Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : la dernière journée de célibataire

Je t’avais dit la dernière fois que ma dernière journée avant le mariage, le vendredi 28, donc, avait été chargée. Je reviens à présent te la raconter…

Je commence par ma manucure-pédicure à 10h. Là encore, j’ai énormément de mal à lâcher prise. Je dois gérer mon frère et la maman de Mme Héden qui arrivent par le train (je les aide sur les questions de logistique pour arriver jusqu’à chez moi) et confirmer la réception des boutures.

C’est alors que je reçois un texto glaçant de M. Chat : il vient de se disputer avec sa mère, qui lui a dit des horreurs plus grosses que notre immeuble. Ils sont comme ça, dans ma belle-famille : quand ils se disputent, ils se disent des horreurs sans nom, et passent rapidement à autre chose. Moi, je n’ai pas été élevée comme ça, et même si je commence à en avoir l’habitude, cette fois-ci, je n’y arrive pas. Je suis complètement secouée…

En parallèle, le Pé, Papa-Chat et le frère Chat (qui, rappelle-toi, n’est pas venu là pour bosser, mais qui est le seul qui puisse faire l’interprète entre les deux papas) partent en expédition dans Paris. Ils doivent récupérer le photobooth, le karavaï, et enfin le gâteau. C’est vraiment une expédition, car aucun des trois ne connaît Paris, et le Pé n’a pas l’habitude de la conduite sportive de la capitale… En plus, la boulangère qui m’a fait le karavaï n’aide pas en déplaçant le point de rendez-vous, ce qui les oblige à modifier leur itinéraire en cours de route. Je prends de leurs nouvelles régulièrement.

Je continue ma tournée avec mes ongles faits, mais pas aussi jolis que je l’espérais. Je passe récupérer mes impressions chez l’imprimeur, chercher le rétro-projecteur au bureau (et apporter des croissants à mes collègues), puis je vais chez le fleuriste : j’avais craqué sur des pivoines (mes fleurs préférées !) en début de semaine, je voulais m’en faire un bouquet pour égayer le salon pour les préparatifs. La fleuriste m’avait conseillé de revenir en fin de semaine afin qu’elles ne fanent pas d’ici le mariage. Sauf que ce vendredi, c’est finalement sur un pot de muguet que je craque : ce sont les fleurs préférées de M. Chat (et je les aime beaucoup aussi), donc je décide de lui faire plaisir en les choisissant plutôt que les pivoines.

Plus je me rapproche du moment de rentrer à la maison, et plus je sens le stress monter. J’ai reçu un appel de mon frère qui me demande à quelle heure je rentre, car la maman de Mme Héden m’attend pour commencer les couronnes.

Arrivée à l’arrêt de bus, tout s’accélère. Je sens que je commence à hyper-ventiler, mon cœur bat méga fort dans ma poitrine et les larmes me montent aux yeux. Je fais mes exercices de respiration pour essayer de garder mon calme, et j’arrive assez bien à tenir le coup dans le bus, mais arrivée dans le hall de mon immeuble, au bout de mon couloir, je n’y arrive plus. Il y a, derrière ma porte d’entrée, Maman-Chat à qui j’en veux énormément pour ses mots blessants du matin, la Mé qui me prend la tête tellement facilement, et la maman de Mme Héden qui a besoin de moi pour commencer… C’est trop. Trop de stress, trop de pression, trop d’enjeux, trop d’émotions. Je fais demi-tour et pars me planquer dans un couloir pour pleurer. Je suis en train de faire une crise d’angoisse la veille de mon mariage.

Au bout de quelques minutes, j’envoie un texto à mon frère-témoin, M. Punk, lui expliquant où je suis et lui demandant de venir me faire un câlin. Le pauvre arrive en panique, très inquiet pour moi, et finit en larmes avec moi très vite, par solidarité sûrement ! Heureusement qu’il est là. Il m’aide à me calmer, me fait respirer, m’apaise et me serre fort dans ses bras.

Je commence à me calmer quand M. Chat appelle. N’étant pas en état de lui parler encore, je demande à M. Punk de lui répondre. Sauf qu’au final, il a la voix qui flanche lui aussi. M. Chat ne comprend rien et s’inquiète beaucoup. Je le rappelle dans les cinq minutes qui suivent, lorsque je suis enfin en état de parler.

De son côté, M. Chat doit faire le tour des aéroports et des gares pour récupérer les Russes. Il commence par Roissy, sauf qu’un retard dans l’avion des premiers arrivés ruine sa belle organisation. Il n’a pas le temps de déposer les premiers pour ensuite revenir chercher les seconds, et pas assez de place dans la voiture pour prendre les quatre d’un coup. Nous décidons donc d’envoyer M. Punk en Uber, muni d’une pancarte avec le nom des invités dessus, et je lui enverrai un autre Uber pour les rapatrier.

M. Chat est terriblement inquiet de savoir que je pleure la veille de notre mariage, et très triste aussi. J’ai vraiment hâte de le retrouver à ce moment-là, et je regrette sincèrement cette histoire de dernière nuit séparée !

Je rentre enfin dans l’appartement, avec M. Punk. C’est peut-être symbolique, mais je ne suis plus seule à entrer dans la cage aux lions, il y entre avec moi. J’y trouve un binz pas possible, avec des fleurs absolument partout, et le neveu Chat au milieu de tout ça, qui essaie de jouer sans se faire disputer.

Dernière journée avant le mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Les (vrais !) chats aussi se font discrets avec toute cette agitation ! Au final, la confection des couronnes a pu commencer, la Mé est aux ordres de la maman de Mme Héden, et Maman-Chat fait du thé et se charge de nous ravitailler en bonbons et chocolats.

Je suis dans un drôle d’état, comme anesthésiée, à des kilomètres de l’agitation. Je zone, entame plusieurs tâches à la fois, me laisse distraire. Je ne suis même pas plus touchée que ça lorsque je découvre l’erreur dans l’impression du plan de table. Idem quand je me rends compte que la base des couronnes qu’a achetée la maman de Mme Héden est trop petite…

Je voulais des couronnes au diamètre intérieur de 25cm, mais celles que nous avons font 25cm… à l’extérieur. Impossible donc de poser les lanternes au milieu des couronnes, et c’est la pièce maîtresse de ma déco qui tombe à l’eau. Plouf. Et moi, la seule chose que je suis capable d’en penser à ce moment-là, c’est : “Fuck it.” De toute façon, on ne peut rien y faire, alors on fera avec : on posera les couronnes sur le haut des lanternes.

Dernière journée avant le mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Dernière journée avant le mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Par contre, ça rend impossible l’allumage des jolies bougies vertes que j’avais prévues pour les lanternes, la chaleur aurait abîmé les couronnes : qu’à cela ne tienne, j’ai acheté des bougies led pour les lanternes extérieures. Elles sont moches ? La Mé part en mission au Monoprix le plus proche pour me trouver des photophores pour les cacher un peu.

Je déballe et je monte les cadeaux invités : une petite plante, un petit pot, un sachet, une étiquette, une agrafe et au suivant. La Mé me conseille de prendre des agrafes couleur cuivre, tant qu’à faire. En les cherchant, je me mets de l’encre verte plein les mains. Je finis ensuite la dernière maudite guirlande de pompoms, puis je range toute la déco dans des cartons.

Dernière journée avant le mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Entre-temps, l’expédition parisienne rentre. Ils sont tous fatigués, et le Pé me répond un peu vite quand je lui demande si tout s’est bien passé, notamment pour le gâteau. Et là, le frère Chat me colle son iphone sous le nez en me disant : “T’as vu ? Ha ha !”

Dernière journée avant le mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Ha ha…

Mon wedding cake s’est cassé la gueule sur le chemin vers le Brumaire. À ce moment-là, j’aurais pu frapper mon beau-frère. Je lui fais des menaces, lui interdisant formellement d’en parler à M. Chat. J’essaie de le protéger lui, pas besoin qu’il le sache avant le mariage.

M. Chat finit par rentrer, il est naze, il n’a même pas eu le temps de manger – moi non plus d’ailleurs, je n’ai pas mangé. Mais il est déjà presque l’heure de la répétition de la cérémonie au Brumaire, alors on charge les voitures de déco.

On fait un détour pour récupérer Le Fiancé qui s’est perdu en route (le parc de Saint-Cloud a beaucoup d’entrées, c’est vraiment traître), puis nous arrivons au Brumaire… qui est fermé. Pourtant, je sais qu’ils n’ouvrent qu’à midi lorsqu’on est encore hors saison, mais voilà, mon cerveau embrumé n’a pas fait remonter cette information à temps, et nous voilà avec toute la déco devant une porte close.

J’appelle Brice, qui nous conseille de tout entreposer dans le bar, dehors, dans les tiroirs et les placards, ce que nous faisons (tu te souviens ? “Fuck it.”). Puis nous retrouvons ma sœur et mon frère, M. Gwada et M. et Mme Héden. Quelle joie de les retrouver ! Ils sont comme une bouée en pleine mer, une bouteille d’oxygène pleine par 40m de profondeur… Ils me font du bien.

M. Héden rencontre Anastasia, qui interviendra avec lui pour la partie russe de la cérémonie, et ils s’entraînent un peu pour se coordonner dans l’alternance des lectures et des interventions. Pendant ce temps-là, nous révisons la choré de la première danse où nos témoins nous rejoindront. Je leur avais envoyé une vidéo de nous avec la prof leur montrant la choré, et c’est la première fois qu’on arrive à répéter tous ensemble, ce qui est super important, notamment pour le placement. Je m’éclate à danser avec eux, ça me fait un bien fou !

Nous partons ensuite dîner avec nos témoins, tous ensemble. Je voulais initialement que l’on mange séparément M. Chat et moi, mais c’était avant de vivre cette journée. D’ailleurs, la Mé avait proposé que Mme Héden dîne avec sa mère, qu’elle ne voit pas souvent, car ça lui ferait plaisir de voir sa fille. Elle n’a pas pensé à moi, que moi, j’avais besoin de Mme Héden, surtout après tout ça, et que si je ne dînais pas avec elle, ni avec les garçons, je dînerais toute seule… C’est tout mes parents, ça, de penser aux autres avant eux, mais avant moi aussi par la même occasion… Mais ouf, Mme Héden demande à dîner avec moi plutôt qu’avec sa mère, qui ira avec mes parents.

Je quitte M. Chat vers 23h. Ça nous fait tout bizarre de nous dire au revoir, et de penser que demain, nous nous retrouverons en tenues de mariés déjà ! Que demain, on se marie ! Chez nous, c’est un bordel épouvantable, des restes de fleurs et des cartons partout. Je range l’appart, pour qu’il soit nickel pour mes préparatifs qui auront lieu le lendemain dans notre salon.

Dernière journée avant le mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Y’aura plus qu’à retirer les housses du canapé et des chaises, et tout sera prêt pour demain !

M. et Mme Héden m’aident, ils vont même étendre mon linge que j’avais oublié de sortir de la machine à laver à minuit ! Ils me font beaucoup de bien. Je reçois les photos de la séance de jeudi et les regarde à 1h30 (après mon shampoing), elles me font du bien elles aussi.

Dernière journée avant le mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Sur ce, c’est bien entourée que je me prépare à dormir enfin et que se termine cette dernière journée de célibataire. Demain, je me marie !

Et toi ? Comme s’est passée ta dernière journée ? Comment as-tu vécu le stress de la dernière ligne droite ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



18 commentaires sur “Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : la dernière journée de célibataire”

  • C’est normal que tu es craquée cette journée était tellement horrible et stressante ma pauvre!
    Heureusement que vous avez des témoins en or pour vous soutenir car ma pauvre avec ton beau frère qui se réjouis de votre malheur et de ta belle mère qui sort des horreurs tu n’es pas gâtée! J’étais stressée pour toi à la lecture de ton article et rien à voir mais j’adore ton salon avec la verrière et le beau parquet!!

  • Je suis triste et stressée pour toi Madame Kiska… Franchement, je crois que j’aurais été dans un état encore pire que le tien…. Heureusement que vos témoins ont assuré et que les photos ont pu te donner du baume au coeur !

    No comment pour ton beau-frère……. Il est méchant de nature ou juste pour te faire chier ?

    Je suis dégoutée pour le gâteau…. Vous avez fait comment finalement ?

    • Le pire, c’est que je ne crois pas qu’il soit fondamentalement méchant… Il est juste très égoïste et pas toujours très malin visiblement… Pour le gateau, le Brumaire a fait un travail de ouf et a réussi à sauver la cata, franchement, ils nous ont sauvé le gateau. Je n’en dis pas plus, vous découvrirez ce à quoi il ressemble dans la chronique sur le diner :p

    • Merci beaucoup Banane 🙂 La maman de Mme Héden a vraiment énormément de talent et nous a fait une superbe cadeau ! C’était énormément de travail, elle a fini à 22h !

  • Rien que de te lire, de découvrir tout ce que tu as du enduré pendant cette dernière journée, je suis stressée ! Heureusement que l’arrivée de tes témoins t’a soulagé et t’a permis de terminer la journée sur une note beaucoup plus sereine et posée !
    Et comme Mademoiselle Impatiente… non mais ce beau-frère quoi !!! Comment c’est possible d’être aussi peu délicat !
    Et puis je suis obligée de le dire : JE SUIS FAN DES COURONNES DE SUCCULENTES !!!! <3

  • Olalah, effectivement, il y avait de quoi être stressée… Ma pauvre… Heureusement que tu as su bien t’entourer ! Et ce mauvais moment est passé, c’est le principal !

    Je suis d’accord avec Madame Biche : cette couronne de succulentes est magnifique !!! Ca devait rendre super bien sur vos tables !

    • Tu as raison, c’est de l’histoire ancienne. Mais je crois quand même sincèrement que cette journée à influencer la manière dont j’ai vécu la journée du mariage, parce que je suis un peu restée en mode “Fuck it” même le lendemain…

    • Non, clairement non, ce n’est pas normal ! Le pâtissier que nous avions choisi avait refusé de nous faire la livraison, et n’avait pas l’habitude visiblement des pièces montées pour les mariages. On en est arrivés à la conclusion qu’il avait été très mal préparé pour le transport – pas assez de de pics de support dans la base, la creme pas congelée pour le transport, le carton pas adapté… Bref c’était la catastrophe annoncée en fait…

  • Oh non ! je suis si triste de te lire Mme Kiska, je te trouve très forte d’avoir su endurer tout ce stress sans broncher – ou presque… A ta place, j’aurais certainement perdu mes moyens et envoyer balader tout le monde !!! Surtout le beau-frère, mais quel abruti celui-là. Pfffff

    J’aime aussi beaucoup le travail sur les couronnes de succulentes, hâte de les voir en situation 🙂

    • Merci beaucoup Nala 🙂 Au final, le montage de couronnes sur les lanternes (plutôt qu’autour), ben c’était original et ça passait bien 😀 je vous montre ça dans quelques chroniques

  • J’adore les couronnes ! Moi qui ne suis pas fan de succulentes je les trouve splendides! Vous avez fait un super travail.

    Par contre le gateau… 🙁

    Et Tu as une sacrée force pour encaisser dis donc je n’en aurais pas été capable entre stress et imprévus… bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *