Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : le lendemain et les jours qui ont suivi

Les jours qui suivent le mariage ne sont pas toujours des jours faciles, tu le liras chez plusieurs chroniqueuses. Peut-on appeler ça le wedding blues ? Dans mon cas, je ne suis pas sûre. Pour moi, le wedding blues, c’est la nostalgie d’un jour attendu et chéri pendant des mois et qui est désormais terminé. J’ai vécu les choses un peu différemment…

J’avais commencé à écrire une chronique détaillée sur les événements du lendemain du mariage, mais je n’ai pas réussi à la finir. En fait, je crois que cette journée a cristallisé tout le négatif que j’ai ressenti sur l’après-mariage. Je nourris, aujourd’hui encore, beaucoup de regrets sur cette journée. Mais je vais quand même essayer de te raconter les grandes lignes, sans rentrer dans le détail.

La journée a commencé sur du stress. M. Chat et moi ne nous sommes pas dépêchés, nous n’avons pas vu l’heure passer, tout occupés que nous étions d’être nouvellement mariés et de profiter d’un moment de calme, juste entre nous deux !

Au final, nous avons une heure de retard, et après un coup de pression, nous arrivons un peu en catastrophe, et je saute à la gorge de Mme Héden et de mes parents qui nous accueillent devant le restaurant : mais pourquoi ont-ils attendu ? Pourquoi n’ont-ils pas commencé ? C’est un brunch ! À la bonne franquette, quoi ! Je suis fatiguée et je gère mal le stress et les émotions à ce moment-là.

Sauf qu’au final, nous avons eu une grosse incompréhension avec le Brumaire, qui avait prévu un repas assis : buffet d’entrée (les restes de la veille), plat servi à table, puis buffet de desserts (les restes de la veille aussi). Ce n’était pas du tout l’image décontractée/chacun-fait-ce-qui-lui-plaît que j’imaginais. Je n’ai pas dû être assez claire sur ce point, on est passés un peu vite dessus pendant le contrat, et je n’ai pas dû suffisamment bien expliquer ce que j’attendais. J’étais tellement focalisée sur l’organisation du jour J que j’ai un peu laissé tomber le retour de noces, en fait. Je m’en suis voulu longtemps de cette réaction que j’ai eue…

Le point sympa quand même de la journée : notre arrivée en moto, qui a fait son petit effet. J’adore le contraste entre ma veste de moto et ma petite robe blanche !

Le bilan mitigé de mon mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Le bilan mitigé de mon mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Pas très raisonnable de faire de la moto en collant !

Pendant le repas, j’ai un accrochage avec mes parents, puis plus tard un autre avec mon oncle, ce qui a beaucoup vexé mon papa.

Après l’entrée et avant que l’équipe du Brumaire n’ait servi le plat, mon frère et ma sœur, ne sachant pas s’il y avait autre chose de prévu à manger, commandent du jambon pour leurs enfants, alors que nous avions prévu sur les deux jours des repas entièrement végétariens, dans le respect de nos convictions.

Enfin, à la fin de la journée, on finit de charger la voiture de mon papa, qui s’irrite et froisse M. Chat à son tour. La fatigue de tout le monde se fait sentir.

On rentre en moto rejoindre mon papa et M. Punk chez nous, on décharge la voiture avec les derniers éléments de déco, puis chacun repart chez soi. Nous voilà enfin seuls, tous les deux, avec M. Chat. Nous sommes épuisés.

Le bilan mitigé de mon mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Le soir, je pleure dans ses bras. Je suis surprise de ne pas avoir ressenti le shoot d’amour dont j’ai entendu parler partout sur Internet, et j’ai la sensation d’être passée à côté de mon mariage. Pas que mon mariage ait été raté, mais que moi, je ne l’aie pas vécu de la bonne manière, d’une certaine façon. M. Chat me réconforte, il est super.

Dès le lendemain, les parents Chat emménagent chez nous. Nous n’aurons eu qu’une nuit de répit après cet ouragan d’émotions et d’attentions dans tous les sens. J’apprécie les parents Chat, mais sincèrement, j’aurais préféré passer ce temps en tête à tête avec mon mari tout neuf.

Ils restent avec nous encore quatre jours, sans le frère et le neveu Chat, qui sont partis plus tôt. On se promène dans Paris, mais il y a un certain malaise, on sent les uns comme les autres qu’on préférerait se reposer et profiter d’être entre nous, chacun dans son confort. Finalement, le vendredi, ils prennent l’avion pour Moscou, et nous pour Ibiza, pour notre « pré-voyage de noces ».

Au final, je me demande si nous avons bien fait d’organiser ce retour de noces.

Aujourd’hui, je me dis que j’aurais préféré réunir nos familles restreintes et les invités de Russie, et aller visiter un château ou quelque chose comme ça. Juste se promener et profiter d’être ensemble, dans l’idée que ça aurait peut-être généré moins de stress. Faire tous ensemble quelque chose de beaucoup moins formel, et donc de plus décontracté… Mais soyons tout de même honnête, vu l’état de fatigue, physique mais surtout émotionnelle, dans lequel j’étais, je ne suis pas vraiment sûre que les choses auraient pu se passer différemment…

D’autant que cette histoire de jambon a généré une crise familiale énorme. Douloureuse, mais nécessaire. Aujourd’hui, les choses se sont apaisées, mais ça a pris quatre mois à se décanter.

Avec tout ça, j’ai mis du temps à apprivoiser mon mariage. J’ai vraiment été déchirée entre deux émotions, en gros.

Mon mariage était un beau mariage. M. Chat et moi étions beaux, les lieux étaient top, la déco exactement comme on la voulait, le repas (et surtout le gâteau !) à se rouler par terre. On a kiffé notre première danse, on s’est vraiment éclatés. Le discours de Monsieur le Maire était vraiment touchant, la cérémonie civile dans sa globalité un vrai moment fort. Les discours de nos témoins, pendant la cérémonie d’engagement, m’ont vraiment marquée, et j’ai ressenti pour chacun d’eux une bouffée d’amour à chaque fois.

Et en même temps… J’ai cette impression d’être passée à côté d’un truc, de ne pas avoir vécu l’avalanche d’amour et d’émotions positives à laquelle je m’attendais… Je ne vais pas te refaire ici la chronique que j’ai déjà écrite, à chaud, sur ce sujet. Ajoute à ça les tensions générées par les événements autour du mariage qui ont mis du temps à s’apaiser, et il m’en est longtemps resté un goût un peu amer quand même.

Je n’ai reçu mes photos et vidéos du mariage que trois mois entiers après le mariage. L’attente a été compliquée, très sincèrement. Mais en vérité, revoir ces images professionnelles de notre journée de mariage m’a fait un bien fou. Elles m’ont aidée à relativiser les frustrations et les regrets,  pour que j’arrive à voir que oui, notre mariage était un très beau mariage.

Alors oui, en y regardant a posteriori, il y a des choses qu’on aurait pu faire différemment.

Ma cérémonie civile était tellement top qu’elle se suffisait à elle-même, et que finalement, la cérémonie laïque n’était pas nécessaire – je veux dire par là qu’à mes yeux, notre mariage était fait et officialisé, et qu’il ne manquait rien à cette cérémonie qui ne nécessite une seconde cérémonie (souviens-toi, au début de mes préparatifs, je ne voulais pas de cérémonie laïque).

Je n’aurais – donc – peut-être pas organisé de retour de noces, ou alors, pas de cette manière-là, j’aurais fait bien plus attention à son organisation.

J’aurais géré différemment ce grand benêt de DJ aussi. J’aurais demandé un droit de regard, et surtout un droit de veto, sur les animations prévues par mes parents. J’aurais peut-être changé de pâtissier – mais pas sûr, le gâteau était quand même à tomber (sans mauvais jeu de mot)…

Mais c’est quand même facile, de dire ça, maintenant que le mariage est passé. « Si j’avais su » – eh ben, je crois que ça aurait été beaucoup plus pauvre, beaucoup moins authentique, si j’avais su en avance. « Si j’avais pu » – j’ai fait avec les moyens du bord, avec mes capacités, mes décisions, mes envies au moment où les choses se sont présentées.

C’est comme ça, et surtout, ça n’aurait pas pu être autrement. Alors à quoi bon ressasser tout ça ? Le principal, c’est encore que je sois devenue Mme Kiska épouse Chat, n’est-ce pas ? C’était quand même le but de toute cette histoire !

Le bilan mitigé de mon mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Avec cette chronique, j’ai fini de te raconter le déroulé de la journée du mariage. Ça me chagrine de finir mon récit sur une note plus aigre que douce…  Mais j’ai encore quelques sujets autour du mariage que j’aimerais aborder avec toi, alors au moins, je ne raccroche pas ma plume mon clavier sur cette drôle de conclusion !

Et toi ? Comment s’est passé l’après-mariage ? As-tu eu des regrets ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



7 commentaires sur “Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : le lendemain et les jours qui ont suivi”

  • Merci de t’être livré à nous Mme Kiska ! Je comprends ton désarroi quant à ce lendemain de mariage en demi-teinte… C’est vraiment dommage et ça a certainement accentué ton ressenti négatif sur la globalité du mariage…
    Heureusement que les vidéos et les photos t’ont permis de relativiser et d’apprécier à nouveau votre grand jour.
    En tous cas, ton récit de mariage m’a fait tout simplement rêver Mme Kiska ! Alors milles merci d’avoir partagé ça avec nous, et je suis heureuse de lire qu’il y a encore quelques chroniques !!!

    • Merci Mme Impatiente 🙂 le lendemain éait en demi-teinte, mais je crois surtout que je me le suis pris en pleine tronche parce que je n’arrivais plus à gerer, trop de stress, trop de fatigue, trop d’émotions… dans mon état normal, ça serait passé beaucoup mieux je crois, j’aurais eu la résilience necessaire à faire passer les choses plus facilement. Et c’est assez ambivalent finalement, parce que j’ai aimé notre journée de mariage, même le jour même (en dehors du moment où je me suis fâchée pendant la soirée, qui a été vite effacé par le bonheur de notre première danse), mais j’ai vraiment pas aimé le lendemain… Bref, c’est complexe, et c’est le propre des emotions humaines je crois 🙂 merci beaucoup pour tes gentils mots 🙂

  • Plus je lis des chroniques, plus j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de retours en demie-teinte sur le jour J (qui n’empêchent pas le fait qu’on a aimé notre mariage !). Sûrement parce qu’on ne peut pas tout prévoir de toute façon, et que ce serait quand même nettement moins vivant autrement. Ca fait des mois que je travaille sur mon « controle-freak » pour me dire que tout ne se passera pas comme je l’ai prévu (surtout connaissant ma belle-famille, qui est la pro du joyeux bordel de dernière minute, et je les aime pour ça aussi !), pour éviter d’être déçue par des trucs qui n’ont au fond pas tellement d’importance.
    Tout ça pour dire que je comprends ton sentiment et que je te (vous) remercie de ces chroniques honnêtes qui permettent de s’y préparer, et peut-être de limiter la casse (ou pas, mais au moins on sera moins surprises).
    Il faut dire qu’avec l’épuisement physique et émotionnel, dur dur de faire bonne figure le lendemain ! Ce n’est pas étonnant que tu aies été à fleur de peau… Et puis, les doubles cultures, c’est toujours + difficile à gérer pour la famille, il y a beaucoup d’inconnues, ça les sort de leur zone de confort et ça nécessite de s’adapter. Mais l’important, c’est que toutes ces disputes n’aient pas eu lieu le jour J, que ce ne soit pas ton mariage qui est en cause, mais des choses autour, qui auraient pu éclater à un autre moment, mais il se trouve que cette fois-ci c’est toi qui les avais réunis 🙂
    Une seule chose à dire : vive les mariés ! Le reste, ça n’a pas tellement d’importance, au fond 🙂

    • Merci pour tes gentils mots Aylin. Je partage entièrement ton point de vu, et je pense que c’est bien que tu en aies conscience et que tu t’y prepares – mieux vaut avoir une bonne surprise que tout se passe nickel, que le contraire 🙂 Pour le coup, moi j’ai été surprise de ne pas ressentir ce shoot de paillettes non stop que je croyais m’etre promis, et c’est à cause de ça que j’ai pleuré le dimanche soir…
      Tu as raison, les soucis de communication avec ma famille qui en ont découlé n’ont pas entaché le mariage, et effectivement mieux vaut que ça ait eu lieu le lendemain que le jour J ! et je crois sincèrement que cette accrochage, il aurait eu lieu à un moment donné, et qu’il était nécessaire pour recalibrer et assainir nos relations. Ce n’est pas anodin qu’il ait eu lieu autour du mariage, avec tout le stress, la fatigue et les émotions du moment.

  • Quelle jolie chronique Mme Kiska, tout en pudeur et en émotion d’un certain côté. Cette façon que tu as eu de te dévoiler ainsi à nous, me touche beaucoup 🙂
    Je suis triste de lire que tu n’as pas apprécié ton retour de noces à 100% et qu’il ait fait remonter les petits couacs de ton joli jour. Heureusement que les photos et vidéos sont là pour nous rassurer et nous conforter dans nos choix, dans le fait de se dire que « oui, notre mariage était à la hauteur de nos espérances finalement ». J’ai l’impression que les recevoir (les photos et les films) rassurent énormément de chroniqueuses 🙂

    Tu as tout à fait raison en terminant sur cette vérité : le plus important, c’est quand même d’être devenue la femme de celui qu’on aime ! Le reste n’est que du bonus, à bien y réfléchir…

  • Hello Mme Kiska 🙂
    C’est mon premier commentaire mais j’ai suivi tes chroniques avec beaucoup d’intérêt. Je suis désolée que tu sois un peu amer de certains aspects de ton mariage. À mes yeux de lectrice, ton mariage était absolument magnifique et plein d’amour. Je pense surtout à ces magnifiques photos de couple au parc de Saint Cloud où vous êtes très touchant.
    J’espère qu’avec le temps, tu ne vas garder que les bons souvenirs et oublier les mauvais. Au final, comme tu l’as dit, le plus important c’est d’être mariée à ton homme. Et une histoire d’amour comme la votre est assez rare.
    En tout cas, merci pour tes chroniques, elles sont terriblement bien écrites avec de magnifiques photos et toujours très agréables à lire.
    Je termine avec une petite mention pour tes deux chats. Ils sont vraiment adorables et terriblement photogéniques ! Surtout Darius qui ma rappelle énormément le bengal fauve de ma mère, un amour que j’aurais bien embarqué avec moi quand j’ai emménagé chez mon copain (fiancé maintenant). Et je suis bien contente que l’escapade de Darius s’est bien terminé 🙂

  • Merci beaucoup pour ce retour d’expérience. Evidemment que tout n’allait pas se passer comme prévu, mais je comprends tout à fait que toute l’énergie et l’émotion que tu as mises dans tes préparatifs ressortent et créent de la déception autour de ces petits couacs que tu décris. Et bien sûr, la douleur de rapports familiaux tendus juste après le mariage a dû beaucoup impacter tes impressions. Heureusement que vous êtes maintenant au-delà de ces obstacles.
    De mon point de vue extérieur, tes chroniques étaient empreintes certes de certaines de ces frustrations, mais avant toute chose de l’amour que vous vous portez, et qui crève littéralement l’écran sur toutes les photos. Tu as bien raison de dire que c’est le plus important car c’est aussi le plus visible 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *