et meme si nous sommes aujourd’hui extremement heureux, nous aurons a faire face aux epreuves de la vie qui ferons faner certaines fleurs. Charge a nous d’en replanter de nouvelles et de les arroser pour les voir fleurir a nouveau!

    En ce qui concerne les doutes, je ne peux pas dire que j’en ai. Mais je me pose des questions (si quelqu’un peut voir la subtilite). Je pense que les fiancailles sont au mariage ce que la grossesse est a l’accouchement: une phase necessaire pour avoir le temps de se preparer a la nouvelle page que l’on va vivre. Et reflechir a l’engagement que l’on va prendre est tellement important.

    Je ne peux pas savoir de quoi l’avenir est fait, et comme toi, je ne pense pas qu’il y ait une seule ame soeur sur terre pour chacun, mais je crois dur comme fer que j’aime mon future mari, et que je veux becher, suer, semer, planter, arroser et… recolter avec lui les fruits de notre dur labeur: essayer d’etre aussi heureux que possible, aussi longtemps que possible.

    • “Je pense que les fiancailles sont au mariage ce que la grossesse est a l’accouchement: une phase necessaire pour avoir le temps de se preparer a la nouvelle page que l’on va vivre. Et reflechir a l’engagement que l’on va prendre est tellement important.”
      Très bien dit, merci !

      • Ca y’est, je suis a moins de 3 semaines, et hier, je n’ai pas pu dormir entre 2 et 5h du mat. Je commence a flipper. Je sais que je l’aime et que je veux vivre ma vie avec lui, mais j’ai peur… J’ai peur les filles, c’est flippant tout ca. Oui il faudra se sentir toujours libre, mais on se remet quand meme a l’autre pour etre heureux, alors oui ca se travaille a deux tous les jours, mais LE jour approchant, je balise. Mais bon, je me dis mieux vaut maintenant que la veille. Arghhhhh!

  • Rien d’autre à ajouter, je pense qu’en quelques mots tu as tout dit… Une image vaut mieux qu’un long discours, disait mon grand-père… Eh beh voilà. Tu as tout résumé magnifiquement. Bravo, et merci pour cet état d’esprit qui m’a mis du baume au coeur !!

  • Tu décris tellement bien ce que représente le mariage, ton texte est très beau.
    Je comprend très bien ce que tu décris par rapport à l’âme soeur et c’est à peu près ce que je réponds également quand des amis me demandent “Comment peux-tu être sûre que c’est l’homme de ta vie ?” Et bien justement il ne l’est pas, ç’aurait pu être un autre, mais lui je l’ai choisi parce qu’on est heureux ensemble et qu’on espère arracher les mauvaises herbes ensemble et guérir nos fleurs malades pour terminer ensemble sur un banc dans notre beau jardin 😉

    Je cromprends également très bien ce que tu as pu ressentir quand tes collègues parlaient de la vie de couple mais… Réjouis toi qu’ils n’aient pas essayé de te convaincre que tu faisais une erreur, c’est ce qu’il m’est arrivé très souvent et c’est très désagréable car effectivement les gens ont tendance à vouloir donner leur avis et plier tout le monde à leur avis même quand on ne leur a rien demandé.

    Je suis persuadée que ton image de jardin est très juste et que le fait d’avoir conscience de toutes ces difficultés et de l’ampleur de l’engagement que tu prends (même si parfois les questions “et si j’avais fait autrement” reviendront) font que votre mariage sera “taillé sur le roc” !

    Bon courage et vivement ta prochaine chronique !

  • Coucou, nous nous marions le 30 mai et depuis déjà 13 ans nous cheminons ensemble, nous avons 2 beaux enfants et nous avons 41 et 56 ans.
    Pourquoi nous marier maintenant, parce que justement nous avons traversé des épreuves (maladie, difficultés financières avec la ferme) mais que nous avons su rester rester sur le même chemin. Parfois, oui on se dit je serais mieux seule mais vivre sans lui à mes côtés, je ne peux l’imaginer. Vivre à deux, c’est devenir âme soeur, c’est s’occuper de l’autre pour vieillir à deux, accompagner et regarder ses enfants devenir des hommes (encore le temps 9 et 5 ans), c’est accompagner l’autre dans ses projets et comme tu le dis si bien, c’est s’occuper de son jardin, de son nid pour le rendre confortable. En me relisant, je crois que j’ai trouvé la trame pour mes voeux.
    Bonne journée, à toutes.

    • Vous avez déjà beaucoup jardiné ensemble, ça s’annonce bien !
      (Et sinon, très joli date de mariage… On s’en fiche un peu mais : c’est mon anniversaire !)

  • Lectrice du blog depuis peu de temps, je réagis pour la 1er fois aujourd’hui pour ce très bel article dans lequel je me retrouve sur bien des points et des réflexions. Cela me rassure également de constater que je ne suis pas la seule à me poser ces questions, avec la perte de l’indépendance, les projets pro différents de ce que j’imaginais,… Merci beaucoup

  • Moi aussi j’ai beaucoup apprécié ton texte car il me parle. Comme toutes celles qui t’ont lu j’ai adoré l’image du jardin car c’est également ma vision et celle de mon chéri avec qui je vais m’unir en août. Ça m’a tellement plu que je pense l’intégrer à notre cérémonie laïque 😉 . De plus je pense également qu’il n’ y a pas forcément une âme soeur mais plusieurs avec lesquelles tu peux pleinement t’épanouir

  • Bonjour Melle Gezellig, et merci pour ce très beau texte, très juste. Je pense aussi que l’amour est quelque chose qui se construit à deux, pas juste “un évènement qu’on subit”, mais qu’il faut y travailler, ensemble, pour qu’il devienne un beau jardin (ou une maison, ou un pont, ou …).
    A propos de la notion de liberté, moi aussi j’ai dû et je continue à faire des choix, surtout au niveau professionnel, pour vivre avec mon fiancé. Mais en même temps je me rends compte que c’est la seule personne avec qui je puisse être vraiment moi, sans devoir me plier à son regard ou à ce qu’il pourrait penser, car je sais qu’il accepte toutes mes facettes et mes folies et me comprend. Alors au fond je suis plus libre AVEC lui que si j’étais seule 😉 (ou avec un autre).

    • Ta vision de “plus libre avec lui que seule”, elle m’a fait sourire parce que c’est exactement celle de l’Amoureux sur notre relation, il pense qu’il est le plus lui-même quand il est avec moi. Et c’est une des plus belles choses qu’il peut me dire…
      Et ça me fait penser aux paroles de la chanson sur laquelle on va peut-être ouvrir le bal : https://www.youtube.com/watch?v=wi262WKivp4&feature=kp
      “libre d’être moi quand tu me sers dans tes bras, libre de vivre un amour qui m’apprend tous les jours…”

  • A toutes (je vais essayer de revenir quand j’aurai un peu plus de temps pour répondre plus individuellement) : vos commentaires m’ont touchée vraiment, énormément. J’avais un peu d’anxiété à la parution de cet article, je vous ai parlé comme je suis au plus profond de mes pensées, j’ai tâché de mettre mes mots sur ma vision du mystère de l’amour…
    C’est tellement flatteur et beau que ça vous parle aussi. Ma métaphore du jardin qui vous a plu et qui va aller continuer sa vie sans moi, dans certaines de vos cérémonies, vos vœux, c’est un joli cadeau. Ça va bien avec la notion de partage que je veux donner à notre mariage !
    Partage aussi quand vous apportez des idées en plus, qui me font encore réfléchir…
    * et là, je me rends compte, contrairement à ce que je disais en début d’article qu’en fait, si finalement, on est dans le truc rose, bisounours, chamallow, alors je file avant de fondre totalement *

  • J’adore l’image du jardin que tu as eu. Un jardin qui se construit à deux, encore plus beau quand les 1ères fois sont faites ensemble.
    Je ne trouve pas que se marier c’est perdre une part de liberté. Pour moi, une vie couple sérieuse, avec ou sans mariage c’est la même chose. Donc faire le pas de se marier ne changerait rien à la situation de “liberté”. Personnellement, je me sens mieux quand je sais que Chéri existe. Je n’ai jamais eu l’impression, à cause de compromis, de faire quelque chose qui était contraire à mes idées. Il suffit de trouver le bon chéri pour ça !

    • Je comprends ce que tu veux dire Juju.
      Pour moi, le mariage ne va rien changer dans notre vie quotidien parce qu’on est en quelque chose déjà uni dans nos cœurs.
      Mais quand on fait chemine vers le mariage, on se pose la question du futur de manière beaucoup plus concrète que d’être juste en couple. En tout cas, c’est mon cas. Lors de notre préparation spirituelle, on a réfléchit à la question “on habite ensemble déjà, qu’est-ce que le mariage nous apporte de plus ?” et j’y ai un peu répondu sur ce blog dans mon article sur les valeurs.
      Mais en tout cas, pour moi, je passe du “on est ensemble maintenant” à “on est ensemble et cela nous rend tellement heureux qu’on promet de faire de notre mieux chaque jour pour que ça dure toujours”
      Après, c’est une vision personnelle et je comprends qu’on puisse voir les choses différemment 🙂

      • Je pense aussi que le mariage apporte quelque chose en plus (sinon je ne me marierai pas ^^) C’était juste par rapport à la perte de liberté que je réagissais. Si pour certains faire le pas du mariage entraînerait pour eux une perte de liberté dans leur vie de couple, je ne sais pas dans quelle genre de relation ils sont, si ils la considèrent comme sérieuse pour durer. Je ne sais pas si je l’avais exprimé correctement dans mon 1er commentaire. Mais c’est ma vision personnelle de la chose 😉

  • J’aime beaucoup ta vision de la vie de couple, le jardin qu’il faut entretenir, c’est tout à fait ça !
    L’amour est comme un jardin et l’autre personne est comme une fleur : elle grandira à tes côtés, le tout est de la laisser s’épanouir : “Soyez pour l’Autre ce que le soleil et la pluie sont pour la plante. […] Le soleil et la pluie n’imposent rien. […] Ils lui offrent de vivre sa vie, […] ils lui donnent d’exister dans sa superbe différence.” (Stan Rougier)
    Ta phrase “je ne pense pas qu’il soit l’homme qui m’est destiné pour toute ma vie, non… Mais je pense que c’est l’homme que je veux choisir chaque jour de ma vie.” pourrait faire une jolie phrase de vœux ! 😉
    Il est effectivement très important de se sentir libre dans ses choix ; d’autant qu’une fois qu’on les a faits, le tout est de ne pas avoir de regrets. C’est donc normal de se poser des questions, surtout avant un engagement comme le mariage.
    🙂

    • Bonjour Aurette,
      je suis désolée de ne pas voir que maintenant ce commentaire… J’aime beaucoup la citation que tu as partagé et ta réflexion (ainsi que ta photo de profil..) merci donc de mettre de l’eau dans mon moulin de pensées 🙂

  • Je découvre cet article un peu tard, mais je le trouve magnifique. Tu as réussi à mettre des mots sur des idées difficiles à formuler, que bon nombre d’entre nous semble avoir également. Merci à toi de partager ainsi ton ressenti, et de nous aider à nous poser les bonnes questions sur notre couple.

    • merci… (Oui, ça fait trois fois en trois articles que je te remercie mais c’est tellement gentil tous ces commentaires-compliments !)
      Mettre des mots sur les choses, c’est une des grandes histoires de ma vie et je suis heureuse quand ils parlent à d’autres…

  • Quel joli texte qui représente très bien ce que je pense. Avec mon amoureux, au début et encore aujourd’hui, ce n’est pas facile tous les jours d’assumer le regards des autres et notamment de mon père qui pense que nous venons d’en milieu social trop décalé pour être heureux ensemble. J’ai beaucoup pris sur moi ses dernières années et même si aujourd’hui j’ai quelques doutes, parce qu’il en faut, je suis certaine de vouloir me marier car chaque jour il me rend plus forte.
    Nous avons quelques point commun, la Normandie mais aussi nos métiers car je travaille auprès de mineurs étrangers isolés et le FLE est donc mon quotidien 😉

    • ooooh une autre prof de FLE 🙂
      Sinon, je pense que les différences sont une richesse (voir mon article sur les couples mixtes ;)) donc je vous souhaite un mariage riche 🙂

      • Je regarderai ton article. Alors je ne suis pas une prof de FLE mais j’aide les mineurs étrangers isolés à s’intégrer, à se scolarisr, à effectuer leurs démarches administratives et juridiques. Nous travaillons beaucoup avec les MGI et les profs de FLE ainsi que tous les dispositifs sociaux existants. Nous avons également investi dans des livres et cahiers de FLE pour ceux qui malheureusement ne peuvent pas être scolarisé dès leur arrivée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *