Mon mariage bilingue – le matin du jour J

Ça y est, nous y sommes : c’est le D Day !

Je me réveille à 7h30, après une très courte nuit. J’ai mis énormément de temps à m’endormir. 

Crédits photo : Lillynet

On a d’abord discuté avec mes témoins, comme quand on était plus jeunes – c’était couru d’avance. Après, j’ai ressassé toutes les choses que je n’avais pas eu le temps de faire et qu’il fallait absolument caser le samedi matin :

  • Taper à l’ordinateur l’intro de notre cérémonie, rédigée par Ken sur un coin de feuille quelques jours plus tôt
  • La traduire en anglais
  • Imprimer le tout, ainsi que mes vœux
  • Faire les listes d’appel pour les photos de groupe
  • Décorer la voiture
  • Faire ma valise pour la nuit de noces et le lendemain

Aparté : Oui, je sais, j’aurais pu faire ça avant… Je t’ai déjà dit qu’on m’appelle Procrastinator ?..

La nouvelle du jour : à priori, il va pleuvoir une grande partie de la journée, et il fera 14°C au plus chaud. Gé-nial. Mais tu sais quoi ? Je m’en fiche. On a un plan B qui est digne d’un plan A, j’en suis pleinement satisfaite. C’est sûr que ça aurait été plus joli sous le soleil, surtout avec le lieu qu’on a choisi. Mais on n’y peut rien, et ça ne nous empêchera pas de fêter ça dignement !

Mes trois témoins et moi avons rendez-vous chez la coiffeuse à 9h. On m’avait indiqué qu’il y aurait deux personnes pour s’occuper de nous. A notre arrivée et pour deux brushings, une coiffure simple et un chignon, il fallait compter une heure en tout. Prévoyante, j’avais prévu 1h30…

La coiffeuse commence par mon brushing  : avec les cheveux courts, pas besoin de plus ! Rien à redire, tout se passe bien.

Crédits photo : Photographies ToutCourt

Elle passe ensuite à l’une de mes témoins…

Mon stress commence à monter quand je finis par comprendre qu’en fait, elle est la seule à s’occuper de nous. Je pensais à toutes les choses qu’il me restait à faire, et à mon père qu’il fallait que je passe récupérer à son hôtel à 11h, à la photographe qui devait arriver à 11h30, et je me maudissais de n’avoir pas emporté mon ordinateur, histoire de m’avancer un peu !

En attendant qu’elle finisse de coiffer mes amies, je traverse la rue, sous la pluie, pour aller récupérer mon bouquet et la déco de voiture chez la fleuriste. Je t’en avais parlé, j’avais peu d’illusions sur mon bouquet de mariée et j’étais persuadée qu’il ne me plairait pas. Quelle ne fut pas ma surprise de voir apparaître un ravissant petit bouquet, plein de peps et tout mignon, tout à fait comme je le voulais ! http://www.soniaepple.de/

Crédits photo : Sonia Epple Fotografie

De quoi me redonner un peu le moral, malgré mon stress qui est maintenant à son paroxysme.

Il est 11h et la coiffeuse commence à peine le chignon de ma dernière témoin… Finalement, on quitte le salon à 11h15, ravies du résultat mais complètement à la bourre, et moi archi-stressée, parce que je ne sais pas comment je vais m’en sortir avec la to-do-list. Heureusement, ma belle-sœur me dépanne et prend mon père en charge !

On arrive à la maison, la photographe n’est pas là. Je renonce à traduire l’intro – tant pis, j’improviserai ! – et je m’attèle à la taper en français et à imprimer ce qui doit l’être, pendant que mes témoins font ma valise. C’est comme ça que je me suis retrouvée sans coton démaquillant, mais avec un polo de Ken dans la valise ! A peine le temps de terminer, que la photographe arrive.

Bon, après tout, elle n’est pas venue pour me regarder faire mes listes d’appel pour les photos, alors je commence à me préparer. Tout en me disant que j’aimerais quand même bien avoir quelqu’un sous la main, à qui je pourrais dicter mes listes… Mais tout le monde est occupé ailleurs.

Ma témoin me fait les ongles. Au moment de commencer, elle m’annonce qu’elle n’a jamais fait ça sur quelqu’un d’autre… Je stresse d’autant plus ! Finalement, elle s’en sort super bien, sauf pour l’annulaire de la main gauche, comme par hasard… Elle s’y reprend à trois fois, je n’y tiens plus et, sous l’effet du stress, lui dis de façon un peu abrupte que je vais le faire moi-même. Oups !

Crédits photo : Lillynet

Ce coup de sang a eu un effet immédiat sur moi. Je me suis rendu compte que mon stress allait trop loin, et qu’il fallait que je me calme. Eh bien figure-toi qu’à partir de ce moment-là, je suis soudain devenue hyper zen. Et tant pis pour la liste d’appel, on improvisera aussi !

Je te l’avais dit je crois, j’ai fait mon maquillage moi-même, pour plusieurs raisons :

  • Je n’aime pas être très maquillée et Ken déteste ça aussi
  • Je suis intolérante à la plupart des maquillages, qui ont tendance à m’assécher les yeux !

Oui oui, même les plus hypo-allergéniques. J’ai trouvé une seule marque qui me convient, mais je ne me voyais pas débarquer chez une maquilleuse avec mon propre matos… Alors hop, un coup d’anti-cernes, de la poudre, un trait d’eye liner, du mascara, un peu de crayon à lèvres et du gloss, et le tour est joué !

Crédits photo : Lillynet

Résultat très simple et naturel, sans avoir besoin de me déplacer ou faire déplacer quelqu’un. Et ça a tenu toute la journée, sans retouches ! C’est, selon moi, l’un des meilleurs choix que j’ai fait pour mon mariage. Je suis intimement convaincue que je n’aurais pas été aussi satisfaite du résultat si ça avait été fait par une pro ! Il faut dire aussi que j’ai la chance d’avoir une peau qui ne nécessite pas beaucoup de maquillage… et que ma main n’a pas tremblé.

Le moment était enfin venu d’enfiler ma précieuse. Un véritable moment privilégié avec mes témoins. Juste nous et la photographe, un pur moment de bonheur !

Crédits photo : Lillynet

Après ça, le tourbillon d’émotions a commencé : la découverte par mon papa, puis par ma belle famille… Wow !

Je décore la voiture des mariés en 2 minutes avec la photographe – ça, c’est fait.

Eh bien figure-toi que ça creuse, tout ça ! Et me voilà, habillée, maquillée, coiffée, en train de m’empiffrer de tartines de pâté et autres fromages dans la cuisine – ça a bien fait rire tout le monde, eux qui pensaient que je n’aurais pas d’appétit ! Un petit lavage de dents et re-rouge à lèvres plus tard, il est déjà temps de partir à la mairie et de découvrir celui qui deviendra aujourd’hui mon mari !

Mais je te raconte ça la prochaine fois, gniark gniark gniark !

Et toi,  ça s’est passé comment le matin de ton D Day ? Tu avais encore des choses à faire ? Étais-tu stressée, ou au contraire très zen ? Tu t’es maquillée toi-même, ou tu as fait appel à un(e) pro ? Tu avais de l’appétit ce matin-là, ou pas ? Raconte !


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



15 commentaires sur “Mon mariage bilingue – le matin du jour J”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *