Lui, moi… et les autres

Le mariage c’est une décision qui se prend à deux et qui ne concerne que toi et ton Groom, non ? Après tout, c’est votre mariage, votre union, votre couple et votre avenir. Ah si seulement c’était si simple.

Naïvement, au départ, j’ai décidé que je voulais me marier, comme une grande et pis c’est tout quoi. On se dit « Oui », on fait la fête et on a un nouveau statut aux yeux de la société. Mais, en fait, cette étape de nos vies a réveillé des choses chez nous mais aussi dans notre entourage et ça je ne m’y attendais pas.

Lui, moi... et les autres

Crédits photo (creative commons) : Courtney Carmody

Le mariage pour notre couple

Parce qu’on se concentre toujours sur ce qui ne va pas, je veux commencer par le positif. Ce mariage, pour nous, a eu un effet bénéfique.

Je te passe les chamailleries matérielles parce que Chouchou n’est pas capable de passer 8 heures à couper/coller/tailler… Ahhhh ces hommes. On est plus proche, plus amoureux. Même si on sait que rien ne changera après le mariage dans notre quotidien, on a vraiment le sentiment de passer à l’étape supérieure, de gagner quelque chose.

Alors oui, juste après les fiançailles, on a eu le moment « MAIS QU’EST-CE QUE J’AI FAIT !!! », je vais pas le/la supporter jusqu’à ma mort, et si et si et si… Mais ce moment est passé et, aujourd’hui, on est parti pour faire notre maximum aussi longtemps qu’on le pourra.

J’ai l’impression que Chouchou a fait son chemin avant de me demander en mariage et que moi je l’ai fait après avoir dit oui…

Le mariage pour moi

J’ai eu et j’ai toujours des moments compliqués. Pas par rapport à l’engagement que je vais prendre avec Chouchou, sur ce point ça va. Mais plutôt par rapport à mon changement de statut et au fait que je vieillisse.

Un jour, il s’est passé un truc dans ma tête : je vais me marier puis je vais avoir des enfants et donc mes parents vont devenir grand-parents. Logique hein ? Et puis des grand-parents ça meurent… Donc mes parents, parce qu’ils seront grand-parents, vont mourir et je ne veux pas ! J’ai passé des heures à pleurer, à avoir de gigantesques crises d’angoisse à cause de ce constat tellement basique. Je le savais mais si tu veux mon arrière grand-mère est morte à 96 ans et ma grand-mère avait presque 80 ans. Donc je n’avais jamais envisagé que je puisse perdre mes parents avant mes très vieux jours.

Et puis j’ai compris que moi aussi je vieillis et que oui, un jour, je vais mourir. Plus jeune, je ne le ressentais pas, je n’avais pas peur de la mort, je l’ai même déjà souhaité très fort. Aujourd’hui j’ai peur, d’être malade, de souffrir, de perdre un proche…

Je me sens totalement impuissante face au temps qui passe et à mon corps qui va s’affaiblir. Mais je me sens aussi totalement déconnectée de mon âge. Je vais avoir 28 ans. J’ai l’impression d’avoir le look, les centres d’intérêt et la vie d’une ado. Pour moi, à 30 ans, tu as 2 gosses, tu es proprio, tu as géré ta carrière et tu t’habilles en Madame. Sauf que moi, je regarde des dessins animés japonais, j’adore ne rien faire, je ne me sens pas prête à m’occuper de nains morveux en rentrant du boulot, je ne porte que des jeans (même pour aller bosser…) ou presque, je parle mal… Bref, tout sauf l’image que j’ai, de ce que je devrais être.

Tout ça, je le comprends au fur et à mesure que j’avance. J’ai remarqué récemment que j’avais prévu 5 séances photo avec des professionnels sur les 10 prochains mois… 1 séance boudoir avec une talentueuse photographe toulousaine. 2 séances d’engagements + le jour J avec notre photographe de février ainsi que des photos pro le jour du mariage civil. J’ai compris que j’avais besoin d’immortaliser ce moment de ma vie. Les photos sont immortelles, c’est une façon d’arrêter le temps.

Et j’ai fais un tatouage. Un truc que j’aime, qui reflète mon amour des chats et des mangas. C’est ma façon de me dire que, merde, je peux être adulte sans renier mes passions. J’essaie d’assumer ce que je suis, ce que j’aime, de moins dépendre du jugement des autres pour définir ma valeur.

Le mariage pour moi, c’est initiatique, ça fait de moi une femme, la femme de mon mari. J’entends les féministes hurler, désolée… Ce n’est pas du tout pour dire que je vais reproduire le schéma de nos grands-mères. Mais que chez moi, ça a provoqué un déclic. Un homme devient mari mais une fille devient femme par le mariage. Je crois qu’inconsciemment ça a un impact sur moi (positif hein !).

Le mariage pour nos familles

Le mariage, en fait, c’est une affaire de famille. Pour des raisons qui sont propres à chacun d’ailleurs (histoire, argent, etc.).

Le plus simple à gérer a été mon Papa. J’avoue, il est parfait. Nos parents nous aident un peu financièrement mais lui n’a jamais essayé de nous imposer qui ou quoi que ce soit. Il s’occupe de plein de choses sans que j’ai besoin de demander ou de surveiller. Et puis c’est mon Papa, le voir impliqué et heureux pour nous comme ça, ça me touche parce que petite, le côté émotion et tendresse, je l’avais essentiellement avec ma mère.

Ma Belle-Maman, elle a été très émue et très heureuse pour nous quand on a annoncé nos fiançailles. Elle nous aide pour la décoration du mariage civil à ma demande mais j’avoue que j’ai du mal à la trouver impliquée et je vis assez mal les réflexions qu’on a pu avoir parfois. Mais bon, elle a de bons côtés et, chaque fois qu’on la voit, on est toujours super bien reçu donc je ne peux pas non plus trop me plaindre.

Ma Maman… Je l’aime d’amour ma Maman. Mais c’est elle qui m’a pourri les 3 premiers mois de mes préparatifs. Elle a été totalement froide et indifférente à l’annonce de nos fiançailles. Ok ce n’était pas une surprise mais là on a eu droit à un « Ah ouai, c’est bien, bon je vais pisser et on y va ». Certes le contexte n’était pas des plus favorables mais ça nous a profondément blessé. Et puis, chaque fois qu’on parlait mariage, TOUTES mes idées étaient critiquées mais pas de manière constructive. Le pire c’est que même en changeant un truc pour m’adapter à ses conseils, elle m’a ensuite dit que ça n’allait pas… Ok c’est trop long, tout le monde va se faire chier et partir pendant le vin d’honneur pour dormir et si je prévois une pause c’est n’importe quoi ? Je te jure, j’avais l’impression que c’était juste pour me pourrir gratuitement.

Surtout, qu’en parallèle, on est allé ensemble au salon du mariage, on a été essayer des robes, etc. Ça se passait bien mais, après coup, j’ai eu droit à des remarques du genre « On n’a pas choisi ta robe ensemble. Pour ça il aurait fallu que je choisisse quelques modèles, toi aussi, et que tu prennes ta robe parmi celles qui nous plaisaient à toutes les deux. », « Ta robe on dirait un déguisement, il te manque le diadème en plastique et la baguette magique et c’est bon. » parce que j’ai dit que dans ma robe j’avais l’impression d’avoir 6 ans, mon costume de Cendrillon et d’aller à Disneyland.

Un jour, à bout, j’ai dit à ma mère que j’arrêtais les frais. Que j’avais toujours géré ses crises, mais que là je n’en pouvais plus. Moi je peux les supporter mais mon mari et mes futurs enfants ne seront pas les victimes de ce genre de situations toxiques.

Et là, les choses se sont débloquées. Ma mère a vécu des choses très difficiles dans son enfance. Et elle a toujours réagi en écorchée vive, dans l’agressivité. J’ai su il y a 2 ans le pourquoi du comment. J’avais donc déjà décidé d’exclure de notre mariage le bourreau en question, on a changé notre date de mariage car la première choisie était sa date de naissance. Je pensais avoir suffisamment pris parti pour protéger ma mère. Mais ce n’est que quand ma mère a décidé de se faire aider et d’affronter son histoire que la situation s’est apaisée. J’ai fait des vagues dans ma famille et ma mère ne me soutient pas vraiment vis à vis d’eux alors que j’ai fait ces choix pour elle. Ça me fait de la peine mais je crois être assez forte pour lui servir de bouclier. En me voyant grandir avec cette étape si symbolique, elle a aussi compris qu’elle avait laissé trainer tout ça trop longtemps, qu’il était temps pour nous mais surtout pour elle de gérer ça.

Le mariage pour nos témoins

Les plus près de nous physiquement ne sont pas impliqués. Témouine m’a aidé en écrivant toutes les adresses sur les enveloppes puis plus rien alors qu’elle n’arrête pas de dire qu’elle adore les mariages, elle rêvait d’être wedding-planner ! R. qui ne pouvait pas être plus proche de nous, est très content pour nous et fait des blagues avec des stripteaseuses pour les enterrements et pis c’est tout, pour le reste il veut garder la surprise… (quand il m’a sorti ça, j’ai failli le désinviter pour ne surtout rien lui dévoiler de ce jour). Nos témoins T. et P. sont plus loin mais je sais que T. cherche les animations et P. a des gros projets personnels donc il est occupé mais dès que je lui demande un truc il répond présent.

Je suis donc arrivée à la conclusion que si ce mariage c’est notre affaire, il réveille des choses insoupçonnées chez nos proches. Parfois, eux-mêmes ne comprennent pas ou n’en n’ont pas conscience. C’est en acceptant que ce n’était pas dirigé contre moi et mon mariage que j’ai réussi à ne pas en vouloir à ma Maman. J’ai beaucoup d’attentes vis à vis de mes proches donc j’ai aussi ma part de responsabilité dans ces déceptions.

Un dernier conseil pour finir : accepte que les gens, même les plus proches, n’arrivent pas à s’intéresser à ton mariage. Protège-toi des gens néfastes mais essaie de faire la part des choses. Le mariage c’est de l’émotionnel, donc ce n’est pas rationnel. Pose les choses, regarde-les de manière neutre et peut-être que tu verras que ce n’est pas contre toi. Sinon, tu pourras alors prendre du recul sans culpabiliser et en ayant des arguments en cas de reproches.

Des secrets de familles sont aussi ressortis suite à ton mariage ? Tu en as profité pour régler les choses ou au contraire couper les ponts définitivement ou temporairement ? Tu vis tes préparatifs dans un monde de bisounours ou c’est règlement de compte à O.K Corral à chaque nouvelle idée ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



23 commentaires sur “Lui, moi… et les autres”

  • J’approuve le mariage comme « passage initiatique ». D’ailleurs, le lendemain de mon mariage, ma mère comparait la fête du mariage avec une grossesse : les préparatifs, l’attente, le jour J et toute la suite. Elle me disait avoir le sentiment d’avoir accouché d’une femme en m’accompagnant vers le mariage. Je trouve ça beau et très juste.

  • Je te trouve très très courageuse et très forte de positiver autant et de te battre comme ça ! 🙂

    De mon côté pas de secret de famille ou de très gros problème, mais des déceptions au niveau des demoiselles d’honneur, surtout une, qui ne s’investit pas et qui s’éloigne aussi de moi, me faisant des faux plan depuis bien 8 mois maintenant… Heureusement que les autres sont là pour remonter le niveau !

    • Merci pour ton message encourageant <3
      J'espère que ta demoiselle d'honneur se réveillera et saura t'expliquer le pourquoi du comment. Avec mon témoin en question on a éclaircit les choses, ce que je croyais être de l'indifférence était de la pudeur. Ça n'efface pas le mal fait mais ça apaise les rancœurs.

  • Très belle chronique, très intime et pourtant elle résonne en moi
    Mon joli jour a eu lieu en juillet et j ai vécu cette année de préparatifs parfois en tension.
    Ma Maman a très mal réagi a l annonce de notre mariage en petit comité et nous a contraint a revoir nos plans
    J aurai pu nous écouter avec mon mari mais je ne me sentais pas de me battre contre elle et son image du mariage
    A deux mois de l événement passé, je ne regrette pas mais j avoir que ça m a mise devant la réalité du lien psychologique qui nous lie et j ai décidé de m en défaire pour devenir totalement femmes mon tour
    Hâte de lire la suite!!

    • Si tu n’as pas de regret c’est l’essentiel. Il aurait été dommage que tu garde un souvenir amer de ton joli jour. Je fais tout pour préserver les liens mais parfois une rupture est salvatrice.

  • J’approuve aussi le mariage comme « passage initiatique », même si je me suis mariée bien plus âgée que toi encore ! Et ce que ça réorganise dans les familles, parfois un peu douloureusement mais souvent aussi très positivement. Bon courage !
    Pour le rôle des témoins : j’avoue que je suis toujours un peu surprise en lisant les blogs du rôle attendu des témoins dans les préparatifs. Pour moi le rôle des témoins étaient qu’ils soient là à cette place particulière le jour du mariage et ensuite au long de notre vie. Il ne m’est pas venu à l’idée une seule fois de leur demander de participer aux préparatifs matériels du mariage et à l’organisation…

    • Merci pour tes encouragements!
      Pour les témoins en fait je n’ai pas d’attente particulière, je suis plutôt du genre à tout faire moi-même. Mais j’ai besoin de pouvoir partager avec eux les joies et les galères du mariage, c’est une étape de ma vie et pour moi les amis sont là pour être à nos côtés quand on en a besoin.

  • Ton billet est vraiment très touchant.
    Pour notre part pour le moment nous sommes assez tranquilles. Les réactions à nos fiançailles sont celles que nous attendions par rapport au caractère de chacun.
    Concernant les préparatifs nous sommes bien tranquilles aussi, nous avons décidé de ne rien demander a personne mais de proposer certaines choses a faire si les personnes s’impliquaient (par ex ma maman brocante pour nous). Pareil pour nos témoins notre seule exigence est l signature a la mairie (et nous y accordons beaucoup d’importance). Ensuite si coup de main et/ou conseils il doit y avoir ce sera avec grand plaisir mais nous ne demandons/imposons rien a personne. Donc pour le moment c’est bisounours land oui 🙂

  • Un beau texte qui me touche particulièrement, 28 ans à la fin du mois et la même impression de ne pas toujours être une adulte (même si je travaille depuis 5 ans, ai voiture, maison, futur mari…) Et j’ai aussi cette angoisse de vieillir et mourir. J’ai perdu mon père l’année dernière, d’une maladie que je ne souhaite à personne, qui l’a emporté en 3 mois, grosse grosse claque dans la figure et grosse prise de conscience du temps qui passe trop vite. Mère qui a également des problèmes psychologiques mais refuse de se faire soigner, et qui du coup, ne participera au mariage que pour le minimum syndical. Heureusement j’ai d’autres personnes formidables dans ma famille, ma belle famille et mes amis pour me soutenir.. Bref tout ça pour dire, merci beaucoup pour ton beau texte qui me fait me sentir moins seule 🙂

  • Très belle chronique, merci de te livrer ainsi… Cela nous permet, à nous lectrices, de nous poser, réfléchir, discuter avec le futur mari d’autres choses que « Nappe blanche ou nappe ivoire ? »…
    Je m’identifie à beaucoup de choses dans ton discours, donc j’ai hâte de lire tes futures chroniques !

    • Même si nappe blanche ou ivoire est une décision capitale, c’est vrai que ça fait du bien de revenir aux fondamentaux, le couple, la famille etc…

  • Très bel article !
    La famille, les amis, j’ai appris surprise qu’ils avaient un avis à imposer… Je suis assez déçue de ça ! Ils ne savent pas donner leur avis mais nous impose des choses comme si nous étions des enfants… A M-5, je ne sais toujours pas comment me faire comprendre !!

    • Merci,
      J’avoue que comme on finance presque tout nous même et que j’ai la réputation d’avoir un sacre caractère on a pas trop´cherché à nous imposer des choses par contre des critiques plus ou moins déguisée ça oui…
      As-tu osé dire comment tu ressens le truc? Ta moitié elle en dit quoi? C’est pas toujours évident de s’imposer mais c’est peut être aussi une occasion pour toi de dire haut et fort que vous n’êtes plus des enfants.

  • Je rejoins Rose concernant son commentaire sur le role des témoins.
    J’ai été témoin il y’a quelques mois. J’ai aidé (et ai été heureuse de le faire) mais il ne faut pas oublier que nous aussi nous avons une vie, des problèmes et oui, pas forcément que le mariage en tête
    Il ne faut oublier ce qui est évident pour l’une n’e l’est pas forcément pour l’autre (non, votre témoin ne peut pas deviner ce que vous attendait d’elle si vous ne lui dites pas. Au pied de la lettre, initialement, c’est juste être témoin de la cérémonie et signer qu’elle a bien eu lieu 😉

    • Ce que je disais plus tôt c’est que je n’attends pas de mes témoins qu’ils vivent pour mon mariage mais quand un ami de 10 ans qui vit en coloc avec nous, qui est témoin, m’envoie chier quand je lui demande son avis entre 2 versions de mon STD, je le prends mal. Peut être que c’est exagéré mais je gère tout toute seule, n’oblige à rien et attends juste un peu d’intérêt de temps en temps.

  • Merci pour cet article très touchant, dans lequel je me reconnais aussi.
    Bien qu’il n’y ait pas encore de date prévue, le mariage entre mon homme et moi est une évidence pour nous deux, on attend juste que la situation professionnelle et financière de chéri nous permettent de sauter le pas.
    Je trépigne d’impatience de me lancer concrètement dans cette aventure, et quand on me demande pourquoi je suis si pressée, j’ai un peu les mêmes arguments que toi : l’idée de rite de passage vers un monde plus « adulte » (j’ai déjà 30 ans pourtant!), la peur de vieillir, que mes parents s’en aillent et que je me retrouve seule, d’où le besoin de créer ma propre famille avec mon homme, un nouveau départ à deux, la reconnaissance de mon statut de femme qui s’assume seule, la reconnaissance sociale de notre engagement mutuel.
    Merci à toi d’avoir mis des mots sur ce que l’on peut ressentir à propos du mariage.

  • Merci pour cet article qui est à coup sûr celui qui m’a le plus parlé depuis que je suis Mlle Dentelle !
    nous avons prévu de se marier fin 2016. J’arrive parfaitement à imaginer ton ressenti face à cette peur (panique pour ma part) de se dire … je vieilli … je me marie, mes parents vont vieillir et mourir … et moi aussi un jour …
    J’ai pourtant 32 ans, 2 enfants, une maison et un boulot …
    J’ai perdu ma grand mère il y a qq mois, c’était la prunelle de mes yeux et je ne me voyais pas me marier sans l’avoir près de moi …
    j’ai peur depuis de perdre qq1 d’autre et de me retrouver seule pour affronter ce jour et le reste de ma vie.
    Merci pour tes mots qui me rassurent en qq sorte et me font sentir un peu moins seule.

    • Je suis contente si mon article a pu d’apporter un peu de réconfort. Je suis sincèrement désolée pour ta grand-mère. Pendant tous les préparatifs j’ai fait des cauchemars où je remontais l’allée sans mon papa, je me sentais toujours terriblement triste au réveil. Tu as une belle famille à toi avec tes 2 enfants et tu vas épouser l’homme de ta vie donc tu seras entourée de leur amour ce jour là. Ca ne remplacera jamais ta mamie mais tu ne seras pas seule. Et puis même si ça fait peur avant, j’espère que toi aussi tu n’affronteras pas ton mariage mais que tu le vivras tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *