Le mal de la chroniqueuse mariage

Petite surprise cette semaine sur Mademoiselle Dentelle ! Les anciennes chroniqueuses reviennent !!!

Certaines sont là le temps d’une chronique, pour te donner des nouvelles ou t’adresser un faire-part de naissance à travers la rubrique “Carnet Rose”, et d’autres reprennent l’écriture pour te raconter la suite de leur récit laissé depuis (trop) longtemps à l’abandon…

Bref, si tu suis Mademoiselle Dentelle depuis longtemps ou si tu veux te plonger dans de nouvelles aventures et des jolis mariages, reste avec nous toute cette semaine, tu vas être ravie !

Me revoilà enfin ! *enthousiaste*

Je tenais à te dire que je suis heureuse de pouvoir venir te raconter la suite de mon mariage, après tout ce temps. Vois-tu, je vais faire une exception et ne pas respecter ma chronologie, parce qu’il faut que je te parle de la raison qui a fait que j’ai été absente.

Le mal de la chroniqueuse mariage

Crédits photo (creative commons) : Vladyslav Dukhin

Le wedding-blues

Oui, je pense que je peux l’appeler comme ça, même si ce n’est pas exactement ce qu’on entend habituellement par cette expression. Non, je n’ai pas regretté mon joli jour, pendant lequel malgré de gros couacs, j’ai profité intensément de chaque minute et de chaque shoot d’amour. Non, je n’ai pas été déprimée que ça soit fini par la suite. C’est même plutôt le contraire.

Mais j’ai vraiment souffert pendant les préparatifs, et j’étais soulagée que tout se termine, que je n’aie plus besoin d’y penser autrement que pour me souvenir. J’ai eu une sorte de trop plein, que j’ai eu besoin de digérer. Et puis, quelque part, raconter mon mariage, ça voulait aussi dire qu’il était fini, ça voulait dire tourner la page, et peut-être que je n’étais pas tout à fait prête. *sourit en coin*

Le stress des préparatifs

Je pense que toute mariée y fera face. Que ce soit à cause d’un délai court ou même long, de la pression (que l’on se met soi-même ou pas) de bien faire, d’une famille un peu envahissante ou exigeante, de prestataires plus ou moins sérieux, des disputes avec son mari ou un témoin, des différents casse-tête que sont la décoration, la liste d’invités, les faire-part, le budget… on y passe toutes au moins un peu.

C’est pour ça que je veux te dire : lâche prise. Trouve ton objectif principal pour le jour J, et oublie tout le reste.

Le nôtre, avec M. Rhaegar c’était : que tout le monde s’amuse et passe un bon moment. On voulait de la convivialité, un moment chaleureux et détendu. On s’est aussi dit qu’on voulait faire ça en grand, mais je pense sincèrement que quelque chose de moins recherché nous aurait permis d’atteindre le même objectif. Mais du coup, il y a eu beaucoup de couacs, plein de choses que je n’ai pas eu (ou pas pris) le temps de faire, beaucoup de malentendus, et pourtant j’ai adoré ma journée, comme tous mes invités qui n’y ont vu que du feu. *rit*

Eh oui, comment veux-tu qu’ils sachent que tu avais prévu de faire ci ou ça, d’installer la décoration autrement, que les évènements se seraient enchaînés autrement, si tu ne le leur as pas dit ? Ils apprécieront même si toi tu sais pertinemment que ça ne devait pas se passer comme ça. C’est important que VOUS ayez la journée que VOUS voulez.

Le mot de la fin

Je finis ce billet par te dire : à bientôt, pour la suite des mes aventures mariage !



10 commentaires sur “Le mal de la chroniqueuse mariage”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *